1 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Conférence de compositeurs, critiques musicaux et exécutants (décembre 1952-janvier 1953)
1 [p. 8] Conférence de compositeurs, critiques musicaux et exécutants (décembre 1952-janvier 1953) j M
2icale actuelle en Europe, c’est que des œuvres de compositeurs célèbres de la génération précédente figurent à tous les répertoires,
3ent à tous les répertoires, tandis que celles des compositeurs de la jeune génération sont presque uniquement jouées dans leur pays
4ement jouées dans leur pays d’origine. Les jeunes compositeurs américains connaissent rarement ce que font leurs confrères européens
5opéens ; la situation est la même pour les jeunes compositeurs des différents pays européens. De plus, les compositeurs, qui avant l
6teurs des différents pays européens. De plus, les compositeurs, qui avant la guerre avaient de nombreuses occasions de se rencontrer
7hestres hésitent à présenter des œuvres de jeunes compositeurs étrangers, si ce n’est pour des raisons de prestige ou des motifs ext
8itiques ont la possibilité d’apprécier les jeunes compositeurs étrangers, puisqu’ils ne sont pratiquement pas joués. De nombreux pro
9ne peuvent que très rarement rencontrer de jeunes compositeurs et établir ainsi avec eux une base de compréhension et de collaborati
10orer le projet d’une conférence internationale de compositeurs, critiques musicaux et exécutants. Elle aura lieu au printemps 1954,
11ivants : [p. 9] 1. Donner l’occasion à de jeunes compositeurs de faire jouer et apprécier leurs œuvres. L’atmosphère internationale
12ouvelles œuvres. 3. Créer un lieu de rencontre où compositeurs, critiques et exécutants puissent jouir des mêmes contacts personnels
13de la culture invitera à Rome 75 à 100 personnes (compositeurs, critiques musicaux et exécutants) de différents pays d’Europe et d’A
14 Un Comité exécutif, composé d’amis du Centre, de compositeurs, chefs d’orchestre, critiques musicaux et musicologues, dressera des
15n Comité d’honneur international qui comprend des compositeurs de renommée mondiale. Ont déjà accepté d’y participer MM. Igor Stravi
16eront exécutés : [p. 10] a) des œuvres de jeunes compositeurs européens et américains, b) des œuvres rarement jouées de compositeur
17s et américains, b) des œuvres rarement jouées de compositeurs célèbres contemporains, c) des œuvres contemporaines négligées à tort
18ures œuvres qui auront été commandées à 12 jeunes compositeurs. Le règlement de ces prix fera l’objet d’un communiqué dans notre pro
19mité procède ensuite au choix préliminaire des 12 compositeurs auxquels des œuvres seront commandées. Pour la plupart d’entre eux, d
20tres personnelles seront envoyées à chacun des 12 compositeurs retenus. Sur proposition de MM. Nabokov et de Rougemont, le Comité ex
2 1953, Preuves, articles (1951–1968). Les raisons d’être du Congrès (septembre 1953)
21me, une autre Conférence groupant les plus grands compositeurs modernes, avec leurs interprètes et leurs critiques, poursuivra cet e
3 1954, Preuves, articles (1951–1968). Il n’y a pas de « musique moderne » (juillet 1954)
22ale, jugée « réactionnaire ». Je ne vois pas deux compositeurs du xviie du xviiie ou du romantisme, dont les œuvres présentent des
23xe. S’il est tout de même un caractère commun aux compositeurs d’aujourd’hui, c’est qu’ils sont justement moins « modernes » et moin
24 n’ai-je pas entendu un jeune peintre ou un jeune compositeur soupirer : « Après X ou Y on ne sait plus que faire. Nous sommes dans
25rchés, il n’est nullement prouvé que l’œuvre d’un compositeur non dodécaphonique « est inutile… et se place en deçà des nécessités
26ues d’aujourd’hui. De là peut-être aussi chez nos compositeurs, séparés d’un public devenu trop vaste, et privés de la chaleur des r
27roblème vital pour la culture sont bien moins les compositeurs que ceux qui font les programmes des concerts et qui décident du choi
4 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Ce n’est pas au pied du mur… (juin-juillet 1956)
28e a décerné des bourses importantes à cinq jeunes compositeurs… Toutefois, c’est encore peu, au regard de nos plans. Les mois qui vi
5 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Prix européen de littérature n’a pas été donné en 1956 (juin-juillet 1956)
29elle adoptée par la Fondation pour les bourses de compositeurs. (Voir plus loin.) af Tenant compte de ces expériences et des besoin
6 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle des festivals dans la vie culturelle de l’Europe [Commentaires] (mai 1957)
30ckenschmidt, Porter, Rostand et Vuillermoz, ou de compositeurs tels que Boris Blacher, Vagn Holmboe et Frank Martin. « Bartók cause
31e d’opposition de principe, sauf dans le cas d’un compositeur comme Britten, d’un critique comme J. Feschotte, et d’un directeur de
7 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
32Italie du Nord, Pérouse, Venise, que les premiers compositeurs allemands viennent apprendre leur métier ; qu’ensuite, le foyer de la
8 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
33édagogie sportive. — Conférence internationale de compositeurs, critiques et interprètes musicaux à Rome (5-16 avril). — Signature d
9 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
34siciens, biologistes, économistes et sociologues, compositeurs et directeurs de festivals, instituteurs et universitaires, éditeurs,
10 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
35mble qu’il y a lieu de se réjouir du fait que des compositeurs dont seuls quelques spécialistes avaient lu les manuscrits, soient ma
11 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
36cque par la plupart de nos dramaturges, poètes et compositeurs (les Choéphores et les Euménides de Claudel et Darius Milhaud, pour n
12 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
37atie, Manuel de Falla et Maurice Ravel, parmi les compositeurs : tous les intimes des Godebski deviendront rapidement ses amis. Il f
13 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Universités américaines (12-13 janvier 1963)
38eux tiers sans doute (de Faulkner aux plus jeunes compositeurs) vit ainsi, quelques mois par an ou en permanence, dans les petites u
14 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour une métropole régionale Aix-Marseille-Étang de Berre [Avant-propos] (juillet 1963)
39bord à sa composition : professeurs d’université, compositeurs de musique, écrivains et critiques s’y trouvaient pour une fois réuni
15 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
40énie, ni de peintres qui aient fait époque, ni de compositeurs du plus haut rang. Hölderlin ou Racine, Mozart ou Rubens, Shakespeare
41celui qui relie Venise et Bruges, les échanges de compositeurs et de styles se multiplient au xve siècle : Guillaume Dufay en est l
42ors auprès des maîtres allemands que les premiers compositeurs de Moscou et de Saint-Pétersbourg apprennent leur métier. Au début du
43us forme de negro spirituals. Mais les très rares compositeurs qu’on peut nommer, de la Réforme à nos jours, n’ont guère qu’un intér
44ationale de 1939, je posai d’abord la question du compositeur. Il le fallait puissant et généreux, capable de toucher les masses, S
45on ne trouve pas une seule femme parmi les grands compositeurs, on ne trouve pas un seul Suisse parmi les philosophes auteurs de gra
16 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
46énie, ni de peintres qui aient fait époque, ni de compositeurs du plus haut rang. Hölderlin ou Racine, Mozart ou Rubens, Shakespeare
17 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
47celui qui relie Venise et Bruges, les échanges de compositeurs et de styles se multiplient au xve siècle ; Guillaume Dufay en est l
48ors auprès des maîtres allemands que les premiers compositeurs de Moscou et de Saint-Pétersbourg apprennent leur métier. Au début du
18 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
49celui qui relie Venise et Bruges, les échanges de compositeurs et de styles se multiplient au xve siècle. Une nouvelle école s’épan
50est auprès des maîtres allemands que les premiers compositeurs de Moscou et de Saint-Pétersbourg apprennent leur métier. Au début du
19 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.8. Il n’y a pas de « musique moderne »
51uction aux travaux de la Conférence européenne de compositeurs et musicologues, organisée à Rome, en avril 1954, par le Centre europ
52ale, jugée « réactionnaire ». Je ne vois pas deux compositeurs du xviie , du xviiie ou du romantisme, dont les œuvres présentent de
53xe. S’il est tout de même un caractère commun aux compositeurs d’aujourd’hui, c’est qu’ils sont justement moins « modernes » et moin
54 n’ai-je pas entendu un jeune peintre ou un jeune compositeur soupirer : « Après x ou y on ne sait plus que faire. Nous sommes dans
55rchés, il n’est nullement prouvé que l’œuvre d’un compositeur non-dodécaphonique « est inutile… et se place en deçà des nécessités
56ues d’aujourd’hui. De là peut-être aussi chez nos compositeurs, séparés d’un public devenu trop vaste, et privés de la chaleur des r
57roblème vital pour la culture sont bien moins les compositeurs que ceux qui font les programmes des concerts et qui décident du choi
20 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.9. L’Europe, l’été…
58ent : ce sont tous les grands noms de la musique, compositeurs, exécutants et chefs célèbres, de Monteverdi et Purcell jusqu’aux cha
59umise à l’examen d’une cinquantaine de critiques, compositeurs et musicologues, cette définition fut très généralement approuvée, bi
21 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
60celui qui relie Venise et Bruges, les échanges de compositeurs et de styles se multiplient au xve siècle : Guillaume Dufay en est l
61ors auprès des maîtres allemands que les premiers compositeurs de Moscou et de Saint-Pétersbourg apprennent leur métier. Au début du