1 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
1au sens où l’on dirait qu’Einstein, interprète du cosmos, est un mage, il ne fut pas un magicien. Il erra toute sa vie, d’aube
2 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
2l’intellectuel une connaissance plus organique du cosmos et de plus saines disciplines de pensée 60 . Je ne vais pas recommand
3 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
3alisme intempérant par la considération hardie du cosmos. Quant à sa thèse théologique, je me contente de suggérer qu’on l’adm
4 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
4pôtre (Romains 8), et qui tendrait à restaurer le Cosmos dans sa loi primitive, troublée par le péché ? La volonté chrétienne
5 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
5u çaktisme. La force secrète (çakti) qui anime le cosmos et soutient les dieux (en premier lieu Çiva et Bouddha)… est fortemen
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
6ôtre (Romains, 8), et qui tendrait à restaurer le Cosmos dans sa loi primitive, troublée par le péché ? La volonté chrétienne
7 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
7taurera l’humain, et comme à travers lui, pour le Cosmos. (Voir Romains 8). Vous estimerez peut-être que j’abuse en transporta
8 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La Poésie scientifique en France au xviᵉ siècle, par Albert-Marie Schmidt (septembre 1939)
8eu ». Le poète a reçu la vocation de restituer le cosmos à l’état adamique, d’effacer les traces du péché, de retrouver les no
9 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
9ausser quelque chose dans [p. 42] l’ordonnance du cosmos. C’est toujours en quelque manière dire un mensonge ou l’opérer. Par
10 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
10enter le permanent rappel au drame fondamental du cosmos et de l’esprit : il faut mourir pour naître de nouveau. Étrange insti
11 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
11cycles possibles. Du fond d’un cœur aux bornes du cosmos, une résonance universelle émeut tout l’existant à la quête éternelle
12créatures, je prétends m’isoler ou m’abstraire du cosmos, et provoquer ma catastrophe particulière, ce ne sera qu’au prix de m
12 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable II : Le menteur (22 octobre 1943)
13 c’est fausser quelque chose dans l’ordonnance du cosmos. C’est toujours en quelque manière dire un mensonge ou l’opérer. Par
13 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
14it à ses yeux qu’indécence, blessure à l’ordre du cosmos, crime absurde. Voyageant en Inde, l’an dernier, j’ai pu vérifier sur
15ertu magique d’un acte sacrificiel les rythmes du Cosmos et les lois de la fécondité — on dirait aujourd’hui : pour favoriser
14 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
16 quoique mystérieuse, n’est plus illusion ; et le cosmos n’est pas une fantasmagorie privée de cohérence, d’ordre et de sens,
17nt à des images cosmiques fermées, à la beauté du cosmos tel qu’il le conçoit, à la transparence logique de la totalité posée
18 monde qu’ils qualifient de panthéiste. Car si le cosmos est vraiment infini à la fois dans le temps et dans l’espace — comme
19ourd’hui plusieurs astronomes de renom — ou si le cosmos est pratiquement fini, mais cependant illimité, comme le pense curieu
20pense curieusement Einstein, il en résulte que ce cosmos revêt certains des attributs de Dieu. Le divin prend alors les noms l
21 que cette science avait cru pouvoir éliminer. Le Cosmos tout entier se résout en un voile tissé d’ondes animant le vide 30 .
22thématique. Tout s’explique et s’implique dans le cosmos des sciences, et l’invisibilité même s’y [p. 12] convertit sans cesse
23ique et la mathématique peuvent les transférer au Cosmos. Mais le Dieu que prient les chrétiens est celui qui s’est fait conna
15 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
24par une mystique qui tendait au salut conjoint du cosmos et de l’âme humaine, brusquement changent de signe et tournent au flé
16 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur le rêve des sciences (décembre 1956)
25la matière formée d’atomes, finalement pour notre cosmos ? On voit le danger : le jour où notre monde touchera son reflet, l’a
17 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
26ure. L’ange qui apparaît à l’adepte lui décrit un cosmos dont les données apparemment physiques se transmuent en symboles, et
27dre le voyage mystique vers l’Orient. Quel est ce cosmos symbolique ? À droite, l’Orient des Formes et du Soleil levant, au de
28 solipsisme exténuant ?… Maîtriser les secrets du cosmos, et peut-être demain de la vie, pense l’Oriental, n’est-ce pas régner
18 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
29resses : trouver le secret de l’homme et celui du cosmos. La foi dans un Dieu personnel dont le commandement unique est celui
19 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
30n plus avant dans les secrets de la matière et du cosmos. Nous cherchons des formules d’unité à tout prix, et nous trouvons la
20 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
31euse des Hindous ne s’appliquait qu’aux cycles du cosmos : les événements de l’Histoire s’y trouvent tellement noyés que perso
32t déjà vécu presque un « jour de Brahma » dans le cosmos actuel. Je dis « cosmos actuel », car de nombreux savants nous parlen
33 jour de Brahma » dans le cosmos actuel. Je dis « cosmos actuel », car de nombreux savants nous parlent déjà d’un mouvement de
34al. L’individu trouve le défi trop lourd. Dans un cosmos qui se calcule en centaines de millions d’années-lumière, dans cette
21 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
35 143] Chapitre VI L’expérience de l’espace D’un cosmos qui n’a plus de centre Parmi les plus anciennes mappemondes dessinées
36usines germaines à x années-lumière. Ceci dans un cosmos dont notre galaxie n’occupe qu’un coin perdu, comme le sont tous les
37alise ces réalités. Qu’il s’applique au passé, au cosmos ou à l’atome, nous le ressentons identiquement comme un progrès. Mais
22 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
38ique mystérieuse, n’est plus une illusion ; et le cosmos n’est pas une fantasmagorie privée de cohérence, d’ordre et de sens,
39nt à des images cosmiques fermées, à la beauté du cosmos tel qu’il le conçoit, à la transparence logique de la totalité posée
40 monde qu’ils qualifient de panthéiste. Car si le cosmos est vraiment l’infini à la fois dans le temps et dans l’espace — comm
41ourd’hui plusieurs astronomes en renom — ou si le cosmos est pratiquement fini, mais cependant illimité, comme le pense curieu
42pense curieusement Einstein, il en résulte que ce cosmos revêt certains des attributs de Dieu. Le divin prend alors les noms l
43 que cette science avait cru pouvoir éliminer. Le Cosmos tout entier se résout en un voile tissé d’ondes animant le Vide. 99 %
44thématique. Tout s’explique et s’implique dans le cosmos des sciences, et l’invisible même s’y convertit sans cesse en matière
45ique et la mathématique peuvent les transférer au Cosmos. Mais le Dieu que prient les chrétiens est celui qui s’est fait conna
23 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
46par une mystique qui tendait au salut conjoint du cosmos et de l’âme humaine, brusquement changent de signe et tournent au flé
24 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
47sse sociale, ou avec telle notion particulière du cosmos. Quant aux ambivalences de la science, elles sont liées, nous l’avons
48, la connaissance approfondie de la matière et du cosmos, et l’aventure technique ouvrant les perspectives d’une culture génér
49gu des pouvoirs de l’homme sur lui-même et sur le cosmos où il existe, bien qu’il soit proprement occidental par ses origines
25 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
50euse des hindous ne s’appliquait qu’aux cycles du cosmos : les événements de l’Histoire s’y trouvent tellement noyés que perso
51t déjà vécu presque un « jour de Brahma » dans le cosmos actuel. Je dis « cosmos actuel », car de nombreux savants nous parlen
52 jour de Brahma » dans le cosmos actuel. Je dis « cosmos actuel », car de nombreux savants nous parlent déjà d’un mouvement de
53al. L’individu trouve le défi trop lourd. Dans un cosmos qui se calcule en centaines de millions d’années-lumière, dans cette
26 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
54uropéen chrétien, pour un Kepler, par exemple, le cosmos lui-même n’est pas cette fantasmagorie que décrivent les mythologies
55r son action illuminante. L’homme peut étudier le cosmos, dès lors qu’il croit à une harmonie profonde entre ce cosmos et son
56lors qu’il croit à une harmonie profonde entre ce cosmos et son esprit, l’un et l’autre ayant été créés et voulus par le même
57 ; la croyance à la raison et à la rationalité du cosmos ; la foi au transcendant, l’amour de Dieu et du prochain. On voit san
58lité de la matière et la croyance profonde que le cosmos, créé par Dieu, n’est pas absurde ni soumis aux caprices des divinité
59 et la matière dont il est formé, et par suite le cosmos matériel tout entier, sont bel et bien réels, ne sont pas des illusio
60ude des lois du corps humain, de la matière et du cosmos. Les sciences physiques et naturelles n’avaient pas lieu de se dévelo
61 vaste, l’ensemble des pouvoirs de l’homme sur le cosmos. Ajoutons que la Grèce antique fournissait à l’Europe naissante les m
62eulement dans l’homme, mais dans la matière et le cosmos, et que la recherche scientifique arrive parfois à détecter, à réveil
27 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
63espaces noirs ouvrent les dimensions insensées du cosmos. Ah ! la vraie vie n’est que sur notre Terre ! Et ce qui est « ailleu
64oup de son importance. Oui, mais la découverte du Cosmos n’en sera pas moins son fait, au bout de compte, tout comme le fut la
28 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
65l’exemple de l’érotisme. Le Shivaïsme explique le cosmos tout entier en termes de sexualité : il pose le désir à la base de to
66i s’attaquent à nos « agrégats » individuels : le cosmos actuel tout entier semble résulter — selon leurs sages — d’une gigant
67qu’un jour — dont ils savent la date — la vie, le cosmos et les dieux seront résorbés dans l’Un seul, sans laisser aucune trac
68vie secrète, comme l’alchimiste, cette matière du cosmos en expansion, de l’atome élusif, des corps vivants, l’homme d’Occiden
29 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
69tre le vide et le royaume Que toute la matière du cosmos, rassemblée, puisse tenir dans un dé ; que sur cette petite Terre sus
30 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
70ons » lointaines, et considération sympathique du cosmos : c’est Bernard Le Bovier de Fontenelle (1657-1757). Par ses célèbres
31 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
71ec la concentration de toute connaissance dans le cosmos des sciences. Elle ne souffre aucun voile ; elle ne permet pas la tra
72oses, signifie pour les Grecs que le monde est un cosmos et qu’un ordre strict détermine tout. Cette « Nature », les Grecs ne
32 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
73l’exemple de l’érotisme. Le Shivaïsme explique le cosmos tout entier en termes de sexualité : il pose le désir à la base de to
74i s’attaquent à nos « agrégats » individuels : le cosmos actuel tout entier semble résulter — selon leurs sages — d’une gigant
75qu’un jour — dont ils savent la date — la vie, le cosmos et les dieux seront résorbés dans l’Un seul, sans laisser aucune trac
76vie secrète, comme l’alchimiste, cette matière du cosmos en expansion, de l’atome élusif, des corps vivants, l’homme d’Occiden
33 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
77esse croissante, comme autant de galaxies dans le cosmos en expansion vertigineuse que nous décrivent les astronomes contempor
78 écrire « qu’une vue physicienne stricto sensu du cosmos est trop étriquée » ; et que la physique de demain risque de se trouv
34 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
79esse croissante, comme autant de galaxies dans le cosmos en expansion vertigineuse que nous décrivent les astronomes contempor
80 écrire « qu’une vue physicienne stricto sensu du cosmos est trop étriquée ; et que la Physique de demain risque de se trouver
35 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
81plus basse de l’énergie, et qui entraîne ainsi le cosmos tout entier vers « la mort tiède », vers un état d’indifférence génér
36 1969, La Vie protestante, articles (1938–1978). La lune, ce n’est pas le paradis (1er août 1969)
82e nous, non pas à l’extérieur, dans l’espace ; le cosmos physique. Je crois que même du point de vue de la technique, les plus
37 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
83esse croissante, comme autant de galaxies dans le cosmos en expansion vertigineuse que nous décrivent les astronomes contempor
84 écrire « qu’une vue physicienne stricto sensu du cosmos est trop étriquée ; et que la physique de demain risque de se trouver
38 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
85 Il y a là un programme grandiose d’action sur le cosmos, qui s’offre à l’homme en tant que spirituel, précisément. Programme
86 la croyance en un Dieu créateur et régulateur du cosmos le rend cependant concevable pour la foi. Il faut voir là sinon l’ori
87affectées à la recherche des moyens d’explorer le cosmos. Personne ne peut savoir à quoi cela servira. Ce qui explique ces dil
39 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
88nces physiques et naturelles, puis techniques. Le cosmos dans lequel nous vivons n’est pas une fantasmagorie, pour les pères d
89s qu’il existe un accord entre notre esprit et le cosmos, tous deux créés par Dieu. Il est remarquable que Nietzsche, le premi
90science exacte, l’accord entre notre esprit et le cosmos, ferait alors défaut. Si des athées ont fait de la physique, vraiment
91it à ses yeux qu’indécence, blessure à l’ordre du cosmos, crime absurde. En Inde, les seuls hommes touchés par l’idéologie com
92ertu magique d’un acte sacrificiel les rythmes du cosmos et les lois de la fécondité — on dirait aujourd’hui : pour favoriser
40 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte, suite et fin
93raie révolution en faisant du Soleil le centre du cosmos aux dépens de notre Terre, capitale Rome. Puis il n’y eut plus même d
94tale Rome. Puis il n’y eut plus même de centre du cosmos, et alors l’homme se découvrit centre de tout par sa conscience de so
41 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
95, a pour domaine réservé la stratégie générale du cosmos et du rôle de l’homme dans le cosmos. Il sait que si l’homme s’empare
96 générale du cosmos et du rôle de l’homme dans le cosmos. Il sait que si l’homme s’empare des clés de l’action sur la matière
42 1980, Réforme, articles (1946–1980). Les Nations unies des animaux (13 décembre 1980)
97e, j’entends de l’homme à la Nature vivante et au Cosmos, où le règne animal est le plus proche de l’homme. Les religions de l
43 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
98ique et la mathématique peuvent les transférer au Cosmos — illimité-fini interdit d’au-delà, voué à l’autarcie, et donc à l’ac