1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
1ndhal. Certes, il était temps que l’on dénonce la confusion romantique de l’art avec la vie, qui empoisonne et la morale et l’est
2, qui plus qu’aucune autre me paraît liée à cette confusion. Mais s’il est bien établi que les lois de la vie sont essentiellemen
3de l’art, ou s’il la condamne plutôt, à cause des confusions qu’il y décèle. Le meilleur morceau du livre est l’essai sur Proust e
4ait bien utile d’adopter, si l’on veut éviter les confusions qui sont en train d’ôter sa valeur littéraire au genre le plus encomb
2 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
5sant dans l’effort d’un esprit pour se dégager de confusions aussi perfides et si profondément mêlées à ses plus chères aventures.
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
6dalités de ma vengeance. Veuillez ne voir dans la confusion où je parais être engagé, du plan moral avec l’économique, qu’une exp
4 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Daniel-Rops, Le Prince Menteur (décembre 1928)
7vu sévir parmi certains milieux d’avant-garde une confusion assez tragique, parce qu’elle constitue une tentation pour tous les p
5 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Rolland de Renéville, Rimbaud le voyant (août 1929)
8ion évangélique. Je ne vois là que l’indice d’une confusion bien française, hélas. p. 250 ba. « André Rolland de Renéville :
6 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
9t inexplicable [p. 410] que mystérieux. Aussi, la confusion des noms ne comporte aucun symbole à développer noblement. Une chute
10e reste : des porteurs d’eau… Dans l’inextricable confusion d’injustices à quoi devait mener le wilsonisme schématique qui traça
7 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
11à s’affirmer en détails précis, se masse dans une confusion de violet sombre, et par la seule ligne dure de l’horizon s’oppose au
12l’amour hongrois t’emportera dans une inénarrable confusion de sentimentalisme et de passion, et c’est là son miracle. Si tu n’as
8 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
13 tragique qui se dégage lentement de cette longue confusion de plaisirs mondains, d’égoïsmes déçus, d’égoïsmes comblés, ce n’est
9 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
14il serait temps de réviser, par « démesure » et « confusion » ? Car il est trop certain que le mot démesure désigne dans l’esprit
15confond assez naturellement avec ce qu’il impose. Confusion liée au mouvement le plus profond de l’âme allemande, qui la porte à
10 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
16est plutôt inexplicable que mystérieux. Aussi, la confusion des noms ne comporte aucun symbole à développer noblement. Une chute
17e reste : des porteurs d’eau… Dans l’inextricable confusion d’injustices à quoi devait mener le wilsonisme schématique qui traça
18 à s’affirmer en détail précis, se masse dans une confusion de violet sombre, et par la seule ligne dure de l’horizon s’oppose au
19l’amour hongrois t’emportera dans une inénarrable confusion de sentimentalisme et de passion, et c’est là son miracle. Si tu n’as
11 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
20t, tirent à hue et à dia et engendrent une grande confusion. En ce sens, le dernier livre de M. Duhamel, consacré à la critique d
12 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
21jeunesse s’éveille au milieu des statuts de cette confusion. C’est contre eux dès l’abord qu’elle vient lourdement [p. 910] buter
13 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Pétrarque, par Charles-Albert Cingria (avril 1933)
22nalisme, l’européanisme et la révolution. (Sur la confusion moderne entre le patriotisme « chose motivée et avantageuse », et le
14 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
23es vitales de la personne concrète.   IV — Aucune confusion ne nous paraît dès lors possible entre le ressort spirituel de L’Ordr
24 nouveau et l’esprit bourgeois ou libéral. Aucune confusion non plus, entre le spirituel chrétien et notre personnalisme. Le spir
25bres de L’Ordre nouveau que de leur attribuer une confusion entre le spirituel, tel que nous venons de le définir, et le Saint-Es
15 1933, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Petites notes sur les vérités éternelles (1932-1933)
26poser si l’on veut réellement se tirer hors d’une confusion sans précédent — d’une confusion dont le profit ne sera jamais pour l
27tirer hors d’une confusion sans précédent — d’une confusion dont le profit ne sera jamais pour la foi. Car l’opération de la foi
16 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
28… Mais le seul mot d’oligarchie introduit tant de confusions qu’il vaut mieux l’éviter ici. D’autant plus qu’on pourrait aussi bie
17 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
29jeunesse s’éveille au milieu des statuts de cette confusion. C’est contre eux dès l’abord qu’elle vient buter. On a tout dit pour
18 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
30e favorise de toute évidence le développement des confusions les plus propres à la naissance du fascisme français. Où faut-il se t
19 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
31 critiques de droite et de gauche, victimes de la confusion que j’ai dite. « Ce ne sont pas ceux qui [p. 245] disent Esprit ! Esp
20 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
32e : « Défense de la Culture ». [p. 261] Toute la confusion vient de là. Car la culture qu’on nous propose de défendre, c’est ell
21 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
33rtige à découvrir la profondeur et la gravité des confusions morales dans lesquelles nous vivons. Je ne connais pas de plus saluta
22 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
34 je vois de toutes parts, en Europe, à travers la confusion des doctrines, reparaître les traits ironiques du grand visage de Kie
23 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
35urs doctrines humaines qui s’entrebattent dans la confusion et nourrissent des haines bavardes. Je veux parler ici de deux d’entr
24 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
36mme, qui demeure responsable des premières graves confusions commises depuis la guerre sur le mot de révolution. Le public littéra
37des airs de conspirateur traqué ? Alors que cette confusion désirée revient en dernière analyse au refus pur et simple d’agir et
25 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
38e mesure les craintes de Léon Blum car toutes les confusions travaillent pour le « fascisme », et surtout les confusions doctrinal
39 travaillent pour le « fascisme », et surtout les confusions doctrinales. Nos doutes se précisent en méfiance lorsque Marquet parl
40 nécessaire, c’est d’abord d’oser rompre avec des confusions qui sont peut-être d’un bon rendement électoral, mais qui empêtrent t
41 ici trop de choses ? Et peut-être une dangereuse confusion, que nous avions [p. 19] pris soin d’éviter 16 , entre l’économique,
42entre l’économique, le politique et le spirituel, confusion inconsciente ou voulue, mais trop grave pour que nous ne la dénoncion
26 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
43celui de Nietzsche se livrer à d’aussi grossières confusions (pauvreté en esprit, ou esprit de pauvreté, confondu ici avec bêtise)
27 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
44changer [p. 433] radicalement le monde. Bien des confusions traînent encore dans cette phrase. (« solide terrain de l’économie ps
28 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
45asque étatiste du désordre social. Le génie de la confusion qui détient la présidence effective [p. 3] de toutes nos réunions pub
46aîtresse, que pourra-t-il résulter d’autre qu’une confusion indescriptible ? Coup de force, guerre civile, combinaisons imprévues
47forces. Mais nous sommes payés pour savoir que la confusion politique, en temps de crise, travaille pour la future dictature état
29 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
48brouillamini de la politique et des partis, et la confusion meurtrière de termes dangereusement chargés de passion et de préjugés
49ue la langue vulgaire s’encombre d’équivoques, de confusions et de malentendus parfois tragiques : l’oubli des fins dernières entr
30 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
50iétiques ou favorables aux Soviets. De toutes les confusions sentimentales ou idéologiques, généreuses ou cyniques, volontaires ou
31 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
51s les pires malentendus, à leur tour, naissent de confusions faites sur les mots. Il n’y a pas de « questions de mots » au sens fu
52ise sociale est suspendue à une certaine [p. 170] confusion du travailleur réel et responsable avec le prolétaire mécanisé, la cr
53me dont ils se sentent bien incapables. Ainsi les confusions et les contradictions du monde qu’ils ont laissé se faire, tout ce do
32 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
54de l’homme. L’inertie qui résulte pratiquement de confusions pareilles est, hélas ! la plus vulgaire et la plus déprimante résista
33 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
55iétiques ou favorables aux Soviets. De toutes les confusions sentimentales ou idéologiques, généreuses ou cyniques, volontaires ou
34 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
56 fièvres. Ils ne connaîtront pas nos douloureuses confusions, nos inadaptations et nos désirs discordants. Ils se sont fait un ent
57it. « Je vais me promener tous les jours parmi la confusion d’un grand peuple, avec autant de liberté et de repos que vous saurie
35 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
58déal de tel individu, et que je trouve partout la confusion, la dispersion, l’indifférence, une veulerie vaniteuse, ou des bonnes
59in : « Pour moi, c’est un fasciste ! » Toutes nos confusions politiques résumées dans cette petite phrase ! Je me dis : C’est bien
36 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Éluard, L’Évidence poétique (juin 1937)
60randeur de l’espérance qu’elle proclame et par la confusion de sa proclamation. Que « toutes les paroles soient sacrées », c’est
37 1937, Esprit, articles (1932–1962). M. Benda nous « cherche », mais ne nous trouve pas (juillet 1937)
61ation résume cette position. On nageait en pleine confusion. Les anciens se vantaient et accablaient les jeunes. Ceux-ci refusaie
38 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Ballet de la non-intervention (avril 1937)
62 Faut-il chercher ailleurs que dans ce vertige de confusions la raison des violences passionnelles qu’a déchaînées le conflit espa
39 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
63 avec le mariage dans la chair, devait amener des confusions inextricables. Pour l’amateur non initié des poèmes provençaux et des
64 chute de tension morale d’où résulte une immense confusion. L’adultère devient un sujet de délicates analyses psychologiques, ou
65s du droit féodal. Mais là-dessus se produisit la confusion inévitable de la Dame, pur symbole de l’Amour, avec telle femme réell
66ute l’échelle qui va de l’héroïsme religieux à la confusion sans grandeur [p. 663] où se débattent les hommes du temps profane :
40 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
67cobinisme des Démocraties (centralisation rigide, confusion de l’État et de la Nation) s’opposait dans le fait à toute applicatio
41 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
68ot d’ordre : « Défense de la Culture ». Toute la confusion vient de là. Car la culture qu’on nous propose de défendre, c’est ell
42 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
69Renoncements, compromis, ruptures, neurasthénies, confusions irritantes et mesquines de rêves, d’obligations, de complaisances sec
70travers du désordre extrême de nos mœurs, dans la confusion des morales et des immoralismes qui en vivent, aux moments les plus p
71 plus complexes. Et de même que pour se tirer des confusions de notre langue, les poètes ont coutume de rapporter les mots à leurs
72abord, je voudrais rapporter à ce mythe certaines confusions de nos mœurs. Étymologie des passions, moins décevante que celle des
73u’il permet de dégager une raison simple de notre confusion présente. C’est qu’il permet aussi de formuler certaines relations pe
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
74r notre raison qui n’admet point cette impensable confusion de l’infini et du fini, mais surtout pour l’esprit religieux naturel.
75latonisme vulgaire nous a conduits à une terrible confusion : à cette idée que l’amour dépend avant tout de la beauté physique — 
76straite des troubadours du xiiie siècle et de la confusion qu’elle favorise, de Dieu et de la Dame des pensées, il écrit : « Il
77ieux des poètes mystiques tendait à établir cette confusion du Créateur et de la créature. Et l’on accusa ces poètes de manichéis
78extricable, c’est comme une résultante de tant de confusions qui devaient s’y nouer, qu’apparaît la cortezia, « religion » littéra
79 le savoir, menons nos vies de civilisés dans une confusion proprement insensée de religions jamais tout à fait mortes, et rareme
80t formelle. Tout au plus devait-elle favoriser la confusion moderne entre la passion de Tristan et la pure sensualité. Quelques c
81sychique et religieux du xiie siècle, toutes les confusions de l’amour deviennent mieux que possibles : inévitables. Nous n’en so
44 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
82ondre. L’on pourrait tout ramener à une grossière confusion du Créateur et de la créature, dans le Roman : la fameuse « divinisat
83 tendances, ne s’est-elle pas prêtée à toutes les confusions ? N’a-t-elle pas abusé la première du langage de l’Éros païen ? 4.
84a poésie d’un amour qui serait tout profane ; les confusions qu’elle entretient de la sorte flattent trop bien les désirs naturels
85u’ils croient lui échapper. Et de là vient que la confusion était fatale entre l’Éros divinisant et l’Éros prisonnier de l’instin
45 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
86nté qui devait donner naissance au mythe. Mais la confusion de la foi, « qui à Dieu seul est due et à lui seul convient », avec l
87la conséquence inévitable. Et c’est bien de cette confusion — non de la doctrine orthodoxe — que devait résulter l’opposition tra
88ence ».) Aussi ne devait-elle point favoriser les confusions extrêmes de la chair et de l’esprit qui ne manquèrent pas de se produ
89 en face d’une création de l’esprit, et non d’une confusion de reflets troubles, d’aveux plus ou moins indiscrets et de hasards i
90ns un appauvrissement métaphysique, générateur de confusions [p. 221] incalculables. Car enfin cette « tristesse » racinienne, si
91ister avec plus de rigueur, quoique féminine, les confusions intéressées de l’Éros et de l’Agapè. « La vertu est si nécessaire à n
92ité. Mais on distingue les mobiles inavoués de la confusion. Au xiie siècle, c’était la loi de courtoisie qui imposait la chaste
93 esprit » platonicien. Il était cause de toute la confusion, et il l’a payé de sa vie, voilà qui est clair. Mais j’ajouterai ceci
94 pas tarder à se dénaturer de mille manières. Les confusions qu’elle favorisait malgré elle, cette glorification de l’amour humain
46 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
95 avec le mariage dans la chair, devait amener des confusions inextricables. Pour l’amateur non initié des poèmes provençaux et des
96 chute de tension morale d’où résulte une immense confusion. L’adultère devient un sujet de délicates analyses psychologiques, ou
97ute l’échelle qui va de l’héroïsme religieux à la confusion sans grandeur où se débattent les hommes du temps profane : au lieu d
47 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
98 Mais à partir du xiie siècle, et par l’effet de confusions mystiques, l’exaltation de cet amour naturel est subitement considéré
48 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
99ous feraient tomber à pieds joints dans la fatale confusion du temporel et du spirituel. Parler d’une Suisse chrétienne quand bea
49 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
100 qui est dit fédéral. Comprenne qui pourrai Cette confusion verbale, symbolique de tant d’autres, est à la base de la plupart de
50 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
101ire. Il va se baigner avec délices dans la grande confusion religieuse qui marquera la paix du xxe siècle. Un des dilemmes fameu
51 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
102 la plus compréhensible couvrait d’aussi étranges confusions. [p. 100] À dire le vrai, contre l’époque entière, la liberté-en-gén
103ori de la Cinquième Colonne consistait à semer la confusion dans le camp de l’adversaire en y répandant alternativement de vraies
52 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
104x échecs et aux succès de la vie manifeste. Cette confusion de nos catégories morales sert admirablement les desseins du Malin. E
105se une explication fort naturelle du phénomène de confusion des langues. Si les hommes ne se sont plus entendus lors de la constr
53 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
106ut ce qui reflète sa « grande stratégie » dans la confusion de nos mœurs. À nous l’effort, à Dieu l’issue et le jugement. Si nous
107truisant les structures sociales, il précipite la confusion de notre langage. Il sait que les hommes ne peuvent s’engager que par
108ù la Parole est à jamais ressuscitée ; et dans la confusion des langues et des mensonges, quand la peur, la souffrance et la hont
109 de l’ordre. À la grossièreté spirituelle, que la confusion spirituelle, et cela s’appelait droit de libre critique. Tout cela s’
110[p. 216] imprudemment évoqués dans ces pages, les confusions crépusculaires et larvaires où le Prince des Ténèbres attend notre fa
54 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable VII : La cinquième colonne (26 novembre 1943)
111avori de la Cinquième Colonne consiste à semer la confusion dans le camp de l’adversaire en y répandant alternativement de vraies
55 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
112les masses, en tant que masses se battent dans la confusion 18 . C’est pourquoi notre tâche — que Goethe eût approuvée — reste de
56 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
113e Kierkegaard La plupart des gens vivent dans une confusion impensable, et n’en conçoivent pas de malaise. D’autres qui s’essaien
114 je vois de toutes parts, en Europe, à travers la confusion des doctrines, reparaître les traits ironiques du grand visage de Kie
57 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
115vements brusques en tous sens, tissant une sombre confusion qui se révèle ordonnée à l’heure H ; et beaucoup de choses très lourd
116pluie et la brume, à l’horizon des marécages, une confusion de silhouettes griffues : moulins, clochers, grues, cheminées, au-des
58 1946, Lettres sur la bombe atomique. 10. La tâche politique du siècle
117l’hostilité et le mépris. Car c’est de toutes ces confusions que se nourrit le virus nationaliste. Et maintenant, fâchez-vous et r
59 1946, Lettres sur la bombe atomique. 15. L’État-nation
118t ils font finalement un dieu, créant d’horribles confusions d’idées qui se terminent en carnages périodiques. Autre exemple. Pour
60 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
119s ne le pensons, ils embrassent mieux que nous la confusion du siècle, ils y sont installés carrément, et ils l’exploitent non sa
61 1947, Doctrine fabuleuse. 2. Deuxième dialogue sur la carte postale. La beauté physique
120t du caractère ; ou s’ils en sont privés, dans la confusion permanente et la dégradation de tous leurs préjugés. La beauté, par e
121ble la grandeur, alors que notre vie n’est qu’une confusion. Oui, je vous le demande maintenant, quelle est cette façon de sépare
62 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
122suis dans la nuit. Je ne puis marcher que dans la confusion. Mais, si je marche cependant, c’est qu’à certains moments j’ai vu le
63 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
123s ne le pensons, ils embrassent mieux que nous la confusion du siècle, ils y sont installés carrément, et ils l’exploitent non sa
64 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
124 la liberté du capital, c’est-à-dire au nom d’une confusion contre une autre confusion, d’une superstition contre un mythe, de qu
125st-à-dire au nom d’une confusion contre une autre confusion, d’une superstition contre un mythe, de quelques scélérats déclarés i
65 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
126 portes ouvertes. À la faveur de ces hésitations, confusions et manœuvres souterraines, on vit le Congrès rallier progressivement
66 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
127’Écriture ; son amour pour le style biblique ; la confusion courante — non seulement puritaine — entretenue chez les jeunes bourg
67 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Contre la culture organisée (avril 1952)
128n industrielle et de dressage des citoyens. Cette confusion entre l’État et la culture, cette mainmise de l’organisation bureaucr
68 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
129et des préjugés nationaux. C’est naturel. Dans la confusion typique d’un réveil brusque, socialistes allemands et gaullistes fran
130te pas moins un très sérieux danger : celui de la confusion, précisément. Mais nous gardons sur elle un avantage certain : nous a
69 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
131 sur la jalousie d’Othello. D’où enfin, l’extrême confusion et les éclats de passion saugrenus qui caractérisent les débats sur l
132? 5 Ces méprises expliquent assez bien l’extrême confusion des débats sur la fédération de l’Europe. Le fédéralisme est beaucoup
133s ?   Distinguer l’individu et la personne. — La confusion de notre vocabulaire, relevée par Eugen Kogon, est l’un des signes le
134essus bord, dans l’inconscience générale, par ces confusions de langage. Comment penser l’Europe et son apport vital à la concepti
70 1954, Preuves, articles (1951–1968). Tragédie de l’Europe à Genève (juin 1954)
135re qui peuvent provoquer, selon les cas, soit une confusion générale, soit une prise de conscience, subite et dramatique. Sur la
136prise de conscience, subite et dramatique. Sur la confusion générale, n’insistons pas. Mais la prise de conscience peut et devrai
71 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Deux notes sur la souveraineté nationale (mai 1954)
137 sur la jalousie d’Othello. D’où enfin, l’extrême confusion et les éclats de passion saugrenus qui caractérisent les polémiques s
72 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
138le. Et il opère en général sur d’assez grossières confusions : celle du temps infini et de l’Éternité, celle enfin de l’immanence
73 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
139 nuire à l’homme. Retour à la magie. Cette double confusion me paraît rendre compte des erreurs les plus manifestes commises par
74 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
140attachés à la démocratie, entretient un climat de confusions intellectuelles et morales dont les seuls staliniens ont pu se réjoui
75 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
141nt à coups de définitions. Mais elle joue sur nos confusions : n’est-ce pas au nom de la liberté, ou de la paix, et comme en louvo
76 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
142le. Et il opère en général sur d’assez grossières confusions : celle du temps infini et de l’Éternité, celle de l’immatériel et de
77 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
143re à l’homme. Retour à la magie 78 . Cette double confusion me paraît rendre compte des erreurs les plus manifestes commises par
78 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
144is non plus on ne l’avait vu mieux purifié de ses confusions millénaires avec l’État, avec une classe sociale, ou avec telle notio
145remière. Notre « crise du Progrès » vit de telles confusions, si elle est née bien avant, comme on l’a vu. Il y aurait pourtant li
79 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (mars 1957)
146 même en France. Que se passe-t-il donc ? Dans la confusion générale, qui est celle où s’élaborent habituellement les notions vag
80 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
147nante sera-t-elle donc l’existentialisme ? Deux confusions et deux Suisses Le même Sartre écrivait naguère que je me suis tu sur
148l me prend pour lui, ou lui pour moi. D’une autre confusion je m’avoue responsable. On m’accuse dans Aspects de la France de parl
149longue de toujours répéter la même chose, mais la confusion de deux nationalismes, le traditionnel et le jacobin — le nationalism
81 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la pluralité des satellites (II) (décembre 1957)
150 lucidité à sens unique est une des marques de la confusion générale. La bêtise a toujours été un facteur important de l’histoire
82 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (II) (septembre 1958)
151onstitutions ont été rédigées et adoptées dans la confusion générale, mais ne préjugeaient pas de l’avenir du régime. Car la vie
83 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le vocabulaire politique des Français (novembre 1958)
152lui plaît. À partir de là, ce qui règne, c’est la confusion sémantique. On appelle démocratie populaire, par un apparent pléonasm
84 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
153 par endroit : Dire : je t’aime, c’est faire une confusion. On croit aimer toi, cette personne qui a provoqué la passion, et qu’
154e ne faire qu’un avec elle. D’où les innombrables confusions qui donnent au [p. 22] naïf commerce de l’amour un caractère spectral
85 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
155ens qui argumentent de cette manière créent de la confusion, volontairement ou non, en confondant les problèmes de la lutte idéol
86 1960, Preuves, articles (1951–1968). Sur la détente et les intellectuels (mars 1960)
156ont dépassés. Mais je ne vois encore qu’une vaste confusion. Admettons que je voie mal, et que les conditions, les données mêmes
87 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
157 par endroit : Dire : je t’aime, c’est faire une confusion. On croit aimer toi, cette personne qui a provoqué sa passion, et qu’
158e ne faire qu’un avec elle. D’où les innombrables confusions qui donnent au naïf commerce de l’amour un caractère spectral si fasc
88 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
159’Écriture ; son amour pour le style biblique ; la confusion courante — non seulement puritaine — entretenue chez les jeunes bourg
89 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
160subissent la sexualité quand vient son temps. Les confusions de notre langage courant semblent parfois assimiler l’amour au sexe,
90 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.4. Cadmus ou la quête d’Europe
161us allons voir comment s’explique cette apparente confusion. p. 27 16. R. Graves, op. cit., I, p. 194-197. p. 28 17.
91 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
162faite que par un seul, sous peine d’introduire la confusion dans les principes universels. 60 Si, depuis la chute de nos premie
163é De vulgari eloquentia (I, 8) : Par suite de la confusion des langues dont on vient de parler 62 , nous avons de sérieuses rais
164seul et même langage reçu dans le châtiment de la confusion que les diverses langues vulgaires ont pris naissance, comme nous le
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
165e tourne à son avantage, même si elle tourne à la confusion d’un parti détesté, qui ne la représente pas. (C’est Rousseau pour Vo
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
166dans les mœurs, qu’une habile anarchie, et qu’une confusion symétriquement organisée. Si le partage de l’empire de Charlemagne ét
167autement signalé comme une source inextricable de confusion radicale dans la recherche des lois réelles de la sociabilité humaine
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
168cune, un défaut qui doit les faire tomber dans la confusion ou dans l’erreur, mais c’est aussi une sorte de vertu qui témoigne d’
169cision en ces questions difficiles, où la moindre confusion sur le sens des mots, à l’origine du raisonnement, peut produire à la
170que les années passent ; la grande masse, dans sa confusion, a besoin d’un rythme pour marcher, sans lequel elle n’aurait « aucun
171nvasion dans nos « âmes modernes », grâce à cette confusion. Nos instincts se dispersent maintenant de tous côtés, nous sommes no
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
172de la vie, les avantages de la mort. Une certaine confusion règne encore, mais encore un peu de temps et tout s’éclaircira ; nous
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
173 vers la nuit, pour rendre intelligible l’immense confusion du monde et transmettre leurs découvertes au Heu d’en faire des secre
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
174rections différentes. D’une part, en effet, cette confusion peut rendre une nation intolérante à l’égard de toute culture autre q
175rétentions ! L’autre aboutissement possible d’une confusion de la politique et de la culture, c’est l’idéal d’un État mondial dan
98 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
176ntières territoriales qui les séparent, mais sans confusion et sans nivellement. L’identité d’un peuple ou d’une communauté ne se
177 l’ensemble de ces décrets, ce qui entraînait une confusion (qui dure encore dans beaucoup d’esprits) entre étatisme, centralisat
99 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
178, qui fut ensuite appelée Babel, ce qui veut dire confusion. Grâce à cette tour, il espérait escalader le Ciel : tentant ainsi no
179ils fussent frappés par le Ciel et jetés dans une confusion telle que tous ceux qui étaient venus à l’œuvre parlant une seule et
180olution que j’ai dite conduit inévitablement à la confusion des langages, dissous en terminologies incomparables. L’université, q
100 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Introduction
181uster, et qui marche à la grâce de Dieu malgré la confusion des hommes, — et mieux qu’une autre, en fin de compte. Quant aux omis