1 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
1 rupture ne pourra s’opérer qu’au lieu même où la collusion s’est faite. Or elle n’a pas pu se faire entre le christianisme et l’
2s ordres, simplement. Elle n’est jamais entrée en collusion avec aucune durée, étant la rupture de toute durée. Mais dès lors nou
2 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
3 rupture ne pourra s’opérer qu’au lieu même où la collusion s’est faite. Or elle n’a pas pu se faire entre le christianisme et l’
4s ordres, simplement. Elle n’est jamais entrée en collusion avec aucune durée, étant la rupture de toute durée. Mais dès lors, no
3 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
5 intégrante de la chrétienté médiévale. Or, cette collusion peut-être inévitable de l’Église et de l’Empire temporel, recréa, tou
6rme générale et collective. » C’est-à-dire que la collusion de l’Église et du pouvoir politique tendait à opprimer la liberté de
7tention nettement fédéralistes. L’absolutisme, la collusion des pouvoirs politiques et spirituels, nous les trouvons chez un Char
4 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
8es plus extérieurs ? Supposez, maintenant, que la collusion se produise. (L’hypothèse n’est pas absurde : elle s’est vérifiée en
5 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
9 n’appartiendra qu’à ceux qui sauront incarner la collusion intéressée des deux « raisons » que le vocabulaire confond déjà 13 .
6 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
10 fatale erreur dans l’activisme moderne, c’est la collusion [p. 251] de la guerre et de notre génie technique. À partir de la Rév
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
11 fatale erreur dans l’activisme moderne, c’est la collusion de la guerre et de notre génie technique. À partir de la Révolution,
8 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
12 intégrante de la chrétienté médiévale. Or, cette collusion peut-être inévitable de l’Église et de l’Empire temporel, recréa, tou
13rme générale et collective. » C’est-à-dire que la collusion de l’Église et du pouvoir politique tendait à opprimer la liberté de
14tention nettement fédéralistes. L’absolutisme, la collusion des pouvoirs politiques et spirituels, nous les trouvons chez un Char
9 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
15ération, c’est de la sauver. Mais par suite de la collusion de la nation et de l’État, fixant les mêmes frontières rigides à des
10 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
16 la fécondité de sa culture. Mais par suite de la collusion de la nation et de l’État, fixant les mêmes frontières rigides à des
11 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
17ans », comme le dira Hegel. Ensuite, parce que la collusion de l’État centralisé et de la nation missionnaire produit comme résul
12 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
18ans », comme le dira Hegel. Ensuite, parce que la collusion de l’État centralisé et de la nation missionnaire produit comme résul
13 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
19chte ne pouvait l’imaginer : ne fût-ce que par la collusion de la science et des nationalismes… Johann Gottfried von Herder (1744
14 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
20tion, l’État, et l’État-nation qui est né de leur collusion moderne. Il faudrait rappeler qu’après la préhistoire qui ne connaiss
15 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
21ent la nation, l’État et l’État-nation né de leur collusion moderne. Il faudrait rappeler qu’après la préhistoire qui ne connaiss
16 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
22u’« aucun document ne permet de saisir la moindre collusion entre troubadours et cathares » (Op. cit., p. 144), René Nelli rappel
23out sur l’impossibilité théorique de « la moindre collusion » 235 . « Les prédicateurs cathares aimaient à citer le sirventes de
24li, il fut en tout cas troubadour : il y a donc « collusion » là encore. Le troubadour (tardif et catholique) Matfre Ermengau, da
25Josaphat représente peut-être en son entier une « collusion » [p. 392] entre le gnosticisme hérité de ses origines orientales (vo
26a fois historique et psychique de convergence, de collusion, et de mise en tension, voire de confusion aux limites (atteintes par
17 1981, Cadmos, articles (1978–1986). Un falsificateur vu de près (été 1981)
27ccréditer l’idée particulièrement aberrante d’une collusion entre le personnalisme, l’Action française et Romain Rolland dans un