1 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
1e forteresse protégée, qui ne risque plus rien du charnel et du temporel, qui ne veut, qui ne peut plus rien risquer. Entre le
2 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
2ire : dans l’histoire, dans ce temps, nous sommes charnels, non seulement d’abord, mais ensuite et toujours. Mais la primauté ét
3 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
3ue d’un retour à la nature, d’une fraternité plus charnelle, d’une communion avec la masse dans le mystère des origines : souveni
4 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
4t, parmi nous, n’est rien — hors la démonstration charnelle et déchiffrable d’une action. Jésus-Christ est le verbe incarné, la v
5 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les mystiques allemands du xiiie au xixe siècle, par Jean Chuzeville (2 novembre 1935)
5 lesquels l’âme arrive à transgresser ses limites charnelles et temporelles ». Fort bien, répondrait un marxiste, si le christiani
6ous nous chargerons de l’homme « dans ses limites charnelles et temporelles ». C’est aussi ce que dit l’Évangile, où il n’est pas
6 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
7 lesquels l’âme arrive à transgresser ses limites charnelles et temporelles, à s’oublier en Dieu, son principe ». La question est
7 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
8ner de plus abstrait, de plus séparé des réalités charnelles, de plus innocemment idéaliste, de plus faussement positiviste, de pl
8 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
9: Cela est-il possible à l’homme dans ses limites charnelles ? Cela exige-t-il de moi un acte précis, ici et maintenant ? Cette dé
10conflit humain tel qu’il se joue dans nos limites charnelles. Mais ce qui est sûr, c’est que le conformisme et l’évasion s’opposen
9 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
11e cette passion se détachait des rythmes du désir charnel ; mais tandis que pour Tristan l’infini, c’est l’éternité sans retour
10 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
12antie du plaisir, c’est-à-dire de l’Éros purement charnel, et non du tout divinisé 100 . ⁂ On objecte alors que le mariage ne s
11 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
13Amour courtois serait une idéalisation de l’amour charnel C’est la thèse la plus courante. On pourrait se borner à rappeler que
14les poètes de cette époque, l’expression du désir charnel est si vive et parfois si brutale qu’il est vraiment impossible de se
15ression « vive et brutale » d’un désir évidemment charnel ? Dans la crudité de certains termes ? Mais elle était courante et na
12 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
16sont seuls enveloppés de ténèbres, c’est le désir charnel qui les sépare encore. Ils sont ensemble et pourtant ils sont deux. I
17versante des mélodies révèle un monde où le désir charnel n’est plus qu’une dernière et brûlante langueur dans l’âme qui se gué
13 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
18e cette passion se détachait des rythmes du désir charnel ; mais tandis que pour Tristan l’infini, c’est l’éternité sans retour
14 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
19antie du plaisir, c’est-à-dire de l’Éros purement charnel, et non du tout divinisé. Je répète toutefois que le mariage ne saura
15 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
20t un amour spirituel, par opposition à tout amour charnel » (p. 195). L’amour courtois serait au contraire « l’expression poéti
16 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
21 détesté, c’est la fatalité de l’être individuel, charnel, créé, et lié à toute la création. C’est par lui [p. 922] et à traver
17 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). L’ère des religions (22 février 1939)
22ar exemple par le seul sentiment d’une fraternité charnelle, d’un coude à coude pathétique. Ce n’est pas là une hypothèse : il su
18 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
23 pénètre de tout son corps, de tout son sentiment charnel, on l’accepte avec toute la nature, sans préjugés ni fausse pudeur. C
19 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
24ue d’un retour à la nature, d’une fraternité plus charnelle, d’une communion avec la masse dans le mystère des origines : souveni
20 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
25uté des hommes se fonde d’abord sur des relations charnelles et concrètes. C’est pourquoi l’individualisme, qui les néglige, est u
21 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
26uté des hommes se fonde d’abord sur des relations charnelles et concrètes. C’est pourquoi l’individualisme qui les néglige est une
22 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
27 détesté, c’est la fatalité de l’être individuel, charnel, créé, et lié à toute la création. C’est par lui et à travers lui que
23 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
28 pénètre de tout son corps, de tout son sentiment charnel, on l’accepte avec toute la nature, sans préjugés ni fausse pudeur. C
24 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
29étérosexuel » était d’autant plus pur que rien de charnel ne s’y mêlait. « C’est ainsi que je me suis complètement blousé » rép
25 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
30t bien dans cette vie, dans cette existence toute charnelle 22 que l’homme doit se convertir ; c’est « ici-bas », sans évasion p
26 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
31 conflit, il n’en va pas ainsi du spirituel et du charnel dans l’homme [p. 65] pécheur ; ni de la liberté et du service dans l’
27 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
32t bien dans cette vie, dans cette existence toute charnelle  57 que l’homme doit se convertir ; c’est « ici-bas », sans évasion
28 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
33 non par sympathie élective toujours égoïste et « charnelle », mais dans l’égalité de tous devant Dieu. On s’étonne : cet amour g
29 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
34étérosexuel » était d’autant plus pur que rien de charnel ne s’y mêlait 60 . « C’est ainsi que je me suis complètement blousé !
35mage de sa mère reste permis, tant que le « désir charnel » est inhibé. 2° En revanche, désirer les corps brunis de jeunes « va
30 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — i. L’amour selon les évangiles
36 mystérieux que s’il était interprété en termes « charnels », comme le fit Origène. 4. Jésus donne quelques-unes de ses révélati
31 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
37 non par sympathie élective toujours égoïste et « charnelle », mais dans l’égalité de tous devant Dieu. On s’étonne : cet amour g
32 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
38dans un lit, nu contre nue, sans accomplir l’acte charnel. ») J’ai deux raisons également importantes d’insister sur l’asag et