1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Miguel de Unamuno, Trois nouvelles exemplaires et un prologue (septembre 1929)
1olivure. La lecture de ces trois tragédies, d’une classique sobriété mais d’une brutalité et d’une ironie romantiques, laisse la
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Jean Jouve, Paulina 1880 (avril 1926)
2 mystique de Paulina semble parfois un peu trop « classique » et prévue, l’originalité foncière du roman de Jouve reste indéniabl
3 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
3et la chaumière devient palais. C’est l’objection classique et irréfutable à toute introspection : ce daltonisme du souvenir. [p
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
4ure par un court accès de danse de Saint-Guy. Art classique : la mort d’Hyppolite se passe en coulisse. Mais Phèdre avoue tout « 
5 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
5eules réalités qui correspondent encore à l’image classique de Vienne. Sentimentalisme capricieux d’ailleurs, dépourvu d’ironie,
6 1928, Articles divers (1924–1930). Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même » (décembre 1928
6’ayant plus où se prendre » comme parle un de nos classiques. Repoussé par le monde parce qu’il n’est pas encore quelqu’un, Stépha
7 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
7quer, je me propose de marquer ici la distinction classique du fait et du droit ; et c’est pourquoi je considérerai d’abord l’ins
8 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
8ix du classicisme. Et qu’il est le dernier de nos classiques… Pareille modestie est, d’ailleurs, signe de force : les critiques au
9 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
9nd, ou encore comme le disait Curtius, le premier classique allemand. Bien plus que Nietzsche, type du déchiré, qui glorifie l’in
10 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
10eules réalités qui correspondent encore à l’image classique de Vienne. Sentimentalisme capricieux d’ailleurs, dépourvu d’ironie m
11 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
11a poésie est dans toutes les anthologies, l’habit classique, l’accent profond et nasillard d’origine juive ; une main pend sur l’
12 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
12ermet pas d’entrer. 11 juin 1929 Au rebours des classiques français, livrés à l’Enseignement, Goethe est profondément « populair
13 province encore — dans l’intimité vivante de ses classiques. De là peut-être cette dignité conférée à la vie bourgeoise, qui fait
13 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
14t encore le cuir, la chasse, j’ai trouvé tous les classiques français, et l’Encyclopédie. Même, un [p. 177] petit Voltaire déparei
14 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Saint-Évremond ou L’humaniste impur, par Albert-Marie Schmidt (octobre 1933)
15dt ne s’en laisse point imposer par la « réussite classique ». Il place Saint-Évremond, théoricien spirituel et serein de la sage
15 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — d. Pour une politique à hauteur d’homme
16pect pour l’habileté politicienne, pour les ruses classiques des « milieux » dirigeants, pour [p. 25] toute cette vie politique sa
16 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
17les trouvait plus amusants que les acteurs du jeu classique… Ils n’étaient que le non d’un non. Dirons-nous non à notre tour ? Qu
17 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
18me coup, il ruine d’ailleurs certaines objections classiques de l’incroyance (l’assimilation de la résurrection de Jésus au mythe
18 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
19uée de cette Weltanschauung à la fois biblique et classique, au sens le plus vigoureux de ce terme. En la replaçant dans l’atmosp
19 1935, Esprit, articles (1932–1962). André Rouveyre, Singulier (janvier 1935)
20portrait minutieux, tendre cette fois, d’un trait classique et volontaire. Je ne sais rien de plus émouvant que l’effort vers eux
20 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
21eux vifs de Méditerranéen lui composent un visage classique, que d’aucuns n’hésitent pas à comparer à celui du Vinci, que d’autre
21 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
22with voit en Hegel l’achèvement de la philosophie classique, aux deux sens du mot achèvement. À partir de Hegel, dit-il, le philo
22 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
23çon par certains vieux coquins auteurs de manuels classiques, momifiées par l’Académie, mises en boîte par des journalistes, pire
23 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
24ibliothèque nationale et des Œuvres complètes des classiques. C’est un corpus d’œuvres classées dont il s’agit de prendre connaiss
24 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
25angue latine en soi, et telle que la fixèrent les classiques, comme la mesure actuelle au xiiie siècle. Le titre même de son trai
25 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
26uffirait pas d’opposer, par exemple la discipline classique, ou un effort contraint d’originalité, ou l’ironie désespérée du futu
26 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
27à Ramuz. Un écrivain français de la tradition des classiques, comme ils le sont tous plus ou moins, paraît toujours s’excuser de l
27 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
28ême généralement humain. Gide retrouve la manière classique d’humaniser l’anecdote, l’aperçu. C’est qu’il ne cherche pas le pitto
29lus en plus pour les hommes. Voilà bien la vision classique : « Cessons de regarder les maisons : ce qui m’intéresse ici, c’est l
28 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
30ce dont on ne peut nier que Bossuet soit l’un des classiques préférés 29 . ⁂ Une fois définie la valeur de cette objection préalab
29 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
31s). La pauvreté et l’obscurité sont deux spectres classiques sans le concours desquels rien de très grand n’a pu se faire dans la
30 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
32sont propriétaires. Je vois en elles un type très classique de Françaises : leur politesse mesurée, leur raison, leur énergie sér
33éflexion spontanée, qui est « péguyste » et non « classique ». Écrivains inutilisables dans la mesure où ils veulent être de bons
31 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
34coupe une silhouette blanche d’un modernisme très classique. Verre et ciment, angles droits, propreté. Sur les trottoirs immenses
35u au moins son quartier. On circule à travers les classiques, les encyclopédistes, l’Empire ; toutes les écoles du xixe  ; l’avant
32 1937, Esprit, articles (1932–1962). Jacques Benoist-Méchin, Histoire de l’armée allemande depuis l’armistice (mars 1937)
36il s’agit d’un bouquin d’érudition ou d’un traité classique d’officier en retraite. C’est toute l’histoire de la première révolut
37re du peuple devenu ministre de la Guerre, figure classique du marxiste au pouvoir, de « l’homme à poigne » touché par la grâce n
33 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
38 celui de « l’unification » à la mode jacobine ou classique. C’est l’unité originelle, et peut-être future et finale, des diversi
34 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). L’Âme romantique et le rêve (23 mars 1937)
39utes les ressources d’un esprit bien armé par nos classiques, alliées à une profonde sympathie pour les hardiesses de la pensée al
35 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
40artis et des classes, par le moyen (aujourd’hui « classique ») de la dictature « nécessaire ». L’État, déifié, devient l’État tot
36 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Chançay (mars 1937)
41il est seulement « pensé », — les deux hypothèses classiques ne sauraient nous tenter sérieusement. Le réel sera donc construit !
42 pas au sens injurieux des modernes, mais au sens classique de forme réalisante, d’expression de la profondeur… 3. Du capitalisme
37 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
43es premiers jours. Variante moderne de l’illusion classique du voyageur. On passe la frontière d’une de ces nations neuves : on s
44 Emmanuel Mounier et sa femme.) C’est le discours classique du chef local, anthologie de « paroles » du Führer. Mais voici qu’on
38 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
45-dire des formes nouvelles, ramenant alors un âge classique… Mais après tout, n’est-ce pas encore une tentation de la passion que
39 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
46e volonté d’hégémonie. C’était traduire en termes classiques la réalité pressentie de la nouvelle religion totalitaire. D’ailleurs
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Avertissement
47profité autant que je l’ai pu des travaux réputés classiques, et de quelques autres ; et si je n’en ai cité qu’un nombre assez res
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
48ntre l’amour et le devoir ». Cette interprétation classique est d’un aimable anachronisme. Outre qu’elle abuse de Corneille, elle
49éprisé par l’amour courtois. Occasion de prouesse classique et de rebondissements faciles. L’existence du mari, l’obstacle de l’a
42 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
50ications.) En esquissant la courbe de la mystique classique, nous avons pu décrire une assomption du mythe. C’était la voie monta
51eille, ou le mythe combattu C’est dans le théâtre classique — donc au cœur même d’un ordre intolérant — que la passion devait tro
52’enflammer, et l’éteindre… C’est là le Corneille classique, pensera-t-on : la volonté triomphant de la passion. Mais la suite de
53… 10. Racine, ou le mythe déchaîné L’opposition classique de Racine et de Corneille se réduit à ceci, touchant le mythe : Racin
54mort que Racine ne juge pas nécessaire. La pudeur classique, tant vantée, ne va pas, quoi qu’on dise, sans un appauvrissement mét
55. Triomphe de la morale jésuite. C’est le baroque classique qui vient emprisonner, dans l’artifice de ses pompes, le sentiment. A
56Goncourt l’ont très bien aperçu dans leur ouvrage classique sur la femme au xviiie siècle : « Au lieu de lui donner les satisfac
57mas par Pétrarque et l’Astrée jusqu’à la tragédie classique, nous avons vu le mythe se dégrader, s’humaniser, s’analyser en éléme
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
58de distance, sans colère ni pitié. 6. La guerre classique L’effort des hommes de guerre, aux xviie et xviiie siècles, sera de
59fort pour donner un style à l’instinct. La guerre classique est un effort pour conserver et recréer ce style malgré l’interventio
60l’a bien dit, comme les cinq actes d’une tragédie classique. « C’est alors que la guerre ressemble vraiment à une partie d’échecs
61e à nos chapitres sur l’Astrée et sur la tragédie classique. ⁂ « C’est ici la matière qu’on spiritualise, pour fixer la conduite
62es les catastrophes, voilà qui peut définir l’âge classique. Certes la guerre et la passion demeurent des maux inévitables, et d’
63du terme. 182 Longtemps contenue dans les formes classiques de la guerre, la violence, après le meurtre du [p. 284] Roi — action
64on ! que les sans-culottes repoussèrent l’armée « classique » des alliés. On connaît le mot de Goethe, au soir de la bataille : «
65duchesse Marie-Louise — et c’est la grande partie classique, Wagram par exemple, combinant une science devenue rhétorique et la s
66ponse du xviie siècle a pour symbole la tragédie classique 186 . La réponse du xviiie fut le cynisme [p. 296] de Don Juan et l’
44 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
67-dire des formes nouvelles, ramenant alors un âge classique… Mais après tout, n’est-ce pas encore une tentation de la passion que
45 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
68en chaque domaine, non point le général comme les classiques, ou l’Idée comme certains romantiques, mais bien plutôt le moment déc
46 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La Poésie scientifique en France au xviᵉ siècle, par Albert-Marie Schmidt (septembre 1939)
69orte d’ardente lucidité, les richesses dont l’ère classique a voulu faire le sacrifice. Ce n’est pas rien ! Cela donne à Phèdre u
70 l’ambition que refoulera trop aisément notre âge classique, et que ressusciteront les romantiques allemands, à partir de Hamann
47 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
71 celui de « l’unification » à la mode jacobine ou classique. C’est [p. 117] l’unité originelle, et peut-être future et finale, de
48 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
72es les terreurs du siècle, la plupart des aspects classiques du Démon : l’esprit tombé, le prince de l’ici-bas, le tentateur, l’ac
49 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
73’homme qui réussit, cette galerie de victimes est classique au point d’en être presque démodée. Car Satan marche avec son temps,
74. L’adjectif vital, par exemple. Dans les époques classiques, on considère qu’une chose est vraie ou fausse, bonne ou mauvaise. Si
50 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
75’homme qui réussit, cette galerie de victimes est classique au point d’en être presque démodée. Car Satan marche avec son temps,
51 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
76lé démon, magie et titanisme, et qu’il est devenu classique, faut-il conclure qu’il n’est plus allemand ? Distinguons ici entre l
52 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
77e, — son style écrit — s’ordonne au choix le plus classique : concision, raccourci, sacrifice de l’incident à l’essentiel et du f
53 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
78onner à Ramuz. Un écrivain français, de tradition classique, comme ils le sont tous plus ou moins, s’excuse de l’emploi qu’il fai
54 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Un climat tempéré (22 août 1945)
79isons bien distinctes s’y succèdent dans un ordre classique. Noël tombe en hiver, non pas en plein été comme dans l’hémisphère su
55 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). La guerre est morte (5 septembre 1945)
80par conséquent il n’y aura plus de guerre au sens classique et multimillénaire du mot. « Il y aura toujours des guerres ! » nous
56 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
81 neutre : « Mrs Walt Disney n’aime pas la musique classique. » Un froid, et chacun pense : Que ne l’a-t-elle empêché de s’en occu
57 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
82niveau d’instruction, une déflation de la culture classique, non seulement dans les pays ruinés par la guerre, mais autant, ou mê
58 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
83isons bien distinctes s’y succèdent dans un ordre classique. Noël tombe en hiver, non pas en plein été comme dans l’hémisphère su
59 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
84Some of my best friends are Jews… », cette phrase classique d’introduction est en passe de devenir proverbiale en Amérique, et c’
60 1946, Lettres sur la bombe atomique. 1. La nouvelle
85oméopathie n’est pas un progrès sur la médication classique, mais un renversement total de ses notions. C’est la révélation d’un
61 1946, Lettres sur la bombe atomique. 2. La guerre est morte
86par conséquent il n’y aura plus de guerre au sens classique et multi-millénaire du mot. « Il y aura toujours des guerres », nous
62 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
87nt, de l’extérieur, mais la nef et le chœur, fort classiques, s’ornent d’une rosace bleue et de sculptures précieuses. Sur les pag
63 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
88ayant plus où se prendre ». Ainsi parle un de nos classiques. Repoussé par le monde parce qu’il n’est pas encore quelqu’un, Stépha
64 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
89 et Ève l’innocence ?) Schlemihl est donc le type classique de l’homme qui perd le contact social. L’or même ne suffit pas à réta
65 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
90neutre : « Mrs. Walt Disney n’aime pas la musique classique. » Un froid, [p. 75] et chacun pense : Que ne l’a-t-elle empêché de s
91ont de l’extérieur, mais la nef et le chœur, fort classiques, s’ornent d’une rosace bleue et de sculptures précieuses. Sur les pag
66 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
92ps, Arnold Toynbee, fait observer que les utopies classiques sont, en réalité, et je le cite : « des [p. 100] programmes d’action
67 1948, Suite neuchâteloise. IV
93 mais ses brusques indignations. Il avait le goût classique de la claire ordonnance, mais non moins de la justice sociale, et qua
68 1948, Réforme, articles (1946–1980). L’Europe, aventure du xxe siècle (1er mai 1948)
94ps, Arnold Toynbee, fait observer que les utopies classiques sont, en réalité, et je le cite : « des programmes d’action déguisés
69 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
95ts, dans chacun de nos pays, se réduit au conseil classique : augmenter les exportations. L’homme de la rue s’étonne de voir cett
70 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
96t. Le mécanisme est bien connu, il est absolument classique pour les psychiatres. Tous les névrosés mentent, en ce sens qu’ils af
71 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
97 larges signes d’or, Çakuntala dansait des danses classiques de l’Inde ancienne. Deux petits [p. 61] groupes de musiciens l’accomp
72 1952, Preuves, articles (1951–1968). « L’Œuvre du xxᵉ siècle » : une réponse, ou une question ? (mai 1952)
98 monstre, soit vedette ou bien tenter de se faire classique ? Autre paralogisme de ce siècle : jamais on n’avait vu pareille libe
73 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
99partiennent à la civilisation occidentale, il est classique de distinguer entre familles rurales et citadines, catholiques et pro
100u près autant d’heures à des émissions de musique classique ou moderne qu’à des variétés, causeries religieuses et scientifiques,
74 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
101t à la matière, l’une après l’autre, ses qualités classiques de vraie matière : le plein, la consistance, l’immutabilité et l’impé
102Si la base du matérialisme était moins la matière classique que la négation de l’Esprit, il n’en reste pas moins que ses argument
103cientifiques se sont évanouis avec les caractères classiques de la matière ; car celle-ci a revêtu précisément les attributs que l
75 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
104it loin de la Nature : il la craignait 40 . L’âge classique la jugeait malséante. Le Romantisme la contemplait avec âme, mais ne
76 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
105t à la matière, l’une après l’autre, ses qualités classiques de vraie matière : le plein, la consistance, l’immutabilité et l’impé
106Si la base du matérialisme était moins la matière classique que la négation de l’Esprit, il n’en reste pas moins que ses argument
107cientifiques se sont évanouis avec les caractères classiques de la matière ; car celle-ci a revêtu précisément les attributs que l
77 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
108it loin de la Nature : il la craignait 80 . L’âge classique la jugeait malséante. Le Romantisme la contemplait avec âme, mais ne
78 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur un certain cynisme (septembre 1957)
109 subitement pour rénover la maîtrise des conteurs classiques. Voyez Malraux passer du tragique militant à la métaphysique de l’art
79 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
110rtiste, le penseur et le savant : tout le mécénat classique a consisté dans cette aide indirecte à la culture, qui n’était pas sa
80 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la prétendue décadence de l’Occident (avril 1958)
111 lieux et tous temps et fonde mieux que la raison classique cette ambition œcuménique. Les Moyens. — L’appareil d’exploration, d
81 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (I) (août 1958)
112ils veulent diffère d’une simple alliance de type classique. La préférence pour ce préfixe malencontreux et superflu trahit l’ant
82 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La création d’un Centre européen d’enseignement post-universitaire (juillet 1958)
113 créée sur table rase, et conçue selon la formule classique, avec toutes ses facultés, son corps professoral et ses diplômes ne p
83 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
114teurs nouveaux, ce dont les éditeurs et libraires classiques ne peuvent que se féliciter. Il convient de signaler également l’extr
84 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Henri Brugmans, Les Origines de la civilisation européenne (septembre 1959)
115ble », selon la formule célèbre de Toynbee. Texte classique, à méditer non seulement par les professeurs, instituteurs et autres
116llénisme, Israël et le christianisme. À la triade classique Athènes-Rome-Jérusalem, il ajoute à bon droit l’héritage des Barbares
85 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — b. Naissance de l’érotisme occidental
117ie de l’âme et la recherche spirituelle. Pour les classiques, l’amour ne pose guère de problèmes que s’il entre en conflit avec le
118se de l’âme. L’antithèse radicale de cette époque classique nous est donnée par les penseurs-poètes de la génération post-romanti
119 entreprend de résoudre est celle-là même que les classiques éliminaient : comment intégrer l’amour humain dans une conception rel
120bstituer cette bipolarité à la simple dualité des classiques. Il définit en effet l’érotisme (en termes étonnamment modernes) comm
86 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — c. Présence des mythes et leurs pouvoir dans divers ordres
121par bien d’autres traits) à la guerre des époques classiques, il existe à partir de sa « déclaration ». Mais il peut naître aussi
87 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
122à la fois le medium et l’idée », d’où « la valeur classique absolue » de son opéra. On pourra multiplier les Faust 28 , car « l’
88 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
123 prudent (« se garder à carreau ») ; abstracteur, classique, impudent, inventif (de structures et de concepts). Déviations typiq
89 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — ii. Misère et grandeur de saint Paul
124sujet de me glorifier ») : ces comportements sont classiques en psychiatrie. Les raisons qu’il invoque contre la femme relèvent d’
90 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Avant-propos
125abild und Europagedanke ; enfin les trois auteurs classiques d’ouvrages de base sur l’internationalisme européen, Jacob ter Meulen
91 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.4. Cadmus ou la quête d’Europe
126Europe descendrait ainsi de Cham selon la légende classique et son interprétation phénicienne, tandis que selon la tradition bibl
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
127oul Blanchard, tous auteurs d’Atlas et de manuels classiques. Mais une comparaison non moins traditionnelle fait de l’Europe une G
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.8. « Europa vel regnum Caroli »
128nt », qui est Jésus-Christ, que de « l’Occident » classique, mauvaise moitié du monde… C’est ici le premier épanouissement d’une
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
129uet n’alla jamais à Rome ; ni Fénelon. Les grands classiques sont stables. Les errants, ce seront Voltaire, Montesquieu, Rousseau 
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
130egicide Directory of France (1796) sa description classique de l’unité européenne : La conformité et l’analogie dont j’ai parlé,
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
131, Schlegel décrit, une fois de plus, le contraste classique, depuis Aristote, entre l’Asie et l’Europe, surtout en ce qui concern
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
132. Au reste, il donnait de l’Europe la définition classique formulée d’abord par les Grecs, véritables ancêtres, selon lui, de no
133es à l’Europe, aux ouvrages sereins, objectifs et classiques du grand historien allemand Léopold von Ranke (1795-1886), un sentime
134plus qu’il n’y a de citoyens chinois. L’antiquité classique eut des républiques et des royautés municipales, des confédérations d
135n métaphysique ; mais une espèce d’impersonnalité classique, secrètement passionnée, et la pénétration d’un regard imaginatif qui
98 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
136avec leurs grammaires, leurs dictionnaires, leurs classiques, leurs romantiques et leurs symbolistes, leurs critiques et les criti
99 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
137es en droit de dire que Virgile, parmi les poètes classiques et les prosateurs latins, est proche du christianisme d’une manière u
138 foi commune, un commun respect pour la tradition classique. La grammaire latine remplaça la liturgie latine en tant que lien d’u
139er complémentaires. Il reprend et rénove un thème classique, le dialogue de Socrate et de Jésus-Christ. La primauté de l’esprit
100 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
140re. Nous appelons ces moments heureux les époques classiques. Prométhée est aussi d’une façon mystérieuse Antée, fils de Neptune e