1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1ef et chaud, imagé et réaliste, M. de Montherlant chante cette « violence ordonnée et calme » des « grands corps athlétiques »
2 1926, Articles divers (1924–1930). L’Atmosphère d’Aubonne : 22-25 mars 1926 (mai 1926)
2démocratique pendant lequel le philosophe Abauzit chanta « les Crapauds » avec âme, appuyé d’une main sur l’épaule de Janson,
3 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
3 de la vie ne lui échappe pas. Il en parle, il le chante avec pathétique. Mais c’est parce qu’il est poète : le chant fini, il
4 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
4ir de n’importe où, un soir de la Nature… L’homme chante une plainte inouïe de pureté. Deux phrases rapides ondulent dans l’ai
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Conte métaphysique : L’individu atteint de strabisme (janvier 1927)
5de la mort. Garçon, un café, un ! » Mais l’étoile chantait dans l’axe de sa vie normale et s’approchait en faisant la roue — cel
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
6es gens pour qui les limites de l’anarchie sont : chanter l’Internationale dans les rues, faire la noce, écrire un livre de ten
7 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
7accords d’une harmonie surnaturelle. Et tout cela chanté dans une langue que je comprends mal. Je me penche vers un voisin pou
8 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Cassou, La Clef des songes (août 1929)
8h qui parle à son chien en mourant, une fille qui chante et des enfants surtout, dès le début, puis plus tard encore, dans les
9 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
9 retrouver cette mélodie descendue d’un balcon où chantait la Schumann ; sans avoir pu retrouver le nom de qui l’on a reconduit
10rileuses dans leurs dessous roses, les filles qui chantent une chanson populaire et regardent tristement les lumières. Il y en a
11réchauffent sur les degrés du poêle, celles-là ne chantant pas. Parmi elles, des tziganes, dont l’une affreusement belle dans un
10 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
12 la voix un peu rauque, voluptueuse ; quand elles chantent, les moires et l’ondulation des rubans de vents chauds sur la plaine,
13cette fois. 13. Chansons hongroises Les Suisses chantent immobiles, les yeux fixes, le visage impassible. Mais rien dans la ch
14nd : ici la mélancolie même est passionnée. Elles chantent avec le corps entier — non pas avec les bras, comme on chante du Verd
15le corps entier — non pas avec les bras, comme on chante du Verdi, — elles ont des mouvements vifs du buste, et des mains plei
11 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
16in, c’est un cantique d’adoration spirituelle que chante la poésie anglaise en de véritables « élévations ». Mais tout ce lyri
12 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
17ers refuges, vastes auberges de la Souabe où l’on chantait les chœurs de Schubert après boire — et les hommes parlaient lentemen
18cence sur la prairie où des filles s’éloignent en chantant. Voici la nuit du souvenir, brève nuit d’août et souvenirs de nos enf
13 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
19accords d’une harmonie surnaturelle. Et tout cela chanté dans une langue que je comprends mal. Je me penche vers un voisin pou
14 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
20es, Elizabeth Schumann, adossée au piano, [p. 55] chante un lied du maître, sourit à son plaisir… C’est bouleversant et presqu
21regards. Que sont tous ces gestes rythmés ? Anday chante. Ils me voient dans la nudité du rêve, oh ! je les hais de me voir !
15 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
22 retrouver cette mélodie descendue d’un balcon où chantait la Schumann ; sans avoir pu retrouver le nom de qui l’on a reconduit
23rileuses dans leurs dessous roses, les filles qui chantent une chanson populaire et regardent tristement les lumières. Il y en a
24réchauffent sur les degrés du poêle, celles-là ne chantant pas. Parmi elles, des tziganes, dont l’une affreusement belle dans un
25fait dans le ciel, là où doivent vivre ceux qui « chantent ». L’après-midi est immense. Nous buvons des vins dorés et doux que n
26 la voix un peu rauque, voluptueuse ; quand elles chantent, les moires et l’ondulation des rubans de vents chauds sur la plaine,
27te fois. xiii Chansons hongroises Les Suisses chantent immobiles, les yeux fixes, le visage impassible. Mais rien dans la [p
28nd : ici la mélancolie même est passionnée. Elles chantent avec le corps entier — non pas avec les bras, comme on chante du Verd
29le corps entier — non pas avec les bras, comme on chante du Verdi, — elles ont des mouvements vifs du buste, et des mains plei
16 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
30nité. Alors si l’on est quelques-uns, on se met à chanter des choses déchirantes qui peuvent seules exprimer cette euphorie. Qu
17 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
31; le comte en face d’elle lit l’Écriture. Puis on chante et ce sont parfois des strophes de Novalis, des mélodies de Bach. Apr
18 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
32e de toute son existence, et c’est leur chœur qui chante une dernière fois la loi, au moment où il reçoit la grâce de lui écha
19 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
33s les objets, mais néglige d’en choisir aucun. Il chante sa grandeur, mais n’en témoigne pas. Il est plus dangereux que le mat
20 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
34té. La « communion avec la Nature », telle que la chante un lyrique incroyant, n’est rien que l’abandon égoïste, et parfois vo
21 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
35n rouge vif un vert violent pour que l’ensemble « chante ». Lui. — Belle composition esthétique ! Je vous dis que vous manque
22 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
36ssuré, quand les poètes se virent enfin libres de chanter l’homme tout entier, non plus seulement l’homme technicien, on éprouv
23 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
37la tribune, aux accents du Deutschland über alles chanté debout, le bras levé. À huit heures sonnant, les lampes à arc s’éteig
24 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
38». Les glaciers ne sont pas « sublimes » comme on chante dans les écoles suisses. Et il est faux de « chanter » la montagne :
39ante dans les écoles suisses. Et il est faux de « chanter » la montagne : les montagnards l’appellent « le mauvais pays ». ⁂ On
25 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
40ssuré, quand les poètes se virent enfin libres de chanter l’homme tout entier, non plus seulement l’homme technicien, on éprouv
26 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
41future… Dictateur, prophète des masses, je ferais chanter cet hymne par les troupes déferlantes, et ce serait le chant du desti
27 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
42’est sûrement pour la même raison qui fait qu’ils chantent faux. Et s’ils chantent faux, c’est parce qu’ils se croiraient déshon
43me raison qui fait qu’ils chantent faux. Et s’ils chantent faux, c’est parce qu’ils se croiraient déshonorés de chanter juste, c
44x, c’est parce qu’ils se croiraient déshonorés de chanter juste, comme aussi de marcher au pas. La dignité humaine du petit-bou
45 la Déclaration des Droits de l’homme, consiste à chanter faux et à troubler le cortège. Voilà ce qu’illustre cette cacophonie 
28 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
46venir à sa rencontre. Un peu plus loin, il entend chanter : c’est la fille de l’aubergiste, qui a fort mauvaise réputation. Mai
29 1937, Esprit, articles (1932–1962). Vassily Photiadès, Marylène ou à qui le dire ? (février 1937)
47t bien réinventés, et contés dans un style un peu chantant, voilé, énigmatique par endroits. On croit assister du jardin à quelq
30 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
48cueillement profond. Il m’a semblé aussi que l’on chantait mieux que naguère, sur un rythme moins alangui. Le pasteur a parlé de
49-socialisme par ce besoin de marcher ensemble, de chanter ensemble, de boire et de penser ensemble. En réalité, ce phénomène es
50ivions des cours de politique et d’économie. Nous chantions ensemble. On nous interrogeait. La plupart des soirées libres, nous l
51n rouge vif un vert violent pour que l’ensemble « chante ». Lui. — Belle composition esthétique ! Je vous dis que vous manque
52ère est pavoisée. Des cortèges bruns circulent en chantant. Je n’ai pas vu les troupes : elles ont passé à l’aube, en direction
53art Nous quittons l’Allemagne ce soir. Hier, nous chantions encore avec les étudiants, dans une auberge forestière. Des tyrolienn
31 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
54 D’Amor mou castitaz : d’Amour vient la chasteté, chante Guilhem Montanhagol. Un tel Amour n’admet point le mariage, car il n’
55de vilains armés chevaliers parce qu’ils savaient chanter l’Amour. Et c’est pourquoi certains auteurs ont pu parler d’une féoda
32 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
56esoin d’un coq pour pondre un œuf quand cela nous chante 3  ; que nous ne couvons jamais nos propres œufs dans ce bon pays des
33 1938, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Le Poète et le Vilain (novembre 1938)
57 le barde adresse une requête au roi, il doit lui chanter un poème. S’il s’adresse à un noble, trois poèmes. Si c’est à un vila
58oèmes. Si c’est à un vilain, il faut que le barde chante jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus… Je répondais à mon ami : — À chacu
34 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
59e aussi qu’elles l’entretiennent, soit qu’elles « chantent » en prose et en vers ce que la religion tient pour un crime, et la l
60is la musique est savante, vraiment, et elle nous chante immensément le beau secret : c’est lui qui a voulu son destin : Ce t
61es psychologues. « Élu par moi, perdu par moi ! » chantait Isolde en son amour sauvage. Et la chanson du marinier, du haut du mâ
62ces deux « passions » parlent un même langage, et chantent peut-être dans notre âme la même « vieille et grave mélodie » orchest
35 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
63renaître en un ciel de Lumière. La « Nuit » qu’il chante, c’est le Jour incréé. Et sa passion, c’est le culte d’Éros, le Désir
64de Tristan, qu’il ne peut « dire » mais seulement chanter… ⁂ Toute conception dualiste, manichéenne, voit dans la vie des corps
65é. E d’amor mou castitaz (d’amour vient chasteté) chante le [p. 79] troubadour toulousain Guilhem Montanhagol. L’amour suppose
66t ces clairs troubadours, joyeux et fous, dit-on, chantant l’amour, le printemps, l’aube, les vergers fleuris et la Dame ? Tout
67t-il imaginable que les troubadours aient vécu et chanté dans ce monde-là sans se soucier de ce que pensaient, croyaient et se
68uvoir ni droit de me plaire tant. [p. 93] Ainsi chante Aimeric de Belenoi. La « joie vilaine », c’est ce qui le guérirait de
69l s’agit d’une légende, mais tirée des poèmes qui chantent bel et bien « l’amour de loin ». Il y eut aussi des dames « réelles »
70anchées qu’elles ne le seraient de nos jours. Ils chantaient, pour un public en majorité favorable à l’hérésie, une forme d’amour
71air depuis deux cents ans. Dans tous les cas, ils chantaient pour des châtelaines, dont il fallait apaiser par des chansons la mau
72ration expliciteront ce que leurs modèles avaient chanté. « Ce n’est plus de l’amour courtois, si on le matérialise ou si la D
73actions et des drames, et non plus seulement pour chanter ce que l’on pourrait encore tenir, chez les troubadours du Midi, pour
74remière adolescence. Il ressemble aussi à l’amour chanté par les poètes arabes, homosexuels pour la plupart, comme le furent p
75 et d’Isolde mêlant leurs noms, niant leurs noms, chantant le dépassement du moi distinct, du temps, de l’espace et du malheur t
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
76esprit… Mais ceux qui sont nés du Saint-Esprit et chantent ses louanges, pratiquent toutes les vertus. Ils connaissent et ils ai
77e manteau, et François s’enfuit dans la campagne, chantant à pleine voix des vers français… Le parfait dénuement avait fait de s
78arcoururent les campagnes complètement dévêtus et chantant des hymnes religieux » 110 . On les accusa naturellement d’exhibition
37 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
79 cœur. Et Dante n’est jamais plus passionné qu’en chantant la Philosophie, si ce n’est quand elle devient la Science sacrée. Sin
80une petite fable la vraie nature de l’amour qu’il chante et le danger de s’arrêter aux formes terrestres qui n’en sont qu’un r
81ques, et finalement les « illustres bardes » qui chantèrent d’une voix grave et solennelle tournois et trophées remportés, forêts
82e son livret, et plus encore par sa musique. Il a chanté la Nuit de la dissolution des formes et des êtres, la libération du d
83té exceptionnelle de ne pas entendre ce qu’on lui chante, qui ont facilité l’opération. Ainsi le Tristan de Wagner peut être i
84le fait le gage de la suprême guérison, celle que chantera Isolde agonisante sur le cadavre de Tristan, dans l’extase de la « jo
85e l’alcoolisme par rapport à l’ivresse divine que chantaient les mystiques arabes. L’exemple du théâtre « parisien » détient une s
86e ventre vers le mâle dominateur 166 . Au lieu de chanter la courtoisie, nous chanterons les ruses du désir [p. 259] animal, l’
87teur 166 . Au lieu de chanter la courtoisie, nous chanterons les ruses du désir [p. 259] animal, l’emprise totale du sexe sur l’es
38 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
88Gilson ne saurait se réjouir. c) Les troubadours chantent l’amour malheureux. Mais l’amour divin des cisterciens obtient au con
39 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
89de la Croix, et dont [p. 920] la nuit des songes, chantée par les poètes, n’était que le symbole et le signe physique 6 . C’est
40 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
90ivilège, après tout, c’est de le mériter. Or nous chantons nos lacs d’azur, nous chantons nos glaciers qui touchent aux cieux, e
91e mériter. Or nous chantons nos lacs d’azur, nous chantons nos glaciers qui touchent aux cieux, et nous en retirons d’importants
92s… Ne seraient-ils pas aussi capables que nous de chanter et de gagner de l’argent, si nous étions contraints de leur céder la
93 dans son attitude superbe », il ne suffit pas de chanter. Il s’agit d’être moralement « à la hauteur ». Non, ce n’est pas si f
41 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
94ouille). IV. Kyrie (un petit chœur ou l’assemblée chante : « Seigneur, aie pitié de nous ! Christ, aie pitié de nous !… »). V.
95râce et absolution collective (l’assemblée debout chante : « Ô qu’heureux est celui dont la transgression est remise… Mon âme,
96ntir à cette marque publique d’humiliation ? Nous chantons dans un chant patriotique : « Devant Dieu seul, fléchissons le genou.
97ever, prier ensemble à haute voix, s’agenouiller, chanter spontanément un répons, ce sont des gestes qui engagent, et par lesqu
42 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
98square presque déserté, cette femme du peuple qui chantait à pleine voix le Star spangled banner, avec la ferveur d’une évangéli
43 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
99e de toute son existence, et c’est leur chœur qui chante une dernière fois la loi, au moment qu’il reçoit la grâce de lui écha
44 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
100 » Les glaciers ne sont pas « sublimes » comme on chante dans les écoles suisses. Et il est faux de « chanter » la montagne :
101ante dans les écoles suisses. Et il est faux de « chanter » la montagne : les montagnards l’appellent « le mauvais pays ». On a
45 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
102rit Jean de la Croix, et dont la nuit des songes, chantée par les poètes, n’était que le symbole et le signe physique 88 . C’es
46 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). La guerre est morte (5 septembre 1945)
103re. N’insistons pas : l’appareil militaire qu’ont chanté les Déroulède de tous les temps, appartient en principe aux musées, d
47 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
104vêque anglican de New York. Dix mille personnes y chanteront des hymnes avant la procession du chœur et du clergé, précédés de por
48 1946, Journal des deux Mondes. 3. Intermède
105 Une femme du chœur me dit : « C’est difficile de chanter ça ce soir. Les mots nous restent dans la gorge… » Le drame ne put êt
49 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
106er lieto, sia ! Di doman non c’è certezza. Ainsi chantait Laurent le Magnifique. Manuel et ses contemporains savent et disent à
50 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
107s religieuses, mais là encore, le Credo de Nicée, chanté par un chœur anglican, se voit coupé avant le Saint-Esprit par la pub
108nt les bougies ; dans chaque rue, des enfants qui chantent des carols ; dans chaque église ou presque, le Messie de Haendel. Et
109e dis « presque ». ⁂ Les Madrigaux de Monteverde, chantés par un petit ensemble que dirige Nadia Boulanger (il se trouve qu’ell
51 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
110vêque anglican de New York. Dix mille personnes y chanteront des carols avant la procession du chœur et du clergé, précédée de por
52 1946, Lettres sur la bombe atomique. 2. La guerre est morte
111re. N’insistons pas : l’appareil militaire qu’ont chanté les Déroulèdes de tous les temps, appartient en principe aux musées,
53 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Noël à New York (décembre 1946)
112vêque anglican de New York. Dix mille personnes y chanteront des carols avant la procession du chœur et du clergé, précédée de por
54 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
113 hasard, vers midi. Si vous tombez sur un service chanté, la communion reçue à genoux devant l’autel, vous vous croirez chez l
55 1946, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique est-elle nationaliste ? (29 août 1946)
114épendait que de lui d’aller à pied quand cela lui chantait. Mais je m’avise ici d’une contradiction étrange. Il semble bien que
56 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
115image d’une vision de l’esprit. Le corps et l’âme chantent alors à l’unisson. L’esprit offensif et joyeux, le corps qui se sent
57 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
116la en les voyant danser, en les voyant marcher en chantant dans la rue. Je vous l’ai dit dans mon premier article : on ne compre
117 et couvert de papiers, cette femme du peuple qui chantait à pleine voix le Star spangled banner avec la ferveur d’une évangélis
118épendait que de lui d’aller à pied quand cela lui chantait. ⁂ Mais je m’avise ici d’une contradiction étrange. Il semble bien qu
58 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
119 hasard, vers midi. Si vous tombez sur un service chanté, la communion reçue à genoux devant l’autel, vous vous croirez chez l
59 1948, Suite neuchâteloise. VI
120t le style. Entendrons-nous un jour quelqu’un qui chante, ou crie, après des siècles où nul n’a prononcé un mot plus haut que
60 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
121ait passer la main à l’Assemblée. C’est peut-être chanter victoire un peu trop tôt. Il reste encore à faire entrer dans la réal
61 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
122a Suisse comme un pays de pâtres pittoresques qui chantent des jodels, font des trous dans le fromage, et vendent très cher aux
62 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
123ité. La part du folklore, des chansons populaires chantées par les chœurs de village, des retransmissions de cérémonies publique
63 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
124ngué, mais c’est pour qu’il la serve. Écoutons-la chanter par la voix déchaînée de sa prêtresse et magicienne Isolde: « Élu par
125phe de la mort des amants. « Viens, douce mort », chante l’âme apaisée au plus pur des chorals de Bach. La « Joie suprême » d’
64 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
126comme en vue de lendemains qui auront le temps de chanter — les occasions de mieux comprendre nos vies comme aussi de mieux com
65 1956, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Oserons-nous encore… » (6 novembre 1956)
127ective et le canon des chars dans la foule serrée chantant la liberté. Mais avant que l’Histoire et la colère des peuples l’ait
66 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
128e sa vie privée, s’assemble dans l’église où l’on chante des chœurs. Messes de Mozart, Passions de Bach : je ne sais rien de p
129isolement, comme le veut la magie, nous prions et chantons ensemble. » Ici, je dois citer Rudolf Kassner, essayiste autrichien d
67 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
130ngué, mais c’est pour qu’il la serve. Écoutons-la chanter par la voix déchaînée de sa prêtresse et magicienne Isolde: « Élu par
131phe de la mort des amants. « Viens, douce mort », chante l’âme apaisée au plus pur des chorals de Bach. La « Joie suprême » d’
68 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
132excitent l’imagination de Rousseau et lui fassent chanter les mérites de l’homme naturel et préparer la Révolution française, l
69 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
133comme en vue de lendemains qui auront le temps de chanter — les occasions de mieux comprendre nos vies comme aussi de mécompren
70 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aux racines de l’Europe de demain (avril 1957)
134hes du Romantisme allemand, Hegel et Fichte, puis chanté par les poètes « nationaux » du xixe siècle, ne pouvait être véritab
71 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle des festivals dans la vie culturelle de l’Europe [Commentaires] (mai 1957)
135ensemble sans sacrifier ceux de l’individu, faire chanter les tons purs et les voix différentes, et non pas tout mêler indiscer
72 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
136i s’abolit dans cette Nuit de l’indistinction que chante le deuxième acte de Tristan : La nuit brillante enferme en ses bras
73 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
137i s’abolit dans cette Nuit de l’indistinction que chante le deuxième acte de Tristan : La nuit brillante enferme en ses bras
74 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
138e voudra Tristan, l’autre Don Juan. Don Juan nous chante qu’il n’est heureux que dans l’instant, la nouveauté et le changement
75 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
139ue, ayant enfin recouvré la Grèce, nous puissions chanter tes louanges par toute l’Europe. Relevons la triade significative de
76 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.1. La Révolution Française et l’Europe
140umanité », que Vergniaud célèbre en ces termes : Chantez donc, chantez une victoire qui sera celle de l’humanité. Il a péri de
141 Vergniaud célèbre en ces termes : Chantez donc, chantez une victoire qui sera celle de l’humanité. Il a péri des hommes ; mai
77 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
142e Saint-Pierre qu’il écrit cette strophe illustre chantée par les chœurs de Beethoven : Seid umschlungen, Millionen, Diesen Ku
78 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
143 efficace et franche que « l’Europe des Nations » chantée par les poètes aux larges vues, mais exploitée par les politiciens au
144e « bon vieux temps » est mort : avec Mozart il a chanté sa dernière chanson : — quel bonheur pour nous, que son rococo ait en
145 où s’exprima cette même destinée de l’Europe qui chantait en Beethoven ! Puis ce fut, dans la musique allemande, le tour du rom
146pe, ce cimetière, est peuplée par des peuples qui chantent avant d’aller s’entretuer. Les Français et les Allemands chanteront b
147’aller s’entretuer. Les Français et les Allemands chanteront bientôt. Sorel, désespérant de « cette Europe qui est la terre-type
148ne Europe unie, — Europe, mon pays que j’ai voulu chanter ! — tout au long d’une œuvre importante qui s’étend du poème intitulé
79 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
149e voudra Tristan, l’autre Don Juan. Don Juan nous chante qu’il n’est heureux que dans l’instant, la nouveauté et le changement
80 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
150 parle, entonne, et le peuple répond, et le chœur chante. Et ce chœur est formé de voix diverses mais unies par les lois de l’
151individuel mais culte communautaire : et le chœur chanté, dans l’église, manifeste à son tour la structure essentiellement pol
81 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
152s-Unis d’Europe basés sur la volonté des peuples, chantés par les poètes aux larges vues, mais exploités par les politiciens au
153pe, ce cimetière, est peuplée par des peuples qui chantent avant d’aller s’entre-tuer. Les Français et les Allemands chanteront
154aller s’entre-tuer. Les Français et les Allemands chanteront bientôt. 40 On sait la suite. Car cette fois-ci, il y en eut une !
82 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
155 les places publiques. Devant eux, tout le peuple chante. p. 27 3. À la « lourdeur helvétique » s’oppose l’« esprit gaulo
83 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
156mps imaginé la Suisse comme un pays de pâtres qui chantent des jodels et vendent très cher aux étrangers le droit de contempler
84 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
157er lieto, sia ! Di doman non c’è certezza. Ainsi chantait Laurent le Magnifique. Manuel et ses contemporains savent et disent à
158 la nature et l’esprit militaire. Toute la Suisse chante, depuis toujours. Jodels des Alpes, ces « acrobaties vocales », a-t-o
85 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
159rs des journaux et par l’élite de la bourgeoisie, chantent sur tous les tons la plainte de l’humanisme opprimé par la technique,
86 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.9. L’Europe, l’été…
160hènes à Stockholm, toute l’Europe en été vibre et chante, danse ou déploie les fastes de ses opéras dans les plus beaux décors
161ensemble sans sacrifier ceux de l’individu, faire chanter les tons purs et les voix différentes, et non pas [p. 154] tout mêler
87 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
162et Acht ! Schon weicht dem Tag die Nacht ! 212 chante Brangaine sur la tour de l’aube, au point sublime du IIe Acte, et je
163e ? L’amour courtois, comme son nom l’indique, se chantait dans les cours, non dans les magasins. Or, les seigneurs, mais surtou
164de la Dame !) Ainsi Suso « tient cette gageure de chanter comme une femme aimée le Bien insaisissable, le Dieu sans mode et san
165is que les « Bretons », Celtes et autres Germains chantent la Mort. C’est dans le grand ouvrage de René Nelli sur L’Érotique des
166 sentiment de l’amour humain va se déclarer et se chanter, à la faveur de formes et de rythmes empruntés à la liturgie. Et dès
167il est poète. Ses premiers « vers » (ou cansos) « chantent ses aventures galantes d’une manière grivoise, obscène même » pour un
168du temps nouveau Les bois verdissent, les oiseaux Chantent chacun en son langage Les versets de leur chanson neuve : Il faut bie
169urtois et ridiculisera ses poètes plaintifs « qui chantent comme s’ils avaient mal aux dents ». Autant de poètes, autant de situ
170je n’ai pas encore trouvé une seule femme qui ait chanté l’amour de loin 249 . L’amour-passion serait-il une allergie que l’o
88 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
171re du franco-provençal, qui y fut parlé, écrit et chanté du ixe siècle jusqu’aux débuts du xixe . (Pictet de Rochemont, le né
89 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
172ées 1830 utilisèrent pour tant de cantiques qu’on chante encore en Suisse romande. C’est ainsi que l’audition des premiers dis
90 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
173auté ou seulement d’être ensemble, de marcher, de chanter et de haïr ensemble, a fait basculer dans l’absurde des dizaines de m
91 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
174s par des [p. 209] hommes aux chemises brunes qui chantaient le « Horst Wessel Lied ». L’homme antinomique « Toute politique imp
92 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
175: ils traversent l’Europe en cortèges de pèlerins chantant des « chansons d’aubes » spirituelles, ils dansent, ils tissent ou ne
93 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
176re du franco-provençal, qui y fut parlé, écrit et chanté du ixe siècle jusqu’aux débuts du xixe (Pictet de Rochemont, négoci
94 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
177? Peut-être un de ces mots dont Valéry dit qu’ils chantent plus qu’ils ne parlent ? Trop d’auteurs, il est vrai, en ont fait un
95 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
178ient nous jeter d’un jour à l’autre, si cela leur chantait ou pour que nous chantions. Quelques semaines plus tard, la guerre du
179à l’autre, si cela leur chantait ou pour que nous chantions. Quelques semaines plus tard, la guerre du Kippour fournissait un pré
96 1977, Foi et Vie, articles (1928–1977). Pédagogie des catastrophes (avril 1977)
180ient nous jeter d’un jour à l’autre, si cela leur chantait ou pour que nous chantions. Quelques semaines plus tard, la guerre du
181à l’autre, si cela leur chantait ou pour que nous chantions. Quelques semaines plus tard, la guerre du Kippour fournissait un pré
97 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
182sommes attaqués et tués. La tradition des poètes chantant l’Europe, ses merveilleuses diversités et sa passion de la liberté, s
98 1981, Cadmos, articles (1978–1986). Un falsificateur vu de près (été 1981)
183 aussi bien, celle de Barbusse et de Rolland, qui chante les « cuisses dures d’une dictature qui chevauche les peuples et les
99 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Chronique européenne : La préparation des élections européennes (printemps 1984)
184 lisible qu’ailleurs, parce que le nationalisme y chante à livre ouvert ses thèmes sacrés, l’absolu de sa primauté sur toute a