1 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
1ourd’hui résolument, pendant qu’il reste quelques chances encore de régler pacifiquement le conflit du capital et du travail. «
2que, si cela ratait, on gardait toutes les autres chances. J’accorderai que le progrès matériel n’est pas mauvais en soi. Mais
2 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Souvenirs d’enfance et de jeunesse, par Philippe Godet (avril 1929)
3onnés avec son mérite ». Il ajoute : « j’ai eu la chance de discerner très jeune, avec une clairvoyance singulière, mes propre
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
4adresse, je n’attends rien d’ailleurs ; tout à ma chance hongroise en ce premier réveil — délivré. Chez moi je suis la proie d
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
5herlant lui-même, récemment, le confessait.) Deux chances sont encore offertes aux amateurs de risques authentiques : l’aviatio
5 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
6adresse, je n’attends rien d’ailleurs ; tout à ma chance hongroise en ce premier réveil — délivré. Chez moi je suis la proie d
6 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
7tre dont on se réclame est éloigné, moins on a de chances d’en tenir… [p. 58] C’est ainsi que nos gloires passées, martyrs, ca
7 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Éloge de l’imprudence, par Marcel Jouhandeau (septembre 1932)
8istence le mal et le bien conservent toutes leurs chances d’être préférés, et toutes leurs tentations. En sorte que l’apologie
8 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
9   Nous sommes une génération comblée. Comblée de chances de grandeur, et comblée de risques mortels. Pour la jeunesse de 1932,
10a guerre soit, comme l’écrit Lefebvre, la seule « chance » des capitalistes. Il en est une moins coûteuse à risquer et qui con
11oi. Un tel mysticisme a-t-il en France la moindre chance de succès ? Où est sa tradition vivante en ce pays ? La violence des
9 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — c. Le vrai pouvoir des intellectuels et son usage
12es accuse d’utopie. Ils tablent, en effet, sur la chance de l’homme concret, de la personne. Ils réputent abstraites ces « néc
10 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
13e en brèche. Notre époque, elle aussi, possède sa chance de grandeur. Je dirai même qu’elle a plus de chances qu’aucune autre.
14ance de grandeur. Je dirai même qu’elle a plus de chances qu’aucune autre. Le vieux « désordre » qui couvait sous des apparence
15paraît avec une netteté qui, je le répète, est la chance de notre époque. Je voudrais décrire cette époque, telle qu’elle nous
11 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
16   Nous sommes une génération comblée. Comblée de chances de grandeur, et comblée de risques mortels. Pour la jeunesse de 1932,
17re soit, comme l’écrit Henri Lefebvre, la seule « chance » des capitalistes. Il en est une moins coûteuse à risquer et qui con
18oi. Un tel mysticisme a-t-il en France la moindre chance de succès ? Où est sa tradition vivante en ce pays ? La violence des
12 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
19que inespéré ? N’est-ce point là notre plus belle chance de grandeur ? Ils nous tueront ! L’Idole est absolue. Et ce n’est pas
20tion des compagnies d’assurances étatisées, notre chance « personnaliste »reste entière. Ou plutôt elle cesse d’être une chanc
21e »reste entière. Ou plutôt elle cesse d’être une chance pour devenir la seule chance humaine de l’humain. La personne deviend
22lle cesse d’être une chance pour devenir la seule chance humaine de l’humain. La personne deviendra la revendication unique [p
13 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
23e en brèche. Notre époque, elle aussi, possède sa chance de grandeur. Je dirai même qu’elle a plus de chances qu’aucune autre.
24ance de grandeur. Je dirai même qu’elle a plus de chances qu’aucune autre. Le vieux « désordre » qui couvait sous des apparence
25paraît avec une netteté qui, je le répète, est la chance de notre époque. Je voudrais décrire cette époque, telle qu’elle nous
14 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
26lus monumental. Or il se trouve, par une sorte de chance, que l’article du député n’est pas seulement l’illustration de cette
27l’esprit autant de gains certains lui offrant une chance admirable de se guérir de son irréalisme. Une pratique assez longue,
15 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
28e et folle, l’époque qui nous offre de si grandes chances. Et c’est une ère favorable qui s’ouvre, celle où l’esprit se remet à
16 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
29vec le train banal des embêtements et des petites chances ? — Voici alors, entre cent autres, cette description d’une journée d
17 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
30 devienne féconde. Lui. — Je vous souhaite bonne chance ! Moi. — Voulez-vous que nous parlions, une autre fois, de la nécessi
18 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
31encore vives dans l’ordre social par exemple, les chances et la nécessité d’une révolution se font jour. Et c’est pourquoi le s
19 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
32. On voit enfin que la vérité de la culture et sa chance de grandeur réelle résident dans la vérité de la commune mesure régna
20 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
33st plus à l’échelle du phénomène… Raison de plus, chance de plus, dirai-je, d’essayer d’élargir cette critique, et notre idée
21 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
34la culture. 2° Or cette mesure partielle a peu de chances de créer une communion vraiment vivante. En fait, elle n’y réussit pa
22 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
35i survit sans grandeur à ses racines. Notre seule chance de salut, à nous autres nations libérales, est dans la création d’une
36st dans la création d’une communauté libre. Notre chance est dans l’invention, et non dans la défense, ou dans l’imitation. À
37oici : ou bien nous perdrons notre temps et notre chance dans l’histoire à critiquer ce que d’autres ont dû faire ; et alors,
38 violence de l’esprit est pacifiante. Notre seule chance de collaboration féconde avec les peuples impériaux, est là. L’avenir
23 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
39s ils avaient été en Russie, il y aurait quelques chances de leur faire comprendre ce que c’est qu’une révolution de masses, au
24 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
40st plus à l’échelle du phénomène… Raison de plus, chance de plus, d’essayer d’élargir cette critique, et notre idée de la cult
41i survit sans grandeur à ses racines. Notre seule chance de salut, à nous autres nations libérales, est dans la création d’une
42st dans la création d’une communauté libre. Notre chance est dans l’invention, et non dans la défense, ou dans l’imitation. À
43ci : — ou bien nous perdrons notre temps et notre chance dans l’histoire à critiquer ce que d’autres ont dû faire ; et alors,
44 violence de l’esprit est pacifiante. Notre seule chance de collaboration féconde avec les peuples impériaux est là. L’avenir
25 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
45défini et isolé, acte qui d’ailleurs a toutes les chances d’être très généralement approuvé même par les adversaires du régime.
26 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
46 totalitaire ? L’entreprise paraît difficile. Les chances de l’erreur et du mensonge paraissent toujours plus prochaines que ce
27 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
47ts d’ordre de la Propagande. Il y a donc quelques chances qu’ils traduisent la réalité telle qu’elle est, et non point telle qu
48ntent le modèle lui-même ? Fédéralisme : dernière chance de la paix ! Qu’on se le dise : tous les efforts de la diplomatie fra
28 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
49va se porter de plus en plus. Telle est la pauvre chance des écrivains français : il a fallu un nouveau conformisme pour les l
29 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
50e par exemple. Aucun écrivain ne se donne plus de chances de mentir que celui qui écrit un journal intime, une prétendue « rela
51i aura payé le billet, histoire de voir s’il a la chance. Seulement, avoir la chance, avoir la veine, c’est démentir les lois
52ire de voir s’il a la chance. Seulement, avoir la chance, avoir la veine, c’est démentir les lois les plus fondamentales de no
53e par suite d’un accident du sort, ont toutes les chances d’apparaître deux fois insupportables : comme voisins toujours insuff
30 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
54s objections, donne à la thèse adverse toutes ses chances, non sans ironie toutefois, et sait enfin conférer à son choix la for
31 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
55i aura payé le billet, histoire de voir s’il a la chance. Seulement, avoir la chance, avoir la veine, c’est démentir les lois
56ire de voir s’il a la chance. Seulement, avoir la chance, avoir la veine, c’est démentir les lois les plus fondamentales de no
32 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
57ontribue guère à nous donner un sens actif de nos chances et de nos destins, dans une époque où des choses plus anciennes et pl
58iques qui régissent l’Europe d’aujourd’hui. Notre chance et nos risques sont là.   Rien ne me paraît plus frappant que la conv
59lus qu’une presse d’intérêt local. Là encore, nos chances sont uniques, nous pourrions être les premiers. Mais à cette seule co
60s ou étrangères. Une fois de plus, c’est là notre chance. Mais savons-nous l’utiliser ? Il y faudrait une conscience [p. 29] t
61 ont retrouvé le sens de notre destinée, et notre chance unique de grandeur. ⁂ Je vois ce que l’on peut m’objecter : « Vous at
62, tout cela menace et compromet non seulement nos chances à venir, mais les bases politiques et morales sur lesquelles nous pou
33 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
63 devienne féconde. Lui. — Je vous souhaite bonne chance ! 25 janvier 1936 Anas. — L’avocat me questionnait sur la politiqu
64ns de se taire, d’attendre encore, de ménager ses chances ; ou ce qui serait peut-être encore plus sage : de s’en remettre à la
34 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
65défini et isolé, acte qui d’ailleurs a toutes les chances d’être très généralement approuvé même par les adversaires du régime.
35 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
66ts d’ordre de la Propagande. Il y a donc quelques chances qu’ils traduisent la réalité telle qu’elle est, et non point telle qu
67ntent le modèle lui-même ? Fédéralisme : dernière chance de la paix ! Car les efforts de la diplomatie française et la volonté
36 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
68ritière 87 . De même, le Prix de Beauté a quelque chance de devenir comtesse ou milliardaire. C’est une « adaptation » moderne
37 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
69 aurez beau tenter de mettre au départ toutes les chances de votre côté — et je suppose que la vie vous laisse le temps de calc
70squ’on incite les jeunes fiancés à calculer leurs chances de bonheur, on détourne leur attention du problème proprement éthique
71— ou elle n’est pas — comme tout ce qui porte une chance de grandeur. (Comme la passion !) ⁂ Les moralistes et certains sociol
72humble vie, la promesse de fidélité introduit une chance de faire œuvre, et d’accéder au plan de la personne. (À condition bie
73oute vie, fût-elle la plus déshéritée, détient sa chance immédiate de grandeur, et c’est dans la fidélité « absurde » qu’elle
74 ont pas trouvé les mêmes obstacles. Ainsi notre chance dramatique est d’avoir résisté à la passion par des moyens prédestiné
75 ou en dévie, compromet la fidélité, et donne des chances nouvelles à la passion. C’est notre vie et notre mort. Et c’est pourq
38 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Préface à l’édition de 1956
76a suggestion de mon éditeur anglais — qui par une chance dont je m’honore se trouve être T. S. Eliot — que je dois d’avoir ent
39 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
77 tant pis pour le sacrilège. La poésie a d’autres chances. Ma seconde raison n’est pas d’un défenseur de la beauté, même maudit
78 maladroitement de se réaliser ? D’autre part, la chance du roman n’est-elle pas d’opposer la fiction d’un certain idéal de vi
79r paraît, d’ordinaire, plus débile. Il y a peu de chance qu’elle soit jamais poussée à s’avouer par son excès indubitable, par
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
80ystique orthodoxe, que nous aurons les meilleures chances de surprendre à l’état naissant la dialectique des « choses bizarres 
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
81nt. Plus un homme est sentimental, plus il y a de chances qu’il soit verbeux et bien disant. [p. 192] Et de même, plus un homm
82même, plus un homme est passionné, plus il y a de chances qu’il réinvente les figures de la rhétorique ; qu’il redécouvre leur
83nce mystique réprouvée, puis perdue. Telle fut la chance de la littérature en Occident ; et cela seul peut expliquer l’empire,
42 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
84itière 190 . De même, le Prix de Beauté a quelque chance de devenir comtesse ou milliardaire. C’est une « adaptation » moderne
85qui donne à toute alliance humaine ses meilleures chances de durer : buts et rythmes de vie, vocations comparées, caractères et
86individu, sur le hasard, avait au moins autant de chances que le mariage fondé sur « l’amour » seul. Mais toute l’évolution de
87erait bien moins la guérir que nous priver de nos chances d’en comprendre un jour le secret. Et ce serait en même temps une sor
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
88 aurez beau tenter de mettre au départ toutes les chances de votre côté — et je suppose que la vie vous laisse le temps de calc
89squ’on incite les jeunes fiancés à calculer leurs chances de bonheur, on détourne leur attention du problème proprement éthique
90— ou elle n’est pas — comme tout ce qui porte une chance de grandeur. (Comme la passion !) Les moralistes et certains sociolog
91humble vie, la promesse de fidélité introduit une chance de faire œuvre, et de s’élever au plan de la personne. (À condition b
92oute vie, fût-elle la plus déshéritée, détient sa chance immédiate de grandeur, et c’est dans la fidélité « absurde » qu’elle
93 ont pas trouvé les mêmes obstacles. Ainsi notre chance dramatique est d’avoir résisté à la passion par des moyens prédestiné
94, ou en dévie, compromet la fidélité et donne des chances nouvelles à [p. 346] la passion. C’est notre vie et notre mort. Et c’
44 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
95d’avertir les hommes d’action. Ils avaient là une chance et un devoir vital. Or, ils ont perdu cette chance. Ils n’ont pas vu
96hance et un devoir vital. Or, ils ont perdu cette chance. Ils n’ont pas vu le danger, ils ont eu peur de le prévoir. Et c’est
45 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
97ontribue guère à nous donner un sens actif de nos chances et de nos destins, dans une époque où des choses plus anciennes et pl
98ues » qui régissent l’Europe d’aujourd’hui. Notre chance et nos risques sont là. La mission essentielle de la Suisse est une m
99lus qu’une presse d’intérêt local. Là encore, nos chances sont uniques, nous pourrions être les premiers. Mais à cette seule co
100s ou étrangères. Une fois de plus, c’est là notre chance. Mais savons-nous l’utiliser ? Il y faudrait une conscience très fort
101124] retrouvé le sens de notre destinée, et notre chance unique de grandeur 28 . ⁂ Je vois ce que l’on peut m’objecter : « Vou
102, tout cela menace et compromet non seulement nos chances à venir, mais les bases politiques et morales sur lesquelles nous pou
46 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
103 seul plan où nos conflits internes aient quelque chance de se résoudre : le plan de l’Europe. Notre fédéralisme ne peut durer
47 1940, La Vie protestante, articles (1938–1961). De Luther à Hitler (15 mars 1940)
104ux doctrines totalitaires, mais compromettent les chances d’une solution prochaine, équitable pour tous, et englobant les pays
48 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
105re héritage d’« enfants de Dieu ». C’est la seule chance du Diable. Il ne la manquera pas… 7. Le Tentateur Le serpent était
49 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
106ontre son absence, pourtant certaine. Et c’est la chance du Diable pour demain. Hitler battu, nous n’aurons plus d’Ennemi 12
50 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
107tuelle à démentir, un acquittement décerné par la chance. Je sentais s’approcher le moment où la Police estimerait en savoir p
108que son client. Je dis que le Diable a toutes les chances de mener le jeu partout où le sens s’évanouit, quand l’organisation p
51 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
109t bon théologien ». Notre inculture lui donne une chance inespérée. En d’autres temps, il pouvait nous surprendre au détour d’
110 une amoureuse astuce… Ceci dit, le Diable a deux chances de se glisser en nous par la voie clandestine, lorsqu’il échoue par l
111raffinés de la raison et de la vertu. Sa première chance réside dans notre propension à réduire le mal et le bien aux malheurs
112ce, en termes d’attitudes intérieures. La seconde chance du Diable est de flatter notre tendance à nous sentir irresponsables,
113e divinisée de l’Anonyme. Or l’Anonyme a bien des chances d’être celui qui aime à dire : Je ne suis Personne… La foule, c’est
114ion « fatale » : c’en est fait de la toute petite chance de liberté qui nous restait. Cette « fatalité » de la passion n’est q
115t de dire de la passion suffit à laisser voir les chances extraordinaires qu’elle offre à l’action démoniaque. Une extrême inst
52 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
116 leçon, que l’époque nous rappelle, je vois notre chance de grandeur : elle nous rend à la réalité. Les vraies vertus ne vont
53 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
117e divinisée de l’Anonyme. Or l’Anonyme a bien des chances d’être celui qui aime à dire : Je ne suis Personne… La foule, c’est l
54 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
118ait ? Nous n’avons pas le droit de négliger cette chance minime et humiliante. Et peu à peu nous croyons pressentir qu’ils son
55 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
119s objections, donne à la thèse adverse toutes ses chances non sans ironie toutefois, et sait enfin conférer à son choix la forc
56 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
120 la grande et la seule différence. Et voilà notre chance aussi. L’homme n’est pas fait pour vivre en état de guerre, au sens m
121re et des périls inhérents au [p. 26] progrès, la chance d’une grandeur qui, elle aussi, pourrait être sans précédent. Comme t
122ur de ces vicissitudes acceptées. Acceptons notre chance de vivre une vie plus consciente et réelle. Quoi qu’il advienne, sach
57 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
123ifférents de douane et de police. Secondés par la chance, nous n’y avons passé, si je compte bien, guère plus de vingt-deux he
58 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
124 bien, votre plan lui paraît « fascinant » et les chances de vente raisonnables. Il ne vous reste plus qu’à vous retirer, avec
125pour les gens intelligents, à ne pas lire. Quelle chance que les Français n’aient pas encore trouvé son équivalent dans leur l
126 utile, si je ne suis pas moi ? D’autre part, nos chances de nous battre paraissent très faibles, sinon nulles… Commencé l’arti
59 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
127tôt repourvue. Si j’y vais, j’ai les plus grandes chances. J’y suis allé et une demi-heure plus tard, je me mettais à ce travai
128dur, de Pascal à Rimbaud, de Calvin à Saint-Just. Chance anormale : chance de créer, pour l’ensemble du genre humain, des norm
129imbaud, de Calvin à Saint-Just. Chance anormale : chance de créer, pour l’ensemble du genre humain, des normes idéales de l’ho
60 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
130amedi soir. — Que devenez-vous ? — C’est bien par chance que vous me trouvez chez moi, j’ai mon premier soir de congé… Well, j
131ers, si je ne me trompe.) [p. 186] Cependant mes chances de faire la guerre dans le Pacifique ou en Europe me semblent minces.
61 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
132e me battais, je devenais un héros… J’ai eu de la chance, dit-on. « Vous en avez de la chance ! » Est-ce un reproche ? Ou bien
133’ai eu de la chance, dit-on. « Vous en avez de la chance ! » Est-ce un reproche ? Ou bien une ironie cruelle sur les héros ? Q
62 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
134on vieux temps de Christophe Colomb. J’ai quelque chance de pouvoir m’envoler vers la fin de mars au terme d’un travail commen
63 1946, Lettres sur la bombe atomique. 2. La guerre est morte
135it la [p. 16] guerre tout court — elle a moins de chances de renaître et moins d’avenir que les ordres de chevalerie. Je ne dis
64 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
136ral de ces soldats. Ils sauront qu’ils ont peu de chances de recevoir des renforts et des munitions de leur pays, plus qu’à moi
65 1946, Lettres sur la bombe atomique. 8. Un salon atomique
137fre, surtout par la comparaison avec la meilleure chance d’autrui. Or la Bombe détruirait probablement toute possibilité de co
66 1946, Lettres sur la bombe atomique. 16. Le goût de la guerre
138ontre son absence, pourtant certaine. Et c’est la chance du diable pour demain. Hitler battu, nous n’aurons plus d’ennemi. Une
67 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
139ésent se réclame du slogan utopique : à chacun sa chance. Mais la liberté et l’engagement de la personne chrétienne se définis
68 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
140partie de billard, tandis que le second saisit sa chance de gloire et devient un héros national : vous avez publié récemment s
141je viens de dire, c’est que le premier croit à la chance et au bonheur, tandis que le second croit au salut. L’agent. Là enco
142ort. On ne peut donc plus l’interviewer, voilà sa chance. Car tel que je vous connais, vous n’auriez pas de cesse que vous ne
69 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
143— une paire de bottes usagées. Mais voilà bien sa chance, ce sont des bottes de sept lieues ! Désormais il échappe à la vie, a
70 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
144 la mort, comme à tout acte créateur, le moins de chances. Un vaste système d’assurances s’étend sur toutes nos activités : pla
71 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
145’Europe. Ils se trouvaient tout seuls devant leur chance. Tout dépendait de leur courage, de leur esprit d’entreprise et de le
146les prochaines élections, il y aurait huit à neuf chances sur dix que l’Amérique retourne à l’isolationnisme. Rien de tel pour
147iendra compte de son avis, qu’on lui « donnera sa chance ». Cet esprit de participation exerce une influence excellente à la f
72 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
148’on peut « causer » à l’infini, mais sans trop de chance de se former une opinion plausible ou réaliste. Tartempion pense ceci
149es dans la misère ou le professorat, obtienne par chance ce succès de public, il se voit aussitôt vomi par les « petites revue
150l adopte le langage des masses, il augmentera ses chances d’être entendu, mais que peut-il espérer faire entendre dans les term
151ain qui appartient à l’Église Réformée a bien des chances d’avoir des ancêtres hollandais ; allemands ou suédois s’il est né lu
73 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
152n Amérique, tout cela pèse bien peu au regard des chances de repartir à neuf, de déblayer les perspectives d’avenir qu’offre l’
74 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
153de vivre, de bonnes et de mauvaises fortunes, par chance… Le sourire large des Américains dissimule leur vraie tragédie : la s
154 encore sur l’idée qu’il a tout comme un autre sa chance de devenir riche. Cette idée, réfutée par toutes les statistiques, lu
155 tient en réserve. Or vous avez beaucoup moins de chance de la trouver qu’un indigène, qui lui-même, n’en a qu’une sur mille.
156qu’on a l’air de subir en pensant : voilà bien ma chance ! Si vous êtes passionné pour la politique, c’est-à-dire pour le jeu
157l : alors vous serez Américain, et vous aurez une chance de réussir. Aux femmes de toute condition qui débarquent dans leur pa
158 mais un jour le destin négligent lui offrira une chance imméritée qu’il lui faudra saisir au vol : le moindre scepticisme la
75 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
159s littéralement démesurés. Essayons d’évaluer nos chances, dans l’état de résistance morale diminuée où vient de nous laisser l
160 où vient de nous laisser la guerre d’Hitler. Ces chances paraissent très faibles en vérité. L’Europe a dominé le monde pendant
161 dans deux directions opposées. Je le répète, nos chances paraissent très faibles dans l’ensemble, malgré les illusions de sant
162s encore que par ses vices, l’Europe a-t-elle des chances de vivre encore assez pour [p. 41] qu’il ne soit pas utopique d’envis
163… Mais cette raison irrationnelle de croire à nos chances de durée, ne peut ni ne doit nous suffire. J’en indiquerai rapidement
164ns humaines. Voilà pourquoi l’Europe a toutes les chances de rester la patrie de l’invention — alors que les empires sans précé
76 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
165st avant tout l’enjeu de [p. 105] la personne, la chance de l’homme au xxe siècle. Et c’est pourquoi la hiérarchie des Consei
166radictoires constituant son patrimoine, réside la chance, pour tout Européen, d’individualiser de plus en plus ses jugements e
167[p. 120] avenir. De même que les nations n’ont de chance de survivre que si elles renoncent à temps au dogme tyrannique de leu
168de leur souveraineté absolue, les partis n’ont de chance de poursuivre leur lutte que s’ils en limitent l’ambition, renoncent
169ersonne au monde qui puisse le faire avec quelque chance de succès. Nous avons développé des virus dont nous sommes seuls à po
77 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
170s cessantes ? Et n’avons-nous pas, à La Haye, une chance unique de faire valoir les droits de l’esprit et d’assumer en toute h
171n propre avenir. De même que les nations n’ont de chance de survivre que si elles renoncent à temps au dogme tyrannique de leu
172de leur souveraineté absolue, les partis n’ont de chance de poursuivre leur lutte que s’ils en limitent l’ambition, renoncent
173ravaillent à cette œuvre de salut public, suprême chance de la paix et gage d’un grand avenir, pour cette génération et celles
78 1948, Suite neuchâteloise. I
174lui dit : — Vous êtes Suisse ? Vous en avez de la chance ! Mais vous avez si peu l’air suisse. — C’est qu’il n’y a pas d’air s
79 1948, Suite neuchâteloise. IV
175tre dont on se réclame est éloigné, moins on a de chances de tenir de lui. » Et que valent en effet ces noms, ces souvenirs, ce
80 1948, Suite neuchâteloise. VIII
176 secrète et qui les vaut bien. Chaque fois qu’une chance offerte un instant fuit d’un bond parce qu’un scrupule ou un respect,
81 1950, Lettres aux députés européens. Troisième lettre
177que l’homme ait jamais prise de son destin et des chances de le surmonter. Les députés non point d’une presqu’île de l’Asie un
178er votre nom ? On attend de vous la grandeur. Les chances de l’Europe, aujourd’hui, sont confondues avec les chances de l’homme
179e l’Europe, aujourd’hui, sont confondues avec les chances de l’homme. Personne n’est assez grand pour répondre au défi d’un tel
82 1950, Lettres aux députés européens. Cinquième lettre
180re, même l’espoir, à ne point risquer la dernière chance européenne. Voilà le pari. Vous êtes acculés à l’audace. Donnez-nous
83 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
181 grand passé. Si vous demandez : quelles sont nos chances ? Je dirai qu’elles dépendent de chacun de nous, — beaucoup plus que
84 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
182 d’activité, retenir celui qui semblait avoir des chances d’intéresser l’argent américain, et renoncer à ceux qui intéresseraie
85 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Contre la culture organisée (avril 1952)
183 grande découverte dans les sciences, suppose des chances librement provoquées, des rencontres d’amour et de hasard, des passio
86 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
184 d’activité, retenir celui qui semblait avoir des chances d’intéresser l’argent américain, et renoncer à ceux qui intéresseraie
87 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Culture et politique européenne (octobre 1952)
185en donne un sans discussion possible (et c’est la chance des dictatures), ou bien qu’on lui permette d’en chercher un, voire d
88 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
186acun, que le citoyen suisse court chaque jour les chances d’une liberté réelle, dont il ne prend d’ailleurs pas davantage consc
187ntages que présentent les « petits États » et les chances de grandeur qu’ils trouvent dans leur exiguïté [p. 86] territoriale.
89 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
188aniques, rurales et pauvres réunissent toutes les chances d’avoir le plus d’enfants, les familles protestantes, latines, citadi
90 1953, Preuves, articles (1951–1968). Les raisons d’être du Congrès (septembre 1953)
189 graves qui se posent à l’esprit moderne. Par une chance rare, elles sont aussi celles qui passionnent le grand public. On com
91 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
190timation de nos périls concrets mais aussi de nos chances. Le problème de l’Europe au xxe siècle, en butte à l’hostilité crois
92 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
191œil sur le grand But européen, et l’autre sur les chances de [p. 3] ratification. De là ses défauts évidents : des députés ne s
192vu que le Projet, carrément, ouvre à l’Europe une chance de se fédérer demain, il convient de l’accepter, même incomplet. [p.
93 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
193esurent, au-delà de l’Europe enfin « faite », ses chances et sa mission dans un monde où tout change. p. 1 o. « Perspecti
94 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Orienter les espoirs européens (décembre 1954-janvier 1955)
194S et les USA, entre les menaces asiatiques et les chances africaines. Troisième zone : créée par le compartimentage national ou
95 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
195e de voir s’évanouir, avec l’Europe, la meilleure chance d’un vrai dialogue illuminant entre l’Occident et l’Orient. Or, voici
96 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
1961955) x Les risques de la paix Mettant fin aux chances de la guerre, la bombe H nous rejette aux risques de la paix. La déte
197ant des avenues, c’est de savoir quelles sont les chances de la culture telle que nous la concevons en Europe : le sens et le s
97 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Relance européenne ? (février 1956)
198à savoir laquelle des trois méthodes a le plus de chances de mener rapidement au but choisi, à ce but-là précisément, et non po
199emble sûr, c’est qu’aucune de ces méthodes n’a de chances d’aboutir à la création d’une Europe vivante, sans le soutien d’une œ
98 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
200Il ne voit plus où il pourrait agir avec quelques chances de succès. Il se juge trop petit devant des forces trop grandes, et a
99 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
201t avoir cure ni de ses droits distincts, ni de sa chance, ni d’un miroir, donc ni d’une personnalité ni d’un visage. « On peut
100 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
202mme de l’Orient. Car les Grecs n’ont connu que la Chance et ses coups ; et l’Orient, que l’ascèse infiniment patiente 16 . Il