1 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
1le sensation physique de bonheur, dans une rue au coucher du soleil, des phares d’automobiles étoilent le brouillard, les visag
2 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Kikou Yamata, Saisons suisses (mars 1930)
2et de gris l’on pût recréer toute la ferveur d’un coucher de soleil. Des formes purifiées, un relief net, une heureuse alliance
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
3au du prophète Gül-Baba. Puis, comme le soleil se couchait, nous avons repassé un grand pont vibrant et nous sommes rentrés en E
4 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
4au du prophète Gül-Baba. Puis, comme le soleil se couchait, nous avons repassé un grand pont vibrant et nous sommes rentrés en E
5 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
5es monumentales. Dans une chambre froide il s’est couché en grelottant. Mais à travers l’ombre il distingue les masses confort
6 dans la campagne. La petite ville au crépuscule, couchée en rond entre les collines, secrète sous un voile de brume bleue, dan
6 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
7er un chat qui rôde autour de la faisanderie. Les couchers de soleil à cette saison se prolongent jusque vers onze heures, en de
8urvues d’articulations, en sorte qu’il ne peut se coucher et doit dormir appuyé aux arbres. Pour le capturer, les indigènes sci
7 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
9 parois de la pièce pour permettre à chacun de se coucher. Kagawa les nourrit de son travail. Parfois, ils se révoltent contre
8 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
10mobiles, des divans, des hommes et des femmes qui couchaient tellement ensemble qu’ils en étaient perpétuellement imbriqués comme
9 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
11soi ». Enfin, il précise qu’on y atteint le mieux couché dans un bateau « qui dérive au gré de l’eau ». Image assez frappante
10 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
12u, certains d’entre eux sont morts ou vont mourir couchés sur une fortune de 100 000 ou de 200 000 francs, que leurs fils iront
13, ça délasse, et avec [p. 80] ça on peut aller se coucher ! Ils mangent et on va se coucher. C’est le lendemain matin que j’ai
14n peut aller se coucher ! Ils mangent et on va se coucher. C’est le lendemain matin que j’ai vu qu’ils avaient pris la chèvre.
15eut guère que se tremper quelques secondes, et se coucher ensuite sur la dune, au vent doux. Villages blancs au-delà des lagune
16eurt qui nous émeut. Cette nuit, avant d’aller me coucher, j’ai été voir encore au poulailler. (Nous attendions depuis deux jou
11 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
17s verticaux. Le rationaliste idéal, c’est l’homme couché ; tout au plus, l’homme assis. Celui qui se fait servir. Mais quoi, j
18octurnes. Ma police personnelle m’envoie aussi me coucher. Elle m’y contraint un peu… Quelle résistance absurde opposerais-je,
19re voisin, c’est qu’à deux reprises déjà, s’étant couché fort tard, il a vu ma lampe allumée. Si cela continue, il me prendra
20e et presque « atterrant ». La petite chienne est couchée, sur le flanc, haletant doucement, l’arrière-train tuméfié. Autour d’
21ignées de terre sur tous ces ventres. Ils vont se coucher un peu plus loin. Un ou deux se défilent en silence. « J’ai pris la n
12 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
22u, certains d’entre eux sont morts ou vont mourir couchés sur une fortune de 100 000 ou de 200 000 francs, que leurs fils iront
13 1937, Esprit, articles (1932–1962). Robert Briffaut, Europe (janvier 1937)
23ffaut, parce qu’une baronne juive avait refusé de coucher avec un certain prince Nevidoff, propriétaire de bassins pétrolifères
14 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
24e et presque « atterrant ». La petite chienne est couchée, sur le flanc, haletant doucement, l’arrière-train tuméfié. Autour d’
25ignées de terre sur tous ces ventres. Ils vont se coucher un peu plus loin. Un ou deux se défilent en silence. « J’ai pris la n
15 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
26eut guère que se tremper quelques instants, et se coucher ensuite sur la dune, au vent doux. Villages blancs au-dessus des lagu
27eurt qui nous émeut. Cette nuit, avant d’aller me coucher, j’ai été voir au poulailler. (Nous attendions depuis deux jours l’éc
16 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
28utaire. À partir du xviiie siècle, le thème du « Coucher de la mariée » n’est plus qu’une occasion d’anodines galanteries pict
17 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
29utaire. À partir du xviiie siècle, le thème du « Coucher de la mariée » n’est plus qu’une occasion d’anodines galanteries pict
18 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
30l dût, jour pour jour, se lever avec lui-même, se coucher avec lui-même, traîner après lui, à chaque pas, son moi détesté…, qu’
19 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
31 quoi que ce soit, hors l’envie de boire et de se coucher. Eh bien ! de tout cela se dégage un lyrisme. De cela précisément qui
32 toute la nature, sans préjugés ni fausse pudeur. Couché dans l’herbe grasse, écrasé par son sac, l’homme observe l’avant-terr
20 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). New York alpestre (14 février 1941)
33ue New York est une île en forme d’un gratte-ciel couché. C’est la ville la plus simple du monde. Douze avenues parallèles, da
21 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
34arce que tu es venu, tout simplement. Nous étions couchés chez nous. Je ne sais combien de temps cela va durer. Elle délire et
22 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
35l dût, jour pour jour, se lever avec lui-même, se coucher avec lui-même, traîner avec lui, à chaque pas, son moi détesté … qu’i
23 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
36 quoi que ce soit, hors l’envie de boire et de se coucher. Eh bien ! de tout cela se dégage un lyrisme. De cela précisément qui
37 toute la nature, sans préjugés ni fausse pudeur. Couché dans l’herbe grasse, écrasé par son sac, l’homme observe l’avant-terr
24 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
38n, si tout va bien, nous atteindrons Lisbonne. Où coucherons-nous ? Le Portugal a vu passer déjà des centaines de milliers de réfu
25 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
39 que New York est une île en forme de gratte-ciel couché. C’est la ville la plus simple du monde. Douze avenues parallèles, da
40ouvre l’espace, double le ciel, qui règne seul au coucher du soleil. [p. 106] À New York, la lumière du soir évacue rapidement
26 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
41une part inavouable de libération. Avouons-la, et couchons-nous. 21 juillet 1941, en mer Nuit des tropiques. Tout à l’avant du
42s dans les plumets déchiquetés par le vent tiède. Couché sur l’herbe je sens vivre une terre étrange, plus jeune et plus ancie
27 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
43ne pas « dépasser ». Je pose pour le Petit Prince couché sur le ventre et relevant les jambes. Tonio rit comme un gosse : « Vo
28 1946, Lettres sur la bombe atomique. 1. La nouvelle
44mais il était minuit, et les rieurs sont allés se coucher chacun de son côté, et sur sa position. Ce matin, le docteur a voulu
29 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
45 que New York est une île en forme de gratte-ciel couché. C’est la ville la plus simple du monde. Douze avenues parallèles, da
46ouvre l’espace, double le ciel, qui règne seul au coucher du soleil. À New York, la lumière du soir évacue rapidement les rues
30 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
47t nues, jusqu’à cette rangée d’écussons aux lions couchés trois par trois. Plus bas, des tapis suspendus. Au-dessus de ma tête,
31 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
48t deux ou trois notes toujours pareilles. D’abord couchés à terre, dos à dos, les danseurs frappent très faiblement l’un contre
49sol d’une main, frappant de l’autre ; puis ils se couchent, frappent encore faiblement, s’immobilisent et la musique s’arrête sa
50ntourner sans les frôler les vaches accroupies ou couchées sur le flanc en plein milieu de la chaussée. Mieux vaut aller à pied
32 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — iii. Post-scriptum
51ientifique ou d’éducation morale… Dans tout pays, coucher avec une femme sans l’aimer est le dernier degré de l’avilissement qu
33 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
52leurie, dans le lointain un panorama féerique, un coucher de soleil séducteur…. impossible de rendre cela en paroles. C’est l’h
34 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
53acovie. Comme on ne trouvait pas de place pour le coucher, le jeune Celt, qui l’accompagnait avec un infirmier, alla trouver le
35 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
54« concilier dans la pratique les incompatibilités couchées sur le papier » ; d’une forme d’esprit qui érige la prudence en vertu
36 1968, Preuves, articles (1951–1968). Marcel Duchamp mine de rien (février 1968)
55ue nous pouvons imaginer de lui… Avant d’aller se coucher, je lui donne le Nouvel Esprit scientifique de Bachelard. J’ai soulig
37 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
56t nues, jusqu’à cette rangée d’écussons aux lions couchés trois par trois. Plus bas, des tapis suspendus. Au-dessus [p. 25] de
38 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
57arzifal de Wolfram d’Eschenbach, où les amants se couchent ensemble nus, mais séparés par une épée, ou un agneau, ou un enfant ;
58s, p. 272.) (« S’ils se révèlent incapables de se coucher dans un lit, nu contre nue, sans accomplir l’acte charnel. ») J’ai de
59ut pour lui, il violerait le tabou courtois. S’il couchait avec elle mariée à Marc, il violerait le tabou de l’inceste, et tout
39 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
60us faut accepter ce risque. Autrement, allez vous coucher.   7. — « La Région serait-elle une panacée ? » Oui sans doute, dans