1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1e de feu qui s’est posée sur Hölderlin et qui l’a consumé… Digne ? — Un adolescent au visage de jeune fille qui rimait sagement
2 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
2e de feu qui s’est posée sur Hölderlin et qui l’a consumé… Digne ? — Un adolescent au visage de jeune fille qui rimait sagement
3 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
3ment une usure des nerfs. Lampe vide, la mèche se consume. Bois du lait, perds du temps, bats les lisières du sommeil. Ou bien
4 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
4me celui de Goethe. « On a peur que son feu ne le consume » écrit un de ses amis, vers ce temps. « Goethe vit sur un perpétuel
5 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
5bsiste, sans appui. Tous comptes faits, toute vie consumée, toute position rongée et corrodée par le réactif qu’elle secrète, to
6 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
6n nouveau feu toute notre humanité, plus ou moins consumée par le péché. Pourquoi donc Nicodème défend-il l’expérience ? Parce q
7 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
7 joie suprême » d’Isolde agonisante. Fidélité qui consume la vie, mais qui consume aussi la faute, et divinise un moi purifié,
8agonisante. Fidélité qui consume la vie, mais qui consume aussi la faute, et divinise un moi purifié, « innocent » ! De ces ori
9 haut, dans l’ascension interminable du Désir qui consume la vie, mais ici-bas, dans l’obéissance à la Parole. ⁂ Et qu’aurions-
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
10qu’il fond sur l’homme impuissant et ravi pour le consumer d’un feu pur ; et qu’il est plus fort et plus vrai que le bonheur, la
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
11asse mon Seigneur, criant : l’amour de l’Amour me consume, je m’unis à l’Amour, enivré d’amour. [p. 176] Dans les flammes, je b
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
12mais, jamais ne pourra s’éteindre… Pourquoi ne me consume-t-il point ? Dante de même : Amour qui, dans ma pensée, me parle de m
13torture délicieuse », du mal aimé, du plaisir qui consume : Ô tendres, angéliques étincelles, béatitudes De ma vie où s’allume
14De ma vie où s’allume le plaisir Qui doucement me consume et détruit. (Les Yeux de ma dame.) Ô mort vivante, ô mal délicieux
15it, pur feu céleste qui réchauffe et éclaire sans consumer, toute la félicité ineffable de la vie supérieure, germée au plus sec
11 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
16 joie suprême » d’Isolde agonisante. Fidélité qui consume la vie, mais qui consume aussi la faute, et divinise un moi purifié,
17agonisante. Fidélité qui consume la vie, mais qui consume aussi la faute, et divinise un moi purifié, « innocent » ! De ces ori
18ns [p. 338] l’ascension interminable du Désir qui consume la vie, mais ici-bas, dans l’obéissance à la Parole. ⁂ Et qu’aurions-
12 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
19t comme délivrés De leur frein naturel. Sa vie se consumait. (Traduction Bossert.) Les trois derniers vers sont une parfaite con
13 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
20rince de ce monde L’acte d’orgueil éblouissant et consumant, qui transforma l’Ange de Lumière en Ange et Prince des Ténèbres, l’a
14 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
21oppose aussi les œuvres d’hommes où sa part a été consumée. Je lui oppose le bleu du ciel. Le bleu des ciels que j’ai aimés. Le
15 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
22me celui de Goethe. « On a peur que son feu ne le consume », écrit un de ses amis, vers ce temps. « Goethe vit sur un perpétuel
16 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
230 avril, il n’est plus. « Pareil au cierge qui se consume d’autant plus vite qu’il a mieux éclairé — écrit un chroniqueur du te
17 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
247] véritablement partagée, de celles où l’être se consume et se consomme en s’engageant, nous donne les Hauts de Hurlevent. Mai
18 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
25être une aube, et la frange de cet éclat qui doit consumer toute chair. Dans cette lueur suspecte, risque un jour d’apparaître l
19 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
26e jette pour y trouver de nouveaux prétextes à se consumer glorieusement, à défier la morale du Jour au nom de la mystique de la
27ur interdit qui les exile de la communauté et les consume sans les unir vraiment, on aura reconnu les grands moments du Mythe.
20 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
28e jette pour y trouver de nouveaux prétextes à se consumer glorieusement, à défier la morale du Jour au nom de la mystique de la
29ur interdit qui les exile de la communauté et les consume sans les unir vraiment, on aura reconnu les grands moments du Mythe.
21 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
30e Dante dit avoir contemplées au prix de sa vue « consumée » : … mais déjà mon désir et ma volonté étaient mus — comme une roue
22 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
31ères anciennes, mais qui de ce fait risquaient de consumer par ce feu ancien le nouveau système de l’univers. Des adeptes plus a
23 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
32ers tous ceux qui souffrent et combattent doit se consumer en un cercle et tomber ; que la Sainte-Alliance des nations est le bu
24 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
33u’il recouvrira toute la statue de l’Empereur qui consuma sa vie dans les camps, les expéditions, et sur les champs de bataille
25 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
340 avril, il n’est plus. « Pareil au cierge qui se consume d’autant plus vite [p. 211] qu’il a mieux éclairé — écrit un chroniqu
26 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
35pas du tout » de la comptine. Comme si son ardeur consumait l’image d’un être aimé dans le rêve de la drogue (« S’il m’aime, c’es
27 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
36rtie finale où les déchets de l’être lentement se consument — dans ce ravin de la Géhenne dont nous parlent les Évangiles, et qui
37’entretient Dante ! Mais par cette action même de consumer les ambitions qu’il ne cesse d’attiser, et nos égoïsmes avec elles, i
38reaux au moins autant que chez les criminels. 2. Consumer le mal par son excès fut la recette du salut dans la secte des Carpoc
39r dans le feu perpétuel du ravin Gé-Hinnom, où se consument les détritus de la ville sainte. « Deviens ce que tu es ! » dit la pa