1 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
1d ramener le bénéfice de la production à celui du consommateur. Prenons cette petite phrase qui n’a l’air de rien : « Nul ne contest
2 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
2ntégrité. Sauver l’homme, ce n’est pas sauver des consommateurs. Ce n’est pas sauver des entreprises, des nations, les intérêts (?) d
3 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
3ntégrité. Sauver l’homme, ce n’est pas sauver des consommateurs. Ce n’est pas sauver des entreprises, des nations, les intérêts (?) d
4 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
4s la possibilité de mener une existence oisive de consommateurs : elle s’adapta au style de vie du milieu non producteur, antérieurem
5 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
5 plus en plus la culture à la « jouissance » d’un consommateur distingué. Mais ici, l’équivoque matérialiste se manifeste avec une i
6 immédiats et vitaux entre les producteurs et les consommateurs de la culture. Tant qu’il ne s’agissait que de construire des tracteu
6 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
7 plus en plus la culture à la « jouissance » d’un consommateur distingué. Mais ici l’équivoque matérialiste se manifeste avec une im
8 immédiats et vitaux entre les producteurs et les consommateurs de la culture. Tant qu’il ne s’agissait que de construire des tracteu
7 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
9elles qui s’interposent entre le producteur et le consommateur, — de même la production littéraire et la création intellectuelle se
8 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
10t… Je viens de regarder pendant un bon moment les consommateurs attablés autour de moi. Que les hommes sont laids ! Chacun d’eux me f
11s une sorte de corporation boulanger, minotier et consommateurs. Le pain, la tombe. Deux réalités fondamentales. Voilà qui est bien d
9 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
12une sorte de corporation boulangers, minotiers et consommateurs. Le pain, la tombe. Deux réalités fondamentales. Voilà qui est bien d
10 1937, Esprit, articles (1932–1962). Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours (mars 1937)
13 critique que je voudrais appeler une critique de consommateur (dans tous les sens de l’expression), c’est l’euphorie géniale du des
11 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
14sive, exploitent à la fois les producteurs et les consommateurs. Après un siècle à peine d’existence, la classe des commerçants tend
12 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
15ntradictoires mais solidaires du producteur et du consommateur, des droits acquis et des règles d’arbitrage, des initiatives et des
13 1969, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Non, notre civilisation n’est pas mortelle ! » (30-31 août 1969)
16ut parler de culture bourgeoise qu’en pensant aux consommateurs de cette culture. Bien sûr, depuis cent ans, ce sont essentiellement
14 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.5. Pronostics 1969 (une interview)
17ut parler de culture bourgeoise qu’en pensant aux consommateurs actuels de cette culture. Depuis cent ans, ce sont essentiellement de
15 1972, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Suite des Méfaits (1972)
18ême — plutôt qu’un rouage producteur et un client consommateur. Je coïncide intégralement avec les intentions d’Illich, et avec ses
16 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
19e de l’épuisement des gisements obligera les pays consommateurs à réduire leur consommation dans huit ans. Il n’y a donc pas de temps
17 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
20car les gouvernements, semant la panique chez les consommateurs, annoncent que « désormais » la seule solution est la mise en chantie
18 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
21d ramener le bénéfice de la production à celui du consommateur. Prenons cette petite phrase qui n’a l’air de rien : “Nul ne conteste
19 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
22adaptation de la production aux besoins réels des consommateurs. En lieu et place de la croyance magique à l’expansion indéfinie et à
23t à tout prix, laquelle motive dans la population consommatrice l’insatisfaction permanente, et dans l’industrie productrice une perp
20 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
24ns discrimination en Belgique ou en Irlande, à un consommateur [p. 39] néerlandais ou britannique d’acheter des produits danois ou i
25’approvisionner librement près de 260 millions de consommateurs européens. Si l’on rencontre encore des douaniers aux frontières entr
26un « marché commun intérieur » de 260 millions de consommateurs, a pu rationaliser ses productions. La Communauté poursuit un long tr
27elle de la Communauté ne se fasse au détriment du consommateur, la Commission européenne veille à ce que soient très strictement [p.
28goureuse politique « anti-trusts » de défense des consommateurs. Cependant, des difficultés sérieuses sont apparues lorsqu’il s’est a
21 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
29économique n’arrive plus à protéger assez vite le consommateur et l’épargnant ; les municipalités n’arrivent plus à éviter une urban
30d’augmentation de salaires. Elle explique que les consommateurs, livrés à des pressions multiples dont ils ignorent la nature, accept
22 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. II. L’énergie
31citaires ; les forfaits, favorisant les plus gros consommateurs de kilowatts… En fait, il n’est nullement établi que la demande en én