1 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
1ontrent de préférence la famille dans sa force de conservation morale, alors que le catholique Mauriac s’attarde au spectacle de sa
2 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
2 la transformation qui se change en message de la conservation ; et voici l’ombre du Grand Inquisiteur qui vient bénir ce monde mora
3 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
3tion d’initiatives et de synthèses, et non pas de conservation des biens acquis. La liberté de penser ne doit pas signifier que la p
4dire qu’une telle pensée n’ait d’autre fin que de conservation, de permanence ? Loin de là. Sa tension concrète vise toujours la nou
4 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
5ntégrante de l’ordre social établi. L’instinct de conservation rend en effet cet ordre tolérant à l’égard de ce qui feint de le reni
5 1940, La Vie protestante, articles (1938–1978). « Dieu premier servi » (26 avril 1940)
6n paraît subordonné à celui qu’elles portent à la conservation de notre État. Or nous devons croire exactement le contraire, je le r
6 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
7e purification. Elles sont devenues des forces de conservation, s’opposant par leur esprit même au processus de mort et de résurrect
8tre le besoin d’anarchie et le besoin de [p. 180] conservation. Parabole de la démission des puissances d’ordre dans le monde modern
7 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
9équent procurer de sûreté suffisante soit pour la conservation des États, soit pour la conservation du Commerce. … Je cherchai ensu
10soit pour la conservation des États, soit pour la conservation du Commerce. … Je cherchai ensuite si les Souverains ne pourraient p
8 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
11elle. Dans ces circonstances, le simple esprit de conservation oblige l’Europe à se concentrer sur ce qu’elle peut faire de mieux, s
9 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
12européenne a créé les conditions techniques de sa conservation et de sa transmission aux âges futurs, en même temps quelle redécouvr
10 1970, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les prophètes de la décadence (24 septembre 1970)
13européenne a créé les conditions techniques de sa conservation et de sa transmission aux âges futurs, en même temps qu’elle redécouv
11 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
14on admet que la droite se définit par le souci de conservation et d’ordre, la gauche par une volonté d’innovation et de progrès bous
12 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
15jourd’hui, en appeler contre elle à l’instinct de conservation du genre humain. Vous êtes en état de légitime défense ! Aux États-Un
13 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
16on admet que la droite se définit par le souci de conservation et d’ordre, la gauche par une volonté d’innovation et de progrès bous
14 1978, Cadmos, articles (1978–1986). L’Intellectuel contre l’Europe (été 1978)
17 principe aux « modèles » de transformation ou de conservation culturelle et politique extraeuropéens. C’est enfin « la tendance à [
15 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
18ante, est de plus en plus dénaturée : produits de conservation, colorants et raffinages (souvent cancérigènes), engrais chimiques, p
16 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
19vait à la conclusion « qu’à côté de l’instinct de conservation de la substance vivante qui tend à la composer en unités toujours plu