1 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
1é difficile de persister après le réquisitoire du Commissaire du [p. 299] gouvernement. Non pas que ses arguments fussent bien neuf
2in est coupable de l’avoir accepté. » Sur quoi le commissaire du gouvernement croit pouvoir remarquer « que l’on n’est pas ici pour
2 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
3tions. L’accord parfait des « vues » de nos deux commissaires me remplit d’aise. Mais je goûtai surtout que le romancier se montrât
4ds simplement que dans l’action et les écrits des commissaires susnommés, l’utilitarisme grossier trouve une espèce de justification
5e son triomphe universel. Professeurs, députés ou commissaires, ils croient tous tant qu’ils sont que l’esprit est une espèce de lux
6 diffusera » seront aussi peu de l’esprit que nos commissaires sont de bons écrivains. IV. Le spiritualisme consacre le préjugé ut
7ici une possibilité de repêchage du projet de nos commissaires. Voici donc mon contre-projet, sous forme de résolution. Article uni
8 le désordre établi. On imagine difficilement nos commissaires inaugurant ces assises subversives, ces états généraux de la culture.
3 1937, Esprit, articles (1932–1962). Jacques Benoist-Méchin, Histoire de l’armée allemande depuis l’armistice (mars 1937)
9s révoltes ouvrières et séparatistes, — et Noske, commissaire du peuple devenu ministre de la Guerre, figure classique du marxiste
4 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
10russe condamne Pasternak pour avoir mal parlé des commissaires. Mais Pasternak les attaquait pour avoir trahi le peuple russe. Si ma
5 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
11russe condamne Pasternak pour avoir mal parlé des commissaires. Mais Pasternak les attaquait pour avoir trahi le peuple russe. Si ma
6 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
12t prendra soin de concilier les différens par ses Commissaires Médiateurs, ou s’ils ne peuvent être conciliez, le Sénat les jugera p
7 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
13dé. Néanmoins, à la frontière française, un jeune commissaire spécial de police lui refuse l’entrée. Longue discussion, le ton mont
14 l’entrée. Longue discussion, le ton monte, et le commissaire s’écrie : « Si vous dites encore un mot, je vous coffre ! » Joseph pe
8 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
15s de la Confédération et les représentants ou les commissaires fédéraux ne peuvent recevoir d’un gouvernement étranger ni pensions,
9 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
16 dire vraiment libres. La veille, George Thomson, commissaire lui aussi de la CEE, chargé des recherches régionales, avait fait une
10 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
17] selon la prévision de Valéry 186 , soit par des commissaires soviétiques ; ou par quelque combinaison des deux derniers. Si l’Euro
11 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
18tir de la technique », disait récemment un ancien commissaire de la CEE 3 . Mais les interventions du Général de Gaulle boycottant