1 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Rainer Maria Rilke (décembre 1927)
1ère l’expérience. On ne prouve la religion qu’aux convertis — qui n’ont plus besoin de preuves. Il reste qu’un livre comme celui-
2 1927, Articles divers (1924–1930). Conférence d’Edmond Esmonin sur « La révocation de l’Édit de Nantes » (16 février 1927)
2 suivent leurs pasteurs proscrits. On espère bien convertir de gré ou de force tous ceux qui resteront « Les enfants seront du mo
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
3emarquer que la plupart des intellectuels se sont convertis depuis longtemps à ces idées anti-démocratiques : il est temps qu’ell
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
4 Les curés de tous les dieux blancs se sont mis à convertir ces idolâtres, ces fétichistes, à leur parler de Luther et de la Vier
5 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
5 même temps que sa révolte contre ce monde. Il se convertit enfin, brusquement, au moment où il avait décidé de se suicider. Mais
6 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
6ieu. Mais le péché ne devient réalité que pour le converti ; c’est donc la conversion qui figure l’acte par excellence du chréti
7 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Poésie dialectique (juillet 1933)
7ell, Herbert, Vaughan et vingt autres, la plupart convertis au protestantisme ; c’est le style antithétique des huguenots contemp
8 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 6. Note sur un certain humour
8celui qui veut l’atteindre. Qu’est-ce qu’un homme converti ? C’est un homme qui a mesuré dans un instant l’échec total de ses ac
9 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
9 que des « missionnaires bottés 45  ». On ne peut convertir personne par la brutalité — sinon toutefois au mensonge officiel. Et
10ait la vérité, il en fait un mensonge dès qu’il y convertit par ses décrets. Ce n’est pas par hasard que me revient, ici, le souv
10 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
11 produit un phénomène parallèle : le païen qui se convertit se voit d’une part racheté de son péché ; et d’autre part, il reçoit
12. Au contraire. Qu’il s’agisse de la Transylvanie convertie au calvinisme et qui devient l’âme de la résistance au centralisme de
13 et plus qu’intolérante : on ne peut même pas s’y convertir ! Si l’on n’a pas les mêmes origines, on ne pourra jamais y entrer — 
11 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
14eiller de l’empereur et d’une danseuse, Kagawa se convertit au christianisme pendant ses études et déclare renoncer à toute fortu
12 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
15s autres en rien. Mais il est orienté autrement — converti. Il vit dans les mêmes servitudes, mais il s’attend à Dieu, non à lui
13 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
16protestantes, rasé la plupart de leurs temples, « converti » par la force 300 000 réformés, chassé de France les plus actifs d’e
14 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
17eux de la grande bourgeoisie. Mais voilà qu’il se convertit, et c’est ici que l’aventure commence. Soudain frappé par le contrast
15 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
18est mort l’été dernier, âgé de 93 ans. Il s’était converti à 70 ans « et il avait toujours tenu ! » Catholique, antifasciste, la
19it hôtelier breton d’origine catholique, il s’est converti à vingt ans, et depuis lors il n’a jamais songé qu’il pût faire autre
16 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
20. 829] âgé de quatre-vingt-treize ans. Il s’était converti à soixante-dix ans « et il avait toujours tenu ! » Catholique, antifa
17 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
21it hôtelier breton d’origine catholique, il s’est converti à l’âge de vingt ans et depuis lors il n’a jamais songé qu’il pût fai
18 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
22égimes totalitaires. Je ne sais si l’on espère me convertir en m’offrant d’en voir un de près. Quand cela serait, pourquoi me dér
19 1938, La Vie protestante, articles (1938–1978). Le temps des fanatiques (25 novembre 1938)
23t aussi ! Si vous voulez interroger, interrogez ! Convertissez-vous et revenez ! » Évasion ? Non pas. Réalisme. La force réelle des
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
24upportable à l’homme naturel. Supposons le cas du converti par force. Engagé malgré lui dans un cadre chrétien, mais privé des s
25bandonner le « trobar » ? Eh oui ! tout comme tel converti dans la plus récente poésie voue à la Vierge des images qu’il avait i
26courtois n’avait « vendu la mèche » même une fois converti à l’orthodoxie catholique. C’est supposer chez l’homme du xiie siècl
27 faite : comment se peut-il que jamais un Cathare converti n’ait dénoncé les troubadours comme propagateurs de l’hérésie ? La [p
28 profond, surgi de l’âme collective. Il fallait « convertir » ce désir, tout en se laissant porter par lui, mais comme pour mieux
21 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
29eigneur ». [p. 199] 4. Pétrarque, ou le rhéteur converti « Aimer une chose mortelle avec une foi Qui à Dieu seul est due et à
22 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). L’ère des religions (22 février 1939)
30 et plus qu’intolérante : on ne peut même pas s’y convertir ! Si l’on n’a pas le même passé, l’on ne pourra jamais y entrer — si
23 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
31 produit un phénomène parallèle : le païen qui se convertit se voit d’une part racheté de son péché ; et d’autre part, il reçoit
32. Au contraire. Qu’il s’agisse de la Transylvanie convertie [p. 35] au calvinisme et qui devient l’âme de la résistance au centra
33 et plus qu’intolérante : on ne peut même pas s’y convertir ! Si l’on n’a pas les mêmes origines, on ne pourra jamais y entrer — 
24 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
34 et plus qu’intolérante : on ne peut même pas s’y convertir ! Si l’on n’a pas les mêmes origines, on ne pourra jamais y entrer — 
25 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
35t aussi ! Si vous voulez interroger, interrogez ; convertissez-vous et revenez ! » La forme du monde est durée, et c’est la forme du
36terroger, interrogez ! », mais la réponse est : « Convertissez-vous ! » À la lumière jaillie de l’acte de la foi, le mystère du temp
26 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
37urs hiérarchies, leurs assemblées. L’homme qui se convertit et s’incorpore à l’un de ces groupes y trouve d’une part une activité
27 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
38les intérêts anglais, et que si toute l’Europe se convertit à l’étatisme illimité. Ce qui n’offre [p. 24] aucune base de compromi
28 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Quatrième lettre aux députés européens : En lisant le pamphlet du Labour Party (18 août 1950)
39les intérêts anglais, et que si toute l’Europe se convertit à l’étatisme illimité. Ce qui n’offre aucune base de compromis, c’est
29 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
40écouvrir les autres peuples de la Terre, pour les convertir et les dominer, alors que nous Européens, n’avons jamais été découver
30 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
41renons la Chine : le père de sa révolution fut le converti Sun-Yat-Sen, protestant fanatique à ses débuts… Tout porte à rattache
42ses vieilles », l’institution d’un ordre neuf. Le converti rejette la Loi, morte pour lui — c’est le moment anarchisant — mais a
43Certes, l’Église organisant les [p. 9] groupes de convertis créait un type nouveau de relations entre les hommes. Elle instituait
44nsformés par la foi. Elle n’avait pas pour but de convertir la société, mais d’unir en un corps les convertis. Et c’est accessoir
45convertir la société, mais d’unir en un corps les convertis. Et c’est accessoirement qu’elle a pu contribuer à modifier certaines
46versaires. On entre dans l’Église parce qu’on est converti, donc changé ; mais on entre dans le Parti pour changer le monde d’ab
47Occident comme ensemble historique n’a jamais été converti, et il ne saurait l’être, en vérité, du seul fait qu’il n’est pas une
31 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
48existence toute charnelle 22 que l’homme doit se convertir ; c’est « ici-bas », sans évasion possible, qu’est le lieu de son obé
49 des sciences, et l’invisibilité même s’y [p. 12] convertit sans cesse en matière composée d’énergie qui retourne sans cesse au n
32 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur le rêve des sciences (décembre 1956)
50t pas celui que l’on croit, mais un juif espagnol converti, qui avait conçu l’idée d’obtenir du Mogol l’or nécessaire pour conqu
33 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
51eur ; ni de la liberté et du service dans l’homme converti. Ces antinomies, en effet, ne sauraient être résolues qu’en vertu de
52n’a pas arrêté les Barbares. Elle les a seulement convertis. C’est ici que le cycle nouveau s’ouvre en spire ascendante et devien
34 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
53renons la Chine : le père de sa révolution fut le converti Sun Yat-sen, protestant fanatique à ses débuts… Tout porte à rattache
54ses vieilles », l’institution d’un ordre neuf. Le converti rejette la Loi, morte pour lui — c’est le moment anarchisant — mais a
55sion. Certes, l’Église, organisant les groupes de convertis créait un type nouveau de relations entre les hommes. Elle [p. 105] i
56nsformés par la foi. Elle n’avait pas pour but de convertir la société, mais d’unir en un corps les convertis. Et c’est accessoir
57convertir la société, mais d’unir en un corps les convertis. Et c’est accessoirement qu’elle a pu contribuer à modifier certaines
58versaires. On entre dans l’Église parce qu’on est converti, donc changé ; mais on entre dans le Parti pour changer le monde d’ab
59Occident comme ensemble historique n’a jamais été converti, et il ne saurait l’être, en vérité, du seul fait qu’il n’est pas une
35 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
60 Or la foi n’est jamais parfaite, et dans l’homme converti persiste « le vieil homme ». Son mouvement naturel sera de chercher e
61’écroule, l’Église s’installe, et les Barbares se convertissent. Il va falloir trouver les moyens de penser cette durée non prévue, d
36 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
62 Cathay qu’il croyait assez proches à l’Ouest, de convertir leur prince, qu’il croyait être le Grand Khan, et de rapporter assez
37 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
63xistence toute charnelle  57 que l’homme doit se convertir ; c’est « ici-bas », sans évasion possible, qu’est le lieu de son obé
64s le cosmos des sciences, et l’invisible même s’y convertit sans cesse en matière composée d’énergie qui retourne sans cesse au n
38 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
65 il garde aussi vive que jamais l’ambition de les convertir. Là encore, point de précédent dans la religion de l’empire romain, q
66, ou leur degré d’évolution, la possibilité de se convertir à lui et de devenir des « hommes nouveaux ». Il doit donc gagner à lo
39 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la pluralité des satellites (II) (décembre 1957)
67imination terrestre du régime, auquel on verra se convertir aussitôt les derniers bourgeois indécis.   Sur l’absence de toute po
40 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
68 Or la foi n’est jamais parfaite, et dans l’homme converti persiste « le vieil homme ». Son mouvement naturel sera donc de cherc
69’écroule, l’Église s’installe, et les Barbares se convertissent. Il va falloir trouver les moyens de penser cette durée non prévue, d
41 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Un essai de synthèse (mai 1958)
70quer de subordonner les fins aux moyens, et de ne convertir à l’Europe que les techniciens au sens large, non les masses. Fédéra
42 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
71ieu. Mais le péché ne devient réalité que pour le converti ; c’est donc la conversion qui figure l’acte par excellence du chréti
43 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
72o. D’où suit immédiatement que tout homme [p. 14] converti, recréé par l’Amour divin, va devenir, dans l’imitation de Jésus-Chri
44 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
73ieu. Mais le péché ne devient réalité que pour le converti ; c’est donc la conversion qui figure l’acte par excellence du chréti
45 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
74re extrême où se porte l’âme irritée mais non pas convertie par l’esprit — comme l’a si bien vu Kierkegaard. Tout amour véritable
46 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — ii. Misère et grandeur de saint Paul
75s relâche ses petits groupes de militants locaux, convertis de la première heure, mal ressuyés de leur éducation hellénistique ou
47 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.3. Le Mythe de Japhet
76chés aux biens de ce monde », mais capables de se convertir 11 . Les commentateurs des siècles suivants comme Paul Orose et Phila
77ent » (à l’égard de la vraie foi) de païens et de convertis toujours plus nombreux, qui porte en bloc le nom d’Europe. L’origine
48 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
78es Turcs ? Il serait, naturellement préférable de convertir les Turcs au Christianisme, par la persuasion, par les bienfaits, et
49 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.4. « Têtes de Turcs »
79 longuement [p. 87] séjourné en Orient, il entend convertir d’abord les mahométans ou « Ismaéliens », par la propagation d’un « c
50 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
80nt leurs forces par des évolutions régulières, et convertissaient le fer en armes utiles pour l’attaque et pour la défense. Mais la cor
51 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
81 et qui même gagne du terrain d’année en année et convertisse à lui les esprits qui y répugnaient ou qui se montraient incrédules o
52 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
82re extrême où se porte l’âme irritée mais non pas convertie par l’esprit — comme l’a si bien vu Kierkegaard. Tout amour véritable
53 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
83 le plus naturellement du monde. Nul ne cherche à convertir l’autre à sa pratique car : 1° ce n’est qu’une pratique, précisément,
54 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
84 nulles et fausses si une région toute entière se convertissait à la croyance des mennonites, qui interdit l’usage de l’auto et n’adm
55 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
85ne doctrine particulière n’a la moindre chance de convertir une solide majorité des Européens, et de recréer cette commune mesure
56 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.5. Le rôle de la recherche en Europe
86écouvrir les autres peuples de la Terre, pour les convertir et les dominer. (Alors que nous. Européens, n’avons jamais été découv
57 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
87uite par le christianisme. Je ne parle pas ici du converti, de l’homme chrétien au sens courant, du membre d’une église, plus ou
58 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
88dans un bordel « pour se chauffer les pieds », et convertit toutes les prostituées ; elles se prosternent devant lui, et il ne ta
89cle. C’est aussi que Guillaume n’est pas encore « converti » à la courtoisie, et qu’elles ont des raisons de le fuir. Plus tard,
59 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
90re des motivations psychologiques de ceux qui s’y convertissent, ne saurait être admise par aucun d’entre eux. Elle saute aux yeux et
60 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
91e compte dans la seule existence individuelle des convertis. Ainsi de la communauté sociale : elle prend racine dans la condition
61 1977, L’Avenir est notre affaire. Conclusion. « Sentinelle, que dis-tu de la nuit ? »
92tre tous des seuls en masse, il vous reste à vous convertir, à faire votre révolution, c’est le même mot. Je ne vais pas vous dem
93a puissance sur autrui. Et c’est littéralement se convertir. Tous les prophètes condamnent la volonté de puissance, qu’ils assimi
94it aussi. Si vous voulez interroger, interrogez ! Convertissez-vous et revenez !
62 1977, Foi et Vie, articles (1928–1977). Pédagogie des catastrophes (avril 1977)
95tre tous des seuls en masse, il vous reste à vous convertir, à faire votre révolution, c’est le même mot. Je ne vais pas vous dem
96a puissance sur autrui. Et c’est littéralement se convertir. Tous les prophètes condamnent la volonté de puissance, qu’ils assimi
97it aussi. Si vous voulez interroger, interrogez ! Convertissez-vous et revenez ! p. 145 y. « Pédagogie des catastrophes », Foi
63 1978, Cadmos, articles (1978–1986). Conditions d’un renouveau (automne 1978)
98, un individu. Et l’homme nouveau ? Le même, mais converti, « mort à soi-même », réorienté et recréé par l’appel de sa vocation