1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Le Corbusier, Urbanisme (juin 1926)
1lan ni dans le détail des rues. Congestion : « un cheval arrête 1 000 chevaux-vapeurs ». Et pourtant « la ville est une image
2 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
2 toujours dans un coin du tableau des ruades, des chevaux qui partent tout droit, la tête dressée, des vachettes qui se mordill
3 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
3e, de douleurs en ivresses avec la même joie, mon cheval fou, mon beau Désir s’ébroue et part sitôt que je vais m’endormir, ah
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Orphée sans charme (février 1927)
4 à écrire une phrase ». Et cette phrase, c’est un cheval savant qui la lui a dictée : « Madame Eurydice Reviendra Des Enfers. 
5 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
5steppe brûlante, des ondulations longues… Mais un cheval se cabre ; et c’est la danse qui se lève, et des tambours et des cris
6 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
6vec sa large face mangée par une barbe en crin de cheval du diable. L’héroïne est belle [p. 167] comme une ballade de Bürger,
7 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
7steppe brûlante, des ondulations longues… Mais un cheval se cabre ; et c’est la danse qui se lève, et des tambours et des cris
8 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
8vec sa large face mangée par une barbe en crin de cheval du diable. L’héroïne est belle comme une ballade de Bürger, tandis qu
9 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
9x, de son côté. Le reste de la matinée se passe à cheval au bord de la mer. Jeux du rivage : sur les montures à poil on s’élan
10f » 19 coloré de traînées d’algues pourpres. Les chevaux ruisselants s’échappent [p. 173] de nos bras, et nous les poursuivons
11 terres. Chaque jour nous partons en break à deux chevaux, pour l’un des onze villages du burgraviat. Par des chemins à peine t
12t par équipes très nombreuses, à grand renfort de chevaux de trait, car la nature marécageuse du sol rend les transports malais
13nts. Sur la plaine éblouissante, des troupeaux de chevaux pâturent en liberté. Le meuglement des bœufs ne s’apaise pas sous le
14r rôle naturel et tonique. On lâche les garçons à cheval dès six ans ; plus tard on leur confie des poulains à dresser — et ce
10 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
15s. Les voilà qui reviennent sous le couvert de ce cheval de Troie qui se nomme déterminisme historique. Il faut croire qu’ils
11 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
16s. Les voilà qui reviennent sous le couvert de ce cheval de Troie qui se nomme déterminisme historique. Il faut croire qu’ils
12 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
17née, coupé en petits morceaux, dans du crottin de cheval, et de faire subir à son corps toute la gamme des combinaisons alchim
13 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
18nque d’argent ; avec des ustensiles, une scie, un cheval ; avec les sentiments et les idées des autres, et leurs histoires ; a
19a journée. À cinq heures nous allons chercher les chevaux qui se cachent tout au bout du champ de pommes de terre, là-bas près
14 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
20  ? Cette manie de porter des bottes sans aller à cheval, ces uniformes, ces poignards qui pendent à vos ceinturons, ces défil
15 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
21  ? Cette manie de porter des bottes sans aller à cheval, ces uniformes, [p. 35] ces poignards qui pendent à vos ceinturons, c
22s tout de même embarrassantes quand on n’a pas de cheval à enfourcher) — tout ce qu’on aimait en elle, elle le châtie avec une
16 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
23 de « réarmement », c’est introduire chez nous le Cheval de Troie. Car pour s’armer autant que l’adversaire, il faudrait impos
17 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
24subordonner à cela, c’est introduire chez nous le cheval de Troie. La guerre totale en effet suppose l’unification totalitaire
18 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
25sociale, d’humilier le mari — roi aux oreilles de cheval, toujours si facilement dupé — et de glorifier la vertu de ceux qui s
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
26evalier à l’armure blanche qui le renverse de son cheval et le dépouille de sa couronne. Lancelot tout déconfit rencontre un p
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
27tes par les « chapitres » du pas d’armes. C’est à cheval qu’il faut toucher les boucliers : les chevaliers trouveront toujours
28oucliers : les chevaliers trouveront toujours des chevaux prêts à cet usage. » « Le chevalier est toujours inconnu ; c’est « le
29’Angleterre, le roi René apparaît en noir, sur un cheval noir caparaçonné de noir, avec une lance noire et un écu de sable aux
30frait alors aucun danger : « On combat toujours à cheval, couvert d’armes et assuré de la vie lorsqu’on se rend prisonnier… La
21 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). « À cette heure où Paris… » (17 juin 1940)
31s, le grisant glissement de la foule de l’Arc aux Chevaux de Marly, les siècles de grandeur, de misère, de sagesse, dont le vis
22 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
32s, le grisant glissement de la foule de l’Arc aux Chevaux de Marly, les siècles de grandeur, de misère, de sagesse, dont le vis
23 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
33isant glissement de la foule de l’Arc [p. 71] aux Chevaux de Marly, les siècles de grandeur, de misère, de sagesse, dont le vis
24 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
34ion, disent les journaux, et trois cents agents à cheval ont suffi pour « maintenir l’ordre ». J’appelle cela démocratie. Les
25 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
35 de villas au soleil, par-dessus le dos gris d’un cheval qui broutait l’herbe d’un marais. Buenos Aires, début de septembre
36les enfants se hissaient légèrement sur de petits chevaux à poil — deux ou trois enfants par cheval, chacun serrant les bras de
37petits chevaux à poil — deux ou trois enfants par cheval, chacun serrant les bras de l’autre — et partaient au galop dans tout
380 km seulement de la [p. 144] ville. J’aurai deux chevaux, deux autos, une cuisinière française envoyée tout exprès, et l’ample
39rté à l’Éternel.) ⁂ Sur un horizon d’incendie, ce cheval au galop monté par un gaucho tout noir, c’est l’Argentine des cartes
40vient de passer le portail comme sans le voir, le cheval au pas ayant poussé le battant d’une patte. Il a levé la main au somb
41t les femmes du monde de Buenos Aires à galoper à cheval sur des balais, en grande toilette, dans la cour de sa résidence. Lui
26 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
42gèrement vallonnés où galopaient des troupeaux de chevaux, et des villages aux maisons de bois tristes qui s’appelaient Chantil
43irginie. — Grands plateaux onduleux et livrés aux chevaux, jusqu’à l’horizon bleu des Appalaches. Pendant que nous roulons sur
44ce. Elle la déteste. Elle n’aime vraiment que ses chevaux… » L’auto s’arrête devant un haut portique. Deux colonnes blanches en
45ibule sombre. La maîtresse de maison est sortie à cheval. Promenons-nous en l’attendant. L’odeur des chiens imprègne les corri
46ette sur la crête d’une colline, nous voyons deux chevaux au galop. Ils disparaissent dans un vallonnement, et maintenant remon
47 201] devant la barre du portail. Elle pousse son cheval, le portail cède et lui livre passage. C’est une grande femme bottée,
48e la main. Le jeune homme mince, immobile sur son cheval, nous considère avec hostilité. Il a les yeux d’un bleu très pâle et
49rouve à la maison ! » crie-t-elle. Et piquant son cheval, penchée sur l’encolure, elle disparaît dans le tunnel de la charmill
27 1946, Lettres sur la bombe atomique. 15. L’État-nation
50ux mille kilomètres à la ronde, sauf s’il saute à cheval par-dessus toute l’Allemagne ou l’Océan. Mettez-lui bien cela dans la
28 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
51n Virginie Grands plateaux onduleux et livrés aux chevaux, jusqu’à l’horizon bleu des Appalaches. Pendant que nous roulons sur
52ui. Elle la déteste. Elle n’aime vraiment que ses chevaux… L’auto s’arrête devant un haut portique. Deux colonnes blanches entr
53ibule sombre. La maîtresse de maison est sortie à cheval. Promenons-nous en l’attendant. L’odeur des chiens imprègne les corri
54ette sur la crête d’une colline, nous voyons deux chevaux au galop. Ils disparaissent dans un vallonnement et maintenant remont
55êtent devant la barre du portail. Elle pousse son cheval, le portail cède et lui livre passage. C’est une grande femme bottée,
56e la main. Le jeune homme mince, immobile sur son cheval, nous considère avec hostilité. Il a les yeux d’un bleu très pâle et
57ouve à la maison ! », crie-t-elle. Et piquant son cheval, penchée sur l’encolure, elle disparaît dans le tunnel de la charmill
29 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
58Les Anglais ont ce proverbe : « Ne changez pas de chevaux au milieu du fleuve ». Les Français prétendent empêcher un accident d
30 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
59 1946) g Grands plateaux onduleux et livrés aux chevaux, jusqu’à l’horizon bleu des Appalaches. Pendant que nous roulons sur
60ui. Elle la déteste. Elle n’aime vraiment que ses chevaux… » L’auto s’arrête devant un haut portique. Deux colonnes blanches en
61ibule sombre. La maîtresse de maison est sortie à cheval. Promenons-nous en l’attendant. L’odeur des chiens imprègne les corri
62ette sur la crête d’une colline, nous voyons deux chevaux au galop. Ils disparaissent dans un vallonnement, et maintenant remon
63êtent devant la barre du portail. Elle pousse son cheval, le portail cède et lui livre passage. C’est une grande femme bottée,
64e la main. Le jeune homme mince, immobile sur son cheval, nous considère avec hostilité. Il a les yeux d’un bleu très pâle et
65ouve à la maison ! » crie-t-elle. Et, piquant son cheval, penchée sur l’encolure, elle disparaît dans le tunnel de la charmill
31 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
66Les Anglais ont ce proverbe : « Ne changez pas de chevaux au milieu du fleuve. » Les Français prétendent empêcher un accident d
32 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
67oisième trapu, crâne tondu, une sorte de queue de cheval surgissant du sommet de l’occiput. Le saint homme déployait son impor
33 1952, Journal de Genève, articles (1926–1982). Au pays du Patriarche (29-30 novembre 1952)
68nt doux » de l’assistance. Les garçons défilent à cheval, en uniformes. « Sont-ce vos soldats ? » demande le prince de Hesse.
34 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
69lécommandes et ses missi dominici n’allaient qu’à cheval. Mais sa Terreur valait les purges communistes, et son « cléricalisme
35 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
70agricoles (celle en particulier de l’attelage des chevaux au moyen d’un licol rigide). Ce ne sont pas nos protestations contre
36 1955, Journal de Genève, articles (1926–1982). Pour un désarmement moral (19 juillet 1955)
71nt que la culture du voisin soit au contraire son cheval de Troie. Mais il s’agit d’échanges réels dans les deux sens, ou je n
72 je n’ai rien dit. Si chacun mène chez l’autre un cheval de Troie et qu’il en organise, en place publique, la visite officiell
37 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. A. Introduction
73ention du soc, ou de la roue, ou de l’attelage du cheval de selle, l’autre d’une invasion nordique, ou de l’apparition d’une n
38 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
74écommandes, et ses missi dominici n’allaient qu’à cheval. Mais sa Terreur valait les purges communistes, et son « cléricalisme
39 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
75agricoles (celle en particulier de l’attelage des chevaux au moyen d’un licol rigide). Ce ne sont pas nos protestations contre
40 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
76nt doux » de l’assistance. Les garçons défilent à cheval, en uniforme. « Sont-ce vos soldats ? » demande le prince de Hesse. «
41 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
77ontrôle des naissances. Métamorphose moderne du cheval de Troie Ce tableau de la diffusion de notre civilisation résume tant
78. Ainsi, chaque machine exportée est, en fait, un cheval de Troie. Nous avons évacué nos guerriers et retiré nos fonctionnaire
79 jamais une Talbot, une Cadillac, ni une simple 4 chevaux n’est entrée dans ma cour, spontanément, dans l’intention de m’envahi
42 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
80n, antinomie, ils ne montent pas sur leurs grands chevaux théologiques, mais chacun suit sa voie, son « svadharma », sa religio
43 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
81ondial veillera à ce que toutes les sonnettes des chevaux et toutes les chaudières, etc., soient consacrées à l’Éternel (Zach.
44 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
82areille à une autre et où l’on ne peut mener deux chevaux de la même façon, seule une sagesse démente prétendrait que l’on peut
83ue vous mettrez à la place des gens de pied et de cheval, des canons, des fauconneaux, des lances, des piques, des épées ? Vou
45 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
84n, antinomie, ils ne montent pas sur leurs grands chevaux théologiques, mais chacun suit sa voie, son « svadharma », sa religio
46 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
85invisibles qu’elles transportent, à la manière du Cheval de Troie. Et faut-il rappeler tant d’autres formes d’équilibre entre
47 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
86le cardinal et prince d’Empire Mathieu Schiner, à cheval sur sa mule blanche, casqué et revêtu de son long manteau pourpre, a
48 1968, Preuves, articles (1951–1968). Marcel Duchamp mine de rien (février 1968)
87ue — Consuelo avait peint son image : une tête de cheval à la craie sur fond rouge, maigre et qui rit, plutôt sourit… Il arriv
49 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
88 sous-développés sont les équivalents modernes du cheval de Troie. Elles transportent un « champ culturel » (au sens physique
50 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.9. L’Europe, l’été…
89ersonnes sont assises autour d’une table en fer à cheval, et souvent leurs regards se perdent sur ces champs de neige au loin,
51 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.10. Le Dialogue des cultures
90ois vous le dire : chacune de vos machines est un cheval de Troie, qui transporte chez nous tout un champ de forces, peut-être
52 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
91. Ainsi, chaque machine exportée est, en fait, un cheval de Troie. Nous avons évacué nos guerriers et retiré nos fonctionnaire
92S qui a introduit dans l’Empire emmuré ce nouveau cheval de Troie occidental : la technique, et tout ce qu’elle entraîne dans
53 1970, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les prophètes de la décadence (24 septembre 1970)
93S qui a introduit dans l’Empire emmuré ce nouveau cheval de Troie occidental : la technique, et tout ce qu’elle entraîne dans
54 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
94s proche de l’enfant : commune, région (souvent à cheval sur une frontière). Et de là, on passera à l’ensemble européen et au
55 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
95. Ainsi, chaque machine exportée est, en fait, un cheval de Troie. Nous avons évacué nos guerriers et retiré nos fonctionnaire
56 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
96eul, je le savais, à m’occuper d’une voiture sans chevaux, mais je ne pouvais savoir ce que faisaient les autres. » De fait, qu
97e peste, à cause de son vacarme qui effrayait les chevaux… J’ai fait sur cette machine environ un millier de milles, et je la v
57 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
98ppui des mouvements « écologiques » ont battu les chevaux de retour des partis grâce aux quelques centaines de voix qui font to
58 1977, Foi et Vie, articles (1928–1977). Pédagogie des catastrophes (avril 1977)
99ppui des mouvements « écologiques » ont battu les chevaux de retour des partis grâce aux quelques centaines de voix qui font to
59 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
100; la région dite lémano-alpine qui se constitue à cheval sur la frontière franco-suisse autour de Genève ; enfin la région qu’
60 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
101e. Le mercredi soir, Georges Rebattet (le Colonel Cheval de la Résistance) m’apporte le texte de mon Message aux Européens (Co