1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1 à raconter les choses les plus affreuses sur son compte, simplement parce qu’il a aimé une femme, pour écrire Hyperion, et po
2 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
2ntherlant, qui a quitté le stade, se rendra mieux compte à distance de la contradiction sur laquelle est bâtie son œuvre. L’in
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Cocteau, Rappel à l’ordre (mai 1926)
3a pédale à la poésie. (« Le poète ne rêve pas, il compte. ») Six projecteurs convergent sur une machine luisante et tournante.
4 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Les Bestiaires (septembre 1926)
4 haut avec la nonchalance des vrais puissants, je compte qu’il saura fonder sa gloire future sur des valeurs plus humaines.
5 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
5prend peu à peu des choses bien curieuses sur son compte. Il a fait de la pâtisserie, mais on m’assure qu’il se nourrit de noi
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Orphée sans charme (février 1927)
6 est un poète : j’en verrais une preuve, pour mon compte, dans le fait que je ne sais parler de lui autrement que par métaphor
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
7re, le plus satisfaisant, celui qui rend le mieux compte de la réalité, c’est André Breton qui l’a exprimé : « On publie pour
8 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
8t des buts et de l’avenir de son effort. Pour mon compte, je crois que l’idée fixe de produire peut très bien envahir un cerve
9rmittente détresse, — qu’il met d’ailleurs sur le compte de sa fatigue. Neurasthénie. La conquête du confort matériel l’a lais
9 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
10Alors ? — Justement. Il est un reproche auquel je compte ne pas échapper : celui de naïveté. Définition du naïf dans le monde
11 avance en deux catégories dont je vais régler le compte sommairement. Cela n’empêchera personne de me resservir ces arguments
10 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henri Michaux, Mes propriétés (mars 1930)
12sique, déforme et recrée le réel à son gré. Seule compte la réalité intérieure, mais elle apparaît toujours sous forme d’objet
11 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Pierre-Quint, Le Comte de Lautréamont et Dieu (septembre 1930)
1393, mais où certaine bêtise trouve assez bien son compte. Et quant à l’orthodoxie instaurée par les surréalistes, elle appelle
12 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
14ertaine manière. En France, chacun parle pour son compte, paraphe son épigramme, jette son petit caillou. Ici, le sens des mot
13 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Charles Du Bos, Approximations, 4ᵉ série (novembre 1930)
15à que M. Du Bos parvient à recréer comme pour son compte, tant il y apporte de pressante intuition, les « problèmes » qui cont
14 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Malraux, La Voie royale (février 1931)
16temples en ruines de la Voie Royale d’Angkor : il compte y découvrir des bas-reliefs dont il pourrait tirer un prix considérab
15 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
17uelques années à Daphné, beaucoup plus long, — il compte plus de 600 pages dans l’édition française — d’un rythme plus inégal
18rer. Car au-dessus des fatalités humaines, ce qui compte chez les personnages de Baring, c’est la manière d’accepter une desti
16 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
19 les autres, mais de la résoudre d’abord pour son compte et par un acte intérieur contraignant, un acte d’incarnation. Il y a
17 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
20e moralité toute faite. Je ne me récrie pas et ne compte nullement désigner l’auteur de l’Immoraliste à la vindicte des « honn
18 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
21ertaine manière. En France, chacun parle pour son compte, paraphe son épigramme, jette son petit caillou. Ici, le sens des mot
19 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
22 à raconter les choses les plus affreuses sur son compte, simplement parce qu’il a aimé une femme, pour écrire Hyperion, et po
20 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
23et pour les témoins d’une confession, de faire le compte de leurs gloires ? Ne doivent-ils pas au contraire considérer celles-
24e, besoin minoritaire de trouver des alliés à bon compte sur un terrain où la compromission semblait pratiquement acceptable ?
21 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
25et à notre tour, nous demanderons : que fait, que compte faire M. Nizan pour les hommes ? — Il compte leur apporter le marxism
26 que compte faire M. Nizan pour les hommes ? — Il compte leur apporter le marxisme. Or, s’il est clair que le marxisme prétend
22 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
27l n’y a pas de cage. Et chacun sait qu’au bout du compte il y aura un an de prison pour ce garçon sérieux et maître de lui, qu
23 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
28eurs écrits d’abord. Mais, pour en tenir un juste compte, il s’agit de le subordonner au problème personnel de ces vies, à leu
29ela reste absurde aux yeux de ceux pour qui seule compte certaine « originalité » dans l’ordre — au mieux — esthétique, je ne
24 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
30t une révolution d’intellectuels dans un pays qui compte à cette époque moins de 3 millions d’ouvriers sur une population de 1
31 pouvoir sur toutes les Russies. En 1932 le parti compte deux millions de membres sévèrement contrôlés. « Mais, nous dit-on, l
25 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
32 ? Oui, pour ceux qui cherchent des espoirs à bon compte, hors de la réalité certainement désespérante. Mais il y a la Promess
26 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
33ait par là même que la doctrine de l’acte rend un compte suffisant de l’ensemble du monde. Ce serait dire qu’elle constitue fi
27 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
34et sans qu’aucun fait nouveau puisse en rendre un compte suffisant, la productivité par homme se met à croître avec une rapidi
28 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
35Pour nous l’homme est autre chose qu’une unité de compte, un ventre ou un électeur. Avec toute attitude idéologique qui entraî
29 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
36s servir. Vous me direz peut-être que, pour votre compte, la classe ou la race vous importent assez [p. 41] peu. Vous jouez, v
37s en plus. Mais j’ai beau ne pas croire, pour mon compte, à la réalité de tous ces mythes, j’ai beau ne pas croire qu’ils aien
30 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
38emand. Je m’explique : Le fascisme a repris à son compte la critique du spirituel bourgeois. Il a su utiliser le rappel à la r
39qu’un rêve d’intellectuel qui ne tient plus aucun compte de la réalité humaine. Cette extraordinaire opération de rétablisseme
31 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 6. Note sur un certain humour
40uelques coups, pour se prouver que rien de ce qui compte n’en dépend. Il tire un peu sur la ficelle du destin pour se prouver
41rer un critère de l’incroyance ou de la foi. Tout compte fait, les cyniques ont raison, à leur manière, qui est de réussir. « 
42st encore plus pessimiste que les cyniques sur le compte des hommes d’aujourd’hui et des méthodes opportunistes que l’on vante
32 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
43isante. C’est dire aussi que je ne puis, pour mon compte, rendre pleinement justice au communisme. Je puis discuter sa théorie
33 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
44t une révolution d’intellectuels dans un pays qui compte à cette époque moins de 3 millions d’ouvriers sur une population de 1
45voir sur toutes les Russies. En 1932, le parti ne compte encore que deux millions de membres, sévèrement contrôlés. « Mais, no
34 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
46asses en personnes responsables, chacune pour son compte, de postes définis.) Le combat singulier La troupe d’assaut reste l
35 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
47bu qui tout d’un coup se met à réfléchir pour son compte, et qui, de ce fait même, se distingue du groupe naturel, et s’isole.
48e précision : ce n’est pas la forme d’un État qui compte, mais bien la condition qu’il ménage à l’Église, et l’idée de l’homme
49raint par le sentiment général de reprendre à son compte à la fois l’autorité d’un chef d’Église et le pouvoir d’un chef d’Éta
36 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
50et sans qu’aucun fait nouveau puisse en rendre un compte suffisant, la productivité par homme se met à croître avec une rapidi
37 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
51é de concordat. Déjà les dictatures réglaient les comptes. « Lorsque j’entends parler d’esprit, je dégaine mon revolver », disa
38 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
52s servir. Vous me direz peut-être que, pour votre compte, la classe ou la race vous importent assez peu. Vous jouez, vis-à-vis
53s en plus. Mais j’ai beau ne pas croire, pour mon compte, à la réalité de tous ces mythes, j’ai beau ne pas croire qu’ils aien
39 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
54e n’aurait pas d’autre valeur, il a celle-là, qui compte, de nous montrer comment les hommes de ce temps peuvent devenir des h
40 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
55 si tous les essayistes étaient tenus à rendre un compte public des fins extrêmes qu’ils escomptent pour leurs spéculations le
41 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
56s la rubrique surréalisme, et verser tout cela au compte des profits et pertes d’une « élite » bourgeoise en faillite ? Compta
42 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
57osophes dès qu’ils ne tiendraient plus réellement compte du péché ni de la grâce. Et le symbole de cette passivité, proclamé p
43 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
58 avaient en somme raison, tout au moins pour leur compte, ajouterons-nous. À chacun sa réalité : elle dépend du regard qu’on p
44 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
59re temps, même s’il y participe pour [p. 252] son compte. Il est très vrai que nos contemporains ont cessé de croire, dans l’e
60e laissent presque toujours plus perplexe sur son compte qu’inquiet sur le mien. Mauvais signe pour un penseur qui a entrepris
45 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
61 que la seule lucidité subsiste, sans appui. Tous comptes faits, toute vie consumée, toute position rongée et corrodée par le r
46 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
62 pensée de Sören Kierkegaard : c’est un titre qui compte, et dont la pensée protestante saura mesurer la valeur. ⁂ Qu’est-ce q
47 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
63etour aux origines. Voilà la seule révolution qui compte pour l’esprit. Elle doit commander toutes les autres. p. 5 j.
48 1935, Esprit, articles (1932–1962). Albert Soulillou, Nitro (février 1935)
64ais Adolphe ou l’Idiot seraient aujourd’hui des « compte d’auteur ». p. 846 l. « Albert Soulillou, Nitro, Gallimard »,
49 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
65osé, ce que l’Église, pour son malheur, a pris en compte, c’est la doctrine « spiritualiste » de l’esprit. Voilà l’erreur méta
66 une pure description 32 . On assure ainsi à bon compte la rigueur des constructions intellectuelles allégées de toute respon
50 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
67e m’étonne seulement de vous voir prendre à votre compte un jugement si désobligeant, — si ! si ! ne vous excusez pas, j’ai su
68ent aujourd’hui prétendre que c’est cela seul qui compte, et qu’ils font table rase de tout le reste ! Comme s’ils étaient… Je
69i donc, en peu de mots, ce que je crois, pour mon compte. L’angoisse de Nicodème trouve sa résolution dans le Baptême. Et nous
51 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
70iellement séparées se corrompent chacune pour son compte, explosent parfois en violences anormales, et le mieux qu’on puisse e
52 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
71s encore trop sur nous-mêmes. Mais le chrétien ne compte pas sur lui seul, il compte sur Celui qui peut faire, et bien faire,
72. Mais le chrétien ne compte pas sur lui seul, il compte sur Celui qui peut faire, et bien faire, ce que l’homme fait mal. Tel
73magnifique. Je n’en connais pas d’autres pour mon compte. Discerner sa vocation, ce n’est pas toujours entendre une voix intér
53 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
74grand nombre que jamais, et ne se disent rien qui compte. « Paroles [p. 82] vaines, serments faux ! » Or, quand la parole se d
54 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
75ue. Sa probité intellectuelle consiste au bout du compte à récuser les problèmes fondamentaux de la vie pratique et de la vie
55 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
76n d’auteurs contemporains oseraient rendre un tel compte de leurs motifs ? À supposer même qu’ils s’y risquent, combien pourra
56 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
77fanatisme hitlérien pour savoir penser au bout du compte : « La vraie lutte commence là ». « Anti-fascistes », nous le sommes
57 1936, Esprit, articles (1932–1962). Note sur nos notes (novembre 1936)
78poser ces questions-là que si l’on sait, pour son compte, y répondre. Elles jaillissent d’une passion de construire, d’une vis
58 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
79 Dictature du prolétariat ? « Nous sommes loin de compte. Oui, dictature, évidemment ; mais celle d’un homme, non plus celle d
59 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sur l’esprit incarné (février 1936)
80s pratique peu : s’il y a lieu de reprendre à son compte cette erreur de vocabulaire, ou en langage théologique, ce blasphème 
60 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
81us utile que les mensonges intéressés, au bout du compte. Nous sommes « intellectuels », certes, parce que nous croyons qu’un
61 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
82eorges Friedmann (Gallimard), nous avons un petit compte à régler avec le groupe des écrivains qui partagent la foi de l’auteu
62 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
83es et bleues, sur les murailles rosées. La maison compte deux chambres au rez-de-chaussée, séparées de la cuisine par un coulo
84détaillé des calomnies que le curé répand sur son compte, dans les foyers et jusque dans la presse 1  ! « Je n’ai pas cherché
85s couverts de puces. J’exagère à peine : pour mon compte, j’en ai pris sept sur mon pyjama dans l’espace de deux minutes, ce q
86t un mois. Or, un mois, ou même une semaine, cela compte quand on n’a plus rien. Pour celui qui vit au jour le jour, il s’agit
877] parmi des déterminations qui ne tiennent aucun compte de moi : voilà la croyance des hommes forts, disent-ils. Savoir quell
88térieure dans la certitude que la seule force qui compte est celle de la Providence (ou du destin). C’est cela seul qui dispen
89spèce de pacifisme ou d’humanitarisme, au bout du compte. C’est uniquement s’il y a dans l’homme une vocation surnaturelle, la
90 Une remarque ironique de ma femme sur mes petits comptes, avait amené la première explosion de mauvaise humeur contre « le sor
91ls géniaux, par des énigmes ironiques. Au bout du compte, Don Juan ne comprend rien aux femmes, Napoléon meurt en se trompant
63 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
92mais seulement à leur religion. En vérité, ce qui compte dans ce pays, c’est la religion — celle des ancêtres, tout au moins !
93 propriétaires ou des ouvriers travaillant à leur compte. — En somme, vous vous entendez bien avec eux ? — Ils savent que je s
94s échanger que de s’efforcer contre eux, pour son compte, dans des conditions données et absolument singulières, — comme c’est
95rances — et analogues — avec lesquelles il est en comptes. Je dis compagnies d’assurances, mais lui les nomme plus couramment «
96bre de sept ou huit. Il en totalise sept pour son compte, et sa dame fait le petit appoint. Elle s’est « coupé » la jambe, cel
97i distingue et nuance. On ne tiendra jamais assez compte de cette opposition fondamentale. Peut-être ferais-je bien, à l’aveni
98 supposer que l’envie m’en prenne. Tout ce que je compte dire dans mon journal, c’est qu’on peut être très content d’un sort m
99s mâles repus, pesamment allongés au soleil. J’en compte huit, de toutes tailles et [p. 215] pelages. La plupart sont beaucoup
64 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
100mercier donc, et s’en aller encore. Savoir ce qui compte, et s’y tenir. Je le dis avec d’autant moins d’amertume qu’un espoir
65 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
101détaillé des calomnies que le curé répand sur son compte, dans les foyers et jusque dans la presse 1  ! « Je n’ai pas cherché
102s couverts de puces. J’exagère à peine : pour mon compte, j’en ai pris sept sur mon pyjama dans l’espace de deux minutes, ce q
66 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
103 une riche jeune fille des environs, mais cela ne compte pas, car il est entendu que la femme désignée par Dieu doit venir à s
67 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
104s mâles repus, pesamment allongés au soleil. J’en compte huit, de toutes tailles et pelages. La plupart sont beaucoup plus gra
68 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
105 qui, elle, ne sera soucieuse que de plaire à bon compte, c’est-à-dire de flatter des instincts, d’offrir des paradis artifici
69 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
106t parfois traversé par un nuage rapide. La maison compte deux chambres au rez-de-chaussée, séparées de la cuisine par un coulo
70 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Introduction au Journal d’un intellectuel en chômage (août 1937)
107l serait plus discret de donner, par exemple, mes comptes, ou quelques chiffres qui peuvent être utiles à ceux qui voudraient v
71 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
108 plusieurs années creuses, au cours desquelles on compte sans doute qu’ils perdront le goût des études. À cela s’ajoute la gra
109ui ne peut plus s’occuper que de la maison et des comptes de location. Il a coutume de descendre les escaliers en sifflant un a
110 retarder l’inévitable, j’entends le règlement de comptes avec les erreurs économiques du xixe siècle. Mais il faut reconnaîtr
111saurait se manifester qu’autant que l’individu ne compte plus, n’existe plus, n’est que le support d’une puissance qui échappe
112ent, qu’il le soit très peu ou follement, si cela compte en lui le moins du monde, il ne vaut rien pour un destin pareil ? Un
113alités propres, de vices ou de vertus, ni même de compte en banque, et à peine un état civil. Il est le lieu de passage des fo
114s du prophète. Et cet homme-là, comme l’autre, ne compte pas, car où serait sinon sa puissance ?)   À force de vouloir « expli
72 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
115acifistes. Cela n’a aucune importance. Car ce qui compte, c’est la Nation, et non pas les individus. Or la Nation, pratiquemen
116s d’existence sont celles d’une mobilisation ; il compte à chaque instant avec l’éventualité d’une guerre, et il y puise sa fo
73 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
117 voisins n’ont pas de raisons de tenir le moindre compte. Si nous avons le droit d’être neutres, ce n’est pas en vertu d’un pr
74 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
118t l’éternité », c’est-à-dire qu’il ne tient aucun compte des variations de tempérament, de caractère, de goûts et de condition
119te en soi comme son génie caché ! Et plus rien ne compte en regard de la révélation mythique. (Pas même la couronne s’il est r
75 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
120ur moi seul : on ne se décide jamais que pour son compte, et le reste est indiscrétion. Mais je ne pouvais écrire un livre ent
76 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
121mme Mauriac, Ramuz, Halévy, Duhamel. Tout cela ne compte guère aux yeux d’une poule. Ce qui compte, c’est l’énorme étude de ne
122cela ne compte guère aux yeux d’une poule. Ce qui compte, c’est l’énorme étude de neuf colonnes parue, pour ma vengeance, dans
77 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
123é de concordat. Déjà les dictatures réglaient les comptes. « Lorsque j’entends parler d’esprit, je désarme mon revolver », disa
78 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
124xiie siècles avait pu fournir des modèles : tout compte fait, cela ne se tient pas, car les troubadours, paraît-il, avaient t
125nt le symbole de la divine ivresse d’amour.) Mais compte tenu de cette difficulté particulière — qui n’est d’ailleurs pas sans
126ntre-enquête à laquelle je viens de me livrer, et compte tenu des objections les plus sensées que firent à ma thèse minima les
127. Elles ont l’avantage décisif de rendre [p. 139] compte de bien des bizarreries de la légende et de son attirail symbolique.
128thétique d’un Bédier. 14. Premières conclusions Compte tenu du changement de registre qui s’opère dans les expressions poéti
79 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
129 Inversement, la mystique à elle seule, rend-elle compte de la passion ? Il faudrait alors expliquer pourquoi c’est dans l’amo
130ls » ; enfin, « sur cette impression de rejet qui compte parmi les peines les plus dures de l’état de purification ». (Ibid.)
131 de compte, ou ce qui revient au même, avant tout compte, n’exclut pas qu’on l’appuie de raisons. J’en marquerai trois. 1° Le
80 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
132, ce même amour après la possession. La faute qui compte, pour eux, on le voit bien, c’est celle qui lèse la « courtoisie », n
133-bas, n’est disposé à reconnaître. On n’a plus de comptes à rendre à cet « esprit » platonicien. Il était cause de toute la con
81 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
134élément proprement guerrier n’y trouvait plus son compte qu’en contrebande. La guerre s’embourgeoisait. Le sang se commerciali
82 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
135t l’éternité », c’est-à-dire qu’il ne tient aucun compte des variations de tempérament, de caractère, de goûts et de condition
136te en soi comme son génie caché ! Et plus rien ne compte en regard de la révélation mythique. (Pas même la couronne s’il est r
83 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
137ur moi seul : on ne se décide jamais que pour son compte — et le reste est indiscrétion. Mais je ne pouvais écrire un livre en
84 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
138it que Rimbaud a lu cela…) Je ne prends pas à mon compte ces « explications » parfois très pénétrantes, souvent très arbitrair
85 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
139able — parce que dorénavant ce n’est pas cela qui compte, mais l’œuvre à faire et Celui qui l’ordonne. Alors le moi coupable e
140ambours pendant des heures… On lui a dit qu’il ne compte pas en tant qu’individu conscient ; on lui a dit que sa vraie vie éta
86 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). « Le matin vient, et la nuit aussi » (7 juin 1939)
141, qu’il s’agisse de flèches ou d’obus. Car ce qui compte, en fin de compte, ce n’est pas le sort matériel et le bonheur plus o
142régime de vie tendue ; il suffit de savoir ce qui compte, et que la Joie ne dépend pas de nos misères. J’y songeais l’autre so
87 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
143ur peu que j’y pense, et c’est souvent. Faites le compte de vos heures et vous découvrirez que tout homme rêve une bonne part
88 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
144bu qui tout d’un coup se met à réfléchir pour son compte, et qui, de ce fait même, se distingue du groupe naturel, et s’isole.
145e précision : ce n’est pas la forme d’un État qui compte, mais bien la condition qu’il ménage à l’Église, et l’idée de l’homme
146raint par le sentiment général de reprendre à son compte à la fois l’autorité d’un chef d’Église et le pouvoir d’un chef d’Éta
89 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
147grand nombre que jamais, et ne se disent rien qui compte. Or quand la parole se détruit, quand elle n’est plus le don qu’un ho
90 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
148eur action politique. Et vous voyez qu’au bout du compte, et « pratiquement » (comme nous aimons à dire en Suisse), le meilleu
91 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
149 l’Empire, deviendra-t-elle impérialiste pour son compte ? C’est alors qu’éclate la Réforme. Les historiens modernes accusent
92 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
150u Gothard veut être avant tout une activité. Elle compte sur le travail d’équipes disciplinées, non sur l’agitation des masses
93 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
151grand nombre que jamais, et ne se disent rien qui compte. Or quand la parole se détruit, quand elle n’est plus le don qu’un ho
94 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
152es bernaient pour mieux les détrousser au bout du compte. « Mea culpa » des gens de gauche, dont le programme de bonheur oblig
95 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
153urs intérêts professionnels. Je me demande ce qui compte à leurs yeux, ce qui compte avant tout et pratiquement — songeant au
154 Je me demande ce qui compte à leurs yeux, ce qui compte avant tout et pratiquement — songeant au jour où il faudra choisir en
155 d’individualités chrétiennes, agissant pour leur compte — plus qu’au nom de l’Église — cela ne fait pas encore une vraie comm
156ntané : « Mon Dieu, ta loi est sainte… mais si tu comptes nos iniquités, qui pourra subsister devant toi ! »). III. Confession
96 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
157teurs chargés de nous rappeler les règlements. Je compte me livrer désormais à un sport beaucoup plus excitant : la chasse au
97 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
158saurait se manifester qu’autant que l’individu ne compte plus, n’est que le support d’une puissance qui échappe à nos psycholo
159ent, qu’il le soit très peu ou follement, si cela compte en lui le moins du monde, il ne vaut rien pour un destin pareil. Un g
160alités propres, de vices ou de vertus, ni même de compte en banque, et à peine un état civil. Il est le lieu de passage des fo
98 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
161 estimerait en savoir plus que moi sur mon propre compte. Sourde aux protestations d’un moi réel, mais qui ne pourrait produir
162croyez l’attraper chez un autre et lui régler son compte — voici qu’il est devenu vous-même ! — Mais alors ?… [p. 117] 37. U
99 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
163e réellement totale en devenant chacun pour notre compte cet « obstacle imperceptible » au mal, et ce « faible roseau » qui ar
164oire, c’est que nous devenions, chacun pour notre compte, un homme, une personne responsable. Le seul obstacle irréductible, c
100 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VII : La cinquième colonne (26 novembre 1943)
165croyez l’attraper chez un autre et lui régler son compte — voici qu’il est devenu vous-même ! Mais alors ?… Eh bien ! si vous