1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1le stade, se rendra mieux compte à distance de la contradiction sur laquelle est bâtie son œuvre. L’intéressant sera de voir ce qu’il
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
2e et le désespoir (c’est l’amour), et, déchiré de contradictions, tire du désordre de ses certitudes fragmentaires la matière de quelq
3 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
3s stades où je connus quelle confiance sourde aux contradictions intimes exige un acte victorieux. Autour de cette brutalité s’organis
4 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
4s exigences effectives ; et ces exigences sont en contradiction avec celles que le développement de la technique impose au monde mode
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
5s de l’observation des enfants, c’est-à-dire : en contradiction sur toute la ligne avec l’enseignement officiel. Les promoteurs de ce
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
6et de ses actes ; dans une âme responsable de ses contradictions. Sans doute, la psychologie moderne a-t-elle montré que l’homme était
7 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
7e pour lui, penser n’est pas se débattre dans ses contradictions [p. 642] personnelles, parlementarisme intérieur qui nous mène lentem
8 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
8ce du sentiment, nous trouvons invariablement une contradiction interne, une séparation, quelque chose qui fait défaut et quelque cho
9 la vie est manque et compensation de ce manque ; contradictions et dépassement de ces contradictions 2 . Le monde latin, en tant que
10 ce manque ; contradictions et dépassement de ces contradictions 2 . Le monde latin, en tant que latin, étant un monde de l’unité (en
9 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
11sseurs allemands, et cependant, par une apparente contradiction, la mentalité du bourgeois de ce pays est puissamment réaliste. J’en
10 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
12y peut contenter de vraisemblance. La monstrueuse contradiction ! Comme s’il n’était pas bien pire de commettre un acte qui vous lais
13rétendre quelque chose. » 1 Cette « monstrueuse contradiction » règne au cœur du monde moderne, et la « pensée » bourgeoise a réuss
14Kierkegaard, après avoir formulé la « monstrueuse contradiction » moderne, conclut par un renversement soudain : « Cela ne viendrait-
11 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
15dent des principes fondamentaux du régime sont en contradiction formelle avec les actes juridiques déduits par voie de faits — si l’o
12 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
16t de la révélation. La Croix, signe éternel de la contradiction et de l’« agonie », est au centre du monde chrétien, parce qu’elle es
13 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
17’âme, une forme cruciale, c’est-à-dire une de ces contradictions essentielles, en signe de croix, qui sont la marque même de la réalit
14 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
18 du paradoxe détendu ; ou si l’on veut, c’est une contradiction intérieure dont les deux termes, faute d’être assumés sur le plan com
15 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
19je devais parler à des hommes aux prises avec les contradictions inouïes de la vie, et leur parler du message non moins inouï de la Bi
20qui se pose comme une nouvelle énigme en face des contradictions de la vie. Souvent ces deux grandeurs, la vie et la Bible, m’ont fait
16 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
21s le voyons lourdement se débattre dans une amère contradiction : labeur forcé ou inaction. Et tout devient prétexte à récriminations
17 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
22ution humaine. Cette sagesse dit oui à toutes les contradictions du monde. Elle les assume dans une vue sobre et courageuse et cherche
23tion à une unité supérieure qui harmoniserait les contradictions absolues n’est qu’un attentat métaphysique contre l’éthique ». Il s’a
18 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
24garre universelle. Je vois bien le désordre et la contradiction. L’argent règne sur notre monde, comme une puissance occulte et pourt
19 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
25nir l’élan révolutionnaire originel. Telle est la contradiction centrale du marxisme : les fins qu’il veut atteindre, qui sont la lib
20 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
26t de la révélation. La Croix, signe éternel de la contradiction et de l’« agonie », est au centre du monde chrétien, parce qu’elle es
21 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
27la divergence plus profonde, l’ultime et cruciale contradiction des deux religions, celle qui concerne le sens total de la vie terres
22 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
28e une personnalité. Que peut bien signifier cette contradiction affligeante ? Je serais heureux que la question vous ait paru curieus
23 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
29ivants. Nous le voyons se débattre dans une amère contradiction : labeur forcé ou inaction. Et tout devient prétexte à récriminations
24 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
30garre universelle. Je vois bien le désordre et la contradiction. L’argent règne sur notre monde, comme une puissance occulte et pourt
25 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
31 le contraire d’un autre. » Car l’apparence de la contradiction nous oblige à choisir, fait à la foi sa place, nous contraint à l’ori
26 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
32 première rencontre avec Dandieu, par l’apparente contradiction entre sa face et son profil, je veux dire par la tension que son visa
27 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
33res que des rapports distants et virtuels est une contradiction in terminis. [p. 377] L’aspect communautaire de la personne, en véri
28 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
34i incapables d’y atteindre, si aveuglés sur leurs contradictions ? N’étaient-ils pas, bien plus que nous, capables de voir dans les co
35as, bien plus que nous, capables de voir dans les contradictions mêmes d’un récit, la marque de la vie et des passions ? Prenons, à pe
29 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
36utorité centrale qui donnerait la synthèse de ces contradictions. La vie chrétienne est pleine de contradictions, elle aussi, mais Pau
37s contradictions. La vie chrétienne est pleine de contradictions, elle aussi, mais Paul les a toutes rassemblées dans une formule uniq
30 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
38. Son œuvre nous apporte un dossier exhaustif des contradictions révoltantes qui figurèrent la bonne conscience d’une élite, et par là
39ires : Kierkegaard, dans ce même siècle. Mais les contradictions de Kierkegaard renvoient dans leur ensemble à l’unité suprême, celle
40ouffrance du chrétien soient sous-tendues par des contradictions destructrices de l’humain, créatrices du divin, c’est-à-dire de « l’h
41dans la forme du siècle présent. [p. 2] Mais les contradictions de Nietzsche ne renvoient justement qu’à cette forme du monde qui pro
31 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
42 elles de rapport appréciable de hiérarchie ou de contradiction. L’une ignore les fins de l’autre : il n’y a plus de fin commune. Ell
32 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
43ne, facilement énervée, puis indolente, pleine de contradictions en apparence, mais dans le fond et dans l’ensemble cynique, sceptique
33 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
44 peut contenter de vraisemblances. La monstrueuse contradiction ! Comme s’il n’était pas bien pire de commettre un acte qui vous lais
45rétendre quelque chose 77 . » Cette « monstrueuse contradiction » règne au cœur [p. 179] du monde moderne, et la pensée bourgeoise a
46tent bien incapables. Ainsi les confusions et les contradictions du monde qu’ils ont laissé se faire, tout ce dont on aime à se plaind
34 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
47n en morale. Après avoir formulé la « monstrueuse contradiction » qui règne au cœur du monde moderne 83 , constatation critique qu’on
48de toute éthique communautaire. Car si toutes les contradictions qui empêtrent nos vies et la vie des nations depuis cent ans restent
49 nous a montré dans chaque homme le Prochain. Les contradictions du monde ne peuvent pas être supprimées, et toutes les doctrines qui
50sespoir, la tyrannie ou l’amertume nihiliste. Les contradictions du monde figurent dans l’équation fondamentale de [p. 241] toute exis
51re. Le sens de notre liberté est défini par cette contradiction. Aux yeux de Dieu, notre acte est seulement restaurateur. À la mesure
35 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
52ine, facilement énervée puis indolente, pleine de contradictions en apparence mais dans le fond et dans l’ensemble cynique, sceptique
36 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
53 fond de la salle et demande « s’il n’y a pas des contradictions dans la Bible ». Suit une petite discussion tout à fait confuse et sa
54t évoque solitude. Je ne pense pas qu’il y ait là contradiction : les deux couples de mots désignent deux aspects d’un même mouvement
37 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
55ûre, l’arithmétique. Mais qui s’avise d’une telle contradiction ? Le gouvernement de la Troisième République, ce défenseur légal de l
38 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
56 fond de la salle et demande « s’il n’y a pas des contradictions dans la Bible ». Suit une petite discussion tout à fait confuse et sa
39 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
57aisanteries parfois grossières, de platitudes, de contradictions. Est-ce avec cela que s’est faite la Réforme ? D’autres, moins exigea
58ome, est simplement nié, comme une absurdité, une contradiction dans les termes. C’est à Érasme en tant que théologien que Luther s’a
40 1937, Esprit, articles (1932–1962). Retour de Nietzsche (mai 1937)
59rathoustra constituent le manuel le plus riche en contradictions tonifiantes qu’on ait jamais écrit à l’usage des créateurs : « Soyez
60ne font qu’un ». (Les deux sont justes.) ⁂ Sur la contradiction fondamentale qui constitue la tension la plus féconde de l’œuvre de N
41 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
61ûre, l’arithmétique. Mais qui s’avise d’une telle contradiction ? Le gouvernement de la Troisième République, ce défenseur légal de l
42 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
62et spécialement dans les cantons romands — est en contradiction constante avec notre neutralité, et ce qui est pire, avec la mission
43 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
63dictateurs fascistes ! Enfin la résultante de ces contradictions — (replis économiques dans le cadre de l’État-nation mais internation
44 1938, Journal d’Allemagne. Avertissement
64lisations opportunes. Ou pour mieux dire — car la contradiction dépend encore trop étroitement des préjugés qu’elle veut réduire — il
45 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
65u cynisme au tragique romantique, il n’y a pas de contradiction profonde, nous l’avons vu 95 . Dans les deux cas, il s’agit de s’évad
46 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
66l de vie harmonieuse ? Serrons de plus près cette contradiction, par un effort qui doit paraître déplaisant, puisqu’il tend à détruir
67le bonheur des époux ». D’où peut venir une telle contradiction ? Si le secret de la crise du mariage est simplement l’attrait de l’i
68ois une conscience assez claire pour qu’éclate la contradiction. Ainsi se trouvent mises à l’abri de la critique certaines réalités h
69n s’aperçoit que le Roman repose sur une série de contradictions énigmatiques. Une première remarque m’a frappé, faite en passant par
70courtois, est seule capable d’expliquer certaines contradictions frappantes du récit. Selon la thèse officiellement admise, l’amour co
71bjectif du Roman nous a fait pressentir certaines contradictions. L’hypothèse d’une opposition, que l’auteur eût tenté d’illustrer, en
72, nous a permis de surprendre le mécanisme de ces contradictions. Alors a commencé notre recherche du vrai sujet de la légende. [p. 5
47 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
73nce dans le mythe nous amène donc à constater une contradiction flagrante entre les doctrines et les mœurs. Serait-ce alors dans le f
74mœurs. Serait-ce alors dans le fait même de cette contradiction flagrante que résiderait l’explication du mythe ? 5. Contrecoup du
75? ⁂ Si telles sont bien les causes de la curieuse contradiction qui apparaît au xiie siècle entre les doctrines et les mœurs, une pr
76quer par les conditions où elle naquit, semble en contradiction absolue avec ces conditions » 24 . « Il est évident qu’elle ne reflèt
77 Ce qui explique pas mal d’erreurs, variations et contradictions chez les poètes influencés. D’où résulte qu’un surcroît d’information
78 du principe féminin. Ce qui ne peut qu’aviver la contradiction entre les idéaux (eux-mêmes en conflit !) et la réalité vécue. La psy
79s troubadours chez lesquels nous constatons cette contradiction ne s’en plaignent pas ! On dirait qu’ils ont trouvé le secret d’une c
80pper à l’inordinatio fondamentale du Siècle, à la contradiction tragique entre le Bien — qui ne peut être que l’Amour — et le Mal tri
48 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
81plus pur langage courtois. Mais voyez la curieuse contradiction ; auparavant, il voulait le repos, et maintenant il craint le mariage
82 qui enferme l’homme en soi… Je distingue dans la contradiction de Don Juan et de Tristan, dans la tension insupportable de l’esprit
83a tension insupportable de l’esprit qui vit cette contradiction parce qu’il subit la sensualité et désire l’idéal courtois, les donné
84ement de poser des jalons et de réduire certaines contradictions tout apparentes. On me pardonnera de ne point multiplier les preuves
85précisément du fait qu’il libère le public de ses contradictions intimes. En effet : point de roman sans obstacles. On les multiplie d
49 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
86ne toute tentative actuelle pour « résoudre » les contradictions qu’endurent tant d’hommes et de femmes dans leur mariage. Des synthès
50 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
87u cynisme au tragique romantique, il n’y a pas de contradiction profonde, nous l’avons vu, la gauloiserie n’étant pas moins que la pa
51 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
88t de la vie, un choc qui l’a laissé béant sur une contradiction irrémédiable entre la dure réalité et les désirs profonds du moi. Ble
89 se trahir ? Ainsi leur œuvre est à l’image de la contradiction vitale dont ils souffraient et d’où naissait leur désir angoissé de p
90e vocation, et trouvant là son unité en dépit des contradictions dont peut souffrir l’individu (c’est-à-dire l’être naturel). L’indivi
52 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
91ure déjà… tout cela est rempli de bizarreries, de contradictions, pressenties au siècle dernier, mais dont personne n’a osé proposer u
92Nous souffrons d’avoir été élevés dans une double contradiction. Romans, poèmes, musique, l’art et la littérature nous représentent l
53 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Directeurs d’inconscience (11 avril 1939)
93nce. Et leur succès c’est de nous délivrer de nos contradictions morales, par anesthésie collective. Voilà pourquoi des millions d’hom
54 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
94s une seule n’a su le retenir. Qu’importent les « contradictions » ! Ce n’est pas pour bâtir un système qu’il réfute, dénonce et détru
55 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
95e une personnalité. Que peut bien signifier cette contradiction affligeante ? Je serais heureux que la question vous ait paru curieus
56 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
96p de peine à concevoir qu’il y avait disharmonie, contradiction, entre son comité de bienfaisance, les intérêts de sa banque, et le m
57 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
97isse, telle que la traduisent nos journaux est en contradiction fréquente avec notre neutralité, et ce qui est pire, avec la mission
58 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
98d’autres traités plus anciens, qui se trouvent en contradiction avec l’évolution récente de l’Histoire. Elle proclame que les nations
59 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
99e libre des vocations. Pour la personne, point de contradiction de principe entre ces deux nécessités vitales : centralisation et aut
60 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
100même temps de vouloir en fonder un. Il y a là une contradiction flagrante : Si les partis reflétaient l’opinion du peuple entier, nou
61 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
101p de peine à concevoir qu’il y avait disharmonie, contradiction, entre son comité de bienfaisance, les intérêts de sa banque, et le m
62 1940, La Vie protestante, articles (1938–1978). De Luther à Hitler (15 mars 1940)
102isé que je suis, pour expliquer cette affligeante contradiction. D’autre part, où prend-on que Luther ait formé l’Allemagne moderne ?
63 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
103al où peut-être réside la cause des plus étranges contradictions qu’il subit ou qu’il entretient. (Jusqu’à masquer parfois de vraies f
64 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
104uel. De même les lois économiques sont souvent en contradiction avec les lois biologiques, etc. Or loin de s’effrayer et de [p. 29] s
105ire constamment placées devant des choix, dans la contradiction et la perplexité, le paradoxe, la tragédie. Tout cela suppose et pose
65 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
106ut vertige, il ne peut s’exprimer qu’en termes de contradiction. Jamais l’homme ne fut plus puissant, et jamais il ne s’est senti, en
107 Tristan et d’Isolde, ou des amants de Vérone. La contradiction torturante que souffre l’infini désir, séduit et arrêté par un être f
66 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable II : Le menteur (22 octobre 1943)
108e mensonge ordinaire n’était que l’omission ou la contradiction d’une vérité, qui subsistait ailleurs et nous jugeait encore. Mais le
67 1944, Les Personnes du drame. Introduction
109secrète, la cohérence intime, l’identité dans les contradictions qui trahit l’existence de la personne. ⁂ Il me semble que toute incar
68 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
110’âme, une forme cruciale, c’est-à-dire une de ces contradictions essentielles, en signe de croix, qui sont la marque même de la réalit
69 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
111t pas de nous. » Tant que je vis, je vis dans la contradiction, car la vie même est une contradiction. D’une part, il y a l’éternell
112is dans la contradiction, car la vie même est une contradiction. D’une part, il y a l’éternelle vérité, et de l’autre, la diversité d
113 ne résout rien, ou plutôt cela résout toutes nos contradictions dans le seul risque d’une dignité ou d’une indignité dont la mesure n
114 le contraire d’un autre. » Car l’apparence de la contradiction nous oblige à choisir, fait à la foi sa place, et nous contraint à l’
70 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
115même, en vue de certaines fins particulières. Les contradictions vexatoires que K. relève parmi les mesures adoptées par les fonctionn
116ires rappellent encore ce que Kierkegaard dit les contradictions de la Bible : nécessaires pour ménager la liberté de l’acte de foi, e
117, chez Kafka, presque physique, c’est risquer une contradiction dans les termes. La transcendance en soi, et par définition, échappe
71 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
118aisanteries parfois grossières, de platitudes, de contradictions. Est-ce avec cela que s’est faite la Réforme ? D’autres, moins exigea
119nome, est simplement nié comme une absurdité, une contradiction dans les termes. C’est à Érasme en tant que théologien que Luther s’a
72 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
120al où peut-être réside la cause des plus étranges contradictions que Gide subit ou entretient. (Jusqu’à masquer parfois de vraies fenê
121ssés, bref aux censures qui tendent à réduire les contradictions spontanées. Elle voudrait adopter une attitude d’accueillante imparti
122elle insinue que la morale est fausse, et que nos contradictions sont légitimes. Elle porte ainsi, malgré son intention, des jugements
123en au contraire, que de déclarer ses valeurs. Nos contradictions sont réelles, nos hiérarchies éthiques ne le sont pas moins, mais cel
124ons instinctives. Fixer, en les notant, certaines contradictions d’humeur, [p. 158] c’est parfois moins « se réciter » que se déformer
73 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
125t de la vie, un choc qui l’a laissé béant sur une contradiction irrémédiable entre la dure réalité et les désirs profonds du moi. Ble
126 se trahir ? Ainsi leur œuvre est à l’image de la contradiction vitale dont ils souffraient, et d’où naissait leur désir angoissé de
127e vocation, et trouvant là son unité en dépit des contradictions dont peut souffrir l’individu, c’est-à-dire l’être naturel. L’individ
74 1946, Lettres sur la bombe atomique. 11. Tous démocrates
128s et des industriels yankees. Ils se tirent de la contradiction en répétant : « hypocrisie anglo-saxonne ». [p. 68] Et les Yankees ri
75 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
129 Le rôle d’Hitler est de détruire. Il détruit les contradictions intolérables d’une Europe qui s’obstinait à parler de justice et de d
130 de l’homme » que certains nous proposent est une contradiction dans les termes, à moins qu’elle ne soit la formule de la religion to
76 1946, Réforme, articles (1946–1980). À hauteur d’homme (1er juin 1946)
131ique » et ses « nécessités » expliquent seules la contradiction. Je ne vois pas qu’elles la justifient.) Cette politique tourne à vid
77 1946, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique est-elle nationaliste ? (29 août 1946)
132uand cela lui chantait. Mais je m’avise ici d’une contradiction étrange. Il semble bien que ce sont les mêmes personnes qui vitupèren
133encore nos bars ! » ⁂ Autre exemple de cette même contradiction dans les jugements européens sur l’Amérique. On n’a pas épargné les c
78 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
134bien, cette petite phrase comporte à mon avis une contradiction dans les termes. Car comment pourrait-on se distinguer en imitant ? D
135millions de nos contemporains. C’était encore une contradiction. Car le héros est l’homme du grand courage, mais le plus grand courag
136. Et à mon tour, je me permettrai de signaler une contradiction dans les termes, quand vous parlez d’un héros inconnu… X. C’est bien
79 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
137e. Ses conventions sont la clarté et l’absence de contradiction. La seconde forme d’expression, ce serait celle dont j’essayais de vo
138C’est à partir du terme, encore une fois, que les contradictions s’éclairent et se résolvent, et non pas à partir d’éléments que j’aur
80 1947, Doctrine fabuleuse. 7. Angérone
139, c’est le signe physique, originel, de l’infinie contradiction que nous souffrons. Le désir divinise, l’acte rend à l’humain. L’amou
81 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
140s une seule n’a su le retenir. Qu’importent les « contradictions » ! Ce n’est pas pour bâtir un système qu’il réfute, dénonce et détru
82 1947, Doctrine fabuleuse. 10. La gloire
141 conclusions tout à fait claires : il y a trop de contradictions. Mais c’est ce qui peut intéresser. Une attitude aussi profondément a
83 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
142nd cela lui chantait. ⁂ Mais je m’avise ici d’une contradiction étrange. Il semble bien que ce sont les mêmes personnes qui vitupèren
143risie anglo-saxonne.) Autre exemple de cette même contradiction dans les jugements européens sur l’Amérique. On n’a pas épargné les c
84 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
144tes. Cet état de complexité, d’intrications et de contradictions, définit l’équilibre humain qu’on nomme Europe. Il conditionne aussi
145e et de la morale européenne, il y a l’idée de la contradiction, du déchirement fécond, du conflit créateur. Il y a ce signe de contr
146t fécond, du conflit créateur. Il y a ce signe de contradiction par excellence qui est la croix. Au contraire, à l’origine des deux e
147’homme typiquement européen : c’est l’homme de la contradiction, l’homme dialectique par excellence. Nous le voyons, dans ses plus pu
148 l’homme toutes les institutions. Cet homme de la contradiction (s’il la domine en création) c’est celui que j’appelle la personne. E
85 1948, Suite neuchâteloise. IV
149orité, de justes proportions et de raison gardée. Contradiction [p. 45] secrète de sa vie et source de sa vraie richesse. De là sa mo
86 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
150mmense de réalités, de réponses, de questions, de contradictions. Cette prodigieuse diversité peut angoisser. Mais elle est d’autre pa
87 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
151 l’animal par ses instincts. Sans problèmes, sans contradictions, sans dualité dans la conscience, donc sans aucune espèce de liberté
152. Je reviens à ce que j’écrivais sur l’absence de contradiction dans l’être intime de l’Asiatique : c’est une autre manière d’exprime
153t-il pas au contraire ce signe d’inquiétude et de contradiction, cette petite cicatrice secrète qui trahit l’arrachement de l’individ
88 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
154mmense de réalités, de réponses, de questions, de contradictions. Cette prodigieuse diversité peut angoisser. Mais elle est d’autre pa
89 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
155succomber. « Qui peut comprendre, écrit-il, cette contradiction de la douleur : ne point se révéler et faire mourir l’amour ; se révé
90 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
156rage, les autres la disent au point mort. Mais la contradiction n’est qu’apparente, car les deux jugements sont exacts. En effet, pou
91 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
157e, commune aux deux familles d’esprits. Devant la contradiction apparente entre l’exigence d’unir nos pays, et celle de sauvegarder l
92 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
158e, commune aux deux familles d’esprits. Devant la contradiction apparente entre l’exigence d’unir nos pays, et celle de sauvegarder l
159n’apercevant pas de différence sérieuse entre une contradiction dans les termes et une tension féconde dans les réalités, veulent sup
93 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (octobre-novembre 1954)
160Le moyen de décrire plus simplement ce vertige de contradictions ? Il y faudrait une parabole. En voici une. Il y avait une fois des d
94 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
161 un chaos sans cesse croissant, dans un maquis de contradictions morales, intellectuelles et pratiques. D’où vient cette inquiétude fo
162 en fin de compte. Incertitude et insatisfaction, contradictions, désordre, désarroi : autant de causes de faiblesse et de ruine, semb
95 1955, Preuves, articles (1951–1968). De gauche à droite (mars 1955)
163 de l’article contredit point par point les trois contradictions dont Esprit tire son sentiment d’allègre impunité. Citons. Sur la men
96 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
164vé sa puissance de subversion, l’on s’avise d’une contradiction flagrante entre la « révolution chrétienne » des premiers siècles et
165re compte à la fois de ces coïncidences et de ces contradictions, il faut remonter à notre dialectique de la personne. Ce n’est pas la
166bles pour le craindre. La première, c’est que les contradictions essentielles entre la souveraineté absolue et la paix, entre l’État-n
167tre le sacré national et la foi chrétienne, etc., contradictions qui ont éclaté dès 1914, affaiblissent non seulement l’Europe démoral
97 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
168a réalité mortelle de la chair, et sur toutes ses contradictions, ce terme même d’In-carnation et le mouvement descendant qu’il évoque
98 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
169 la figure de Staline ? Enfin, quelles sont les « contradictions » majeures qui menacent d’éclatement l’univers communiste ? I. Le ch
170ussi que « l’univers communiste » est le lieu des contradictions insurmontables, non seulement en logique (on l’a vu), mais peut-être
99 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
171e ni de paradoxe, parce qu’il n’a ni contraire ni contradiction. » Dépourvu de sensibilité au sens du xviiie siècle, de souci morali
172age. « On peut aller jusqu’à prétendre ceci : les contradictions représentent si peu dans son existence que rien au monde ne semble mo
173 destin, la personne même et son individu sont en contradiction, tension ou dissension, et ne cessent de refaire le signe de la Croix
174ctrinaux dont on vient de rappeler la richesse en contradictions apparentes. Nos mystiques ne font pas nos mœurs, en Occident. Ils se
175dique, et par suite sans mesure, sans péché, sans contradiction ni remords. Elle est divine, et nous sommes criminels. Si le moi n’es
100 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
176lon la Loi et sauvé par la Foi. Ainsi le signe de contradiction posé dans l’Histoire par la Croix marquera désormais son existence.