1 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
1de connaître Dieu, mais Dieu lui-même s’est rendu connaissable dans la chair. Et il est vrai aussi que « l’Esprit seul vivifie, la c
2 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
2nt pur « doit » être dépourvu d’origine et de but connaissable, on ne peut savoir son [p. 134] sens, mais seulement l’épouser, et l’
3 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
3de connaître Dieu, mais Dieu lui-même s’est rendu connaissable dans la chair. Et il est vrai aussi que « l’Esprit seul vivifie, la c
4 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
4sensible que l’objet de la quête n’est clairement connaissable. Pourtant, certaines options fondamentales ont pu conditionner l’allu
5nt pur « doit » être dépourvu d’origine et de but connaissable, on ne peut savoir son sens, mais seulement l’épouser, et l’on ne peu
5 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
6 lui-même, l’Esprit pur, qui choisit de se rendre connaissable dans un corps d’homme. Il en résulte que le corps physique, et la mat
6 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
7ace sous deux de ses aspects les mieux connus (ou connaissables) soit par les textes, soit par la chronique : je veux parler de l’évo