1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
1 fait, deux manières de se connaître, à savoir se concevoir et s’essayer. » Fort bien, mais l’œuvre n’est-elle pas une façon part
2 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
2nêteté peut-être plus réelle que l’autre. Et l’on conçoit que ce constant et secret assujettissement au moi idéal exige une pol
3 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
3urs lâchetés, glorification de leur impuissance à concevoir un autre bonheur que celui qu’ils ont reçu de papa-maman et l’Habitud
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
4) et ci-devant morale qui protège votre paresse à concevoir en esprit. Ces trois mots vous ont délivré du plus absurde malaise, e
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
5lées de tous les cerveaux bourgeois incapables de concevoir un monde sans vieilles filles, sans capitalistes et sans gendarmes. J
6 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
6alisations. Bientôt, élargissant son ambition, il conçoit ce mythe extravagant du bonheur de l’humanité par la possession d’aut
7 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
7s leçons de calligraphie. 3.e. La discipline On conçoit que la réalisation d’un programme entièrement contre nature exige une
8 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
8us voir demander à un sujet de Louis XIV ce qu’il concevait à la place de la [p. 56] royauté absolue. Il eût fallu certes une ima
9 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
9sprit : voilà bien ce que l’École empêche même de concevoir. Elle cultive ce qu’il y a d’anti-irrationnel dans la nature de l’hom
10 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Pierre-Quint, Le Comte de Lautréamont et Dieu (septembre 1930)
10 à l’amour, Maldoror ne paraît pas de taille à le concevoir au-delà de sa tendresse pour les adolescents. Ce qui le caractérise l
11 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hölderlin, La Mort d’Empédocle et Poèmes de la folie (octobre 1930)
11un, c’est-à-dire de s’en libérer. Ainsi la France conçut l’homme rationnel ; Empédocle, au contraire est celui qui passe toute
12 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Charles Du Bos, Approximations, 4ᵉ série (novembre 1930)
12 dignité qui tout ensemble lui conviennent. On le conçoit, ce n’est pas là se rendre la tâche facile. Cernant de toutes parts s
13 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
13nous sommes montrés très bons à son égard… » L’on conçoit que Blanche malheureuse, isolée, cherchant une sécurité intérieure, n
14 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
14sonnel avec l’idéal de rénovation sociale qu’il a conçu ? Et comment trouver le courage de se donner à cet idéal, dont la réa
15 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
15tion de celui-ci dépend toujours de la manière de concevoir celle-là. Tant que la vie était considérée comme le lieu où s’exerçai
16 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
16à cette géographie sentimentale, j’avais un temps conçu l’idée d’établir une Carte du Tendre de la nouvelle Europe centrale.
17ence, — et que c’est un Français qui, le premier, conçut, pour s’en vanter, l’idée qu’il était né malin. [p. 20] Paradoxe du
17 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
18 sorte. Le confort véritable de vivre, comment le concevoir ailleurs qu’au sein d’une nature qui, sans cesse exige de l’homme la
18 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
19inition. Quant au bourgeois seul, cela ne se peut concevoir, n’a jamais existé 5 . Le bourgeois n’étant donc jamais un héros, n’e
20 s’abandonne comme on oublie, à tel vouloir qu’il concevait, mais redoutait, et qui devient alors notre sang et nos songes. Le sa
19 1932, Présence, articles (1932–1946). Cause commune (avril-juin 1932)
21e des ingénieurs. Notre humanisme ne saurait être conçu à la manière des intellectuels bourgeois, dans l’abstrait, c’est-à-di
20 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
22n œuvre, voici donc le fait de la magie domptée ; conçue sous de tels auspices, c’est tout naturellement que la littérature pr
21 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
23s absurdement divers que nul esprit ne pouvait le concevoir. C’est l’expérience de la Renaissance, étendue à toute la planète. Et
22 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
24gantesque, entre deux infinis contradictoires. On conçoit que le fidèle habitué à venir chaque dimanche chercher dans un sermon
25que poserait sinon la vie de tous les jours, — on conçoit que ce brave homme s’effare, et vitupère une « théologie » pareilleme
23 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
26e une conscience active de la révolution, de là à concevoir l’ordre nouveau, il y a un abîme. Ni science ni bon sens ne seront d’
24 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Pourquoi ils sont socialistes (juillet 1933)
27ls souffrent de l’injustice, mais sans force pour concevoir l’ordre. Ni l’infamie, ni l’utopie ! disent-ils. Entendons — et c’est
25 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
28irituelle, non seulement d’en posséder, mais d’en concevoir d’autres. Une révolution n’est pas non plus une façon de développer c
26 1933, Le Semeur, articles (1933–1949). Humanisme et christianisme (mars 1933)
29reprise d’assurance-vie que l’humanité ait jamais conçue. C’est à ce titre que le « marxisme-léninisme » peut être opposé util
27 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
30qu’il peut faire de mieux. L’individu, tel que le concevait le dernier siècle, l’homme isolé qui cultivait jalousement sa petite
28 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
31u libéral, c’est le fédéralisme. L’individu étant conçu par les juristes à partir de l’ensemble, ses droits dépendent, en pra
29 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
32tualiser une création, c’est-à-dire incapables de concevoir un spirituel véritable. Seule une anthropologie établie dès l’origine
30 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
33reprise d’assurance-vie que l’humanité ait jamais conçue. C’est à ce titre que le « marxisme-léninisme » peut être opposé util
31 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
34aire dès qu’elle se fait par la radio. Et comment concevoir l’avènement d’un fascisme sans discours diffusés par les postes d’Éta
32 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
35ains naissaient des différences entre les hommes, conçurent cette utopie de supprimer les différences. Ils se flattaient ainsi d’
33 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
36er, et crie avec les loups. Le « réalisme » ainsi conçu et certaine naïveté primaire n’auraient-ils pas quelque chose en comm
34 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
37tés. (Ils disent alors : de nos rêveries.) Ils ne conçoivent, en effet, d’autre force que la passion électorale. Si nous briguions
35 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
38e huguenot Sully qui, le premier ; sous Henry IV, conçut le « Grand Dessein » d’une fédération européenne ? Certes, les histor
36 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
39on sent aussi que la politique, telle qu’elle est conçue et pratiquée de nos jours, est une menace sérieuse pour l’intégrité d
37 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
40qu’il peut faire de mieux. L’individu, tel que le concevait le dernier siècle, l’homme isolé qui cultivait jalousement sa petite
38 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
41ge, les habitudes de l’esprit religieux leur font concevoir une Âme du Monde qu’ils se figurent (mais sans franchise, ni précisio
39 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
42de nos contemporains. « L’action », Dandieu ne la concevait pas distincte ou détachée d’une doctrine. Cartésien par l’audace méth
40 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). L’Humanité de Jésus d’après Calvin, par Max Dominicé (24 mars 1934)
43égétiques. Certes, l’auteur n’est pas de ceux qui conçoivent le commentaire comme une effervescence lyrique autour d’un texte. Son
41 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
44nelle des Réformés. Le « grand dessein » qu’avait conçu Béthune pouvait faire de la France la première organisatrice d’une Eu
45t prix un cadre national centralisé, géométrique, conçu dans l’abstraction et imposé par la violence. Pour soutenir un tel de
42 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
46. Mais c’est aussi une obéissance nouvelle. Je ne conçois de liberté concrète que dans l’exercice fidèle de ma vocation personn
43 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
47euvent être saisis dans le temps ni dans l’espace conçus par notre entendement, si bien que les apparitions irréfutables de le
48n objets d’autant moins résistants qu’ils ont cru concevoir, dans ce qui les attaque, une fatale loi justifiée en raison. D’où vi
49corps quelconque. Autrement dit, l’individu n’est conçu qu’à partir de l’ensemble du corps social, comme un élément numérique
50cience.) Mais ni le corps de l’homme ne peut être conçu comme réel sans l’insistance particulière qui le forme, le tient debo
44 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
51ains naissaient des différences entre les hommes, conçurent cette utopie de supprimer les différences. Ils se flattaient ainsi d’
45 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
52t la seule manière que les hommes aient jamais pu concevoir d’être libres. Tel est le sens de notre personnalisme. Nous n’insiste
46 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
53 écrit dans ses commentaires : « La liberté ne se conçoit qu’en fonction d’un ordre sur lequel elle s’appuie, par où seulement
47 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
54s critères. La vérité psychologique, telle que la conçoivent les historiens, me paraît particulièrement improbable. Tout en admira
48 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
55Il est de la nature même de la foi — telle que la conçoit Kierkegaard — que la vie, la pensée, la souffrance du chrétien soient
56ion de la vie et de la mort que son siècle ait pu concevoir, et qu’il fut seul sans doute, dans ce siècle, à oser mesurer sans tr
49 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
57es injustices au nom de la justice qu’ils ont cru concevoir ! M. Renan sourit avec mélancolie. Le clerc [p. 39] spiritualiste, pr
50 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
58t quelle est sa mesure dans l’univers qu’il a cru concevoir ! p. 445 r. « Paracelse, par Frédéric Gundolf, traduit de l’alle
51 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). « Le plus beau pays du monde » (octobre 1935)
59 n’en gardent et que ceux qui les prononcent n’en conçoivent. Pour vous le prouver, voici une anecdote d’Angleterre : elle doit do
52 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
60sion maximum du phénomène de la personne. On peut concevoir et souhaiter une « personnalisation » infinie de l’humanité. Principe
61verte. L’erreur de Nietzsche est manifeste : il a conçu sa nouvelle culture hors du cadre communautaire. Or nous considérons
53 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
62de des nations. La nation-bloc, telle que vous la concevez, est un danger dès qu’elle est forte et armée. C’est bien pourquoi j’
63 puis mettre en doute, mais que je n’arrive pas à concevoir. Je suis sans doute trop rationaliste encore ? Lui. — Je ne nie pas
54 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
64où tout, — sauf les églises, — semblait avoir été conçu pour demeurer à portée de la main, dans les limites où le pouvoir d’u
55 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
65ar les subversions prochaines, mais incapables de concevoir ou de créer les germes d’un ordre nouveau. Certains d’entre eux se po
56 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
66rifiée par son actualité intrinsèque. On pourrait concevoir en effet une mesure qui satisfasse au critère téléologique, et qui po
67 pas en elle d’efficacité permanente. On pourrait concevoir par exemple une mesure imposée par l’État et qui se révèle incapable
68r, le mouvement de l’esprit créateur. On pourrait concevoir une dictature qui ne borne pas ses ambitions au politique… Il arrive
57 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
69 entre les actes de chaque homme et l’idéal qu’il concevait. La misère devenait un scandale, et la richesse une déception. La mis
58 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
70ès le début « l’édification socialiste ». On peut concevoir que des Américains, chargés de coloniser ces terres immenses, [p. 90]
71n est bien ce rappel permanent des fins dernières conçues par le Parti : l’établissement dans cent ans ou mille ans d’un paradi
72que le monde bourgeois n’a même plus l’énergie de concevoir une illusion, une démesure ou une mesure qui fasse battre pendant cin
59 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
73urs actuels. Or, ce n’est pas une image flatteuse conçue comme un négatif du désordre, qui pourra nous sauver de ce désordre.
60 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
74restaurée. Le régime libéral n’a plus la force de concevoir un principe d’action créatrice, ou une bonne guerre d’agression qui l
61 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
75 est celle qu’initie le cerveau lorsqu’il a su en concevoir la fin. La main n’est rien que l’instrument qui réalise une vision. P
76tes, — qu’il refuse. Penser avec les mains, c’est concevoir en actes, et cela s’oppose à la notion rationaliste d’une pensée qui
77 clercs distingués ont formé des générations à se concevoir en toute honnêteté irresponsables de leur destinée. Pensée bourgeoi
62 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
78s causes profondes du désordre. Eux seuls peuvent concevoir des solutions nouvelles et en amorcer l’expérience. Ils se sont borné
79, se fera contre elle. Faire la révolution, c’est concevoir et reconnaître dès maintenant une mesure nouvelle, une mesure qui soi
80 de la réalité totale de l’Éden, et lui permit de concevoir ce qu’il ne pouvait faire dans ses limites. Dès cet instant, notre pe
81bable que la plupart des hommes n’ont même jamais conçu clairement qu’une troisième attitude est possible à l’égard de la réa
82s’abandonne, comme on oublie, à tel vouloir qu’il concevait mais redoutait, et qui devient alors notre sang et nos songes ! Le sa
63 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
83n est bien ce rappel permanent des fins dernières conçues par le Parti : l’établissement dans cent ans ou mille ans d’un paradi
84que le monde bourgeois n’a même plus l’énergie de concevoir une illusion, une démesure ou une mesure qui fasse battre pendant cin
64 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sur l’esprit incarné (février 1936)
85 synonyme de trahison intéressée ; 4° si M. Benda conçoit que l’opposition esprit pur contre esprit asservi (aux intérêts polit
65 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
86 de devenir présente à l’esprit, par lequel il la conçoit dans son cœur, et répète l’ordre qui l’a créée, s’appelle la parole. 
66 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
87e a supprimé l’un après l’autre ces artisans, qui concevaient encore leur rôle comme un service de l’art et de la pensée. Nous diro
88ne. Restent donc les grands éditeurs. On pourrait concevoir qu’il se trouve parmi eux quelques esprits indépendants, et en fait i
89ues à fournir sur la manière dont les Messageries conçoivent le commerce des produits de l’esprit ; sur la manière dont elles ente
67 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
90on sent aussi que la politique, telle qu’elle est conçue et pratiquée de nos jours, est une menace sérieuse pour l’intégrité d
68 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
91s bien, dans les cuisines, pour travailler. Je ne conçois, en somme, que trois types de pièces habitables, pour un homme qui at
92ur subsistance si la répartition des terres était conçue non point selon les principes égalitaires, mais selon le bon sens pra
69 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
93soient justes, et même gênantes pour ceux qui les conçoivent, c’est-à-dire utiles. Qualité et quantité, voilà ce que j’ose froidem
94onde, est fausse. Il est totalement impossible de concevoir la vérité simultanée de notre science et de la « veine » individuelle
95 plus beaux complexes que le Diable ait jamais pu concevoir pour dresser les humains les uns contre les autres. Et qui ou quoi po
96ion très compliqués dont ils n’arriveraient pas à concevoir qu’on puisse même s’étonner. Et ne pas croire, surtout, qu’il s’agit
70 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
97e en silence et déjà votre sort lui est connu. Je conçois un métro silencieux, plus rapide, mais par longs bonds soudains d’une
71 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
98ur subsistance si la répartition des terres était conçue, [p. 840] non point selon les principes égalitaires, mais selon le bo
72 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
99hose trop rare, et pour beaucoup trop difficile à concevoir, pour qu’on puisse écarter cette objection par un simple rappel de l’
100e temps où elle s’est constituée, soit capable de concevoir ce paradoxe ou ce scandale d’une éternité seule actuelle ? C’est un m
73 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Vaillant-Couturier, Au service de l’Esprit (février 1937)
101anuscrit la faute de la page 13 : « La paix ne se conçoit pas dans la liberté. » (Phrase qui aurait pu faire croire que l’URSS
74 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
102onde, est fausse. Il est totalement impossible de concevoir la vérité simultanée de notre science et de la « veine » individuelle
103ion très compliqués dont ils n’arriveraient pas à concevoir qu’on puisse même s’étonner. Et ne pas croire, surtout, qu’il s’agit
75 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
104ours fausse dans le fait. Mais on peut et on doit concevoir une tout autre forme d’existence qui serait « en fonction des voisins
105vorise de fécondes oppositions. Notre neutralité, conçue comme une prudence, devient la pire des imprudences au milieu de l’Eu
76 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
106, il faut donner du confort, afin qu’ils puissent concevoir d’autres buts à leur existence que la recherche d’un gain précaire. M
77 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
107l’État, et probablement contre lui, tel qu’il est conçu de nos jours. Ce qui ne signifie pas qu’elle sera pure subversion, ou
108 profondes. Tout d’abord, il semble impossible de concevoir que les conseillers d’État forment une communauté, et, encore bien mo
109onner effectivement dans le sens où elles ont été conçues et en vue de la réalisation des fins communes de la Révolution perman
78 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
110ient une somme de vérité que l’esprit se refuse à concevoir. (L’esprit répugne à enregistrer le fait accompli, ou à penser l’irré
111, cultivé, libéral et bourgeois, ne peut vraiment concevoir l’hitlérisme qu’en tant qu’absurdité totale. Ce n’est pas l’antisémit
112de des nations. La nation-bloc, telle que vous la concevez, est un danger dès qu’elle est forte et armée. C’est bien pourquoi j’
113 puis mettre en doute, mais que je n’arrive pas à concevoir. Je suis sans doute trop rationaliste encore ? Lui. — Je ne nie pas
79 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
114pie aux marxistes et aux libéraux. À les lire, on conçoit très bien comment la mécanique a joué en fait, et que c’était fatal,
80 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
115: pour la première fois, depuis des siècles, nous concevions la possibilité, même théorique, d’un démembrement de notre État. La p
116it déjà une complicité. Ce n’est pas ainsi que je conçois la charité. Quand les Romains adoraient leur empereur, les chrétiens
81 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
117t de la tolérer : pour des raisons trop faciles à concevoir, on craint d’attaquer le lecteur dans ses croyances les plus intimes
82 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
118 dans les rets sociaux, et incapable désormais de concevoir les vérités « cruelles » de l’esprit, dont parle Nietzsche. [p. 236]
119urcroît de vie. [p. 246] J’essaierai de le faire concevoir par l’examen d’un fait connu. Le christianisme a proclamé l’égalité p
120 révèle que l’homme n’est pas encore en mesure de concevoir la réalité de la personne chez la femme. C’est autant dire qu’il ne s
121ne. Et dans l’analogie de la foi, l’on peut alors concevoir que la passion — quel que soit l’ordre où elle se manifeste — ne trou
122 hétérogène. Peut-être même [p. 256] doit-il être conçu comme un aspect particulier du mouvement de retour de la passion, tel
123’agir. Dans l’analogie de la foi, l’on peut alors concevoir que la passion, née du mortel désir d’union mystique, ne saurait être
83 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Victoire à Waterloo, par Robert Aron (février 1938)
124d’un pays et des êtres dont c’est la patrie. Il a conçu [p. 314] les premiers doutes humains sur la réalité de son empire, su
84 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Alice au pays des merveilles, par Lewis Carroll (août 1938)
125écit cocasse et en quelque manière libérateur, on conçoit que les meilleurs sujets de contes sont les plus abstraitement logiqu
85 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Avertissement
126nt toute mon adolescence et ma jeunesse ; je l’ai conçu sous forme d’œuvre écrite, et nourri de quelques lectures, depuis deu
86 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
127, le chevalier ; elle, la princesse, etc. Comment concevoir une affection humaine entre deux types à ce point simplifiés ? L’« am
128as de soie ». Iseut de son côté, à la même heure, conçoit les mêmes regrets. Le soir venu, ils se retrouvent, et avouent leur n
129esterait aux deux amants qu’à se marier. Or on ne conçoit pas que Tristan puisse jamais épouser Iseut. Elle est le type de femm
130a vulgarisation de la psychanalyse nous habitue à concevoir qu’un désir refoulé « s’exprime » toujours, mais de manière à égarer
87 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
131 le sanctifie par le mariage. Un tel amour, étant conçu à l’image de l’amour du Christ pour son Église (Éph., 5, 25), peut êt
132e de Platon, l’amour humain est très généralement conçu comme le plaisir, la simple volupté physique. Et la passion — au sens
133’une rhétorique admirablement invariable. On peut concevoir une poésie — même très belle — qui serait faite de lieux communs dont
134salut. [p. 98] Jaufré Rudel, au terme d’un amour conçu pour une femme qu’il n’a jamais vue, rejoignant enfin cette image apr
135de la situation particulière des hérétiques, l’on conçoit que certains d’entre eux aient voulu indiquer discrètement que leurs
136le Sinaï, il exprima le désir de sa mort. Et l’on conçoit que le terme nécessaire de la voie illuminative d’un Sohrawardi, d’un
137e la manière la plus précise : « Si Marie eût été conçue sans péché, elle n’aurait pas eu besoin d’être rachetée par Jésus-Chr
138uteurs de la légende primitive, suffiront à faire concevoir l’originalité du mythe courtois. On y trouve exprimé et commenté en t
139uel, une tyrannie ; orgueil : cette tyrannie sera conçue comme une force divinisante — c’est-à-dire dressant l’homme contre Di
88 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
140 pour se mettre à ressembler à ce que nos érudits conçoivent qu’il fut. C’est autant dire qu’on ne comprendrait plus rien à rien.
141e l’Éros lumineux, voire de l’Église d’Amour ? On conçoit donc que, par la suite, le lecteur ignorant des mystères fut presque
142L’une n’est pas vraie sans l’autre, et ne se peut concevoir que par rapport à l’autre. Affirmation et négation sont inséparables,
89 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
143n désespéré appelle la mort ; Astrée, de son côté conçoit la même pensée. Ils vont demander la fin de leurs maux à la Fontaine
144iser, se dessèche et s’énerve bien vite. L’esprit conçoit en cruauté active les souffrances qu’il interdit au cœur de subir. Po
145i ruine sans relâche tous les objets qu’elle peut concevoir et désirer (la nature, l’être aimé, le moi), tout ce qui n’est pas l’
146où se trouvent les clients de cette littérature à concevoir une réalité mystique, une ascèse, un effort de l’esprit pour s’affran
90 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
147la légitimité de l’emploi des canons.) Et comment concevait-on l’amour ? Burckhardt insiste 175 sur le fait que les mariages se
91 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
148t de la tolérer : pour des raisons trop faciles à concevoir, on craint d’attaquer le lecteur dans ses croyances les plus intimes
92 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
149 dans les rets sociaux, et incapable désormais de concevoir les vérités « cruelles » de l’esprit, dont parle Nietzsche. Mais si j
150stérieux surcroît de vie. J’essaierai de le faire concevoir par l’examen d’un fait connu. Le christianisme a proclamé l’égalité p
151 révèle que l’homme n’est pas encore en mesure de concevoir la réalité de la personne chez la femme. C’est autant dire qu’il ne s
152ne. Et dans l’analogie de la foi, l’on peut alors concevoir que la passion — quel que soit l’ordre où elle se manifeste — ne trou
153 hétérogène. Peut-être [p. 350] même doit-il être conçu comme un aspect particulier du mouvement de retour de la passion, tel
154’agir. Dans l’analogie de la foi, l’on peut alors concevoir que la passion, née du mortel désir d’union mystique, ne saurait être
93 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
155vouloir et entente cachée. Et pourtant Charles en conçut une telle jalousie que, pour un autre grief dont il chargera le duc,
156es « courtois ». Ils nous permettent également de concevoir que Béroul et Thomas n’ont gardé du mythe druidique guère davantage q
157objet et la nature de l’amour mystique tel que le conçoit saint Bernard : c’est un amour spirituel, par opposition à tout amour
94 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
158main, qu’ont représenté les Amis de Dieu. Et l’on conçoit que ce mouvement, rectifié et rendu plus sobre par la connaissance di
95 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
159ément au théâtre ? C’est dans cette idée que j’ai conçu, en septembre dernier, la légende dramatique qui sera joué — Dieu vou
96 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La Poésie scientifique en France au xviᵉ siècle, par Albert-Marie Schmidt (septembre 1939)
160 des rapports du monde à l’homme, qu’il s’agit de concevoir à nouveau, si l’on veut entrer dans ces rythmes, goûter ce vocabulair
161la mécanique, à l’astronomie. Schmidt nous aide à concevoir l’espèce de fureur titanique qui animait ces Renaissants, leur volont
97 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
162le huguenot Sully qui, le premier, sous Henry IV, conçut le « Grand Dessein » d’une fédération européenne ? Certes, les histor
98 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
163iens de vous parler aurait eu beaucoup de peine à concevoir qu’il y avait disharmonie, contradiction, entre son comité de bienfai
164me dans l’ordre matériel, il n’est plus permis de concevoir une observation impartiale, à combien plus forte raison pourrons-nous
99 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
165ours fausse dans le fait. Mais on peut et on doit concevoir une tout autre forme d’existence qui serait « en fonction des voisins
166vorise de fécondes oppositions. Notre neutralité, conçue comme une prudence, devient la pire des imprudences au milieu de l’Eu
100 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
167ance. Et les ceintures de fortification les mieux conçues — comme la ligne Maginot des Tchèques — ne serviront de rien, au jour