1 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
1s se réfugient dans ce qu’on pourrait appeler les classes privilégiées de l’esprit : fortunes oisives ou misères sans espoir. O
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
2s gens qui s’attendrissent sur leurs souvenirs de classe. C’est qu’ils les confondent avec ceux de leur enfance et les font in
3it à l’école, parce que c’est la loi. La première classe fut agréable : j’alignais des bâtons en rêvant à je ne sais quoi, j’é
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 2. Description du monstre
4. J’en connais un qui avait coutume de dire à une classe de garçons de 10 à 11 ans : « J’ai bien su mater les quarante hommes
5es aux instituteurs : ils sortent tous de la même classe sociale, de la petite bourgeoisie. Est-ce que l’esprit [p. 20] petit-
6ins aussi sympathiques que n’importe quelle autre classe de la société. Mais l’esprit petit-bourgeois pris abstraitement et te
4 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
7 développer les vertus sociales de l’élève. « Une classe est une société en miniature. » Ceci est une énorme bourde. Juxtapose
8’occasion de comparer les bons élèves de diverses classes d’un collège ont été frappés de constater que la force et l’originali
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
9 libre, qui se moquent des programmes et dont les classes sont de vraies foires ; ils ont toute mon amitié. Cela me permet de l
6 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
10 dit : [p. 62] vous ne voyez tout de même pas une classe de gamins répétant la syllabe sacrée Aûm ou se livrant à des exercice
7 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Charles Du Bos, Approximations, 4ᵉ série (novembre 1930)
11uer. Mais ce qui l’établit sans conteste dans une classe internationale — comme on dirait en style sportif — c’est l’aisance a
8 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
12it une étude pratique de désordre mental dans une classe d’école, tant il était calme et loin d’être troublé. En regardant les
9 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
13de malentendus où il semble qu’un esprit de cette classe ne devrait pas supporter qu’on l’engage. Mais qu’est-ce à dire lorsqu
10 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
14 l’humain. 10 août 1929 Le retour en troisième classe. Cinquième arrêt ! Il y en aura une douzaine encore jusqu’à Stuttgar
11 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
15oise fait nouveau riche, en regard de cette seule classe qui ne doit rien à l’opinion.   Non, je ne peux rien voir dans la « f
16 que les journalistes cessent de déverser sur une classe qu’ils ne peuvent connaître une haine conventionnelle et bassement dé
17de la race des cavaliers. Quant à savoir si cette classe justifie sa fonction [p. 186] dans le monde actuel, je répondrai que
12 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
18hardonne a rallié tous les suffrages féminins, et classe son auteur dans la lignée de ces fameux « moralistes français » auxqu
13 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
19êtement choisis. Mais simplement sa conclusion le classe, quoi qu’il en pense, dans cette phalange de rhéteurs qui va de Jaurè
20s les cas où il s’agit en vérité de conscience de classe, de conscience bourgeoise. Mais qu’elle se mêle un jour de s’affirmer
21 coïncider avec les intérêts, les habitudes de la classe, et la voilà jugée, raillée, emprisonnée — accusée d’attenter à la « 
14 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Hic et nunc [éditorial] (novembre 1932)
22ales de plus en plus débilitantes, asservies à la classe, à la race, et à la lâcheté publique, il y a lieu et ordre d’attester
15 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
23outes les tentatives qui ne se fondent pas sur la classe révolutionnaire ne comportent pas de points d’application », écrit Ni
24, et où la bourgeoisie existe à peine en tant que classe, d’ailleurs brimée. En février 1917, les bolchévistes sont 200. En oc
25e capitaliste-matérialiste. Non, ce n’est pas une classe que nous devons sauver, c’est l’homme menacé dans son intégrité. Sauv
16 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
26eut voir dans les Églises que des institutions de classe. Cette position simpliste de problèmes vieux comme le monde chrétien
17 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
27gique du langage ici nous guide sûrement.) Qu’une classe possédante en vienne par fatigue à décréter vides les loisirs que ses
28u même coup elle décrète « forcé » le travail des classes chargées d’assurer ce loisir. C’est créer un monde impensable, le nôt
18 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Deuxième Jour de la Création, par Ilya Ehrenbourg (décembre 1933)
29e montre, par vingt exemples irréfutables, que la classe joue chez les jeunes russes exactement le même rôle que la race chez
19 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
30itative de l’activité, n’est plus une mystique de classe : elle est devenue quasi universelle. Que le « travailleur » soit con
20 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
31rave, et chez des hommes dignes de sympathie. Les classes 18 à 20, en particulier, nous offrent de fréquents exemples de « conv
21 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Positions d’attaque (décembre 1933)
32disparition des cadres de l’État et du statut des classes, c’est-à-dire : l’élimination des facteurs décisifs de l’inflation, d
22 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
33s, c’est l’histoire des peuples, des nations, des classes, des races, des entreprises publiques ou privées. Ce n’est que très a
34s connaissez bien : ce sont l’État, la nation, la classe, la race, l’argent et l’opinion publique. Elles ont encore un autre n
35ous me direz peut-être que, pour votre compte, la classe ou la race vous importent assez [p. 41] peu. Vous jouez, vis-à-vis de
36’entre nous n’échappe, ni ne songe à échapper. La classe et la race : voilà peut-être les divinités maîtresses de cette premiè
37e manière suffisante par notre appartenance à une classe déterminée. Hitler, selon Trotski, s’explique entièrement par le fait
38sont elles-mêmes prévues et déterminées par notre classe ou notre race. Destin du siècle contre destin de l’homme. Il faut bie
39sme et du racisme sont entièrement dominés par la classe ou la race, et c’est perdre son temps que de contester leur croyance.
40à, et ils ont probablement leur raison d’être. La classe, la race, jouent dans le monde le même rôle que l’instinct dans l’hom
41as la connaissance intellectuelle du destin de sa classe ou de sa race qui va suffire pour l’arracher à sa misère ; il lui fau
23 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
42 âme », et, pour tout dire, de l’hypocrisie de la classe possédante. Ils célèbrent l’esprit pour endormir le peuple, et, penda
24 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
43mocrates, qui croyaient sincèrement constituer la classe des « braves gens », Marx montrait que leur activité réelle était l’e
44raît plus capable que le marxisme d’entraîner les classes moyennes, d’utiliser leur « idéalisme » impénitent. [p. 69] D’autre
45 société sera devenue homogène, c’est-à-dire sans classes.) Tout cela n’est qu’un rêve d’intellectuel qui ne tient plus aucun c
25 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
46le fascisme croit devoir jouer pour entraîner les classes moyennes, est un [p. 137] danger plus grand pour les Églises que la t
26 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
47outes les tentatives qui ne se fondent pas sur la classe révolutionnaire ne comportent pas de points d’application », écrit Ni
48, et où la bourgeoisie existe à peine en tant que classe, d’ailleurs brimée. En février 1917, les bolchévistes sont 200. En oc
49e capitaliste-matérialiste. Non, ce n’est pas une classe que nous devons sauver, c’est l’homme menacé dans son intégrité. Sauv
27 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
50 détruit la fraternité. Capital, police, lutte de classes, guerre. Primauté du paraître sur l’être. La Personne : fondement
28 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
51 de la civilisation se confondent avec ceux de la classe possédante, qui sont franchement matériels. Le communiste affirme : é
29 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
52itative de l’activité, n’est plus une mystique de classe : elle est devenue quasi universelle. Que le « travailleur » soit con
30 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
53gique du langage ici nous guide sûrement.) Qu’une classe possédante en vienne par fatigue à décréter vides les loisirs que ses
54u même coup elle décrète « forcé » le travail des classes chargées d’assurer ce loisir. C’est créer un monde impensable, le nôt
31 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
55taire, fondé non pas sur une mystique de race, de classe ou de parti, mais sur un sens concret des responsabilités personnelle
32 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
56 la personne par l’État (que ce soit au nom d’une classe ou de la race n’y change rien), j’estime être plus utile à la cité en
33 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
57s, c’est l’histoire des peuples, des nations, des classes, des races, des entreprises publiques ou privées. Ce n’est que très a
58s connaissez bien : ce sont l’État, la nation, la classe, la race, l’argent et l’opinion publique. Elles ont encore un autre n
59ous me direz peut-être que, pour votre compte, la classe ou la race vous importent assez peu. Vous jouez, vis-à-vis de ces div
60’entre nous n’échappe, ni ne songe à échapper. La classe et la race : voilà peut-être les divinités maîtresses de cette premiè
61e manière suffisante par notre appartenance à une classe déterminée. Hitler, selon Trotski, s’explique entièrement par le fait
62sont elles-mêmes prévues et déterminées par notre classe [ou] notre race. Destin du siècle contre destin de l’homme. Il faut b
63sme et du racisme sont entièrement dominés par la classe ou la race, et c’est perdre son temps que de contester leur croyance.
64à, et ils ont probablement leur raison d’être. La classe, la race, jouent dans le monde le même rôle que l’instinct dans l’hom
65as la connaissance intellectuelle du destin de sa classe ou de sa race qui va suffire pour l’arracher à sa misère ; il lui fau
34 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
66mer aujourd’hui que le roman d’Edschmid est d’une classe nettement supérieure. J’ajouterai même que c’est un bel éloge du tale
35 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
67s. Première espèce : les romanciers de la vie des classes possédantes. Le bourgeois aime leurs œuvres, parce qu’il s’y retrouve
68lissement des bourgeois. Mais cette critique « de classe » reste encore négative. Elle se condamne aussi à rendre compte des s
69ires. Et la publicité traduit les exigences d’une classe bourgeoise très capricieuse dans ses goûts, parce qu’elle est incerta
70 non plus dans les intérêts d’un pouvoir ou d’une classe, voilà bien l’aboutissement de toute l’évolution démocratique, si l’o
36 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
71 détruit la fraternité. Capital, police, lutte de classes, guerre. Primauté du paraître sur l’être. ⁂ Définitions. — La person
37 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
72éalité du « destin » souverain de la masse, de la classe, de la nation, du capital ou de l’État, — car c’est de tout cela que
73 sous lesquels vous prétendez nous courber ? » La classe, le capital, la nation, les fameux « déterminismes historiques » ne s
38 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
74s défini l’État comme l’organe d’oppression d’une classe sur toutes les autres. Nous attendons avec une méfiance motivée, je l
39 1935, Esprit, articles (1932–1962). Roger Breuil, Les uns les autres (avril 1935)
75ette raison d’abord que Breuil n’aborde pas une « classe » définie par les sociologues. Son roman tendrait à prouver au contra
76tendrait à prouver au contraire l’inexistence des classes dans la réalité campagnarde. Il met en évidence un fait dont il faut
40 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
77l faudrait bien plutôt s’en prendre au régime des classes sociales, qui codifia cette distinction, au point d’assimiler l’homme
41 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
78r aux ouvriers ». Il faut aller « dans toutes les classes de la population ».   Ces phrases sont extraites d’une brochure de Lé
79 doctrine, visant non pas au triomphe d’une seule classe, mais à l’établissement d’un régime à la mesure de la vocation humain
42 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
80eigner, rien savoir d’autre que ce que l’État, la classe, ou le parti dont ils dépendent les paie pour enseigner ou leur impos
43 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
81e mais encore chez les ennemis marxistes de cette classe. En somme, tout le monde s’accorde, ou s’accorderait le cas échéant,
82hui aux conditions économiques qui définissent la classe bourgeoise, on est en droit de supposer que cette culture procède dès
83 et de la culture qui va caractériser la nouvelle classe opposée à la noblesse féodale. Pour les auteurs bourgeois de cette ép
84érer. Il n’implique pas seulement qu’une nouvelle classe bourgeoise exige désormais le respect et le pouvoir, parce qu’elle vi
85it du travail de ses mains. La mentalité de cette classe implique en outre une exigence morale, adressée à la société tout ent
86u xive siècle, pendant la brève suprématie de la classe révolutionnaire. Je cite encore de Man, un peu longuement, la page en
87ement, la page en vaut la peine : Tant que cette classe (bourgeoise) fut au pouvoir, elle fit de la séparation entre la propr
88boles les plus usités de la distinction entre les classes 8 . L’appel au « poing calleux » que la bourgeoisie reproche depuis
89ts de la bourgeoisie pour s’élever, en qualité de classe « instruite et aisée » au-dessus de la classe des travailleurs. [p. 
90 de classe « instruite et aisée » au-dessus de la classe des travailleurs. [p. 38] ⁂ Interprétons maintenant ces faits économ
91ette question décisive. L’établissement légal des classes bourgeoises ne date que du xixe siècle. Mais il a revêtu aussitôt un
44 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
92nxieux à la santé perdue. Le mythe qui domine une classe à bout de nerfs et de divertissements, c’est peut-être le mythe d’Ant
45 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
93se acquise par leurs ancêtres. Et l’honneur d’une classe établie réside toujours dans ses loisirs. L’inactualité de la culture
46 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
94encore une sagesse asiatique, ou une mentalité de classe, ou simplement toute la culture et ses produits. Une simple équivoque
47 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
95sait entre les peuples et leurs élites, entre les classes, entre les nations de l’Europe, entre les hommes d’une même nation, e
48 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
96omme une production automatique du triomphe de la classe [p. 98] ouvrière. La phrase de de Man que nous citions plus haut donn
49 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
97les que fut le régime de Weimar. Partis, régions, classes, générations, ville et campagne, Université et peuple : la guerre éta
98re nouvelle sous ses formes les plus créatrices : classe prolétarienne ou race aryenne. Seront tenus pour suspects ou saboteur
99urs tous les écrivains issus [p. 112] d’une autre classe ou d’une autre race. (Pour condamner un saboteur, on arguera en URSS
50 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
100’autre chose que de l’individu : de l’État, de la classe ou de la race. Vous vous êtes refait un corps. Mais les problèmes spi
51 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
101ythe de communauté : nation unie, ou société sans classe… Si l’on veut comprendre ce temps, et l’ère nouvelle, incalculablemen
102que sur les réponses qu’ils ont tenté de donner — classe ou nation — reste superficiel et arbitraire tant qu’il ne tient pas c
52 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — Préambule
103 plus à servir un régime politique actuel, ou une classe, ou un groupe d’intérêts : je veux être vrai. Je ne puis donc me cont
53 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
104s une espèce de douceur de vivre, à l’usage d’une classe restreinte. Mais le temps vient où les résistances s’accusent, et gag
105le progrès. [p. 172] Et voilà peu à peu toute une classe assimilée aux instruments de son travail 74 . Toute une classe que so
106lée aux instruments de son travail 74 . Toute une classe que son désespoir force à se croire révolutionnaire, alors qu’elle n’
107omme, je le récite. » Les autres agissent, moi je classe, les autres jouent, moi je marque les points. Je ne suis après tout q
108avait de l’honneur à justifier les passions d’une classe ou d’une nation. Mais l’esprit n’a pas de pouvoir, s’il refuse d’être
109nt révélatrice 80 . Seuls les bourgeois de toutes classes se sentiront à l’aise dans le monde moyen que fabriquent les courtier
110s ? Ce ne sont pas des partis, ce ne sont pas des classes, ni des gouvernements et autres mythes collectifs. Ce sont des hommes
54 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
111eurs pas dans les mains du « peuple » en tant que classe ouvrière. Elles sont dans les mains des hommes, d’où qu’ils sortent,
55 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
112omme une production automatique du triomphe de la classe ouvrière. La phrase de De Man que nous citions plus haut donne la for
113’autre chose que de l’individu : de l’État, de la classe ou de la race. Vous vous êtes refait un corps. Mais les problèmes spi
114ythe de communauté : nation unie, ou société sans classe… Si l’on veut comprendre ce temps, et l’ère nouvelle, incalculablemen
115que sur les réponses qu’ils ont tenté de donner — classe ou nation — reste superficiel et arbitraire tant qu’il ne tient pas c
56 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
116, lui aussi, son métro. » — Égalité, société sans classes ? « Comment n’être pas choqué par le mépris, ou tout au moins l’indif
117 et j’allais dire : des pauvres. Il n’y a plus de classes en URSS, c’est entendu. Mais il y a des pauvres. Il y en a trop, beau
57 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
118» ; s’il est vrai que les « bourgeois » de toutes classes ont fait de « l’esprit » un refuge de l’égoïsme et de l’hypocrisie, v
58 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
119personne 43 par l’État (que ce soit au nom d’une classe ou de la race n’y change rien), j’estime être plus utile à la cité en
59 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
120oir les Soviets repêcher les vieux mythes de leur classe. Et l’on repart, toutes voiles regonflées, vers le Bonheur, la Riches
60 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
121dification du corps social et de la structure des classes, mais bien le balayage d’un personnel politicien dont l’action parais
61 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
122nt pas le même genre de métier. Ce n’est pas la « classe » qui nous [p. 127] sépare ici, mais la profession, les préoccupation
62 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
123ibataires 9 , — des états malthusiens, — et de la classe des retraités et assurés. Rationalistes : les [p. 142] immobiles, les
124alité ». 10 octobre 1934 (Suite et fin.) — Deux classes d’esprits : ceux dont le but suprême est d’« avoir la paix à tout pri
125cela étonne.) 16 octobre 1934 Complexité des « classes ». — À quelle classe appartiennent ces deux femmes ? Je résume mes re
126obre 1934 Complexité des « classes ». — À quelle classe appartiennent ces deux femmes ? Je résume mes renseignements : famill
127e un type social d’exception. Combien y a-t-il de classes entre la bourgeoisie des villes et le prolétariat ? L’opposition que
128la bourgeoisie ? Vous montrez à une dame de cette classe des reproductions de Rembrandt, elle dira : « Ah ! oui, ces clairs-ob
129es de progrès, de bon sens… — Au point de vue des classes, d’où viennent-ils ? — Pour la plupart, — tous les chefs en tout cas,
130ntellectuel l’est toujours. C’est qu’il est d’une classe particulière, dispersée comme les Juifs le sont chez les Gentils. Pou
131e et de sensibilité avec des hommes de toutes les classes et de tous les métiers. Certes, ce n’est jamais qu’avec des êtres sin
132d’hommes nouveaux, jeunes et sortis de toutes les classes, d’exprimer ce que taisent les journaux, les orateurs et les affiches
133 sur quoi tablez-vous ? nous dit-elle, sur quelle classe, sur quels intérêts ? — Nous comptons sur l’effort des hommes les plu
63 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
134bourgeois. Costume, langage, psychologie de leurs classes. On peut aussi penser : ce sont des hommes pour qui le Christ est mor
135les vraies hontes dans l’existence monotone des « classes ». Il me semble que seuls les romanciers chrétiens — Dostoïevski, Lag
64 1937, Esprit, articles (1932–1962). Défense de la culture (janvier 1937)
136int 80, 75 et 100 milles. Et c’est un écrivain de classe ! L’essai de Gedat intitulé Un chrétien découvre les problèmes du mon
65 1937, Esprit, articles (1932–1962). Robert Briffaut, Europe (janvier 1937)
137s vices de l’aristocratie européenne qu’une telle classe est la vraie responsable du cafouillage de 1914. Le héros principal —
66 1937, Esprit, articles (1932–1962). Retour de Nietzsche (mai 1937)
138s que le jeu apparent et confus des partis ou des classes. Si Kierkegaard a été découvert, dans ce pays, très peu de temps avan
67 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
139e et de sensibilité avec des hommes de toutes les classes et de tous les métiers. Certes, ce n’est jamais qu’avec des êtres sin
68 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
140mmunale et fédéraliste, mais au nom d’intérêts de classe qui ne sont ni démocratiques ni nationaux. [p. 28] La même critique p
141 étant chose fédérale, ne peut être l’armée d’une classe, de ses intérêts, de son ordre. Il n’y aurait aucun avantage à combat
142ste si c’était pour le remplacer par un esprit de classe bourgeois (d’une valeur militaire d’ailleurs bien moindre). Enfin cet
69 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Gösta Berling, par Selma Lagerlöf (novembre 1937)
143la force de recréer un pays tout entier, avec ses classes et ses institutions, ses armes, ses charrues et ses machines, ses lég
70 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
144alisme mobilier prit de l’extension, une nouvelle classe se forma : celle des commerçants et des fermiers de services publics.
145s rois, du xvᵉ au xviiiᵉ siècle de notre ère. Les classes moyennes se voient écrasées entre les ploutocrates puissants et un pr
146] terres et de l’argent 62 entre les mains d’une classe restreinte commande toute la vie politique. Il suffira de rappeler le
147’impérialisme. Le pain, les jeux, l’abolition des classes, tels sont désormais ses mots d’ordre, imposés par les démagogues amb
148res destinées à permettre la reconstitution d’une classe paysanne. Mais il est trop tard. Rome toute entière, plèbe et patrici
149ussi mettent-ils fin aux luttes des partis et des classes, par le moyen (aujourd’hui « classique ») de la dictature « nécessair
150e. Son triomphe a marqué l’avènement de luttes de classes sans merci, de plus en plus viles de part et d’autre. Il a fait du pe
151omme à homme) mais de moins en moins concrets (de classe à classe, plus tard d’État à État). C’est par le grand commerce 64 ,
152mme) mais de moins en moins concrets (de classe à classe, plus tard d’État à État). C’est par le grand commerce 64 , des chose
153oureuse des marchands fut déviée par l’égoïsme de classe (c’est-à-dire par une névrose de sécurité ; nous reviendrons sur ce p
154mmateurs. Après un siècle à peine d’existence, la classe des commerçants tend à se fermer : dès la fin du xiiᵉ, les marchands
155il se localise dans les villes. Ainsi se crée une classe ouvrière réduite, dès ce moment, à tous les aléas du prolétariat indu
156 nomadisme. Vers le milieu du xiiiᵉ siècle, cette classe, rivée sans espoir à sa misérable condition, commence à prendre consc
157ᵉ siècle ne sont qu’une longue suite de luttes de classes. La société urbaine est désormais divisée en marchands de gros, patro
158, patrons capitalistes, chefs de gouvernement, ou classe dirigeante ; en corporations artisanales de production, ou classes mo
159e ; en corporations artisanales de production, ou classes moyennes ; et en prolétariat travaillant tantôt sous la coupe des cor
160i-ci, de son côté, trouve un nouvel appui dans la classe paysanne réduite au servage ou au nomadisme. En effet, du xiiiᵉ au xi
161ècle ne fut pas seulement le siècle des luttes de classes : il a vu [p. 9] aussi la première crise économique « fonctionnelle »
162ssez bas. Les « maîtres » se constituèrent en une classe toujours plus jalousement fermée sur elle-même, la maîtrise devenant
163riser les compagnons, et d’introduire la lutte de classes au sein même de la cellule artisanale. On peut penser qu’une politiqu
164e ère de prospérité. Mais les capitalistes et les classes moyennes n’osèrent, par égoïsme de classe, recourir à ce remède — for
165et les classes moyennes n’osèrent, par égoïsme de classe, recourir à ce remède — fordiste, voire blumiste ! — qui eût alors in
166elle du bien particulier de la corporation, de la classe ou de la ville. Mais ce Bien commun est entendu au sens de Bien de l’
167cadres du mercantilisme. La division profonde des classes, l’élévation sociale à base exclusive d’immoralité, le pillage de l’é
168itionnée par la mentalité même de la bourgeoisie, classe d’individualistes atomisés, dont les initiatives anarchiques appellen
169ssiste au phénomène prévisible de la fixation des classes, et conjointement, à un début de « saturation » [p. 13] des marchés.
71 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
170e de Weimar. Il n’y a sans doute pas en Europe de classe plus indifférente à la vie politique, plus passive vis-à-vis de l’Éta
171dérance de l’intérêt allemand sur les intérêts de classe, et sur tout intérêt privé. Voilà la grande révolution, dans un pays
172a vie intérieure d’une part, et la séparation des classes de l’autre, étaient les vrais fondements des mœurs. Seulement, il y a
173 que vouent les petits aux gros à l’intérieur des classes bourgeoises. Nul besoin de recourir à des faux manifestes, tels que l
174eurs enfants ne sont jamais les premiers dans une classe où se trouvent des juifs… Ou bien le ressentiment n’est pas le seul
175« société ». Le national-socialisme a détruit les classes et les castes. Il a libéré l’ouvrier de la folle illusion de la class
176 Il a libéré l’ouvrier de la folle illusion de la classe, corps étranger dans la nation. Et les partis bourgeois, sans qu’il n
177nos réalistes pour justifier les sottises de leur classe. Je ne suis pas « contre » le fascisme des Allemands : [p. 65] ils en
72 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
178onomiques, les forces relatives des partis et des classes avant 1933, les circonstances politiques de l’Europe, le Traité de Ve
179ue sous l’aspect de survivances sociales ; où les classes nées du développement économique définissent abstraitement des masses
73 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
180dification du corps social et de la structure des classes, mais bien le balayage d’un personnel politicien dont l’action parais
74 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
181exes, dans une société libérée des contraintes de classe et d’argent. D’autres enfin s’efforcent de fonder une science des rap
75 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
182 doctrines devinrent l’apanage des princes et des classes dominantes, qui les imposèrent par la force à tous les peuples d’Occi
76 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
183 guère à transformer les mœurs privées des hautes classes, qui demeuraient d’ « une rudesse étonnante », du moins joua-t-elle l
184ixe siècle, l’amour 183 était devenu ; dans les classes bourgeoises, un bien bizarre mélange de sentimentalisme à fleur de ne
77 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
185exes, dans une société libérée des contraintes de classes et d’argent. D’autres enfin s’efforcent de fonder une science des rap
78 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
186partiels. La discipline d’État, ou le sang, ou la Classe, ce sont certes des réalités. Mais des réalités partielles. Si la loi
79 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
187mmunale et fédéraliste, mais au nom d’intérêts de classe qui ne sont ni démocratiques ni nationaux. La même critique peut d’ai
188 étant chose fédérale, ne peut être l’armée d’une classe, de ses intérêts, de son ordre. Il n’y aurait aucun avantage à combat
189ste si c’était pour le remplacer par un esprit de classe bourgeois d’une valeur militaire bien moindre. Enfin l’enthousiasme e
80 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
190 dans l’idée générale d’endormir les peuples, les classes ou les individus qui seraient tentés de causer quelque turbulence. C’
81 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
191 hypocrites. Mais ils ont dit Nation, ou Race, ou Classe. Dans ces trois entités divinisées, le moi n’est plus déguisé qu’en u
192rce que nous sommes d’une autre race, d’une autre classe, ou d’une autre génération physique et mentale que celle qui détient
193 hache, selon qu’il s’agit respectivement du dieu Classe ou du dieu Race. Les dieux des hommes sont sans pardon. Ce sont des d
82 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable XI : Le Diable dans nos dieux (24 décembre 1943)
194de « Dieu ». Mais ils ont dit Nation, ou Race, ou Classe. Dans ces trois entités divinisées, le moi n’est plus déguisé qu’en u
195rce que nous sommes d’une autre race, d’une autre classe, ou d’une autre génération physique et mentale que celle qui détient
196 hache, selon qu’il s’agit respectivement du dieu Classe ou du dieu Race. Les dieux des hommes sont sans pardon. Ce sont des d
83 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
197les « autres », vers la coutume du bourg ou de la classe. Comment cet homme pourrait-il faire un acte ? Car l’acte est décisio
84 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
198dans la lecture de mon journal. Il n’y a que deux classes en Amérique : l’une où les fauteuils au dossier très haut sont fixes
199autre où les fauteuils sont espacés et pivotent ; classe de luxe et classe de grand luxe, coaches et pullman cars. J’ai pris u
200uils sont espacés et pivotent ; classe de luxe et classe de grand luxe, coaches et pullman cars. J’ai pris un coach. Je me sui
85 1946, Lettres sur la bombe atomique. 2. La guerre est morte
201faibles à s’agglutiner pour les abattre ; que les classes vont se fondre, les frontières s’évanouir, les gangsters de tous ordr
86 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
202ni Juif ni Grec. » Elles ne se fondent pas sur la classe ou la race, ni sur quelque autre réalité collective. Leur lien n’est
87 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
203us ces yeux levés, la fraternisation générale des classes et des races, les plaisanteries cordiales adressées aux derniers port
204ue ces deux partis ne représentent nullement deux classes, à peine deux tendances générales, signifie pratiquement que les État
205retenir, au seul profit des Russes, la guerre des classes et la mystique de la révolution sanglante. Mais le danger qui guette
88 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
206’ajouter dès le xviiie siècle des différences de classes : l’Église baptiste est largement populaire, la méthodiste aussi (ell
89 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
207s courriers mondains annonçant les mariages de la classe riche, vous trouverez les noms des conjoints suivis de cette mention
90 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
208igieuse. Un des enfants préside, debout devant la classe. Il lit le premier verset d’un psaume, la classe répond par le second
209 classe. Il lit le premier verset d’un psaume, la classe répond par le second, il lit le troisième, etc. À l’antiphone succède
91 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
210conceptions et aux coutumes européennes, que deux classes par ailleurs tout opposées : les intellectuels non embrigadés d’une p
92 1948, Suite neuchâteloise. I
211ence.) Voilà donc ce qui atteint chez nous à la « classe internationale » comme on dit dans le monde des sports. Ces quelques
93 1948, Esprit, articles (1932–1962). Thèses du fédéralisme (novembre 1948)
212conceptions et aux coutumes européennes, que deux classes par ailleurs tout opposées : les intellectuels non embrigadés d’une p
94 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Présentation du Centre européen de la culture (mars 1952)
213préjugés de leur parti, de leur nation ou de leur classe. Il y a là quelque chose de neuf, plus qu’il n’y peut paraître à prem
95 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
214, entre les intérêts plus ou moins divergents des classes, des régions, de la paysannerie, des ouvriers et des bourgeois. « Ce
96 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
215imentaire de la Suisse. Cependant, l’avenir de la classe paysanne reste inquiétant, en dépit d’un certain nombre de facteurs f
216cisément « capitalistes ». Ce n’est pas entre les classes que l’on observe les plus grands contrastes, mais plutôt entre les ca
217 La distinction très nette qui subsiste entre les classes ne correspond qu’accidentellement avec le standing économique des ind
218n pas « aventurière »: les antagonismes entre les classes de producteurs ne sont pas d’ordre idéologique, en tout cas le sont m
219ique passionnée. Le commun dénominateur entre les classes, si dangereusement réduit dans le monde moderne par des oppositions d
97 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
220s et de l’apparente anarchie qui règne dans leurs classes d’essai. Ils répondent qu’ils visent au contraire à éveiller dans l’e
221é, mais d’égalitarisme insistant. Ce brassage des classes (renouvelé plus tard dans les écoles de recrues) est un des traits pa
222ux communes le soin de juger de l’opportunité des classes mixtes. On a poussé très loin la gratuité de l’enseignement, car non
223ministration des écoles et de la surveillance des classes. Elles nomment à cet effet des « commissions scolaires », formées de
224dividus isolés, il n’est pas le fait de toute une classe ou d’un parti. Passer pour un bon soldat ou un bon officier est génér
225 officier, prolonge et renouvelle le brassage des classes sociales opéré à la base par l’école primaire. Ni anti-militariste ni
98 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
226erce allemands provoquait encore l’admiration des classes dirigeantes de Zurich et de Bâle. Pendant la guerre de 14-18, la Suis
99 1953, Preuves, articles (1951–1968). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (juillet 1953)
227orce du PC », allez redire aux Berlinois que « la classe ouvrière se reconnaît dans les épreuves de force que le PC institue e
100 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales : trois questions, trois réponses (mai-juillet 1954)
228péties, les querelles de partis, de nations ou de classes. Dans ce sens, le CEC ne s’occupe pas de politique. — Le Centre veut-