1 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
1Notre liberté de penser est absurde au regard des contraintes que subissent nos gestes. Imaginer ce qui se produirait, si par quelq
2 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
2ns, d’appui dans ses tâtonnements, de réactif, de contrainte, de stimulant dans l’atmosphère spirituelle qui préside à l’élaborati
3 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
3e sont pris du désir d’adorer. Du sein de tant de contraintes polies et dans la pose la plus naturellement élégante, j’ai vu des ye
4 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
4Notre liberté de penser est absurde au regard des contraintes que subissent nos gestes. Imaginer ce qui se produirait, si par quelq
5 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
5t et franchement des paysans qui s’inclinent sans contrainte. Est-ce là dire que le « retour » à tel état soit souhaitable ? La qu
6 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
6d’existence que la Nature se voit pour ainsi dire contrainte d’assigner à l’homme actif 8 , l’on découvre que c’est la magie enco
7s la vie d’un être jeune et libre encore de toute contrainte sociale, culturelle, voire physiologique ; le dessin se simplifiera j
7 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
8rière ces idées une masse volontaire, une pesante contrainte de foi, une pureté terrible et humble. Loin de moi la pensée que par
8 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une main, par C. F. Ramuz (juin 1933)
9petites pages émouvantes, d’une confidence encore contrainte : « Ah ! comme je suis mal fait pour ma part, si j’ose ainsi parler d
9 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — a. L’engagement politique
10mme moi qui n’ont le goût ni des habiletés ni des contraintes qu’il y faut, puissent quitter ce combat mauvais, et porter ailleurs
10 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — d. Pour une politique à hauteur d’homme
11e vivant d’un pays n’est pas dans un organisme de contrainte, mais doit être en chacun des citoyens conscients, fussent-ils, et c’
11 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
12t le désordre du temps. L’occasion seule, sous la contrainte de la foi, légitime à mes yeux cette action : il fallait que cela par
12 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
13ersez les institutions, organisez le monde par la contrainte ou dans la liberté, vous ne ferez pas une société si vous n’avez pas,
13 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
14réelle, rayonnante, et qui ne se fonde pas sur la contrainte matérielle, mais sur le pouvoir créateur, ordonnateur. L’Esprit dont
14 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 4. Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
15on réactionnaire, ou statique, la politique de la contrainte armée, de l’ordre immuable, de la mesure (ou hiérarchie) sociale impo
15 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
16rière ces idées une masse volontaire, une pesante contrainte de foi, une pureté terrible et humble. Loin de moi la pensée que par
16 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
17 et plus solide, où l’individu isolé retrouve des contraintes qui le rassurent, et l’État sa puissance matérielle. C’est Rome alors
18bsolument nouveau, qui ne soit pas fondée sur les contraintes du passé, ni sur des lois, mais sur l’attente commune et enthousiaste
17 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
19ersez les institutions, organisez le monde par la contrainte ou dans la liberté, vous ne ferez pas une société si vous n’avez pas,
18 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
20es organismes producteurs. Non pas en vertu d’une contrainte ou de quelque plan étatique, mais à partir d’une commune mesure et po
19 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
21on très visible et ses moyens d’action ou même de contrainte : c’est le plan 41 . J’insiste : la mesure effective à quoi s’ordonn
20 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
22 lequel les productions futures, désirées, seront contraintes de s’ordonner. Règne des films de propagande, de chœurs parlés, des S
21 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
23 assure une liberté réelle et plus féconde que la contrainte. Les surréalistes sont fondés à parler du « vent de crétinisation qui
24s qu’il entraînera nécessairement, le jour où les contraintes policières se relâcheront. ⁂ Les partisans de l’URSS ou de Hitler me
22 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
25 se vulgarisant, pour se vulgariser, elle se voit contrainte à formuler ses postulats. Ils perdent rapidement leur caractère d’hyp
23 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
26ent, qu’elle la construit de l’extérieur, par une contrainte politique. Le rapport véritable entre les hommes, c’est la communauté
24 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
27on très visible et ses moyens d’action ou même de contrainte : c’est le Plan 55 . Ainsi donc, la mesure effective à quoi s’ordonne
28 assure une liberté réelle et plus féconde que la contrainte. Les surréalistes sont fondés à parler du « vent de crétinisation qui
25 1936, Esprit, articles (1932–1962). Erskine Caldwell, Le Petit Arpent du Bon Dieu (novembre 1936)
29ue c’est enfin la « vraie » nature délivrée de la contrainte « artificielle » des convenances ou du sentiment… Huizinga, dans son
26 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
30 « un peu fort » dans l’application des moyens de contrainte légale, surtout dans les petites localités (vote en masse, en cortège
27 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
31’éducation, il n’y a plus d’autre solution que la contrainte. La dictature est un moyen grossier, souvent barbare et toujours désh
28 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
32a révélation d’une vie saine et délivrée de toute contrainte mauvaise, c’est trahir cette « attente ardente », cette question ango
29 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
33a révélation d’une vie saine et délivrée de toute contrainte mauvaise, c’est trahir cette « attente ardente », cette question ango
30 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
34 qui sécrète un chômage « technologique » se voit contrainte de fournir aux chômeurs une sportule régulière (« indemnités », comme
35ien de solidarité humaine authentique. Seules les contraintes et les avantages procurés par l’État font qu’il existe encore un mond
36es, etc.) qui, par privilège, vivent à l’abri des contraintes municipales 67 . Les princes interviennent donc dans la vie économiqu
31 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
37 liberté, on enserre le pays dans une armature de contrainte matérielle, contre laquelle la colère des opprimés s’accumule petit à
38rité spirituelle dépende d’un pouvoir matériel de contrainte, et ne puisse s’exercer sans lui ou contre lui. Toute l’histoire démo
39ister dans la mesure où elle se transformerait en contrainte uniforme et centralisée. Il n’y aurait plus qu’à renverser les hommes
32 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
40te quoi, dans une parfaite liberté d’esprit ? Les contraintes totalitaires nous hypnotisent. Elles nous privent de toute liberté à
33 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
41 « un peu fort » dans l’application des moyens de contrainte légale, surtout dans les petites localités (vote en masse, en cortège
34 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
42is groupes de valeurs qui lui fournissaient ses « contraintes » — et c’est précisément dans le jeu de ces contraintes que le mythe
43intes » — et c’est précisément dans le jeu de ces contraintes que le mythe de Tristan puisait ses moyens d’expression. Or voici que
44puisait ses moyens d’expression. Or voici que ces contraintes ou se relâchent, ou disparaissent :   1. — Contraintes sacrées. Le ma
45aintes ou se relâchent, ou disparaissent :   1. — Contraintes sacrées. Le mariage, chez les peuples païens, s’est toujours entouré
46ux » d’aller se faire bénir par un prêtre.   2. — Contraintes sociales. Les questions de rang, de sang, d’intérêts familiaux, et mê
47 de ce qu’on appelle le bonheur des époux.   3. — Contraintes religieuses. Dans la mesure où la conscience moderne comme telle sait
48telle sait encore distinguer le christianisme des contraintes sacrées et sociales, elle le repousse avec horreur. Car l’engagement
49mariage, cessant d’être garanti par un système de contraintes sociales, ne peut plus se fonder, désormais, que sur des déterminatio
50ons entre les sexes, dans une société libérée des contraintes de classe et d’argent. D’autres enfin s’efforcent de fonder une scien
51a panique sexuelle provoquée par la décadence des contraintes matrimoniales et du mythe de l’amour mortel. Déjà l’on voyait affleur
35 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
52n’a pas à proprement [p. 20] parler un pouvoir de contrainte sur le public. Si belle et puissante qu’elle soit, on peut toujours l
53 jouaient bel et bien au xiiie siècle un rôle de contrainte absolue, n’interviennent dans le roman qu’à titre d’obstacle mythique
54 envahira le subconscient, appellera de nouvelles contraintes, se les inventera au besoin… Car nous verrons que ce n’est pas seulem
55sprit, possibilité préformée à la recherche d’une contrainte qui l’exalte, charme, terreur ou idéal : tel est le mythe qui nous to
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
56onvergentes, ces condamnations antithétiques, ces contraintes théoriques et pratiques, ces libertés très obscurément pressenties da
57ntipode spirituel au mariage où elles avaient été contraintes. » Le même auteur ajoute qu’à son avis, « il n’est pas question de vo
37 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
58 bon. Mais nous n’oublions pas que ce refus de la contrainte fatale, cette liberté qui fait le prix du don, c’est une des exigence
38 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
59es d’expression en actes. Elle y était d’ailleurs contrainte par la dépréciation des résistances morales et privées, non moins que
39 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
60is groupes de valeurs qui lui fournissaient ses « contraintes » — et c’est précisément dans le jeu de ces contraintes que le mythe
61intes » — et c’est précisément dans le jeu de ces contraintes que le mythe puisait ses moyens d’expression (comme on l’a vu au livr
62on (comme on l’a vu au livre I). Or voici que ces contraintes ou se relâchent, ou disparaissent : 1. — Contraintes sacrées. — Le ma
63traintes ou se relâchent, ou disparaissent : 1. — Contraintes sacrées. — Le mariage, chez les peuples païens, s’est toujours entour
64ieux » d’aller se faire bénir par un prêtre. 2. — Contraintes sociales. — Les questions de rang, de sang, d’intérêts familiaux et m
65vé de ce qu’on appelle le bonheur des époux. 3. — Contraintes religieuses. — Dans la mesure où la conscience moderne comme telle sa
66telle sait encore distinguer le christianisme des contraintes sacrées et sociales, elle le repousse avec horreur. Car l’engagement
67 mariage cessant d’être garanti par un système de contraintes sociales ne peut plus se fonder, désormais, que sur des détermination
68ons entre les sexes, dans une société libérée des contraintes de classes et d’argent. D’autres enfin s’efforcent de fonder une scie
69ue sexuelle provoquée par la double décadence des contraintes matrimoniales et du mythe de l’amour mortel. Déjà l’on voyait affleur
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
70t né de rêves compensateurs — soit d’une fidélité contrainte et détestée, soit d’une jalousie masochiste, soit enfin d’un début d’
41 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
71 Que faut-il pour écrire [p. 761] un sonnet ? Des contraintes rhétoriques et de la liberté, disons de l’imagination. De même, pour
42 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
72 et plus solide, où l’individu isolé retrouve des contraintes qui le rassurent, et l’État sa puissance matérielle. C’est Rome alors
73bsolument nouveau, qui ne soit pas fondée sur les contraintes du passé, ni [p. 22] sur des lois, mais sur l’attente commune et enth
43 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
74 en question par une propagande agressive se voit contrainte de développer pour sa défense une théorie. Nous vivons ce moment de l
44 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
75n proposant une licence absolue. Or, l’absence de contraintes choisies rend la sexualité insignifiante, et déprime secrètement l’hu
45 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
76s et de l’anonymat, ne sont plus que d’abstraites contraintes, qui d’ailleurs ne contraignent bientôt qu’à la mauvaise humeur, à la
77devenir totalitaire, c’est-à-dire que l’abstraite contrainte doit se doubler d’une contrainte physique, seule efficace désormais :
78 que l’abstraite contrainte doit se doubler d’une contrainte physique, seule efficace désormais : la police. Mais cet ordre imposé
46 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable III : Diable et sexe (29 octobre 1943)
79n proposant une licence absolue. Or, l’absence de contraintes choisies rend la sexualité insignifiante, et déprime secrètement l’hu
47 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
80d’existence que la Nature se voit pour ainsi dire contrainte d’assigner à l’homme actif 3 l’on découvre que c’est la magie encor
81 la vie d’un être jeune, et libre encore de toute contrainte sociale et culturelle : le dessin se simplifiera jusqu’au schème uniq
48 1946, Journal des deux Mondes. 17. Le mauvais temps qui vient
82 bon sens. C’est l’espoir d’une terre unie, comme contrainte à se fédérer par la menace de la guerre atomique. On m’assure que le
49 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
83 et plus solide, où l’individu isolé retrouve des contraintes qui le rassurent, et où l’État reprend sa puissance. C’est Rome alors
50 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
84l’ampleur de ma déraison. Laissez-moi parler sans contrainte mon sabir eschatologique. Je disais donc que la déduction cartésienne
51 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
85, loin de relever d’une dialectique normale entre contrainte et liberté, trahisse un fléchissement vital. Possible aussi, d’un tou
52 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
86— ce serait par goût — soviétisée — ce serait par contrainte — dans les deux cas colonisée. Un musée ou une colonie… autant dire :
53 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
87 en question par une propagande agressive se voit contrainte de développer pour sa défense une théorie. Nous vivons ce moment de l
88our moins convaincante d’une gauche qui défend la contrainte et d’une droite qui revendique les libertés : le but, l’essence de la
54 1948, Suite neuchâteloise. VI
89charme et de tristesse, ni même de la tension des contraintes morales, dont vécut le roman victorien. Faut-il penser que cette cult
90e nature trop vantée pour nous troubler ? Que ces contraintes furent ou bien trop pesantes, ou au contraire trop aisément tournées 
55 1948, Esprit, articles (1932–1962). Thèses du fédéralisme (novembre 1948)
91our moins convaincante d’une gauche qui défend la contrainte et d’une droite qui revendique les libertés : le but, l’essence de la
56 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
92oi Personne égale Liberté, tandis que masse égale contrainte. Il n’y aura jamais de liberté « en masse ». Il n’y aura jamais de li
57 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
93ibre pour chacun de nous. Elle se lie à l’idée de contrainte collective, qui est la négation même de son mouvement originel. D’où
58 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
94tre accepté tant qu’une seule des parties se voit contrainte de se réserver un droit (hypothétique) de sécession. Mais d’autre par
59 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
95sserrer les liens étroits que les nations ont été contraintes d’imposer à leurs différentes régions, ce qui mène à un centralisme e
60 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
96t apporter la Liberté aux autres peuples, sous la contrainte des baïonnettes. Mais voici que la guerre nationale, menée par les so
61 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
97 même vil, comme le sont des faveurs obtenues par contrainte. Quand ce noyau est lésé, des tourbillons de néant s’en dégagent. La
62 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
98t apporter la Liberté aux autres peuples, sous la contrainte des baïonnettes. Mais voici que la guerre nationale, menée par les [p
63 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
9954 . » Étonnant contrepoint de la nature et de la contrainte [p. 158] humaine ou mécanique — de la découverte des Autres et de l’i
64 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
100ent avec le risque d’une décadence définitive, et contrainte à se demander ce qu’elle vaut encore pour le monde. Elle prend alors
65 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le pouvoir des intellectuels (juillet 1957)
101e bon sens voudrait que le libéralisme utilise la contrainte contre ses ennemis, dans l’exacte mesure nécessaire pour les ramener
66 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
102parce que cet empire de la raison est dépourvu de contrainte, on ne saurait réunir en une seule république toutes les nations exis
67 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
103 battre sans cesse, plutôt que se soumettre à une contrainte légale instituée par eux-mêmes, et préférer ainsi une liberté folle à
104 la majesté populaire) à ne se soumettre à aucune contrainte légale extérieure ; et son souverain met sa gloire à pouvoir disposer
105l’État civil et juridique, elle est voilée par la contrainte du gouvernement), on s’étonne que le mot droit n’ait pas encore été t
106e les États, comme tels, ne sont pas soumis à une contrainte commune et extérieure) ; mais il est sans exemple qu’un État ait été
107rté sauvage (anarchique), pour s’accommoder de la contrainte publique des lois et former ainsi un « État des nations (civitas gent
68 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
108e des baïonnettes, Fichte veut l’instaurer par la contrainte de l’État national autarcique. Partant de l’idée de société des peupl
69 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.6. Goethe
109nt le symbole du monde technique, libre de toutes contraintes traditionnelles, succédant au monde européen de la culture. (Une fois
70 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
110ls répudiaient avec d’autant plus d’insolence une contrainte périmée. Le savant est instinctivement l’ennemi du clergé dans sa for
111ligé. Personne ne protestera plus alors contre la contrainte chrétienne ou séculière, car l’essence de l’Église sera la vraie libe
112nique, plus grand que l’ancien, fondé sans aucune contrainte par la Sainte-Alliance sous la forme d’une confédération d’États. Et
113aient été le monopole de quelques peuples isolés, contrainte qu’elle était, sans en avoir conscience et même contre sa volonté, de
71 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
114 qu’une transgression des bases de la Russie, une contrainte qui pesa sur son développement et en interrompit le cours. Les autres
72 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
115e peuvent y parvenir que par l’intimidation et la contrainte. Ces moyens sont en définitive, à l’égard de l’adhésion interne des c
73 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
116; doublement remise en question, l’Europe se voit contrainte de prendre une conscience neuve de ses buts généraux, et de ce qu’ell
117individus libres, et les amener à la liberté sans contraintes, on aboutit à faire des individus « ajustés » qui n’offrent plus de r
118 dosage des exigences contraires de liberté et de contrainte. Les Russes disent contrainte seule, les Américains liberté seule ; n
119es de liberté et de contrainte. Les Russes disent contrainte seule, les Américains liberté seule ; nous disons : les deux ensemble
120 sans l’autre. En fait la règle d’or veut que les contraintes soient conçues comme une préparation à la liberté, la discipline comm
74 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
121cations, qui l’ont freinée dans son élan et l’ont contrainte peu à peu à tenir compte du milieu humain, à ne pas se comporter comm
75 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
122 paraît ici, comme ailleurs, plus efficace que la contrainte. Et partout, dans les nations neuves du Tiers Monde, il a suffi que
76 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
123me habituel de la vie quotidienne, d’échapper aux contraintes du travail et du mariage, et une occasion de nouer des contacts et de
77 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
124t, commis telle action, et qu’il n’a pas agi sous contrainte, ou dans un état d’inconscience ou de folie le privant de sa liberté
125sponsable n’est pas libre, et celui qui agit sous contrainte n’est pas responsable. Cette liaison fondamentale et indissoluble de
78 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
126 contrôle. » Voilà donc une presse libre de toute contrainte sensible… Nationalisation de la recherche scientifique. — La situati
127ins d’avantages en retour), notre culture se voit contrainte d’obéir à des « nécessités » qui lui sont étrangères et la dégradent.
79 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
128t, commis telle action, et qu’il n’a pas agi sous contrainte, ou dans un état d’inconscience ou de folie le privant de sa liberté
129sponsable n’est pas libre, et celui qui agit sous contrainte n’est pas responsable. Cette liaison fondamentale et indissoluble de
80 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
130, ces « chemins de fer » au nom évocateur de dure contrainte, tandis que le préfixe « auto » évoque la liberté de l’individu, cett
81 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
131 de nous, et bientôt elle ira se lier à l’idée de contrainte collective, négation même de son mouvement originel. D’où nous vient,
132 individus libres et les amener à la liberté sans contraintes, on aboutit à faire des individus « ajustés » qui n’offrent plus de r
82 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
133e, à l’économie et à la culture, c’est-à-dire aux contraintes et aux libertés, nous jette en plein délire totalitaire, seul achèvem
83 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte, suite et fin
134e vivant d’un pays n’est pas dans un organisme de contrainte, mais doit être en chacun des citoyens conscients, fussent-ils, et c’
135s tout comme dans les zoos. Partout où règnent la contrainte géométrique et l’arbitraire des bureaucrates et des policiers, en l’a
84 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
136e mon environnement, de mon milieu humain, de ses contraintes, de ses ressources disponibles et de ses virtualités frustrées. Les p
85 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
137: il ne peut donc que subir cette forme comme une contrainte stérilisante. L’énoncé des plus hautes valeurs européennes tient dan
86 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
138sent les agences de l’État quand elles s’y voient contraintes par l’opinion ou par telle révolte locale (grève de La Hague en 1976,
87 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
139, à engendrer et à former en dépit et au-delà des contraintes du passé, du déjà « fait », ou plutôt en se servant d’elles et en pre
88 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
140ne fois pour toutes, semble le symbole même de la contrainte. Or, l’Auto qui devait servir à l’évasion mène d’abord au bureau, à l
141es « chemins de fer » au nom évocateur d’une dure contrainte, tandis que le préfixe auto évoque la liberté de l’individu. Mais il
89 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
142que, demeure indispensable pour nous rappeler les contraintes matérielles existantes, les conditions de réalisation de nos projets,
143tion stato-nationaliste : « Partout où règnent la contrainte géométrique et l’arbitraire des bureaucraties, puis de la police, en
90 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
144quoi, car en fait l’avenir est peuplé de [p. 202] contraintes et de dommages déjà causés : la pyramide des âges dans trente ans, dè
145l’asphyxie lente des mers et des océans… Mais ces contraintes et ces atteintes, sans exception, sont notre fait. Elles résultent to
146e… Que l’homme rencontre dans le monde actuel des contraintes partout multipliées et des raisons toujours plus persuasives d’y céde
91 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
147 le capitaine d’une galère ne gouverne que par la contrainte qu’il exerce sur ses forçats, à l’encontre de leurs « aspirations imm
148e vivant d’un pays n’est pas dans un organisme de contrainte, mais doit être en chacun des citoyens conscients, fussent-ils, et c’
92 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
149i, et non pas sur les seuls héritages, ni sur les contraintes du passé (naissance ou race). Rien de plus pernicieux pour ce que l’o
150 (ou notre éducation ?) nous porte à les imaginer contraintes et contraignantes, trop serrées, forcées, répressives. Alors qu’elles
93 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
151lier que la CEE se trouverait ainsi tentée, voire contrainte, en vertu de sa nature même, d’appliquer des critères de rentabilité,
94 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. V. La défense de l’Europe
152sibles ni un pouvoir qu’on ne connaît que par ses contraintes. C’est affaire de Régions, non d’État. Or, la tactique qui correspond