1 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
1 de l’activisme européen une sorte de tempérament continental ? Ou quelque influence indirecte de l’ambition chrétienne définie par
2 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
2 de l’activisme européen une sorte de tempérament continental ? Ou quelque influence indirecte de l’ambition chrétienne définie par
3 1946, Lettres sur la bombe atomique. 18. La paix ou la mort
3 de raz-de-marée, ni d’autres accidents d’ampleur continentale. Admettons que notre globe dure longtemps encore, et que la guerre mi
4 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
4 ce serait exalter le nationalisme aux dimensions continentales. Ce qu’il nous faut demander, et obtenir, nous tous, c’est que les na
5 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
5bilité de transposer ses institutions à l’échelle continentale, je répondrai que l’objection est valable si l’on ne s’attache qu’aux
6 Grands » s’arroger l’initiative d’une fédération continentale ou mondiale. L’échec de Napoléon, puis celui d’Hitler, dans leurs ten
6 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
7it le Congrès de La Haye. Et certains socialistes continentaux, suivis de certains hommes en dehors des partis, ont déclaré que l’ab
8e de qui ? Peut-être de Churchill et de la gauche continentale ? Ou des vieux hommes d’État et des générations formées pendant la Ré
9tre tirées que plus tard et ailleurs. ⁂ La presse continentale dans son ensemble a parlé du Congrès de l’Europe comme d’un congrès [
10uestion de proposer à La Haye. Parmi les délégués continentaux, l’opposition n’était ainsi que du moins au plus, de la prudence au d
11res aux initiatives dispersées (tactiquement) des Continentaux. L’opposition peut être résumée en deux répliques, que j’ai notées lo
12au lendemain du Congrès de La Haye : — Pour nous, Continentaux, c’est l’Europe qui est en jeu. Pour les Anglais, c’est tout d’abord
13] trop cela, de n’être pas trop précise, pas trop continentale… Cette description paraîtra dure ou même injuste à beaucoup de mes am
14’y puis rien : elle résume l’opinion de la presse continentale au lendemain du Congrès de La Haye. Aux Anglais de la corriger, si el
15t satisfaits de leur gouvernement. La plupart des continentaux — petits pays à part — ont d’autres expériences… Le projet Reynaud tr
7 1948, Esprit, articles (1932–1962). Thèses du fédéralisme (novembre 1948)
16 ce serait exalter le nationalisme aux dimensions continentales. Ce qu’il nous faut demander, et obtenir, nous tous, c’est que les na
8 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
17rsaires et des alliés inattendus. Les socialistes continentaux seront des premiers, et les conservateurs britanniques des seconds. O
9 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
18on de l’autonomie, et le service de la communauté continentale. Ce sera la perpétuelle interaction de l’intérêt local et de l’intérê
10 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
19cle marquent une période de crise (blocus [p. 93] continental, puis multiplication des douanes et taxes intérieures). Vers 1830, le
11 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
20 propose les plans d’une fédération de dimensions continentales. [p. 181] Le paradoxe, pourtant, n’est qu’apparent. La Suisse fédéra
12 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
21parts, ne peut pas s’appuyer sur des institutions continentales, elle va se désintégrer, et avec elle non seulement nos nations et le
13 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
22ations cloisonnées, dans l’ère des grands empires continentaux, des grands marchés, et de la stratégie mondiale. Nous nous sentons,
14 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
23ations cloisonnées, dans l’ère des grands empires continentaux, des grands marchés, et de la stratégie mondiale. Nous nous sentons,
15 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur Suez et ses environs historiques (octobre 1956)
24des civilisations. Deux politiques La politique continentale a dominé pendant des millénaires l’immense espace ouvert qui va de l’
25Quand elle revient à sa politique traditionnelle, continentale et asiatique, Moscou reprend son rôle central. La crise de Suez trouv
16 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). François Fontaine, La Nation frein (juin-juillet 1956)
26ne est devenue le continent. C’est pour un marché continental que le mineur extrait le charbon, que le paysan moissonne son blé. Il
17 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
27pose le phénomène nation à l’échelle d’une Europe continentale qui serait moins unie qu’unifiée. Or c’est précisément l’analogie ent
18 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (I) (août 1958)
28 nationalisme qui a pour projet de rompre l’unité continentale et de transformer l’Europe, jadis reine de la Terre, en une poussière
29on de la France à une formule fédéraliste d’union continentale. Ici, la contradiction n’est pas seulement dans les mots. Il s’agit d
19 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le vocabulaire politique des Français (novembre 1958)
30alisme uniforme ou fédéralisme, cadre national ou continental, autonomies locales et plans de production, etc. Les grands critères
20 1960, Preuves, articles (1951–1968). Les incidences du progrès sur les libertés (août 1960)
31 entre les représentants des cinq ou six cultures continentales qui vivent dans le monde d’aujourd’hui : leurs confrontations amicale
21 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.1. Proto-histoire d’un continent sans nom
32. Leur empire décentralisé, leur vague fédération continentale, liée par le culte druidique, préfigure comme en négatif l’Europe à v
33 marquer le début de la fusion séculaire du monde continental et du monde méditerranéen. Et cette fusion fera l’Europe 3 . [p. 12]
22 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
34par le dieu mâle qui règne sur l’Olympe des Grecs continentaux : le grand masque d’or retrouvé sous les ruines de Mycènes, un Zeus s
35 celui de Zeus dans le monde égéen, dans la Grèce continentale. Et voici le moment où le génie grec s’en empare pour le faire entrer
23 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
36s la plus haute époque une « utopie » de l’Europe continentale, très comparable à l’utopie qui animera Christophe Colomb, prenant po
24 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
37mière fois dans notre ère, désigne une communauté continentale, celle qui englobe dans un même destin de défense contre un même enne
25 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
38 esquisse pour la première fois une Confédération continentale, limitant expressément les souverainetés nationales tout en garantiss
26 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
39omique au moment où sombre l’idée du Saint-Empire continental. Elles déplacent les foyers créateurs de notre civilisation vers les
40tuelle, c’est-à-dire des trois quarts de l’Europe continentale, tandis que les conquistadores vont lui apporter les titres de souver
27 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
41nom de l’Europe, pas un seul plan sérieux d’union continentale n’est sorti de la Révolution, du moins en France et cela s’explique.
42ut-il mêler toutes nos diversités en un seul État continental ? Gentz ne peut y croire. Mais il ne croit pas davantage à la solutio
28 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
43s ou rénovées, qui forment presque toute l’Europe continentale au milieu du xixe siècle, l’Espagne garde une position sans équivoqu
44, la paix ? La République d’Europe, la Fédération continentale, il n’y a pas d’autre réalité politique que celle-là. Les raisonnemen
29 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.2. Crépuscule ou nouvelle aurore ?
45uire une grande nation avec le groupe des peuples continentaux relèverait le pouls de l’Europe. Celle-ci recommencerait à croire en
30 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
46, le découragement qui pèse aujourd’hui sur l’âme continentale ressemble beaucoup à celui de l’oiseau à grandes ailes qui, en battan
47 ce qu’il pense, et qui lui vient des autres pays continentaux, cet homme serait terrifié. Il verrait qu’il ne lui est pas possible
31 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
48traditions différentes : orientales et nordiques, continentales et maritimes, individualistes et communautaires, rationalistes et mag
32 1963, Preuves, articles (1951–1968). Une journée des dupes et un nouveau départ (mars 1963)
49Europe va droit à notre cœur. Parlant de l’Europe continentale, Jan Nairn écrit : « These peoples are my peoples. » (Je renonce à tr
33 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
50me temps préservée. Le grand réseau des relations continentales et nos petits réseaux serrés de relations cantonales et communales co
34 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
51 dans la conjoncture d’aujourd’hui et à l’échelle continentale. Les uns dénoncent l’absurdité des barrières intérieures et l’absence
35 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
52 pour rejoindre immédiatement les grands courants continentaux ; parfois pour les déterminer. Condamnés à l’Europe en quelque sorte 
36 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
53me temps préservée. Le grand réseau des relations continentales et nos petits réseaux serrés de relations cantonales et communales co
37 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vingt langues, une littérature (mai 1967)
54tuée cette ville. En revanche, les styles étaient continentaux, et sont devenus mondiaux au xxe siècle : roman, gothique, classique
38 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
55i grand appareil. Ainsi les unionistes (la droite continentale et le Labour) avaient eu leur Conseil de Strasbourg ; les économistes
56a réalité occidentale : autorité et liberté, plan continental et initiatives régionales, union nécessaire à la force et respect des
39 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
57es États-nations devraient se fédérer à l’échelle continentale ; et parce qu’ils sont trop grands, ils devraient se fédéraliser à l’
58 l’âge de l’union des nations et des intégrations continentales, vous vous préoccupiez d’abord de créer dans votre nation une région
59 dimensions : petite patrie originelle et culture continentale, idéal national et religion universelle, cité régionale et cité europ
60anche que la région articulée dans une fédération continentale a) retrouve sa vocation particulière jadis réduite ou supprimée par l
61sibilités de participer à des tâches plus vastes (continentales, mondiales). II apparaît ainsi que le fédéralisme politique — cas par
40 1969, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La région n’est pas un mini-État-nation (hiver 1969-1970)
62considérée (niveau municipal, régional, national, continental ou mondial) ; 3° à admettre une pluralité d’appartenances ou d’allége
63au niveau communal, régional, national-fédéral et continental. c) Le niveau des fédérations nationales de régions ouvre un autre ch
41 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
64mplacera, ce sont d’une part la grande fédération continentale et ses agences spécialisées [p. 13] remplaçant les gouvernements, d’a
42 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
65êta sa grande voix traînarde à l’idée d’une union continentale. Mais ces premières ferveurs devaient bientôt se perdre dans la rumeu
66ur pied, contre vents et marées, des institutions continentales et de les faire admettre par les États, nous n’étions qu’une poignée
43 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
67’Europe unie d’instruments de travail à l’échelle continentale.il faut aussi former les jeunes hommes qui deviendront les porteurs d
44 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.4. À la Table Ronde du Conseil de l’Europe
68ations cloisonnées, dans l’ère des grands empires continentaux, des grands marchés, et de la stratégie mondiale. Nous nous sentons,
45 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.5. Pronostics 1969 (une interview)
69isse considérer est une civilisation de dimension continentale. Nous parlons de culture française, de culture allemande, cela n’exis
46 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.2. Le civisme commence au respect des forêts
70t la réalité des solidarités de fait, à l’échelle continentale, entre communautés régionales et locales. Libre à des hommes politiqu
71prévenues ou maîtrisées qu’à une échelle au moins continentale. Deux exemples : — La pollution du Rhin qui affecte la Hollande : ell
47 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.7. Pour une politique de la recherche
72d’un immense effort d’éducation. Une civilisation continentale, ou une fédération de peuples embarqués pour un même destin, qui négl
48 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.9. L’Europe, l’été…
73nt prouvé en s’associant sous le signe de l’union continentale. ⁂ Depuis un siècle et demi, les nations se sont multipliées et elles
49 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.11. L’Europe des régions
74blèmes qui intéressent tous les hommes. Une unité continentale est à cet égard indispensable. La région Si donc on veut unir l’Eu
50 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.12. Fécondité des études régionales
75is nous démontrent qu’il n’y a pas de rayonnement continental ou planétaire sans foyers locaux, mais aucun ne s’arrête aux nations,
76mètres nationaux, remplacés par une planification continentale à base d’unités régionales en interdépendances globales. Dans tous ce
51 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
77n experte des États. Nous voulions une fédération continentale, politique, culturelle, sociale, économique, c’est-à-dire une Europe
78ntières, la conscience d’une communauté de destin continentale ont progressé dans les esprits (des jeunes surtout), cela me paraît i
79tes sont en interaction. Faute d’une concertation continentale, leurs effets se traduiraient par une épidémie de neutralisations réc
52 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
80rastes entre Allemands et Français, Insulaires et Continentaux, Suédois et Grecs (pour ne parler que de géographie, d’histoire récen
81avec l’homme d’une seule nation du grand complexe continental dont il révèle ainsi qu’il fait partie par le seul fait qu’il le cont
82le ne nous devient intelligible que dans le cadre continental de son évolution trimillénaire, et non pas dans le cadre des États-na
83tuée cette ville. En revanche, les styles étaient continentaux et sont devenus mondiaux au xxe siècle : roman, gothique, classique,
84commune et entreprise, région, nation, fédération continentale…) Les problèmes vivants et réels de l’Europe, telle qu’elle est aujou
53 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
85ral de convergence inspire les mouvements d’union continentale qui créent le Conseil de l’Europe et le Marché commun, puis leurs con
86 en bas, d’une part [p. 111] vers des fédérations continentales et d’autre part vers un fédéralisme régional. La victime de ce double
87 correspondante (communale, régionale, nationale, continentale ou mondiale, selon les cas), il ne reste qu’à désigner le niveau de c
88evenir les unités de base de la future fédération continentale, en lieu et place des États-nations constitués au xixe siècle. On s’
54 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
89les régions) ou plus vastes (comme une fédération continentale). À l’intérieur de ses frontières, qu’il déclare naturelles contre to
90 autres, alors il faut créer un Super-État-nation continental, uniformisé, centralisé et agressif, comme la France de Napoléon, et
91sposition de la formule d’État-nation à l’échelle continentale, serait capable sans nul doute de créer une Europe très forte, mais q
92me. Il faut mettre en commun à l’échelle fédérale continentale tout ce qui est nécessaire pour garantir les autonomies de tous ordre
55 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
93es États-nations devraient se fédérer à l’échelle continentale ; et parce qu’ils sont trop grands, ils devraient se fédéraliser à l’
94 l’âge de l’union des nations et des intégrations continentales, vous vous préoccupiez d’abord, à Aix, de créer une métropole locale.
95 dimensions : petite patrie originelle et culture continentale, idéal national et religion universelle, cité régionale et cité europ
96anche que la région articulée dans une fédération continentale : a) retrouve sa vocation particulière jadis réduite ou supprimée pa
97sibilités de participer à des tâches plus vastes (continentales, mondiales). Il apparaît ainsi que le fédéralisme politique — cas par
98e cette tâche — municipale, régionale, nationale, continentale ou mondiale — et fixer à ce niveau les pouvoirs de décision ; 3° à ad
99 de la commune et de l’entreprise jusqu’au niveau continental : là, des Agences fédérales, du type de la Communauté de Bruxelles, e
100 les relations globales avec d’autres fédérations continentales. (On notera que je ne parle pas de relations ou d’affaires « étrangèr
101s pillards, et tant qu’il n’y aura pas, au niveau continental, une autorité politique fédérale. Quelles relations existent, ou sont
102u niveau communal, régional, national, fédéral et continental. Le niveau des fédérations « nationales » de régions ouvre un autre c
56 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte, suite et fin
103 d’offrir à chacun de ses membres un grand marché continental, pourquoi parler de « conquête » dans le seul cas des Anglais, quand
57 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
104ral de convergence inspire les mouvements d’union continentale qui créent le Conseil de l’Europe et le Marché commun, puis leurs con
105t et par en bas, d’une part, vers des Fédérations continentales et, d’autre part, vers un fédéralisme régional. La victime de ce doub
106 correspondante (communale, régionale, nationale, continentale ou mondiale, selon les cas), il ne reste qu’à désigner le niveau de c
107erme — les unités de base de la future Fédération continentale, en lieu et place des États-nations constitués au xixe siècle. [p. 
58 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
108e les Régions ou plus vastes comme une Fédération continentale. À l’intérieur de ses frontières, qu’il déclare naturelles contre tou
109 autres, alors il faut créer un super État-nation continental, uniformisé, centralisé et agressif, comme la France de Napoléon, et
110sposition de la formule d’État-nation à l’échelle continentale, serait capable sans nul doute de créer une Europe très forte, mais q
111me. Il faut mettre en commun à l’échelle fédérale continentale, tout ce qui est nécessaire pour garantir les autonomies de tous ordr
112 les relations globales avec d’autres Fédérations continentales. Et vous noterez que je ne parle pas de relations ou d’affaires étran
59 1970, Preuves, articles (1951–1968). Dépasser l’État-nation (1970)
113les Régions) ou plus vastes (comme une Fédération continentale). À l’intérieur de ses frontières, qu’il déclare naturelles contre to
114 autres, alors il faut créer un super État-nation continental, uniformisé, centralisé et agressif, comme la France de Napoléon, et
115sposition de la formule d’État-nation à l’échelle continentale, serait capable sans nul doute de créer une Europe très forte mais qu
116me. Il faut mettre en commun à l’échelle fédérale continentale, tout ce qui est nécessaire pour garantir les autonomies de tous ordr
117 les relations globales avec d’autres Fédérations continentales. Et vous noterez que je ne parle pas de relations ou d’affaires « étr
60 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
118t. Ce qui suppose nécessairement : une Fédération continentale dont les régions seront les unités de base. Je l’avais écrit dès 1940
119stacle à l’union de nos peuples par la fédération continentale des régions est d’ordre culturel, éducatif ; il est dans nos manuels
120ux communautaires (de la municipalité aux agences continentales en passant par les régions) traduisent ces options générales — et c’e
61 1972, Penser avec les mains (1972). Préface 1972
121ommunes, régions à géométrie variable, fédération continentale ouverte au monde. V Un traité de la pensée engagée Ceux qui ne croi
62 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
122cette interaction perpétuelle des grands courants continentaux, et des foyers locaux et régionaux de création. Dans ce jeu entre gra
123ges communautaires, de la commune à la fédération continentale, puis mondiale. L’État supérieur (fédération nationale ou continental
124ndiale. L’État supérieur (fédération nationale ou continentale) doit garder un rôle d’impulsion, de concertation, et de contrôle (au
125les réalités, dans ce domaine, sont régionales et continentales, mais non pas stato-nationales. (Ex. : il ne s’agit pas de savoir si
126omie d’une manière équilibrée, au sein du système continental d’échanges, de concentrations et de spécialisations.) b) Les régions
127lon régional d’abord, [p. 78] mais aussitôt après continental, il en va de même pour l’écologie : que la pollution ne connaisse pas
128 ou éducatifs — sont liés en fait à des problèmes continentaux. Une commune, une région, n’ont pas les moyens de recherches requis,
129un de ces domaines : ces moyens sont de dimension continentale. (Ainsi le CERN et le Super-CERN près de Genève, réalisent au service
130ures jugées nécessaires au terme des recherches « continentales » est bel et bien locale. Exemple : sauver le Léman suppose des reche
131s recherches théoriques qui relèvent de l’échelon continental, mais sont d’exécution typiquement régionale et transfrontalière. En
132décentralisation des entreprises, entre l’échelon continental et le régional. Nous pouvons donc imaginer le modèle suivant d’une Eu
133= foyers locaux de création initiant des courants continentaux cela va donner : Europe politique = régions autonomes composant une
134ique = régions autonomes composant une fédération continentale. Voici donc le modèle fédéraliste de l’Europe que je préconise : la c
63 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
135eaux, des sols, catastrophes écologiques, famines continentales, — accroissement rapide de l’écart entre le niveau de vie dans le Tie
136se faire. Et nous voyons qu’elles sont d’une part continentales, bien au-delà des nations, d’autre part locales et régionales, bien e
137s partout où les tâches se révéleraient d’échelle continentale — et là, seulement. De telles agences existent déjà : CERN à Genève p
138 : l’État-nation trop petit appelle la fédération continentale ; trop grand, il appelle les régions. Ces deux tendances, loin de se
139 appellent des solutions régionales dans un cadre continental. — enfin, les problèmes de l’enseignement aux trois degrés, de la for
140rconstances propres, mais dans le cadre d’un plan continental, ou si l’on préfère, d’une concertation continentale. Rien n’empêcher
141ntinental, ou si l’on préfère, d’une concertation continentale. Rien n’empêchera que les mêmes assemblées nomment, dans leur sein ou
142s transports, de l’énergie, des plans écologiques continentaux, des recherches scientifiques, de la coopération universitaire, des r
143 s’occupe des recherches nucléaires de dimensions continentales, ou encore comme le Marché commun à Bruxelles s’occupe de coordonner
144our franchir la dernière étape vers la Fédération continentale, il suffira sans doute d’élire alors un véritable Parlement européen
145régionales ou communales, dans le cadre des plans continentaux. Que faire ? En ce point, vous allez me poser deux questions : À la
64 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
146nt, va se transmettre aux Mycéniens et à la Grèce continentale. Le peuplement de l’Europe s’est produit à partir du Nord (Scythes, D
147 plus pauvres du Tiers Monde, 2°) par des famines continentales, 3°) par la pollution des océans, et 4°) par la criminalité internati
148us destructeurs qu’auraient sans elle les famines continentales ou une diminution catastrophique de l’oxygène par suite de la mort du
65 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
149des super-grands, prévu pour une échelle au moins continentale, ruine les prétentions de nos « souverainetés » (et les efforts pathé
66 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
150 tous les problèmes écologiques ont une dimension continentale, et même mondiale dans bien des cas — qu’il s’agisse des fleuves ou d
151ns une communauté donnée. Ces Bilans régionaux et continentaux, mondiaux, prendraient en compte par exemple : — côté gains : le nom
152 organisateur. Les prochaines guerres d’envergure continentale seront provoquées par les conflits entre l’Occident et le Tiers Monde
153nations devraient [p. 114] se fédérer à l’échelle continentale ; et parce qu’ils sont trop grands, ils devraient se fédéraliser à l’
67 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
154iècle, les sociologues, la plupart des historiens continentaux, et les juristes du xxe siècle, [p. 224] nous est aujourd’hui présen
155 bras) aux pouvoirs de niveau local, régional, ou continental, dont il devait rester le serviteur. Le pire État est celui qui préte
156, la nationale peut-être encore pour un temps, la continentale à coup sûr pour demain, et la mondiale dès aujourd’hui pour la sauveg
68 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
157outes les frontières dites nationales, solidarité continentale, cette formule dynamique du fédéralisme intégral trouve ici sa premiè
69 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
158des Régions, d’une part, et des Agences fédérales continentales, d’autre part, facteurs d’information, donc de néguentropie. La lut
159ppelle la Région, la Région appelle la Fédération continentale. Je crois bien n’avoir plus à démontrer que l’Europe des États n’est
70 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
160 aux problèmes dont l’ordre de grandeur s’annonce continental (climats, matières premières, monnaies, grandes voies de communicatio
161vitaux), ils demandent l’intervention d’autorités continentales, dont on a vu qu’elles ne pourront se constituer que sur la base des
162, les études régionales financées et la politique continentale élaborée. [p. 303] Hiérarchie des motifs Le motif ethnique ou lingui
71 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
163a nécessité d’un organisme qui assumerait au plan continental la concertation politique, l’arbitrage entre les Régions, et leur inf
72 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
164e ou déléguée. Au niveau des tâches que l’on dira continentales en vertu de leurs dimensions physiques et financières ou de l’ampleur
165t. Ce qui suppose nécessairement : une Fédération continentale dont les Régions seront les unités de base. Je l’avais écrit dès 1940
166ux communautaires (de la municipalité aux Agences continentales en passant par les Régions) traduisent ces options générales — et c’e
167dans le cadre d’une concertation ou planification continentale. Rien n’empêchera ces Assemblées de faire appel à des compétences rec
168ale, entre les Régions autonomes et la Fédération continentale. Quant à « la France », à « l’Allemagne », à « la Suisse », comment d
169our franchir la dernière étape vers la Fédération continentale, il suffira sans doute alors d’élire un véritable Parlement européen
170ment de nos stato-nationalismes par la Fédération continentale ; d’un dépassement de la croissance à tout prix par des formules d’éq
73 1977, Foi et Vie, articles (1928–1977). Pédagogie des catastrophes (avril 1977)
171ment de nos stato-nationalismes par la Fédération continentale ; d’un dépassement de la croissance à tout prix des formules d’équili
74 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
172ales, et qui appellent donc des solutions d’union continentales ou régionales, au-delà et en deçà de nos États-nations. [p. 15] A.
173solutions qu’appellent des menaces planétaires ou continentales dépassent à l’évidence la capacité de chacun de nos États, tant pour
174», ne fait pas le poids devant les grandes unions continentales que sont l’URSS et les USA. Il est bien clair que le nombre des habit
175 et créativité. Faute de concertation à l’échelle continentale, et faute d’institutions communes de type fédéral, nos États-nations,
75 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
176niveau suprarégional ou national voire mondial ou continental ; des processus de solidarité restent à établir ou à maintenir, car l
76 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. III. L’environnement
177 où une solution communautaire (transfrontalière, continentale ou planétaire) aux menaces de pollution les plus courantes 22 ou les
178es ne deviendront possibles qu’au prix de l’union continentale de nos pays. La première mesure générale indispensable étant de norma
179de mesure générale étant de confier à des agences continentales la distribution des tâches écologiques, selon leurs dimensions, tantô
180b) La formation d’agences fédérales de compétence continentale, seules capables de planifier des mesures de très grandes dimensions 
181s souvent, selon leur nature et leurs dimensions, continentales, transfrontalières ou régionales. Changer de cap Certes, il n’est p
77 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
182s Régions comme éléments de base de la Fédération continentale. En même temps que l’on crée à Bruxelles une « Direction générale de
183s désespérée, pour entrer dans un grand mouvement continental de renouveau. À ces congrès patronnés par les organisations intergouv
184ussi à toute intégration dans l’ensemble européen continental (fédération externe), il devient évident que la Région et la Fédérati
185ion apparaît comme le préalable à toute formation continentale d’une véritable Europe des Régions. Car il n’est guère possible de fé
78 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. VII. Programme pour les Européens
186leurs de ressources naturelles. Créer des réseaux continentaux et régionaux [p. 162] de communication au service de la participation
187 ne pouvons échapper à ce dilemme que par l’union continentale, c’est autant dire : en adoptant les formules fédérales, les seules q