1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, La Tentation de l’Occident (décembre 1926)
1e monde échappe toujours à nos cadres — perpétuel conflit du réel avec nos rêves de puissance : notre ambition la plus haute éc
2 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
2uelques chances encore de régler pacifiquement le conflit du capital et du travail. « Se fordiser ou mourir », écrivait récemme
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Jullien du Breuil, Kate (avril 1930)
3utre problème de non moindre valeur tragique : le conflit de la jeunesse d’après-guerre et des parents. Encore un sujet qui att
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
4idieuses ; cela permet aussi de résoudre certains conflits apparemment sans issues : les acteurs du drame n’hésitent pas à louer
5 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
5de des sacrifices pour l’amour des vivants. » Le conflit intérieur s’intensifie bientôt jusqu’à provoquer en lui une sorte de
6i les innombrables sentiments : doutes, passions, conflits qu’il met en jeu, c’est toujours l’absence absolue d’hypocrisie de sa
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
7 n’est pas à moi-même que je m’intéresse, mais au conflit de certaines idées, dont mon âme n’est que le théâtre, et où je fais
7 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
8onnaît un tragique aux arêtes de pierre taillée : conflits d’actes, de faits ou de droits ; l’Europe centrale, de ces choses « d
8 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
9 qui ne trouve nulle part où s’exercer : d’où les conflits purement « moraux » qui nous empêtrent, jusqu’au-delà de nos adolesce
9 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
10aurat doit se tromper, lorsqu’il note que dans ce conflit moral, Dieu est « tranquillement oublié ». Il y a visiblement chez Je
10 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
11entrale de notre condition, et que, enfermant les conflits purement humains dans le jeu de synthèses successives, il achemine l’
12oppositions naturelles ; bien plus, elle crée des conflits là où l’homme naturel n’en pouvait distinguer ; et surtout elle impos
11 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
13 de risques mortels. Pour la jeunesse de 1932, le conflit de vivre, le paradoxe fondamental de toute « existence » se concrétis
14nt l’ampleur est sans précédent. Ce n’est plus de conflits d’idées qu’il s’agit, ni même de conflits d’intérêts. Mais pour nous,
15plus de conflits d’idées qu’il s’agit, ni même de conflits d’intérêts. Mais pour nous, entrés dans la vie sous le coup d’une men
16ce donc plus, comme le marque Th. Maulnier, qu’un conflit d’intérêts ? Et d’intérêts qui ne sont pas les nôtres, qui ne sont pa
17usent toute synthèse, toute solution mécanique du conflit nécessaire et vital. Il n’y a pas de troisième terme, — ou c’est la m
18es élémentaires : elle n’est qu’une projection du conflit de la personne. Les marxistes nous accusent de mêler des notions « mo
12 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
19s. Elle exprime simplement l’état accidentel d’un conflit absurde entre deux opérations dont nous avons perdu le contrôle, pour
13 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
20doctrines qui prétendent résoudre humainement les conflits essentiels ; rejeter toutes les solutions fabriquées par la « pensée
14 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
21tion à quelque idéale synthèse, elle s’exalte des conflits sans cesse renaissants que suscite l’exigence de la personne lorsqu’e
22ttement au Hegel des hégéliens. Hegel supprima le conflit lorsqu’il voulut en étaler les éléments dans le temps et l’Histoire.
23 y ait une virtu dans l’acceptation volontaire du conflit permanent ; qu’il y ait au contraire un principe de dégradation éthiq
15 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
24personne, définie comme l’individu engagé dans le conflit créateur 6 . À cet engagement personnel, nos révoltés préfèrent l’eng
25 que la thèse, la seule vérité résidant dans leur conflit nécessaire, assumé en pleine conscience. Telle sera notre position d’
16 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
26ous : la personne c’est l’individu engagé dans le conflit créateur. Conflit qui se résout par l’acte, — cet acte provoquant un
27c’est l’individu engagé dans le conflit créateur. Conflit qui se résout par l’acte, — cet acte provoquant un conflit et un risq
28ui se résout par l’acte, — cet acte provoquant un conflit et un risque nouveaux, générateurs de créations nouvelles. L’acte et
17 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Positions d’attaque (décembre 1933)
29es institutions reproduisent à tous les degrés le conflit et la tension qui définissent la personne en acte. 6° Ces institution
18 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — a. L’engagement politique
30ux prisonniers 3 — ou bien elle s’engage dans un conflit concret, — et découvre bientôt qu’il est social ou politique. Ce n’ét
19 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
31mble dont il dérivait. Il était donc fatal que le conflit individu-État fût résolu au profit du plus grand des deux et aboutît
20 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
32cifique de notre condition, et que, enfermant les conflits purement humains dans le jeu de synthèses successives, il achemine l’
33oppositions naturelles ; bien plus, elle crée des conflits là où l’homme naturel n’en pouvait distinguer ; et surtout elle impos
21 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 6. Note sur un certain humour
34vraie ne va pas sans quelque ironie à l’égard des conflits du monde, et qu’elle s’éprouve par de bien autres mines que celles qu
22 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
35s la mesure où l’on est décidé à refuser tous les conflits concrets et les décisions qu’ils comportent, hic et nunc. Avant d’al
36manisme contre christianisme, n’est-ce donc qu’un conflit d’amour, assez touchant ? Est-ce à celui qui soignera le mieux cet ho
37nistes, peut-être. Aux yeux du chrétien, non ; le conflit est plus grave, car le rejet de l’humanisme constitue pour lui une so
38mme considéré comme le lieu naturel du nécessaire conflit de l’ange et de la bête ? L’homme soviétique se trouve soustrait aux
39bête ? L’homme soviétique se trouve soustrait aux conflits naturels. Il vit dans un monde où il n’y aura bientôt plus, — ce dit-
40a victoire sur les difficultés naturelles, sur ce conflit qui constitue la raison d’être de la plupart des hommes ? Sera-t-il a
41omme chrétien est à la fois ange et bête. Dans ce conflit perpétuel, il trouve sa joie et sa souffrance — peu importe le nom qu
23 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
42 de risques mortels. Pour la jeunesse de 1932, le conflit de vivre, le paradoxe fondamental de toute « existence » se concrétis
43ur est sans précédent. Ce n’est plus seulement de conflits d’idées qu’il s’agit, ni même de conflits d’intérêts. Mais pour nous,
44ment de conflits d’idées qu’il s’agit, ni même de conflits d’intérêts. Mais pour nous, entrés dans la vie sous le coup d’une men
45ont mine de « réussir ». N’est-ce donc plus qu’un conflit d’intérêts ? Et d’intérêts qui ne sont pas les nôtres, qui ne sont pa
46usent toute synthèse, toute solution mécanique du conflit nécessaire et vital. Il n’y a pas de « troisième terme », — ou c’est
47es élémentaires : elle n’est qu’une projection du conflit de la personne. Les marxistes nous accusent de mêler des notions « mo
24 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
48re la nature concrète de l’homme, qui comporte le conflit. Les institutions, n’ayant pas compté avec l’homme concret, n’ont pas
49oncret, n’ont pas compté avec le principe de tout conflit, et sont sans forces contre les conflits qui surgissent. Elles essaye
50e de tout conflit, et sont sans forces contre les conflits qui surgissent. Elles essayent alors de déshumaniser les hommes. Elle
51 stérilisation. — D’ailleurs, elles échouent. Les conflits qui éclatent sont alors sanglants. L’évolution de la notion d’indiv
52oits de l’homme, ayant cru remarquer que tous les conflits humains naissaient des différences entre les hommes, conçurent cette
53evait dans l’esprit des théoriciens supprimer les conflits en supprimant les différences, aboutit à rendre les différences insup
54iemment et volontairement engagé [p. 160] dans le conflit vital qui l’unit et l’oppose à son prochain. La personne, c’est l’hom
55re la nature concrète de l’homme, qui comporte le conflit. Les institutions qui comptent avec l’homme concret, comptent avec
56’homme concret, comptent avec le principe de tout conflit, et ont pour but de rendre les antagonismes féconds pour l’ensemble d
57ce. Fortes de leur souplesse, elles empêchent les conflits de s’accumuler et d’éclater en désordres sanglants.   Si le dernier
58mais existé qu’à l’état de définition. Partir des conflits quotidiens, des conflits d’intérêts et d’idéaux, des conflits qui nai
59e définition. Partir des conflits quotidiens, des conflits d’intérêts et d’idéaux, des conflits qui naissent de la diversité des
60tidiens, des conflits d’intérêts et d’idéaux, des conflits qui naissent de la diversité des régions et des races, — pour les uti
25 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
61e désignent ces termes sont présentes, et sont en conflit à l’époque de la Réforme. Essayons de les dégager sommairement. Le bu
62forme dans l’évolution de l’Europe, puis dans les conflits actuels. J’ai essayé de vous montrer que sa doctrine représente, en s
26 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
63s. Elle exprime simplement l’état accidentel d’un conflit absurde entre deux opérations dont nous avons perdu le contrôle, pour
27 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
64canique de l’histoire qui supprime l’individu, le conflit tragique et la responsabilité spirituelle. C’est dans cette tradition
65onstituant la personne (l’individu engagé dans un conflit concret). Sur cette notion de l’homme actif et créateur, se fondait u
28 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
66 mettaient leur soin à vivre en marge de tous les conflits et refusaient d’être considérés comme des citoyens responsables, ils
29 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
67ité d’une morale individuelle apte à résoudre les conflits sociaux se réduirait probablement aux vertus de surdité, de cécité et
68question ne peut être concrète, — ne peut être un conflit véritable — que si c’est un autre homme, en face de moi, qui me la po
69 On voudrait nous faire croire aujourd’hui que le conflit fécond, la communion du tu et du je se résout pratiquement dans un no
30 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
70re la nature concrète de l’homme, qui comporte le conflit. Les institutions, n’ayant pas compté avec l’homme concret, n’ont p
71oncret, n’ont pas compté avec le principe de tout conflit, et sont sans forces contre les conflits qui surgissent. Elles essa
72e de tout conflit, et sont sans forces contre les conflits qui surgissent. Elles essayent alors de déshumaniser les hommes. El
73 stérilisation. — D’ailleurs, elles échouent. Les conflits qui éclatent sont alors sanglants. L’évolution de la notion d’indivi
74oits de l’homme, ayant cru remarquer que tous les conflits humains naissaient des différences entre les hommes, conçurent cette
75evait dans l’esprit des théoriciens supprimer les conflits en supprimant les différences, aboutit à rendre les différences insup
76omme concret, c’est-à-dire l’homme engagé dans le conflit vital qui l’unit et l’oppose à son prochain. La personne, c’est l’hom
77re la nature concrète de l’homme, qui comporte le conflit. Les institutions qui comptent avec l’homme concret, comptent avec
78’homme concret, comptent avec le principe de tout conflit, et ont pour but de rendre les antagonismes féconds pour l’ensemble d
79ce. Fortes de leur souplesse, elles empêchent les conflits de s’accumuler et d’éclater en désordres sanglants. Si le troisième
80is existé qu’à l’état de définition. Parti[r] des conflits quotidiens, des conflits d’intérêts et d’idéaux, des conflits qui nai
81définition. Parti[r] des conflits quotidiens, des conflits d’intérêts et d’idéaux, des conflits qui naissent de la diversité des
82tidiens, des conflits d’intérêts et d’idéaux, des conflits qui naissent de la diversité des régions et des races, — pour les uti
31 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
83ith dégage puissamment l’origine philosophique du conflit qui domine le monde présent. L’effondrement de l’idéalisme hégélien s
32 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
84 Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935) m Un conflit religieux « déchire » la France lors de l’avènement de Henri IV. Ains
85lent nos manuels. Car selon les manuels, tous les conflits « déchirent », tous les édits « apaisent », si c’est l’État qui les a
86-il « apaisé » quoi que ce soit, en imposant à un conflit spirituel le cadre étatique d’un décret destiné avant tout à raffermi
87homme qui venait d’« apaiser » par une boutade le conflit qui depuis longtemps avait « déchiré » sa conscience, l’homme du « Pa
88antagonistes ? Fixer, cristalliser de la sorte un conflit, c’est fixer et cristalliser un désordre. C’est croire que l’absence
89tés spirituelles, et sous prétexte d’apaiser leur conflit. Si l’on rappelle en outre les guerres du Languedoc entre Rohan et Ri
90our la vie politique et économique du pays. b) Le conflit spirituel étouffé par la force, sans être en rien résolu pour autant,
91ercher par quels moyens Henri IV eût pu donner au conflit politique et religieux de son époque une tournure moins fatale pour l
33 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
92ndiquer pour mémoire : la scission socialiste, le conflit mal dissimulé de l’Action française et du comte de Paris, la décompos
34 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
93Nous reconnaissons la réalité et la nécessité des conflits humains. Mais il y a d’autres solutions que la guerre. Faire valoir t
94tre optique, oui ! Parce que vous placez tous les conflits dans le cadre rigide des nations. La nation-bloc, telle que vous la c
95ut l’effort de la civilisation est là : tirer des conflits naturels et nécessaires des forces nouvelles, et non pas aboutir à la
35 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
96ne prophétie qui se retourne. De Man part donc du conflit qui oppose au xxe siècle une culture bourgeoise décontenancée et u
97iste : elle aboutit à mettre en évidence le vieux conflit des exploiteurs et des exploités. Il est vrai que de Man pousse « au-
98it, et si cette analyse morale conduit au cœur du conflit véritable. Là où Marx se contente d’opposer des intérêts contradictoi
36 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
99a vérité « pour nourrir une paix fardée 33  ». Ce conflit de la mesure stérilisée, idolâtrée, et de la mesure recréée, c’est da
37 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
100 et sa foi dans ce miracle qui résoudrait seul le conflit du calcul et du rêve, du matériel [p. 100] et de l’humain, de la néce
38 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
101i résoudra en création toujours nouvelle le vieux conflit de l’individu et de la masse. 6° La violence nécessaire. — Car notre
39 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
102és pour si peu dans le concret, j’entends dans le conflit et l’acte personnels. La pensée libre du bourgeois et la science des
40 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
103tré, à son refus d’agir et de se risquer dans les conflits qui existent, ou que la pensée crée, la mission d’une culture nouvell
104nouvelle sera d’accepter le combat, d’assumer les conflits vitaux et de les résoudre en création. Voilà la grande opposition d’o
105Évolution contre Personne. Nous retrouvons ici le conflit entre les marxistes et Nietzsche. Mais derrière eux et avant eux, deu
106rait ses produits. La réalité vivante est dans le conflit.) Une pensée tendue vers l’action saura seule donner forme aux réalit
107e dans ma vie. Ce risque atteste l’existence d’un conflit, c’est-à-dire la présence du réel. Il rend à ma pensée sa gravité, so
108de s’endormir, deux mouvements de fuite devant le conflit humain tel qu’il se joue dans nos limites charnelles. Mais ce qui est
109 d’aujourd’hui abusent avec le même succès en des conflits non moins stériles, s’ils sont évidemment moins meurtriers. Comment u
110ité d’une morale individuelle apte à résoudre les conflits sociaux se réduirait probablement aux vertus de surdité, de cécité et
111estion ne peut être concrète — et ne peut être un conflit véritable — que si c’est un autre homme, en face de moi, qui me la po
112ciples puissants nous assurent aujourd’hui que le conflit fécond, la communion du toi et du moi se résout pratiquement dans un
113it aux règles de l’art. Nous l’avons ramené à des conflits éthiques. Au cœur de tout conflit fécond, de tout conflit qui ne se r
114s ramené à des conflits éthiques. Au cœur de tout conflit fécond, de tout conflit qui ne se résout point dans une séparation ma
115éthiques. Au cœur de tout conflit fécond, de tout conflit qui ne se résout point dans une séparation mauvaise, mais dans un act
116prit de l’homme se manifeste dès l’origine par le conflit qu’il institue dans le monde. Mais ce conflit, s’il vient à perdre sa
117 le conflit qu’il institue dans le monde. Mais ce conflit, s’il vient à perdre sa violence, se relâche en éléments désormais dé
41 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
118 et sa foi dans ce miracle qui résoudrait seul le conflit du calcul et du rêve, du matériel et de l’humain, de la nécessité et
119résoudra en créations toujours nouvelles le vieux conflit de l’individu et de la masse.   6. La violence nécessaire. Car notre
42 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
120ui, son élan meurt en anarchie. La solution de ce conflit est évidente, c’est peut-être pourquoi bien peu l’ont vue jusqu’à pré
43 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
121ellement humaine, c’est-à-dire qu’elle exprime un conflit permanent et fécond, celui du créateur et du monde tel qu’il est ou t
44 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
122ue. Il se voit entraîné hors de sa ligne dans des conflits où sa personne n’est pas totalement engagée, parce qu’elle ne les a p
123ond que de refuges, de facilité. C’est refuser le conflit, non le résoudre. Car la question, la permanente et vraie question es
124e vertige est à l’extérieur. Et lorsque éclate le conflit entre notre moi et le monde c’est au monde que nous donnons tort. Nou
125 corps à corps avec le monde et c’est toujours le conflit goethéen ; mais aujourd’hui tout se passe comme si le but final était
45 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
126ct intact et offensif. Peu capables de dominer le conflit normal et fécond des créations de la raison et des impulsions de « la
46 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
127e la logique rigide du système devait conduire au conflit armé avec Carthage, source profonde, si indirecte qu’elle apparaisse,
128érales. L’État est devenu l’arbitre souverain des conflits sociaux, et la notion de Bien commun national s’est substituée à cell
129tion.) Et c’est la guerre de 1914. Cet inévitable conflit ne résout rien, bien au contraire. Il suscite une formidable concurre
130nomie rationnelle mondiale) — ne peut être que le conflit armé, à une échelle monstrueuse. Ainsi le capitalisme a brisé les rap
47 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Ballet de la non-intervention (avril 1937)
131on des violences passionnelles qu’a déchaînées le conflit espagnol ? Combats, sinon d’aveugles, du moins de borgnes. Et les Fra
48 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
132onc être amené à juger en dernier ressort de tous conflits qui auraient été portés d’abord devant des tribunaux particuliers, da
133des tribunaux particuliers, dans la mesure où ces conflits intéressent les personnes humaines en tant que telles. Plus encore to
134connaissance du fait capital de la polarité et du conflit multiformes de l’homme avec le [p. 50] monde et avec lui-même 77 , co
135homme avec le [p. 50] monde et avec lui-même 77 , conflit qui trouve son expression sociale vivante et dynamique aussi bien dan
49 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
136parfois que si l’on parvient à éviter de nouveaux conflits armés, il se peut que l’hitlérisme apparaisse aux yeux des historiens
137ste ». Je reconnais la réalité et la nécessité de conflits humains. Mais il y a d’autres solutions que la guerre. Faire valoir t
138tre réalité, oui ! Parce que vous placez tous les conflits dans le cadre rigide des nations. La nation-bloc, telle que vous la c
139 civilisation est là : rendre féconds [p. 40] les conflits nécessaires. Et non pas aboutir à la suppression d’un des antagoniste
50 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
140de l’Amour, c’est-à-dire de l’Éros divinisant, en conflit éternel et angoissé avec la créature de chair et ses instincts asserv
141n instant ramener la crise actuelle du mariage au conflit de l’orthodoxie et d’une hérésie médiévale. Car cette dernière, comme
142rgissent sans fin des problèmes insolubles, et ce conflit menace en permanence toutes nos « sécurités » sociales. En d’autres t
143 conformisme. Il n’y a plus, à proprement parler, conflit de deux morales hostiles — et par suite plus de mythe possible — mais
144science des rapports conjugaux. Jung analyse le « conflit psychologique » et les « névroses » qui seraient à l’origine du mal (
145rmale parmi les étudiants, le sérieux accordé aux conflits passionnels « à trois » ou « à quatre » — renouvelés de la Lucinde de
51 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
146e disputent notre Occident. La connaissance de ce conflit, de ses origines historiques et psychologiques, de son enjeu spiritue
147 religion avec nos plus vieilles croyances, et du conflit de l’hérésie qui en résulta avec l’orthodoxie chrétienne. Première co
148u’il n’en a connu aucune, et qu’il est en deçà du conflit. Pour cet homme-là le seul progrès concevable est dans la crise de sa
52 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
149èrent (entrevue de Berchtesgaden). 4. Pourquoi le conflit s’aggrava-t-il subitement ? — Le litige était réglé en principe. Mais
53 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
150 mettaient leur soin à vivre en marge de tous les conflits et refusaient d’être considérés comme des citoyens responsables, ils
54 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Préface à l’édition de 1956
151ent, je l’espère, d’un réalisme accru. Décrire le conflit nécessaire de la passion et du mariage en Occident, tel était mon des
152in du livre V, en particulier, l’éventualité d’un conflit qui mettrait fin aux problèmes que j’étudiais. Cette crainte a bien f
55 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
153eur du Roman de Tristan et Iseut veut y voir un « conflit cornélien entre l’amour et le devoir ». Cette interprétation classiqu
154’aventure de Tristan devait servir à illustrer le conflit de la chevalerie et de la société féodale, — donc le conflit de deux
155la chevalerie et de la société féodale, — donc le conflit de deux devoirs ou même, nous l’avons vu page 21, le conflit de deux
156deux devoirs ou même, nous l’avons vu page 21, le conflit de deux « religions » — l’on s’aperçoit que bien des épisodes s’éclai
157emeure le vassal d’un seigneur. D’où naîtront des conflits de droit, dont le Roman offre plus d’un exemple. Reprenons l’épisode
158èse, fort vraisemblable, que le Roman illustre un conflit de « religions », nous avons pu préciser et cerner les principales di
56 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
159sentielle). Amour du prochain. (Mariage heureux.) Conflits douloureux, passion exaltée. [p. 75] Le principe d’explication de
160r la contradiction entre les idéaux (eux-mêmes en conflit !) et la réalité vécue. La psyché [p. 125] et la sensualité naturelle
161es troubadours. Voici Tristan livré au plus cruel conflit, lorsqu’au soir de ses noces avec Iseut aux blanches mains, il ne peu
162 notre crise du mariage il n’y a pas moins que le conflit de deux traditions religieuses, [p. 154] c’est-à-dire une décision qu
57 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
163nt de cette époque est le premier témoignage d’un conflit que le mariage chrétien était censé résoudre. On y voit l’âme récemme
164pter les conditions qui nous sont faites, dans le conflit de l’esprit et de la chair ; et c’est tenter de les surmonter non plu
58 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
165bituelle de sexualité qui accompagnait les grands conflits ne s’est guère produite qu’à l’arrière dans les populations civiles.
166les deux livres terminaux : le premier situant le conflit du mythe et du mariage dans nos mœurs, le second décrivant une attitu
59 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
167de l’Amour, c’est-à-dire de l’Éros divinisant, en conflit éternel et angoissé avec la créature de chair et ses instincts asserv
168mener directement la crise actuelle du mariage au conflit de l’orthodoxie et d’une hérésie médiévale. Car cette dernière, comme
169rgissent sans fin des problèmes insolubles, et ce conflit menace en permanence toutes nos « sécurités » sociales. En d’autres t
170 conformisme. Il n’y a plus, à proprement parler, conflit de deux morales hostiles — et par suite plus de mythe possible — mais
171science des rapports conjugaux. Jung analyse le « conflit psychologique » et les « névroses » qui seraient à l’origine du mal (
172rmale parmi les étudiants, le sérieux accordé aux conflits passionnels « à trois » ou « à quatre » — renouvelés de la Lucinde de
173 il est normal qu’à la première constatation d’un conflit de caractères ou de goûts, l’on se demande : pourquoi suis-je marié ?
60 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
174t notre Occident. [p. 342] La connaissance de ce conflit, de ses origines historiques et psychologiques, de son enjeu spiritue
175 religion avec nos plus vieilles croyances, et du conflit de l’hérésie qui en résulta avec l’orthodoxie chrétienne. Première co
176u’il n’en a connu aucune, et qu’il est en deçà du conflit. Pour cet homme-là le seul progrès concevable est dans la crise de sa
61 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
177rivalité entre le vassal et son suzerain ; — d’un conflit entre l’hommage dû au suzerain et l’hommage donné à la femme ; — d’un
178mbreux soulèvements et émeutes occasionnés par le conflit religieux. D’autre part, on sait bien que saint François avait été le
62 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Propos sur la religion, par Alain (avril 1939)
179onge à la folie d’un Kierkegaard. Alors éclate le conflit véritable entre l’humanisme et la foi, le scandale au sens paulinien,
63 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
180e désignent ces termes sont présentes, et sont en conflit à l’époque de la Réforme. Essayons de les dégager sommairement. Le bu
181forme dans l’évolution de l’Europe, puis dans les conflits actuels. J’ai essayé de vous montrer que sa doctrine représente, en s
64 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
182nne au moins la possibilité de rendre un sens aux conflits éternels — un sens, et s’il se peut, une fécondité… Pendant que les a
65 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
183nts, nous sommes engagés comme les autres dans le conflit spirituel. Chose étrange, sur ce plan-là, nous combattons en tant que
66 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
184e problème du fédéralisme sur le seul plan où nos conflits internes aient quelque chance de se résoudre : le plan de l’Europe. N
185 l’attitude personnaliste, peut seule résoudre le conflit permanent au sein de toute fédération : celui qui oppose le pouvoir c
186de la « pratique » — par un dépassement des vieux conflits. Au lieu de la lutte stérile dont nous souffrons en Suisse, entre le
67 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
187tant d’autres, est à la base de la plupart de nos conflits politiques, économiques, parlementaires. 2. Ni gauche ni droite. — Le
188 la mesure où elle nous exclut, précisément, d’un conflit que nous jugeons mauvais. (Reste à savoir si le conflit actuel est « 
189t que nous jugeons mauvais. (Reste à savoir si le conflit actuel est « mauvais ». Puis, si notre tiédeur suffira pour que le mo
68 1940, La Vie protestante, articles (1938–1961). Neutralité (3 mai 1940)
190 la mesure où elle nous exclut, précisément, d’un conflit que nous jugeons mauvais. Reste à savoir si le conflit actuel est « m
191it que nous jugeons mauvais. Reste à savoir si le conflit actuel est « mauvais ». Puis, si notre tiédeur suffira pour que le mo
69 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
192ons collectives ; disqualification temporaire des conflits individuels. Je parle d’un état d’exception comme on dirait état de s
70 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
193 créatrices. Dans une passion violente et dans un conflit déclaré, le mal est facilement reconnaissable : c’est [p. 107] à l’av
194roubles nerveux. On ne pense plus qu’à éviter les conflits qui poseraient de vraies questions, les éclats qui rendraient manifes
71 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
195ous réintroduire dans la réalité, là où les vrais conflits se manifestent, où paraissent les lignes de force de la vie spirituel
196 de l’astuce féminine en panique, multiplient des conflits inextricables. « L’amour est à réinventer », comme toujours, mais pou
197uelconque et du Prince. Ou encore, elle figure le conflit permanent dans le cœur d’un individu, entre le besoin d’anarchie et l
198ordre dans le monde moderne. Même histoire, mêmes conflits sur tous les plans, aujourd’hui que la crise mondiale s’identifie, pa
72 1944, Les Personnes du drame. Introduction
199ateur, d’une résistance et d’une activité dont le conflit ne peut se résoudre que par le fait d’une création. La personne se co
73 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
200conviendrait de préciser que les données mêmes du conflit prédéterminent sa solution. L’effort pour surmonter l’angoisse transc
74 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
201la foi seule, don de la grâce, qui parle. Dans le conflit de cette révélation et des résistances naturelles — conflit victorieu
202 cette révélation et des résistances naturelles — conflit victorieux pour la foi — résident la tension proprement luthérienne e
75 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
203ourdeur originelle d’un peuple en communion et en conflit vital avec les éléments. Ce n’est point là un art « d’après le peuple
76 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
204poques spirituelles sont celles qui centrent leur conflit sur une définition métaphysique : filioque, salut par la foi, grâce s
77 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
205ampagne pour l’intervention de l’Amérique dans le conflit. Une petite revue virulente et dense, Christianity and Crisis, qu’il
78 1946, Journal des deux Mondes. 17. Le mauvais temps qui vient
206aradoxal a décrété que nous fussions au centre du conflit tout en restant en marge des batailles. Ce que je voudrais dire de la
79 1946, Lettres sur la bombe atomique. 2. La guerre est morte
207e les ordres de chevalerie. Je ne dis pas que les conflits vont cesser ; que les forts vont renoncer à se montrer forts, ou les
80 1946, Lettres sur la bombe atomique. 9. Paralysie des hommes d’État
208tal d’abord, et à la peur (elle-même créatrice de conflit) d’un conflit avec la Russie. Sans doute sont-ils tous les trois conv
209t à la peur (elle-même créatrice de conflit) d’un conflit avec la Russie. Sans doute sont-ils tous les trois convaincus qu’ils
81 1946, Lettres sur la bombe atomique. 10. La tâche politique du siècle
210 même voie, une solution proche et définitive des conflits internationaux. L’idée, la nécessité et la possibilité [p. 65] pratiq
82 1946, Lettres sur la bombe atomique. 16. Le goût de la guerre
211ons collectives ; disqualification temporaire des conflits individuels. Je parle d’un état d’exception comme on dirait état de s
83 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
212lan de travail, d’un sommaire. [p. 623] Certains conflits permanents de l’histoire ont pris de nos jours un caractère de violen
213cité qu’ils ont atteint un climat presque mortel. Conflit politique et économique entre l’État totalitaire et les droits de l’h
214ntre l’État totalitaire et les droits de l’homme. Conflit moral entre le collectivisme oppressif et l’individualisme anarchisan
215ivisme oppressif et l’individualisme anarchisant. Conflit idéologique et religieux entre l’unité imposée et la division irréflé
216ssiéreux. Remarquons tout de suite que ces divers conflits ne sont en réalité que les aspects d’une seule et même opposition fon
217ais retrouvée en faisant une somme d’hérésies. Du conflit politique et économique, résultent pratiquement la guerre et la révol
218ltent pratiquement la guerre et la révolution. Du conflit moral résultent la tyrannie et l’anarchie. Du conflit idéologique et
219lit moral résultent la tyrannie et l’anarchie. Du conflit idéologique et religieux résultent des mises au pas de plus en plus i
220esquisser enveloppent une doctrine de l’homme. Au conflit qui oppose l’unité et la division dans le plan de l’Église, correspon
221 le plan de l’Église, correspond terme à terme le conflit qui oppose la collectivité et l’individu dans le plan de la société.
222ans la personne ainsi définie se résout l’éternel conflit entre la liberté individuelle et les devoirs vis-à-vis de la collecti
223drame de l’année 1941 73 . Nous constatons que le conflit en cours est insoluble dans son plan. Si le totalitarisme triomphe dé
84 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
224 de l’idéal démocratique américain, tandis que le conflit des races en est une survivante négation. Oui, les États du Sud sont
85 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
225e un supplément de comics en couleur. Occasion de conflits hebdomadaires, car le père s’est jeté le premier sur la suite des hau
86 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
226ée de la contradiction, du déchirement fécond, du conflit créateur. Il y a ce signe de contradiction par excellence qui est la
227able, obligatoire. Pour nous, la vie résulte d’un conflit permanent, et son but n’est pas le bonheur, mais la conscience plus a
228La personne, en effet, c’est en chacun de nous le conflit permanent entre la liberté et la vocation [p. 36] d’une part, et, d’a
87 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
229l il peut surmonter — voyez la Suisse — les vieux conflits de races, de langues et de religions sclérosés dans le nationalisme,
88 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
230ire ; lieu d’une synthèse vivante mais aussi d’un conflit entre des exigences également valables, mais de fait ou de droit, ant
231de à la tentation de supprimer l’un des termes du conflit, soit qu’il essaie d’enfermer dans sa particularité, nation, parti, o
232eurs excès sont manifestes et menaçants, car leur conflit se déclare sans issue, l’Europe se doit et doit au monde d’inaugurer
233p. 135] Beaucoup pensaient, avant La Haye, que le conflit principal mettrait aux prises le Labour et les Conservateurs. C’était
234erbales entre unionistes et fédéralistes, le seul conflit profond qui divisa le Congrès fut celui qui opposa sourdement le fron
235ai souligné les divergences, les hésitations, les conflits : non point dans l’intention de les durcir, mais au contraire pour co
89 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
236gé ; lieu d’une synthèse vivante, mais aussi d’un conflit, entre des exigences également valables mais pratiquement antagoniste
237de à la tentation de supprimer l’un des termes du conflit, soit qu’il essaye de s’enfermer dans sa particularité (nation, parti
90 1948, Esprit, articles (1932–1962). Thèses du fédéralisme (novembre 1948)
238l il peut surmonter — voyez la Suisse — les vieux conflits de races, de langues et de religions sclérosés dans le nationalisme e
91 1950, Lettres aux députés européens. Cinquième lettre
239 vos Parlements, qui restent les seuls juges d’un conflit éventuel.) Si vous acceptez cela, vous aurez avec vous l’opinion vrai
92 1951, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Extrait du discours prononcé par Denis de Rougemont à l’inauguration du Centre (mai 1951)
240ns avec le fol espoir d’apaiser à jamais tous nos conflits, mais au contraire : pour maintenir les risques de la liberté, qui on
93 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
241l en sent une et s’il y croit. Lorsqu’il entre en conflit avec les lois, les traditions, les préjugés de son milieu, il les déc
242 la dialectique interne aboutit, de nos jours, au conflit du collectivisme et de la liberté démocratique. Je tenterai de faire
94 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Culture et politique européenne (octobre 1952)
243 marchés nationaux, la volonté de régler le vieux conflit franco-allemand, la nostalgie de l’indépendance de nos pays. L’un des
95 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
244ressés directs) et parfois d’arbitrage (en cas de conflit entre certaines activités culturelles et le bien-commun des peuples o
96 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
245 physique ni morale. Elle consiste plutôt dans le conflit permanent — bien plus rarement dans l’harmonie — entre les conditions
97 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
246lles exercent le droit de grâce, et tranchent les conflits de compétence entre les autorités fédérales. L’approbation des allian
247ent perpétuel de diastole et de systole, c’est le conflit permanent entre les tendances centralisatrices et les tendances parti
98 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
248ssible dans le domaine des idées générales et des conflits de doctrine : [p. 113] ils préfèrent parler chiffres, fixation des pr
99 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
249e degré d’indifférence religieuse, tandis que les conflits économiques et sociaux passaient au premier plan et nourrissaient des
250une guerre civile d’origine religieuse, et que le conflit religieux, depuis des siècles, par les prétextes qu’il offrait à l’in
100 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
251ralité qui lui permette de se tenir à l’écart des conflits qui pourraient opposer des puissances dont les intérêts essentiels so
252 Certes, la volonté de se maintenir à l’écart des conflits armés, fussent-ils nationalistes ou idéologiques dans leurs motifs al