1 1926, Journal de Genève, articles (1926–1982). Le Dépaysement oriental (16 juillet 1926)
1leur paraît une beauté », c’est pour affirmer par contraste une « préférence irréductible pour le vrai ». Ce qui lui permet de vo
2 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Guy de Pourtalès, Montclar (février 1927)
2’aveu d’une fondamentale indifférence du cœur qui contraste avec une vie voluptueuse et assez désordonnée. Pourtant, entre Montcl
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
3osé en face du tableau franco-anglais, fournit un contraste de haut goût. [p. 551] Là, les montagnes se prêtaient successivement
4 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
4ringe, la vie bourgeoise sans avarice ; — puis le contraste d’un massif central de sapins et de lacs secrets, cœur noir et tourme
5Diversités, naissant, vivant les unes des autres, contrastes qui jamais ne s’équilibrent, violence et mélancolie, paysages — états
5 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
6 se défait 30 . Mais gardons-nous de voir dans ce contraste autre chose que la vieille opposition du sacrifice cornélien et de la
6 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
7e chez Goethe et chez Rimbaud, et d’autre part le contraste absolu des rythmes, vont se traduire dans la [p. 490] similitude des
7 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Quelques œuvres et une biographie de Kierkegaard (26 mai 1934)
8cette partie du livre une apparence abstraite qui contraste singulièrement avec le réalisme brutal du sujet. Que le lecteur, pour
8 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
9un peu plus noir qu’il n’est, afin d’éclairer par contraste un avenir qui devra son éclat moins à lui-même qu’à nos ombres, et mo
9 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
10e Karl Barth dans Culte raisonnable dont le titre contraste singulièrement avec celui de Kierkegaard. Barth s’adresse à des audit
10 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
11el de grandeur qui s’accommode des plus savoureux contrastes, coupant court aux élans de pure rhétorique, cet accent dont un roman
11 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
12re. Faire valoir toutes les différences, tous les contrastes, à l’extrême, s’affirmer Français en face des Allemands, par exemple,
12 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
13ci que l’aventure commence. Soudain frappé par le contraste odieux entre la misère des bas-fonds et l’essor de la bourgeoisie cap
13 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
14re. Faire valoir toutes les différences, tous les contrastes, à l’extrême, s’affirmer Français en face des Allemands, par exemple,
14 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Préface à l’édition de 1956
15nt : j’avais à déblayer le terrain, à marquer les contrastes, et je n’ai pas toujours su nuancer le tableau. Un chapitre ajouté au
15 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
16e ? Cette thèse, que je qualifierai de maxima par contraste avec celle où je crois pouvoir m’arrêter 37 , fut avancée par des esp
17réalité fatale du Karma. 5. La joie d’amour. — En contraste indéniable avec ces textes mystiques et cette abstruse technique psyc
16 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
18éâtre 148 comme le reflet inversé de Tristan. Le contraste est d’abord dans l’allure extérieure des personnages, dans leur rythm
17 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
19er cette harmonie solide, luxueusement nourrie de contrastes et de surprises. Le grand secret de ce pays, ce qu’il faut lire sur c
18 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
20. Il gardait, dans le vice, un style de l’âme. Le contraste qu’on vient d’esquisser peut nous faire mesurer toute la déperdition
19 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
21e chez Goethe et chez Rimbaud, et d’autre part le contraste des rythmes, vont se traduire dans la similitude des conclusions éthi
22la similitude des conclusions éthiques et dans le contraste des réalisations littéraires. « Mon esprit, prends garde ! Pas de par
20 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
23er cette harmonie solide, luxueusement nourrie de contrastes et de surprises. Le grand secret de ce pays, ce qu’il faut lire sur c
21 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
24illeurs, elle me paraît moins outrageante dans le contraste que je viens de noter que dans la niaise indignation qu’il exciterait
22 1946, Lettres sur la bombe atomique. 14. Problème curieux que pose le gouvernement mondial
25eut que nous ne sachions imaginer le bien que par contraste avec un mal dont nous souffrons. Autrement, le bien — ou la paix — n’
23 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
26pitié au-delà. Mais je m’aperçois aussitôt que ce contraste n’est si net qu’entre les opinions que l’on publie. Un Gallup-poll me
24 1946, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)
27e affaissés… Un vrai cauchemar… N’était-ce pas le contraste avec ces grands diables d’Américains ? Non, car en Suisse je n’ai rie
25 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
28 point si faciles à définir. Comment expliquer le contraste entre le puritanisme rigoureux de tel village de la Pennsylvanie, de
29nt que par la négation de l’autre, si bien que le contraste entre les deux relève en fin de compte d’une même estimation du rôle
26 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
30ent en commun. De fait, New York est une ville de contrastes violents, de population composite à l’extrême, répartie en une douzai
31» des Américains dans ce domaine, présente un tel contraste avec les mœurs des Européens qu’on perd l’espoir de jamais faire comp
32lis Island. 11. Comment ils se battent Voici le contraste le plus profond entre l’Ancien et le Nouveau Monde : leur manière de
27 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (décembre 1947)
33la guerre : « Quel curieux parallèle et quel joli contraste ! Se trouvera-t-il quelqu’un pour les relever ? » Et puis les circons
28 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
34ême coup elle ressent son unité et la définit par contraste comme celle d’une conception de l’homme. Esquissons cette comparaison
35 ressembleront de plus en plus. Pour illustrer le contraste que je viens d’esquisser d’une manière un peu trop schématique [p. 32
36sse en réalité à l’intérieur des deux empires, le contraste est encore plus frappant. En Russie, on liquide l’opposition, en Amér
29 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
37éralisme repose sur l’amour de la complexité, par contraste avec le simplisme brutal qui caractérise l’esprit totalitaire. Je dis
30 1948, Suite neuchâteloise. I
38ssé et de fous à soigner ; tout un petit monde de contrastes intenses, entre l’austérité des montagnes au nord et les rives latine
31 1948, Suite neuchâteloise. IV
39 l’ancienne communauté, j’ai mieux distingué, par contraste, son humanité singulière. Et maintenant, la fidélité même à cet exemp
32 1948, Suite neuchâteloise. VIII
40 Des Montagnes au lac, cependant, malgré tous les contrastes qu’on a vus, c’est bien le même peuple et c’est le même accent. J’ent
33 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
41ui définit l’ambition proprement occidentale, par contraste avec d’autres civilisations qui ont cherché le bonheur ou la sagesse,
34 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
42e tout homme, voilà la grande nouveauté, le grand contraste avec le monde antique, avec le monde magique de l’Asie, avec le monde
35 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
43nergie. Il serait curieux de décrire en détail le contraste entre les pays de houille noire et les pays de houille blanche, entre
44ntre les classes que l’on observe les plus grands contrastes, mais plutôt entre les cantons. Fait remarquable, l’unification écono
36 1954, Preuves, articles (1951–1968). Tragédie de l’Europe à Genève (juin 1954)
45rise de conscience peut et devrait surgir du seul contraste entre deux conférences, celle de Berlin et celle de Genève. Berlin fu
37 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
46vante, non de rancune et d’unification forcée. Ce contraste est bien moins celui de deux régimes — dictature et démocratie — que
38 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
47e ressort de l’esprit de recherche occidental, en contraste avec le monisme des ultimes sagesses orientales. Cette même doctrine,
39 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
48communistes. La dialectique servait à corriger le contraste entre les étiquettes « de gauche » et les contenus. Elle commandait a
40 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
49 comme antidémocratique. Peut-on ramener tous ces contrastes à celui qui oppose, d’une manière globale, les sociétés fondées sur l
50 la concurrence ? Ou plus généralement encore, au contraste entre les collectivismes (sacré, magique ou totalitaire) et l’individ
41 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
51e les avoir bien vues, et de suivre à partir d’un contraste assez simple entre deux conceptions de l’homme et de ses fins, celle
42 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
52 cas-limite peut nous faire mieux comprendre, par contraste, la réalité de la personne : c’est celui de Robinson Crusoé, mythe de
43 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
53sur l’Aventure occidentale se doit d’affronter ce contraste, et d’essayer de l’interpréter. Et en particulier, toute théorie de l
44 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
54e ressort de l’esprit de recherche occidental, en contraste avec le monisme des ultimes sagesses orientales. Cette même doctrine,
45 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
55sur l’Aventure occidentale se doit d’affronter ce contraste et d’essayer de l’interpréter. Et, en particulier, toute théorie de l
46 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
56ouvement à travers les siècles, un dynamisme, par contraste avec tant d’autres civilisations sacrées, comme celles de l’Asie, en
47 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le vocabulaire politique des Français (novembre 1958)
57ulation d’un pays, ou l’élément « populaire » par contraste avec les « élites » sociales, ou encore « les masses » par opposition
58ite (du latin plebs, populace ou prolétariat, par contraste avec populus, le peuple entier) quand une majorité trop forte se déga
48 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
59ropéens quelle que soit leur nation présente, par contraste avec les modes de vie, de pensée et de gouvernement des autres groupe
49 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Carlo Curcio, Europa, Storia di un’idea (septembre 1959)
60 idée générale de l’Europe, patrie d’élection des contrastes, et se distinguant par là-même de toutes les autres civilisations. Ef
50 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
61es sur le Don Juan de la légende et de Mozart. Le contraste entre cette discrétion, voire ce mutisme, et cette luxuriance verbale
62Dans ses Œuvres de l’amour, Kierkegaard marque le contraste, apparemment insurmontable, entre l’amour-passion (ou amour poétique)
63du théâtre comme le reflet inversé de Tristan. Le contraste est d’abord dans l’allure extérieure des personnages, dans leur rythm
64 — Don Juan, joyeux moments, éternité d’enfer. Un contraste aussi pur, terme à terme, implique évidemment un lien d’interaction ;
65e déclarer. ⁂ Il fallait donc d’abord préciser le contraste des deux mythes les plus contraignants que subit la psyché occidental
51 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
66Lieux fait au chapitre V le premier parallèle (ou contraste) connu entre l’Asie et l’Europe 33  : § 18. Je vais maintenant expos
52 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
67» dont on nous parle ici.) Érasme (1466-1536) En contraste éclatant avec l’auteur du Prince, pour qui la force seule définit, en
53 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
68le sentiment de tout ce que les Européens, malgré contrastes et conflits, possèdent de commun et d’irremplaçable. Ce qui distingue
54 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
69 2. L’Europe des lumières En contraste à peu près absolu avec le génie sombre et tendu d’un Vico, voici un h
55 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
70itable de la Communauté des peuples européens. Le contraste est total avec les conceptions des Schlegel, Novalis et Görres, ses c
56 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
71rlesung I), Schlegel décrit, une fois de plus, le contraste classique, depuis Aristote, entre l’Asie et l’Europe, surtout en ce q
57 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
72. De Cattaneo à Giuseppe Mazzini (1807-1872), le contraste est grand : c’est celui de la science prudente et de l’éloquence mili
73premier ouvrage : Il faut se garder de mettre en contraste l’Europe et l’Amérique : ce que l’on trouve là-bas n’est qu’un dévelo
74nce des plus riches créations, patrie de tous les contrastes qui se résorbent en la seule unité ; ici, tout ce qui est spirituel s
58 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
75omment cette unité millénaire s’est développée en contrastes, positions et contre-positions, affirmations et négations, et a donné
59 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
76essentiel doive lui manquer. On pourrait, dans ce contraste, trouver la base d’un programme pour l’Europe d’aujourd’hui et de dem
60 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
77es sur le Don Juan de la légende et de Mozart. Le contraste entre cette discrétion, voire ce mutisme, et cette luxuriance verbale
78Dans ses Œuvres de l’amour, Kierkegaard marque le contraste, apparemment insurmontable, entre l’amour-passion (ou amour poétique)
61 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
79du théâtre comme le reflet inversé de Tristan. Le contraste est d’abord dans l’allure extérieure des personnages, dans leur rythm
80 — Don Juan, joyeux moments, éternité d’enfer. Un contraste aussi pur, terme à terme, implique évidemment un lien d’interaction ;
81e déclarer.   Il fallait donc d’abord préciser le contraste des deux mythes les plus contraignants que subit la psyché occidental
62 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
82t l’occasion de hauts faits individuels, mais, en contraste radical avec tout cela, elle sera d’abord une école : école de discip
63 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
83 Grütli, ne manquaient pas de juger scandaleux le contraste entre un tel passé et le présent. Ainsi Goethe écrivait dans son jour
64 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
84 sont rares. Cette longévité ministérielle est en contraste frappant avec la coutume des républiques voisines, où l’on voit se fo
65 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
85nergie. Il serait curieux de décrire en détail le contraste entre les pays de houille noire et les pays de houille blanche, entre
86ntre les classes que l’on observe les plus grands contrastes, mais plutôt entre les cantons. Fait remarquable, l’unification écono
66 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
87, où personne ne vous voit jamais, me propose par contraste une réponse. C’est qu’en Suisse on se sent regardé, examiné, jugé, ja
67 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
88it l’homme européen, dynamique et progressif, par contraste avec l’homme des [p. 5] civilisations sacrées et statiques, ou avec l
68 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
89ïque, libéral-socialiste. La Grande-Bretagne, par contraste, envisage sans trop de nervosité sa prochaine transformation (dans ci
69 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
90’avait fait comprendre par la vertu didactique du contraste. Avant d’aller vivre à Paris, à 25 ans, je ne crois pas que j’avais r
70 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
91it l’homme européen, dynamique et progressif, par contraste avec l’homme des civilisations sacrées ou avec l’homme des civilisati
71 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.9. L’Europe, l’été…
92ple, aux étapes moins serrées mais plus riches en contrastes, relierait les grandes manifestations annuelles d’Aix-en-Provence, de
72 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.10. Le Dialogue des cultures
93 preuves et de prendre conscience d’elle-même par contraste et comparaison. Une culture qui refuse le dialogue, qui prétend se su
73 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
94p. 29] Trop divers pour s’unir ? — L’argument des contrastes séculaires, invoqué sans fatigue contre l’union de l’Europe, n’est qu
95au plan de l’Europe entière ? On nous dit que les contrastes entre Allemands et Français, Insulaires et Continentaux, Suédois et G
96ion. 2° Si pittoresques et voyants que soient les contrastes entre Suédois et Grecs, par exemple, il n’en reste pas moins qu’un Su
74 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
97ssible du nationalisme. Ce qui nous autorise, par contraste, à décrire l’attitude fédéraliste comme un simple retour au respect d
75 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
98omiques, provenant d’origines multiples, dont les contrastes et les combinaisons entretiennent des tensions renouvelées sans répit
76 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). La cité européenne (18-19 avril 1970)
99omiques, provenant d’origines multiples, dont les contrastes et les combinaisons entretiennent des tensions renouvelées sans répit
77 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
100la joie au sens français du mot. Je crains que le contraste absolu que l’on peut établir ici entre « nos poètes d’Oc… qui ne cess
101 ce que j’ai voulu dire. J’ai voulu souligner les contrastes, renforcer la conscience des antinomies valables, inévitables et qu’i
102p. 421] tenté d’établir. J’ai voulu souligner des contrastes, indiquer des incompatibles, en préalable aux choix que tout homme se
103 chargent. J’ai tenté de faire voir et sentir les contrastes vitaux, conflits, antinomies, qui sous-tendent notre réalité ; et d’e
78 1972, Penser avec les mains (1972). Préface 1972
1041970 de ce siècle nous frappent d’abord par leurs contrastes. En ce temps-là, le principe du désordre à l’intérieur de nos démocr
79 1973, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Denis de Rougemont, l’amour et l’Europe » (3-4 mars 1973)
105 — Dans L’Amour et l’Occident je soulignais les contrastes, dans Comme toi-même , je cherche les complémentarités. Il n’y a pas
80 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
106ée dont la Chine s’européanise par l’extérieur, — contraste avec ce que pratiquent la plupart des autres régimes asiatiques et af
81 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
107ns le Monde d’aujourd’hui est caractérisée par un contraste violent : le tiers monde est en état d’explosion démographique, parti
82 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Madame de Staël et « l’esprit européen » (été 1980)
108nçoit l’esprit européen comme un tableau dont les contrastes mêmes et les nuances aussi sont le message. Écoutons-là ! Les nation