1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1 guerre encore contus de huit coups de griffes et chaud de l’étreinte du fauve merveilleux ». Il n’a pas eu le temps de se re
2nt humaniste et poète, un style à la fois bref et chaud, imagé et réaliste, M. de Montherlant chante cette « violence ordonné
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
3Phèdre avoue tout « devant le cadavre encore tout chaud ». Affreux. Aussi : « Elle mourut. » On voit que cette bande est anté
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
4tale qui s’avance dans la lumière fauve d’un soir chaud sur la plaine, avec ses dômes et ses façades exubérantes de reflets,
4 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
5t, les moires et l’ondulation des rubans de vents chauds sur la plaine, avec des éloignements et des retours, des enroulements
5 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
6ait la mélodie. La fanfare s’éloigne. La nuit est chaude sur les collines. Un grand verre de bière à l’auberge déserte, ma pip
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
7 duquel nous emmène Kagawa : Il appuya son front chaud et malade contre la fenêtre, ferma les yeux et somnola. Le train fais
7 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
8ourdissante du monde : je vois une lumière vraie, chaude et triomphante, et des vaisseaux qui ramènent Iseut dans le silence d
8 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
9tale qui s’avance dans la lumière fauve d’un soir chaud sur la plaine, avec ses dômes et ses façades exubérantes de reflets,
10t, les moires et l’ondulation des rubans de vents chauds sur la plaine, avec des éloignements et des retours, des enroulements
9 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
11it la mélodie.) La fanfare s’éloigne. La nuit est chaude sur les collines. Un grand verre de bière à l’auberge déserte, ma pip
12airie. (Je suis rentré sans éveiller le chien. Un chaud soleil pénétrait dans la grande maison fraîche. [p. 158] Maintenant l
10 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
13al était malade, il fallait l’opérer d’urgence, à chaud, et nous y avons porté le fer d’une main assurée. Vos critiques ne no
11 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
14al était malade, il fallait l’opérer d’urgence, à chaud et nous y avons porté le fer d’une main assurée. Vos critiques ne nou
12 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
15t dans l’air, avec l’enthousiasme d’une éloquence chaude et entraînante. Pour cela, il te faut de la force et du talent. Qu’ar
13 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). La guerre est morte (5 septembre 1945)
16.) On ne se guérit pas facilement de l’ablation à chaud d’une coutume ancestrale, du goût des uniformes, du jeu des soldats d
14 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
17s, à la piscine, dans la pinède qui vibre au vent chaud de la mer… [p. 91] Lisbonne, 10 septembre 1940 Blanche et bleue dan
15 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
18 enfin vers le silence, à minuit, dans la ténèbre chaude. Un vrai départ, déjà dépaysé. Rien à regarder du pont, sinon dans le
19 Tout à l’avant du pont, le vent merveilleusement chaud fait claquer les pans du peignoir sur mes jambes nues, m’embrasse tou
16 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
20t festonnées de tuiles provençales. La brique est chaude encore sous mes pieds nus. À ma hauteur, et un peu plus bas, et puis
21 de la glace, ôte enfin le peignoir, il fait trop chaud. Des rires viennent d’une terrasse obscure, un cliquetis de tiges de
17 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
22 s’annonce dans les journaux : « cinq pièces, eau chaude et bain ». Il existe dans Manhattan des centaines de milliers de logi
18 1946, Lettres sur la bombe atomique. 2. La guerre est morte
23.) On ne se guérit pas facilement de l’ablation à chaud d’une coutume ancestrale, du goût des uniformes, du jeu des soldats d
19 1946, Politique de la Personne (1946). Préface pour l’édition de 1946
24ns une Europe mal relevée d’une grave opération à chaud, les symptômes du même mal, localement extirpé, mais maintenant diffu
20 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
25t festonnées de tuiles provençales. La brique est chaude encore sous mes pieds nus. À ma hauteur, et un peu plus bas, et puis
26 de la glace, ôte enfin le peignoir, il fait trop chaud. Des rires viennent d’une terrasse obscure, un cliquetis de tiges de
27 s’annonce dans les journaux : « Cinq pièces, eau chaude et bain. » Il en existe dans Manhattan des centaines de milliers cons
21 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
28t festonnées de tuiles provençales. La brique est chaude encore sous mes pieds nus. À ma hauteur, et un peu plus bas, et puis
29 de la glace, ôte enfin le peignoir, il fait trop chaud. Des rires viennent d’une terrasse obscure, un cliquetis de tiges de
22 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Slums (janvier 1947)
30 s’annonce dans les journaux : « cinq pièces, eau chaude et bains ». Il existe dans Manhattan des centaines de milliers de log
23 1948, Suite neuchâteloise. VII
31rise de nuit, rêvant jusqu’à mes pieds.   Par une chaude soirée du mois d’août 192., un jeune homme, simplement vêtu d’un pant
24 1948, Suite neuchâteloise. VIII
32nnaissance intime de la neige ; le désir des pays chauds ; et un petit lièvre. Je me souviens de ce retour du Creux-du-Van, à
25 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
33 prise de nuit, rêvant jusqu’à mes pieds. Par une chaude soirée du mois d’août 192…, un jeune homme, simplement vêtu d’un pant
26 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
34un sourire mince et pourtant amical. Il fait très chaud. De ses poches, il tire deux bouteilles de bière et nous les offre. A
27 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
35 est l’un des pays qui a exporté le plus de têtes chaudes. Dès le xvie siècle, elle commença même à les exporter par régiments
28 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
36au bord le plus lointain duquel s’étend une « mer chaude et boueuse » (le non-être). La Ténèbre règne à demeure sur ce pays. «
29 1960, Preuves, articles (1951–1968). Sur la détente et les intellectuels (mars 1960)
37erre froide ne cessera de voisiner avec la guerre chaude, et que c’est là l’ordre naturel des choses dans lequel l’humanité do
38nique capitaliste », donc d’une volonté de guerre chaude. Inutile de demander s’ils y croyaient : ils avaient à le dire et c’e
30 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
39un sourire mince et pourtant amical. Il fait très chaud. De ses poches, il tire deux bouteilles de bière et nous les offre. A
31 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
40eu près les mêmes caractères, passant du froid au chaud d’une manière insensible ; de sorte que dans une telle température la
32 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
41des champs de bataille fumants, sous un déluge de chaudes larmes, de grandes agapes en guise de fête de la paix. Seule la relig
33 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
42s révolutionnaires de la Renaissance et les têtes chaudes de la Réformation puisèrent leurs inspirations modernes dans les vieu
34 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
43répugnent aux descendants des « Schwyzer » à tête chaude, telles que le drill et la discipline formaliste des places d’armes.
44gère, depuis 1848. Au lieu d’exporter leurs têtes chaudes par régiments entiers dans toute l’Europe, ils se sont mis à exporter
35 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
45 Parce que tu es tiède et que tu n’es ni froid ni chaud, je te vomirai de ma bouche » ; et malgré les pamphlets qui maudissai
36 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Confrontation des régions transfrontalières [Nos conclusions] (été 1972)
46ées, durement débattues, et finalement adoptées à chaud les thèses d’où devaient sortir non seulement les institutions de Str
37 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
47aintenant de gouvernement à la France est forgé à chaud… L’État est tout…. Il est militaire dans son principe, dans ses maxim
38 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
48intenant le gouvernement de la France est forgé à chaud… L’État est tout… Il est militaire dans son principe, dans ses [p. 98