1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Billets aigres-doux (janvier 1927)
1t, Or luisant, terreau qui fume… Et tu laisses, ô col roide, En souffrance mes baisers. L’amour est un alibi Nos lèvres
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
2 à ma table en désordre où je venais de jeter mon col de smoking et un œillet, pauvre gentillesse d’une autre femme dont le
3 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
3ence encore « marche, s’arrête et marche, avec le col penché »… Contribution à l’archéologie des états d’âme.   L’Europe du
4 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
4, et tombent en de grands abîmes ou se rompent le col en s’aheurtant ». Cet étonnant traité, tour à tour éloquent à l’antiq
5 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
5ait bien tort de craindre qu’ils ne se rompent le col à cette gymnastique. Elle reste purement figurée, purement verbale. C
6 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
6nature même, physique et historique. Gardiens des cols, gardiens de la papauté, gardiens du siège de la SDN et de celui de l
7 notre vocation profonde. Garde montée autour des cols, dirait Liehburg ; milice au service du principe constituant de la fé
8 la liberté de passage, et non pas pour barrer le col sous prétexte de nous mettre à l’abri ! p. 22 am. « Neutralité
7 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
9e du côté du marxisme, et que derrière le célèbre col dur se cache encore l’opinion des « gens bien ». Ce qui nous choque e
8 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
10nature même, physique et historique. Gardiens des cols, gardiens du siège de la SDN et de celui de la Croix-Rouge, gardiens
11 notre vocation profonde. Garde montée autour des cols, dirait Liehburg ; milice au service du principe constituant de la fé
9 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
12hique que le Gothard est le seul point où un seul col permette de traverser les Alpes suffit à expliquer ce grand fait hist
13 pas seulement le fait physique de l’ouverture du col du St-Gothard, mais c’est aussi le fait sociologique des idées qui pa
14i le fait sociologique des idées qui passèrent le col. Le premier fait conditionne le second, mais c’est le second qui déte
15partimentée des régions alpestres, l’ouverture du col du Gothard au xiiie siècle, l’influence du mouvement des communes it
16garder libres pour les peuples et les princes les cols du centre de l’Europe. Mission pratique, devenue symbolique. Désormai
17ations, et la croix signe de salut. Gardienne des cols par où s’échangent les richesses, gardienne de l’idéal d’où renaîtra
10 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
18C’est au pied du Gothard dont elles gardaient les cols que les premières communes des Waldstätten conclurent leur alliance p
11 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
19nœud de fleuves et de montagnes percé par le seul col qui relie d’un seul coup le Nord et le Midi du continent à travers le
12 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
20t ce qu’il fallait ces musiques, ces orchidées au col des femmes entrevues, ces gerbes de fleurs dans les cabines où sautai
13 1946, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique est-elle nationaliste ? (29 août 1946)
21s. J’entends d’ici nos méfiants à moustaches et à col dur : « Le commerce américain va nous submerger et détruire nos coutu
14 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
22 ? J’entends d’ici nos méfiants à moustaches et à cols durs : le commerce américain va nous submerger et détruire nos coutum
15 1948, Suite neuchâteloise. VII
23lon de flanelle [p. 80] grise et d’un chandail au col roulé, pédale à longues pesées sur le chemin de la plaine, luttant co
16 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
24un pantalon de flanelle grise et d’un chandail au col roulé, pédale à longues pesées sur le chemin de la plaine, luttant co
17 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
25 forestières » qui occupaient les approches de ce col, avaient tout à redouter d’une telle emprise 1 . Les Habsbourg ayant
26it qu’il était de son intérêt de les soutenir. Le col du Gothard venait en effet d’être ouvert, au début du siècle. Il alla
27c nées d’une mission spéciale, celle de garder le Col libre pour tout l’Empire. La vocation constante de la Suisse, son sta
28trouvée coïncider — à la faveur de l’ouverture du col du Gothard — avec les intérêts de l’Empire, puis de l’Europe, c’est-à
18 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
29emières ligues suisses ont pris naissance près du col qui le franchit. Ce fait providentiel a marqué le sens et la mission
30ble, qu’autour du Gothard, montagne qui sépare et col qui unit, une grande idée, une idée européenne, universelle, ait pu p
31e fédérale : le Gothard, « montagne qui sépare et col qui unit ». C’est en effet pour garder le col au nom de l’Empire que
32 et col qui unit ». C’est en effet pour garder le col au nom de l’Empire que les Waldstätten ont reçu leurs [p. 171] charte
19 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
33 les côtés par des obstacles naturels, montagnes, cols et routes semés d’embûches, et par les spectres ricanants ou trop bav
34d, la plus haute chaîne du Jura, traversée par le col de la Faucille et la Route Blanche qui va vers l’Italie. Le tunnel du
35de fédération, dès le Pacte de Grütli, les grands cols du centre des Alpes, la Papauté, la SDN, la Croix‑Rouge international
20 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
36 Il s’agenouilla aux pieds d’Europé ; tournant le col, il la regardait et lui montrait son large dos. Elle dit alors, au mi
37rnes, de couleur blanche, d’un gosier large, d’un col gras, guide et commandeur des haras ; de très grande continence, mais
21 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
38t : « L’Espagne était la tête de cette femme ; le col, les provinces de Languedoc et de Gascogne ; le reste de la Gaule, la
22 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
39ent reçu l’immédiateté impériale pour défendre le col du Gothard au nom de la communauté européenne du Saint-Empire, de mêm
23 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
40e sur les communes forestières qui commandent les cols des Alpes, il serait enfin le maître et l’unificateur de l’ancien ter
41route traversant le Saint-Gothard : c’est le seul col qui relie d’un seul trait les deux moitiés du Saint-Empire, des plain
42ues. Lieu de passage, mais aussi lieu de sources, col impérial et naissance des fleuves les plus prestigieux de l’Europe. O
43au d’eau. À peine distantes de quelques lieues du col : source du Rhin, source du Rhône, sources de l’Inn et du Tessin, aff
44[p. 33] Vers l’est et vers l’ouest deux routes de col commencent la vallée du Rhin par l’Oberalp qui conduit aux Grisons rh
45i, c’est une longue vallée où descend la route du col, longeant ou enjambant la Reuss, vers le lac qu’on nomme aujourd’hui
46affranchies pour assurer la liberté de passage du col ont partie liée contre les Habsbourg, lesquels s’efforcent méthodique
24 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
47 et notaires [p. 42] qui venaient d’Italie par le col du Gothard, et qui savaient rédiger les traités à la manière des ligu
48à celles des villes libres, et c’est aussi par le col du Gothard que l’esprit des communes urbaines est venu féconder leur
49f au xiiie siècle, mais c’est le rôle positif du col du Saint-Gothard qui explique les libertés des Waldstätten. Et l’on v
25 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
50darme, un personnage vêtu d’un sévère uniforme au col bordé de perles blanches mordant sur l’encolure bien rasée entrait, c
51 m’arrête, fasciné. Un vieux monsieur en noir, au col rond, dur et haut, ce doit être un évêque anglican, somnole. En face
52fédération des Waldstätten est née du Gothard, ce col n’est devenu viable et carrossable qu’au moment où le pont du Diable
26 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
53ent décidé d’interdire à tout le monde l’accès au col du Saint-Gothard sous prétexte qu’ils étaient chargés de le garder. L
54ent reçu l’immédiateté impériale pour défendre le col du Gothard au nom de la communauté européenne du Saint-Empire, de mêm
27 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. V. Appendice. Bref historique de la légende de Tell
55hiques avec le motif historique de l’ouverture du col du Saint-Gothard (Die Urschweizer Befreiungstradition), de nouveaux h
28 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Jacques Chenevière ou la précision des sentiments (22-23 octobre 1966)
56sse d’un visage presque sans couleur, posé sur un col haut, tout droit, empesé. Le regard ne me quittait pas. — Quel travai
29 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
57eynaud. Une nuque blanche et gonflée au-dessus du col d’une redingote victorienne, Winston Churchill. À ma gauche, à ma dro
30 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
58t des tunnels partout où il y a une montagne, des cols, des autobus, des routes sans barrière. Il faut que les relations pro
31 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Université par l’Europe et vice-versa (hiver 1979)
59, Schwyz et Nidwald, qui commandent les abords du col du Gothard, reçoivent au xiiie siècle des chartes « d’immédiateté im
60té impériale » : en effet, le Gothard est le seul col qui relie au croisement des deux principales chaînes alpestres, la mo