1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’autre œil (février 1927)
1le programme.   Un peu d’histoire (erratum de la chronique de Mossoul). Belles-Lettres joua l’Inspecteur de Gogol à l’époque où
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
2emps.) » Je vous fais grâce, poursuivit-il, de la chronique de ma vie de rat d’hôtel et de sleepings ; encore que… Bref, depuis q
3 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
3aire rentrer la partie la plus incongrue de cette chronique. Enfin, un Étranger raconte l’histoire suivante qui est une des plus
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
4e terme qui sans doute reviendra souvent dans les chroniques de Foi et Vie, « résume commodément cette volonté d’émancipation de l
5 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
5 traduit en s’accusant réciproquement de mensonge chronique. Et de fait, la brutalité paraît fausse, parce qu’elle [p. 18] impose
6’actualisation, il peut tourner alors en un refus chronique. Et c’est en quoi le monde latin, monde de la spontanéité, est à son
6 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
7le forki japonais mériterait à lui seul toute une chronique de cette revue. Écrivain fécond 9 , [p. 1037] évangéliste, économiste
7 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
8utiles à tel endroit où Dieu leur dit d’aller. La chronique des rencontres miraculeuses qu’ils ont ainsi vécues remplirait des vo
8 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
9mais l’accompagne en secret tout au long de cette chronique. On voit naître et grandir un fils, puis les enfants d’une troisième
9 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
10mais l’accompagne en secret tout au long de cette chronique. On voit naître et grandir un fils, puis les enfants d’une troisième
11ne vous conterai pas « l’histoire ». [p. 2] Cette chronique d’une vie de femme n’est pas de celles qui se résument. Il y a là vin
10 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
12mandé de préciser, à propos d’une de mes récentes chroniques, ce qu’il fallait entendre par le protestantisme de Dostoïevski. Je n
11 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
13oire devient un ensemble de lois, et non plus une chronique des actes. On tend à ne garder de ceux-ci que ce qui peut s’organiser
12 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
14st pour beaucoup dans l’intérêt que je prends aux chroniques minutieuses de sa vie 33 . A-t-on remarqué l’extrême rareté des docum
13 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
15n acte précis, ici et maintenant ? Cette démesure chronique déprime et énerve à la fois [p. 205] presque toute la pensée moderne.
16ifient des civilisations dont nous connaissons la chronique, il est frappant de voir qu’ils n’ont imaginé qu’un assez petit nombr
14 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
17mériterait un examen critique dont le cadre de ma chronique ne saurait supporter même l’esquisse. Mais le sous-titre de cette œuv
15 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
18ctions françaises de Kierkegaard.   P.-S. : Cette chronique était déjà imprimée, quand j’ai lu dans les Cahiers du Sud une étude
16 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
19é tout l’après-midi dessus. Cela commence par une chronique historique, dont l’essentiel est naturellement l’énumération des déba
17 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
20out autrement que nous l’imaginions. L’irritation chronique que je ressens au contact des « gens » qui m’entourent, c’est une obs
18 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
21u « plein de talent ». (La discontinuité de notre chronique des Lettres ne traduit d’ailleurs pas nécessairement des intermittenc
19 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
22tout l’après-midi dessus. — Cela commence par une chronique historique dont l’essentiel est naturellement l’énumération des débar
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
23elle mesure il a voulu que ses romans fussent des chroniques secrètes de l’Église persécutée (thèse de Rahn, Péladan et Aroux) ou
24un mythe manichéen venu de l’Iran ; Otto Rahn une chronique déguisée des Cathares. (Parzival, fils d’Herzeloïde, femme du Castis,
25aisie et la doctrine, l’ornement romanesque et la chronique réelle ? Si ce fut le cas, il n’y réussit que trop bien, puisque Robe
21 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
26 Il avait étudié pour son Histoire de Bretagne la chronique arthurienne et ses légendes. Et dans le De doctrina christiana, il s’
22 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
27lisée, ou du moins ses prodromes tels qu’onanisme chronique et homosexualité, tel fut le résultat statistique de quatre années pa
23 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
28apparemment incohérentes. La guerre était un état chronique d’escarmouches isolées s’étendant sur un vaste domaine ; la diplomati
29sivement sur le fait qu’un document contemporain (Chronique de Morosini, 1429) la déclare expressément béguine. » Est-il besoin d
24 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
30olas. Je la diviserai en trois rubriques.      1. Chroniques. — La première en date est celle de Heinrich Glarean, écrite en latin
25 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
31que luthérien Sébastien Franck dit à la fin de sa chronique : « Qu’il n’ait rien mangé, je ne puis le croire : les Suisses eux-mê
26 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
32sorte d’unité qui fait nécessairement défaut à la chronique intermittente d’une existence. Malgré les pages plus élaborées que Gi
27 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
33ur vue, que les effets d’un trouble temporaire ou chronique dans le régime des sécrétions internes. Ils ont lu cela quelque part.
28 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
34l’histoire de la pensée n’est-elle souvent que la chronique de ses retraites éloquentes. Très peu vont jusqu’au bout de leur [p. 
29 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
35sorte d’unité qui fait nécessairement défaut à la chronique intermittente d’une existence. Malgré les pages plus élaborées que Gi
30 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Les résultats de la guerre (21 décembre 1945)
36n’ai guère parlé que de ces trois sujets dans mes chroniques précédentes.) Ce régime, c’est la démocratie, que plus personne qui c
31 1946, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)
37 de le livrer, alimente encore quotidiennement la chronique, là-bas. Avez-vous été séduit par l’Amérique ? Je l’aime énormément ;
32 1948, Suite neuchâteloise. VI
38avons eu d’excellents historiens : l’auteur de la Chronique des Chanoines (apocryphe), Chambrier pour l’ancien régime, Arthur Pia
33 1951, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Réplique à M. Lasserre (mars-avril 1951)
39r le problème suisse, dans le cadre général de ma chronique intitulée « Demain l’Europe ». Je n’ai nullement nié ou méconnu l’int
34 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
40écution de l’opinion publique. Mais revenons à la chronique des faits. Du xiiie au xve siècle, l’histoire de la Suisse se confo
35 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
41t monotones, la saleté de la rue, le détraquement chronique des services publics, la désuétude et le laisser aller. Cette impress
36 1953, Journal de Genève, articles (1926–1982). Aller et retour (21 mai 1953)
42’Amérique à prendre en mains le sort de débiteurs chroniques. Déjà, dans plusieurs de nos pays, nationalistes et communistes s’uni
37 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aller et retour (avril 1953)
43’Amérique à prendre en mains le sort de débiteurs chroniques. Déjà, dans plusieurs de nos pays, nationalistes et communistes s’uni
38 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
44 l’enseignement, qu’il est besoin. Sans elle, nos chroniques régionales nous seront à jamais inintelligibles, et nourriront les pl
39 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
45sonne Les mémoires d’un Grégoire de Nazianze, les chroniques de l’époque et les textes votés nous permettent de nous faire une ima
40 1955, Journal de Genève, articles (1926–1982). Pour un désarmement moral (19 juillet 1955)
46parler ! Les contempteurs de l’Occident, douteurs chroniques ou neutralistes de l’esprit ne peuvent rien apprendre aux hommes de l
41 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
47sonne Les mémoires d’un Grégoire de Nazianze, les chroniques de l’époque et les textes votés nous permettent de nous faire une ima
42 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
48s le xe siècle, s’il faut en croire les vieilles chroniques de l’Islande. Comment [p. 149] expliquer autrement l’accueil fait aux
43 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
49national, comme le suggère le titre même de cette chronique. Au fait, ne serait-ce pas là l’explication ? Ferney rappelle un écri
44 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur un certain cynisme (septembre 1957)
50ans la critique morale et l’invention lyrique, la chronique incisive et les vastes systèmes, et qui a le sens de la grandeur réel
45 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
51itique requiert d’autres vertus que l’indignation chronique, laquelle n’a jamais rien construit. Ces vertus, par malheur, ne sont
46 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
52ement devant les nouveautés techniques. Enfin des chroniques comme celle-ci, à moins qu’elles n’amusent nos petits-fils, comme on
47 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (II) (septembre 1958)
53débat se déchaîne, comme je l’avais prévu dans ma chronique du mois dernier, sur la question de la fédération ou de la confédérat
48 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le vocabulaire politique des Français (novembre 1958)
54 les étymologies : je n’en jugerai pas dans cette chronique. Je voudrais seulement signaler des difficultés sémantiques et suggér
49 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
55vres. J’enchaînerai là-dessus dans mes prochaines chroniques. p. 53 au. « Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (Le poi
50 1960, Preuves, articles (1951–1968). Sur la détente et les intellectuels (mars 1960)
56nière détendue que ma seule intention, dans cette chronique, est d’essayer de comprendre un problème très confus dont je ne suis
51 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Avant-propos
57ire de l’Europe qu’on va lire, mais seulement une chronique — illustrée de citations — des prises de conscience successives de no
52 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
58xvie siècle avant notre ère, selon les anciennes chroniques grecques, méprisées par le xixe siècle mais confirmées par les reche
53 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
59, dans les panégyriques ecclésiastiques, dans les chroniques en vers ou en prose, et dans les vies des saints. L’évangéliste irlan
60itique : on le trouve dans une suite à la fameuse Chronique d’Isidore de Séville, rédigée un siècle plus tôt. Le continuateur ano
61e sait, et l’on appelle aujourd’hui ce texte la « chronique mozarabe de 754 ») décrit la bataille de Poitiers, gagnée par Charles
62ne devant Byzance, dès 718 48 . Mais il y a cette chronique de l’anonyme espagnol, il y a ce mot Europenses qui suffit à lui seul
54 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.8. « Europa vel regnum Caroli »
63nir, qui seront notre Moyen Âge, vont remplir les chroniques de leurs luttes, refoulant le concept d’Europe dans le domaine du myt
55 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
64v Vasa, et le premier pasteur de Stockholm : Nos chroniques suédoises font grand honneur à nos ancêtres des hauts faits qu’ils on
65s. Tel fut leur courage tant vanté, ainsi que les chroniques le font voir clairement. Et de même, ils causèrent à la langue latine
56 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
66considérée comme unité, non comme une addition de chroniques régionales. Le lecteur d’aujourd’hui ne manquera pas de voir dans cet
57 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
67 de l’Unique Empire Romain feraient pendant à ces chroniques chinoises d’une si triste uniformité. … Jetons d’abord un coup d’œil
58 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
68que, et qui décèle une parenté formelle entre les Chroniques de l’Ancien Testament et Les Travaux et les Jours d’Hésiode Ainsi la
59 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
69ense, violente et polémique que n’en relatent les chroniques d’aucune autre région du monde. Quand les antagonismes se composent e
60 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.1. Puissance du mythe
70 une fois de plus, en un fallacieux raccourci, la chronique des Ligues suisses jusqu’au xixe siècle, puis celle de la Suisse féd
61 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
71mme de pied. Je ne puis songer à retracer ici la chronique des alliances innombrables conclues par les cantons entre eux et avec
62 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
72e une boucherie des gens du duc Léopold », dit la chronique contemporaine du moine Jean de Winterthur. Trois semaines plus tard,
63 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
73t monotones, la saleté de la rue, le détraquement chronique des services publics, la désuétude et le laisser-aller de grands pays
64 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
74r l’austérité patriarcale de leurs principes. Les chroniques illustrées d’Urs Graf, les descriptions des bains de Bade, « jardin d
75 séquences du moine musicien Notker le Bègue, les Chroniques du moine Ekkehard ; une première « civilisation », sur laquelle Charl
76t parfois dans la Gazette littéraire une amusante chronique du « suissois » ou « frallemand » dont les lignes suivantes donnent l
65 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. V. Appendice. Bref historique de la légende de Tell
77 les péripéties. 146 Dans les actes, annales et chroniques de la fin du xiiie siècle et du début du xive , époque des alliances
78ncien récit des aventures de Tell figure dans une chronique que l’on peut consulter aux archives du canton d’Obwald et que l’on a
79de la couleur claire de sa reliure en cuir. Cette chronique date de 1470-1472. Près de deux siècles se sont donc écoulés depuis l
80lschussmotivs (1947). Il s’agit de ballades et de chroniques qui décrivent toutes la même épreuve d’adresse imposée par un seigneu
81tains relèvent que le Livre Blanc, comme d’autres chroniques plus anciennes, attribuent aux hommes de Schwyz et d’Uri une origine
82égende, présentée d’ailleurs comme historique. La Chronique helvétique que Tschudi semble avoir terminée vers 1570 ne fut cependa
83nos jours. Mais avant même que la publication des chroniques de Tschudi ait imposé à toute l’Europe cette interprétation mythique
66 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
84 et qui n’est sûrement pas de nos ancêtres ? À la chronique apocryphe dite des Chanoines ? Au grand Osterwald, qu’on ne lit plus,
67 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
85r l’austérité patriarcale de leurs principes. Les chroniques illustrées d’Urs Graf, les descriptions des bains de Bade, « jardin d
68 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Entretien avec Denis de Rougemont (6-7 avril 1968)
86es mémoires et se tiennent à égale distance de la chronique et du journal intime, s’exprime l’évolution d’une sensibilité europée
69 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.3. Sur la fabrication des nouvelles et des faits
87itique requiert d’autres vertus que l’indignation chronique, laquelle n’a jamais rien construit. Ces vertus, par malheur, ne sont
70 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
88u connaissables) soit par les textes, soit par la chronique : je veux parler de l’évolution des formes dans la poésie de Guillaum
89 — « s’intéresse très [p. 399] vivement », dit la chronique vers 1050 — et c’est cela qui va s’épanouir cent ans plus tard dans l
90, formées de milliers de jeunes disciples que les chroniques nous décrivent tels des hippies américains « marchant pieds nus, couv
71 1972, Penser avec les mains (1972). Préface 1972
91ment. Dès 1935 apparaît dans la revue Esprit une chronique mensuelle intitulée par les soins de Mounier « La Pensée engagée ». U
72 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
92lus grande la ville, plus grand le mécontentement chronique des habitants, et plus coûteux leur entretien 15 . Plus grande la vil
93de la grande presse : on sent qu’elle est devenue chronique et l’on annonce qu’elle ne peut que s’étendre puisqu’elle résulte de
73 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
94ement. Le 20 mars 1939, j’osais déclarer dans une chronique du Figaro sur l’occupation de Prague que nous vivions « dans ce Paris
74 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
95Quant aux hippies, je les trouve décrits dans les chroniques du xiie siècle : ils suivent par monts et vaux quelque saint homme,
96s barbes (barbarum prolixitate notabiles, dit une chronique de l’époque), et à leurs vêtements largement rapiécés — mode à laquel
97mières mentions des ordres de chevalerie dans les chroniques médiévales parlent déjà de l’état de décadence où ils se trouvent. De
75 1978, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (hiver 1978)
98 La chronique européenne de Denis de Rougemont (hiver 1978) h I. Du temps que l’
99ndinavie ?      Qu’il soit bien entendu que cette chronique parlera de l’Europe vécue, celle des Européens, non des États, celle
76 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. III. L’environnement
100p. 103] des mesures préventives contre les effets chroniques des pollutions de tous ordres, ou du refus officiel de coopérer sur l
77 1979, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (printemps 1979)
101 La chronique européenne de Denis de Rougemont (printemps 1979) k [p. 99] Oui, c
78 1981, Cadmos, articles (1978–1986). Un falsificateur vu de près (été 1981)
102chy. Sans parler des articles, essais, pamphlets, chroniques que je n’ai cessé de publier de 1933 à 1939, tels que « L’Ère des rel
79 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
103de extérieur. Pour illustrer le premier sens, la chronique m’offrirait cent exemples, mais bien peu qui surpassent en précision
80 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Chronique européenne : La préparation des élections européennes (printemps 1984)
104 Chronique européenne : La préparation des élections européennes (printemps 1984