1 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
1 196] fond, ces plaintes ne sont pas fondées. Une coalition entre souverains, faite sur les principes d’une morale pure et désint
2 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
2ully, qu’aime à citer Churchill : il rêvait d’une coalition. Il y eut Montesquieu, premier critique du nationalisme naissant. Il
3 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
3lière des Britanniques a fait échouer la première coalition partisane qui se dessinait : les travaillistes et les socialistes con
4 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
4ssionnaires ont vu revenir à la surface ces mêmes coalitions ou agglutinations de sceptiques complaisants, de traîtres silencieux,
5 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
5a pas non plus une Sainte-Alliance, ni une simple coalition, formule condamnée par l’Histoire à l’unanimité des exemples connus.
6 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
6ministrations centralisées, ou au contraire de la coalition, le faux problème des souverainetés aigrira ou bloquera les débats. L
7 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (fin) (mai 1957)
7ation de notre intégrité garantie par les USA. La coalition atlantique se reforme automatiquement. Elle englobe alors toute l’Eur
8 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur une phrase du « Bloc-notes » (mars 1959)
8uraient repoussée vers la Russie, mais devant des coalitions non moins redoutables et beaucoup plus réelles ; et surtout devant de
9 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.1. Sur plusieurs siècles de silence « européen »
9s projets de reconquête des Lieux Saints, puis de coalition défensive contre les Turcs. Trois grands motifs commandent ces projet
10 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
10s celle-ci n’est imaginée que sous la forme d’une coalition des Souverains. La crise profonde de la Réforme n’est pas ressentie c
11 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
11ination universelle ne provoque pas très vite une coalition qui fasse rentrer la nation ambitieuse dans ses bornes naturelles. L
12 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Universités américaines (12-13 janvier 1963)
12s historiens recourent aux maths pour évaluer les coalitions politiques, les luttes internes du régime soviétique, ou le pouvoir d
13 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
13ully, qu’aime à citer Churchill : il rêvait d’une coalition. Il y eut Montesquieu, premier critique du nationalisme naissant. Il
14 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
14 à souveraineté illimitée. Contre cette écrasante coalition d’intérêts investis, d’inerties intellectuelles et de volontés de pui
15 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
15celles d’une fédération de nos peuples, non d’une coalition de leurs tyrans. Le Monde appelle les Régions comme antidote du vir
16 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. V. La défense de l’Europe
16 par le seul Parlement français, à la suite de la coalition entre gaullistes et communistes, au nom de la crainte alléguée d’un c
17 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
17l’Europe unie. Ils ne croyaient au mieux qu’à une coalition contre Staline, dont ils s’imaginaient d’ailleurs que « l’aide améric
18 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
18gions et aboutir à une Europe qui ne soit pas une coalition d’États surarmés, pour être assez forte contre les attaques russes ou