1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Dans le Style (janvier 1927)
1es. L’aube tire un écran de pluies sur le paysage commercial. Terminus : Morand, s’éveillant en français, termine : … Irène. (Gras
2 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
2réels, et dont il subit docilement l’abstraite et commerciale nécessité. Ennui, fatigue, sommeil sans prière. Cela s’appelle encore
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
3songe, opposant une réalité vivante à une duperie commerciale. Mais vous pensez que tant de mots pour une simple question de sentim
4 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
4songe, opposant une réalité vivante à une duperie commerciale. Mais vous pensez que tant de mots pour une simple question de sentim
5 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
5este : un jugement sur tous les plans, financier, commercial, éthique et spirituel. Que les échanges se ralentissent ou cessent :
6 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
6 les pirates siciliens, fondateurs du capitalisme commercial, sont souvent cités [p. 204] comme les premiers types d’individus au
7 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
7ens se destinant à des carrières industrielles et commerciales. » C’est l’amorce de notre conception du service civil, mais entrepri
8 1935, Esprit, articles (1932–1962). Albert Soulillou, Nitro (février 1935)
8mble que ce conformisme, dont on sait les raisons commerciales, couvre pas mal d’infidélités profondes. Certains sujets mériteraient
9 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
9ur la très maigre vente et le mépris du directeur commercial. Je suppose mon clerc peu fortuné. Deux espèces de carrières s’ouvren
10 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
10ins virtuellement, interdisaient le développement commercial et industriel. » Que reste-t-il de ce que nous nommons culture ? Phil
11 1936, Esprit, articles (1932–1962). Note sur nos notes (novembre 1936)
11isiblement déterminé par les clauses d’un contrat commercial. La littérature d’aujourd’hui pose à chaque instant des questions qui
12uel « prestige » évanouissant, ou quels bénéfices commerciaux… Voilà le mal « presque impossible à réparer ». La faute n’est pas à
12 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
13régime capitaliste, à la spéculation, aux profits commerciaux, au jeu abstrait des trusts, bref, à une série de nécessités artifici
14 voient soumises de plus en plus à des nécessités commerciales qui devraient normalement leur être subordonnées. Exemple : un éditeu
15t des livres qui ne bénéficient pas de ce battage commercial. Ce sont ces livres-là qui ont besoin de la critique pour atteindre l
16esse sa publicité, à recourir à tous les procédés commerciaux en usage dans l’industrie des nouilles ou de l’automobile, et enfin à
13 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
17une inquiétante continuité, pour des raisons plus commerciales que spirituelles, on le sait bien.) Mais si nous essayons de limiter
14 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
18tre les sollicitations vulgaires des distractions commerciales ? Les écrivains ne portent-ils pas une part de responsabilité ? Car,
19s le champ devient libre pour une « littérature » commerciale qui, elle, ne sera soucieuse que de plaire à bon compte, c’est-à-dire
15 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
20ublicité qu’on lui fait, cette « vogue » d’allure commerciale de ce qui fut un secret religieux… Il faut s’attaquer à tout cela, fû
16 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
21e nationale, et cela pour conquérir des avantages commerciaux, des traités de commerce avantageux. Après avoir été le moyen violent
22sinon un sentimentalisme national ? — et de plans commerciaux ou financiers. L’élément proprement guerrier n’y trouvait plus son co
17 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
23 les pirates siciliens, fondateurs du capitalisme commercial, sont souvent cités comme les premiers types d’individus au sens mode
18 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
24uvert qu’un diplomate moderne doit être un expert commercial. Conception bien typique du siècle dernier, où, en effet, la politiqu
25nnaires — leur nom l’indique — et des conseillers commerciaux. On demande des diplomates qui fassent une politique, et qui aient pl
19 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
26ximité. » J’achète un guide de quartier, d’aspect commercial. Une page y est réservée aux lieux de culte. En tête : « Préservez vo
20 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
27 de New York devant le symbole dressé sur un ciel commercial de la Liberté aux yeux vides 17 , ne [p. 102] tardent pas à recevoir
21 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
28este : un jugement sur tous les plans, financier, commercial, éthique et spirituel. Que les échanges se ralentissent ou cessent :
22 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Le rêve américain (9 novembre 1945)
29intitulait : Office de coordination des relations commerciales et culturelles interaméricaines. Cette dénomination m’a longtemps int
30és du monde, c’est-à-dire multiplier les échanges commerciaux, et, en même temps, répandre dans tous les pays du monde l’idéal de l
23 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
31 créerait bientôt du côté de Miami. Les barrières commerciales qui s’opposent à l’entrée des films russes, anglais et français, cède
24 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
32t au cercle des Nouveaux Cahiers sur la politique commerciale de la France. Tandis que des experts échangent leurs vues, je constat
33 met à parler de la « personnalité » d’un produit commercial et de son « prestige ». Curieuse dramatisation ! À mesure que les hom
25 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
34s suppose trop de compromissions visant au succès commercial. Les meilleurs se voient donc relégués dans une opposition sans porté
26 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
35eur solo de désastre, de faux désastre et d’appel commercial, dans le matin strident de l’East River. Un quadrimoteur argenté pass
27 1946, Lettres sur la bombe atomique. 12. Les Quatre Libertés
36out mise en échec par des censures officielles ou commerciales, la misère règne, la police règne, et les vainqueurs eux-mêmes vivent
28 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
37eur solo de désastre, de faux désastre et d’appel commercial, dans le matin strident de l’East River. Un quadrimoteur argenté pass
29 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
38eur solo de désastre, de faux désastre et d’appel commercial, dans le matin strident de l’East River. Un quadrimoteur argenté [p. 
30 1946, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique est-elle nationaliste ? (29 août 1946)
39les mêmes personnes qui vitupèrent l’impérialisme commercial de l’Amérique, d’une part, et qui se plaignent de ce que l’Amérique n
31 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
40ux objectifs principaux : la liberté des échanges commerciaux, et la démocratisation du monde entier, Japon compris, Russie compris
41intitulait : Office de coordination des relations commerciales et culturelles interaméricaines. Cette dénomination m’a longtemps int
42és du monde, c’est-à-dire multiplier les échanges commerciaux ; et en même temps, répandre dans tous les pays du monde l’idéal de l
43les mêmes personnes qui vitupèrent l’impérialisme commercial de l’Amérique, d’une part, et qui se plaignent de ce que l’Amérique n
32 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
44 créerait bientôt du côté de Miami. Les barrières commerciales qui s’opposent à l’entrée des films russes, anglais et français, céde
45 laquelle il emprunte ses sujets, — et la machine commerciale de l’édition. Rien ne le soutient. Tout l’attaque — ou le paie. Et il
46dront adultes, et feront à leur tour une carrière commerciale. En revanche, pour peu qu’un écrivain sérieux, qui a fait ses preuves
47s revues » ou little mags. Elles sont le pôle non commercial de la vie intellectuelle. Dispersées, elles aussi, sur tout le contin
48ximité. » J’achète un guide de quartier, d’aspect commercial. Une page y est réservée aux lieux de cultes. En tête : « Préservez v
33 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
49 succès et ses produits d’exportation, humains ou commerciaux, le font passer pour plus léger que l’air. Il a fallu le Général de G
34 1950, Lettres aux députés européens. Première lettre
50se, point de liberté d’établissement ou d’échange commercial entre Cantons, point d’unité monétaire, point de représentation des p
35 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Lettre aux députés européens (15 août 1950)
51se, point de liberté d’établissement ou d’échange commercial entre Cantons, point d’unité monétaire, point de représentation des p
36 1950, Combat, articles (1946–1950). Messieurs, n’oubliez pas l’exemple de la Suisse (3 octobre 1950)
52se, point de liberté d’établissement ou d’échange commercial entre cantons, point de représentation des peuples. Un seul organe co
37 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur Suez et ses environs historiques (octobre 1956)
53ités autonomes, foyers de rayonnement culturel et commercial. L’une centralise, l’autre fédère. L’une est conservatrice et l’autre
38 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
54volonté de puissance, de l’or mystique et de l’or commercial, de la conquête et de la connaissance, se mêlent déjà comme ils le fe
55s siècles, là encore, les conquêtes militaires et commerciales entreprises par les rois d’Europe « au nom du Christ »… Tous ces moti
39 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
56ccident. Ainsi, durant des millénaires d’échanges commerciaux et guerriers, d’aveugle exploitation de l’un par l’autre, le dialogue
57 corps, au choix, n’est pas l’affaire des experts commerciaux, ni des hommes politiques, ni même des sociologues. Le dialogue vrai
40 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
58ées entre les pays européens rendent les échanges commerciaux coûteux et difficiles. L’agriculture, fortement développée pendant la
59 sur la mer. Une large proportion de ses échanges commerciaux se fait avec ses voisins européens. La [p. 46] Suisse dépend donc de
41 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
60cette fonction, non sans la modifier dans le sens commercial que l’on sait. Dès lors le mécénat doit se tourner vers des domaines
42 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
61production et de distribution sur le seul intérêt commercial. Le danger serait qu’ils se bornent à prolonger et à copier des succè
62bilité d’éducateurs qui déborde largement le plan commercial. Il faut qu’ils s’en convainquent. Il faut qu’ils comprennent tout d’
43 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Editeuropa (septembre 1959)
63audience internationale, condition de leur succès commercial et de leur utilité pour la cause de l’Europe. Enfin, n’oublions pas l
44 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — f. Soulèvement des puissances animiques
64luxure, anxieuse ou complaisante, sophistiquée ou commerciale, non seulement étudiée, mais justifiée ! Comment notre homme distingu
45 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
65pu devenir l’œuvre commune des grandes compagnies commerciales, des armateurs et des banquiers de toute l’Europe, fait place à une e
46 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
66e ce soit, aux fins de s’assurer quelque avantage commercial que ce soit, au détriment de n’importe quelle autre puissance. IV. Qu
67ommerce avec le Groënland, et autres dispositions commerciales favorisant les marins. VI. VII, VIII, IX et X. Que tout ce qui précèd
68ême : la transformation de nos États en autarcies commerciales, politiques et culturelles (voir plus loin, p. 189). Reste donc la so
47 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
69ge intitulé Der geschlossene Handelsstaat (L’État commercial fermé) 149 publié en 1800. Les peuples du monde antique étaient sép
70e que s’est formé aussi, entre autres, le système commercial qui, tout au moins en ses traits fondamentaux s’est maintenu jusqu’à
71elle doit être divisée de même en plusieurs États commerciaux complètement fermés. Nous voici parvenus à la source de la plus grand
72revient. Or ceci n’est possible que si l’anarchie commerciale est supprimée, comme on supprime peu à peu l’anarchie politique et si
73 politique et si l’État se ferme, en tant qu’État commercial comme il s’est fermé en ce qui concerne sa législation et sa fonction
74cherche pas en effet à acquérir une prépondérance commerciale, ce qui est une tendance dangereuse, mais à rendre la nation entièrem
75ome. 152 Ce ne sont pas seulement les échanges commerciaux qu’il faut supprimer, mais aussi les échanges culturels et le tourism
76te supérieur ont besoin de voyager hors de l’État commercial fermé : il ne doit pas être permis plus longtemps à une vaine curiosi
48 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.4. Napoléon et l’Europe
77 transformer le continent tout entier en l’« État commercial fermé » que réclamait Fichte ! Mais c’est en réalité l’imagination de
49 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
78culturel elle représente, pour utiliser un slogan commercial populaire, le plus grand succès mondial de tous les temps, et, ne ser
50 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
79es. Désireux de contribuer, grâce à une politique commerciale commune, à la suppression progressive des restrictions aux échanges i
51 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Guide européen de l’enseignement civique [introduction] (1960-1961)
80e la presse locale, des conditions économiques et commerciales dont il s’agit de tenir compte, etc. En somme, ce manuel nous propose
52 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
81 en l’utilisant à des fins militaires, agricoles, commerciales, après avoir été souvent sacrées. Une vallée ou un socle rocheux, une
53 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
82 les ambitions les plus diverses : missionnaires, commerciales, politiques, ou simplement aventurières, les Européens, en désordre,
54 1962, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe est d’abord une culture (30 juin 1962)
83à des problèmes de tarifs douaniers et d’intérêts commerciaux. J’estime donc opportun de rappeler les vraies dimensions du problème
84une ne devra pas se limiter au plan économique et commercial, mais s’étendre aux problèmes immenses et tout nouveaux que posent le
55 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
85rs vont à l’Europe. Il est vrai que notre balance commerciale reste déficitaire avec l’Europe (de 447 millions), tandis qu’elle est
56 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stage d’Oosterbeek (septembre 1964)
86 par de nouvelles concentrations industrielles et commerciales vont être revalorisées. Elles vont respirer, [p. 81] délivrées du car
57 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
87testés. En 1332, la petite cité de Lucerne, place commerciale bien située au débouché nord-ouest de la route du Gothard, est la pre
58 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
88 trouvent à la tête d’un « empire » industriel et commercial qui, selon les calculs de M. Charles Ducommun — militant syndicaliste
89par un déficit sans cesse croissant de la balance commerciale et de la balance des revenus. ⁂ Tout ce qui précède peut se résumer e
90% 91 % Denrées alimentaires 23 % 5 % Balance commerciale : Dépenses pour importations 13 milliards Recettes d’exportations
59 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
91des et les cités italiennes, le long du grand axe commercial de la Renaissance, celui qui relie Venise et Bruges, les échanges de
60 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
92. Il est vrai que durant ce mois-là notre balance commerciale restait déficitaire avec l’Europe (de 447 millions) tandis qu’elle ét
61 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
93re sans cesse croissant d’ententes industrielles, commerciales, professionnelles, etc. Pendant ce temps, l’Europe avait perdu ses po
62 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
94des et les cités italiennes, le long du grand axe commercial de la Renaissance, celui qui relie Venise et Bruges, les échanges de
63 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
95ales de la Nature ont pour origine des nécessités commerciales, par exemple, et d’ailleurs varient du tout au tout selon les conditi
64 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
96lé en moins de cinq minutes par un avion de ligne commerciale, en quelques dizaines de secondes par un chasseur supersonique. Ni co
65 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
97tés flamandes et italiennes, le long du grand axe commercial de la Renaissance, celui qui relie Venise et Bruges, les échanges de
66 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.2. Le civisme commence au respect des forêts
98u d’assister simplement à la conclusion d’accords commerciaux longuement marchandés entre États « souverains ». Ce sera aussi la me
67 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
99l’avion, et non pas de la prévision des avantages commerciaux, touristiques et militaires que présenterait un jour l’industrie de c
68 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.7. Pour une politique de la recherche
100ction, non sans la [p. 144] modifier dans le sens commercial que l’on sait. Dès lors le mécénat doit se tourner vers des domaines
69 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
101té garantie que par la satellisation politique et commerciale imposée et réimposée par l’Armée rouge : 1945, 1956, 1968. La stabili
70 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
102es [p. 63] cités italiennes, le long du grand axe commercial de la Renaissance, celui qui relie Venise et Bruges, les échanges de
71 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
103es tricheries les plus effrontées dans le domaine commercial et financier : tarifs douaniers arbitraires, industries parasites pro
104ntrôle de zones d’influence plus idéologiques que commerciales (voir le Vietnam) et l’on travaille pour le profit, qui est en somme
105s si les problèmes profonds que pose leur balance commerciale (laquelle ne saurait être positive, me semble-t-il, dans tous les pay
72 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
106ntrôle de zones d’influence plus idéologiques que commerciales (voir le Vietnam) et l’on travaille pour le profit, qui est en somme
107s si les problèmes profonds que pose leur balance commerciale (laquelle ne saurait être positive, me semble-t-il, dans tous les pay
73 1970, Preuves, articles (1951–1968). Dépasser l’État-nation (1970)
108ntrôle de zones d’influence plus idéologiques que commerciales (voir le Vietnam) et l’on travaille pour le profit, qui est en somme
109s si les problèmes profonds que pose leur balance commerciale (laquelle ne saurait être positive, me semble-t-il, dans tous les pay
74 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe et le sens de la vie (25-26 avril 1970)
110ntrôle de zones d’influence plus idéologiques que commerciales (voir le Vietnam) et l’on travaille pour le profit, qui est en somme
111s si les problèmes profonds que pose leur balance commerciale (laquelle ne saurait être positive, me semble-t-il, dans tous les pay
75 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Une réflexion sur le mode de vie plutôt que sur le niveau de vie (2 juin 1970)
112ns ne peuvent pas avoir en même temps une balance commerciale positive !) De fait, l’ouverture du Marché commun n’a nullement décle
76 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
113re… Or, en dehors de la politique industrielle et commerciale, de la politique sociale, de la politique agricole, ou des transports
77 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
114 changeants au gré des développements techniques, commerciaux, financiers, etc. Le rythme de changement des régions ethniques est m
78 1973, Journal de Genève, articles (1926–1982). Genève, exemple européen ? (10-11 novembre 1973)
115on définie par les échanges de biens industriels, commerciaux, et de services, dont l’aire ne recouvre ni celle de la région de mai
79 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
116ion même du succès, non seulement académique mais commercial, et confère un prestige immédiat à ses auteurs, la science politique
80 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Nouveau départ (printemps 1974)
117du xviiie siècle. Victoria Curzon : La Politique commerciale des Communautés. Enfin, nous prévoyons la publication dès la rentrée
81 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
118rganismes ont ouvert la voie à des accords [p. 4] commerciaux et monétaires, lesquels devaient conduire à une politique économique
119soudre virtuellement ces problèmes économiques et commerciaux, on a vu que cela ne suffisait pas. Restaurer l’industrie, augmenter
120autour de la ville. — les investissements et flux commerciaux entre Genève et les zones françaises voisines définissent une région
82 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
121ent les plus évidentes, c’est-à-dire les échanges commerciaux et agricoles (vitaux mais qui peuvent être interrompus d’une heure à
83 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
122s les termes de l’échange aussi bien culturel que commercial. Mais, que le dialogue sur les finalités de la culture et de ses prod
84 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
123ifiée et jamais de maturation. C’est une « idée » commerciale, motivée par le seul désir de profit, et non pas une mesure régulatri
124. Utopie analogue à celle qui rêve que la balance commerciale devienne un beau jour positive dans tous les États de notre Monde, c’
85 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
125l ou sur un profit rapide tiré de quelque affaire commerciale habilement conclue est tout à fait inadmissible dans ce contexte. Les
86 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
126rmes de production de biens vendables, d’échanges commerciaux et de dépenses gouvernementales, donc de profits calculés en monnaie,
87 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
127réels, et dont il subit docilement l’abstraite et commerciale nécessité. Ennui, fatigue, sommeil sans prière 107 . » Cela s’appelle
88 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
128 les capitales où se calculent le PNB, la balance commerciale et les rapports de forces nucléaires, indicateurs de la puissance de
89 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
129niques, sociales et politiques, psychologiques et commerciales — conduit à la multiplication des petites et moyennes entreprises 159
90 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
130re… Or, en dehors de la politique industrielle et commerciale, de la politique sociale, de la politique agricole, ou des transports
91 1978, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (hiver 1978)
131s d’abord celle de l’économie et du libre-échange commercial, mais bien celle des chances de la vie, c’est-à-dire des chances de l
132ue d’harmoniser leurs politiques industrielles et commerciales. II. « La grande question » Les choses ont-elles vraiment changé de
92 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
133s d’abord celle de l’économie et du libre-échange commercial, mais bien celle des chances de la vie, [p. 12] c’est-à-dire des chan
134ue d’harmoniser leurs politiques industrielles et commerciales. On situera d’abord l’Europe d’aujourd’hui dans les réalités mondiale
135 désormais d’une seule voix dans les négociations commerciales internationales. En même temps elle est devenue le premier ensemble c
136n même temps elle est devenue le premier ensemble commercial du monde. Cela lui permet de discuter, dans ce secteur, d’égal à égal
137leurs produits de base. Il est clair que le poids commercial de la Communauté sur la scène mondiale se double d’un certain poids p
138les Neuf, qui parlent d’une seule voix en matière commerciale, n’ont pas la même unanimité lorsqu’il s’agit d’affaires politiques.
93 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
139, appuyée sur une politique planétaire. Un projet commercial pourrait éviter que la vente aux pays du tiers monde d’usines clés en