1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1 en vain. Stades que parcourent de jeunes et purs courages, donnez-moi votre silence jusqu’à l’heure. Que je taise votre mot de
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). René Crevel, Mon corps et moi (mai 1926)
2yants. Ah ! Seigneur, donnez-nous la force et le courage de contempler nos corps et nos cœurs sans dégoût implorait Baudelair
3 dégoût implorait Baudelaire. Encore avait-il le courage de prier… p. 662 u. « René Crevel : Mon corps et moi », Biblioth
3 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
4prétexte toujours de probité intellectuelle ou de courage moral, nous avons élevé à la hauteur d’une vertu première — et qui lé
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
5 voir si entourée… D’autres fois… je n’ai plus le courage de les dire. Enfin, avant-hier, à ce bal. [p. 68] J’avais demandé à
5 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
6 Second pas : en poser les termes avec netteté et courage. Pour le reste, je pense que c’est une question de foi. p. 189
6 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Naville, La Révolution et les intellectuels (novembre 1928)
7ette réalité. Il est certain que s’ils avaient le courage de se soumettre au concret de l’esprit, ils comprendraient que le « s
7 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
8si les tenants de l’ordre spirituel retrouvent le courage d’être, malgré les mots  14 , des anarchistes et des utopistes. J’app
8 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
9ndre rosa : la rose, d’admirer le Parthénon et le courage de Mucius Scevola. On croyait au progrès, sous n’importe quelle forme
9 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Malraux, La Voie royale (février 1931)
10 que notre admiration littéraire 11 . [p. 81] Le courage presque agressif qu’elle apporte à décrire la figure de l’homme moder
10 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
11rd, lorsqu’elle trouve, à force de souffrance, le courage de sacrifier son amour. Mais elle ne peut survivre à cet acte suprême
11 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
12ion sociale qu’il a conçu ? Et comment trouver le courage de se donner à cet idéal, dont la réalisation pratique lui répugne en
13it tout. Il décida de vivre fermement, de prendre courage et de lutter bravement à l’avenir, et pour cela il accepterait tout d
14istence. Il accepterait aussi la religion avec le courage du suicide. Dans sa résolution, il se sentait graduellement attiré pa
12 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
15rce qui nous est promise doit-elle nous rendre ce courage léger. Le moralisme nous trahit Partons du cas concret de nos trois
13 1932, Présence, articles (1932–1946). Cause commune (avril-juin 1932)
16e, est toujours évident dès que nous possédons le courage de le voir et de l’assumer. Un acte de présence à la misère du siècle
14 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
17our la même cause qu’il se sacrifie, avec le même courage. On les a décorés, on l’emprisonne. 5° Il n’y a qu’un rapport de trah
15 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
18ciper à un effort politique quelconque ? Ayons le courage de l’affirmer ; il n’est pas de réponse à cette question pour ceux qu
16 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
19 que seule la foi peut en donner jusqu’au bout le courage. Je parle de la foi chrétienne où je veux être, de ce suprême « choix
17 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
20 les problèmes de l’heure avec une lucidité et un courage intellectuel qu’on rencontre rarement chez les écrivains politiques.
18 1933, Le Semeur, articles (1933–1949). Humanisme et christianisme (mars 1933)
21e terre, une scandaleuse économie d’énergie et de courage. Pour eux, le christianisme est contre l’homme. 2. À cela, les chréti
22il ne semble pas que ces deux auteurs aient eu le courage d’aller jusqu’aux dernières conséquences de leur refus du transcendan
19 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
23e refus… À chacun de s’examiner et d’éprouver son courage « personnel ». Il y a très peu de personnes. Mais la personne c’est l
20 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
24ciper à un effort politique quelconque ? Ayons le courage de l’affirmer ; il n’est pas de [p. 88] réponse à cette question pour
21 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
25e terre, une scandaleuse économie d’énergie et de courage. Pour eux, le christianisme est contre l’homme. 2. À cela, les chréti
22 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
26 que seule la foi peut en donner jusqu’au bout le courage. Je parle de la foi chrétienne où je veux être, de ce suprême « choix
23 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
27 si c’en est encore un ! — mais qui n’ont plus de courage civique. Militarisation d’un peuple ! C’est le contraire, le mot l’in
24 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
28pitié veule et platonique qui est le contraire du courage et non pas de la cruauté ; un internationalisme qui n’est qu’une ranc
29rt étonnés d’apprendre qu’il fallait, en 1934, un courage véritable pour utiliser en philosophie des motifs tels que le désespo
25 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
30u qui avait commencé, celles-là l’auraient eu, ce courage ! Ô mensonge ! » La foule n’est rien que la fuite de chaque homme dev
31ils de Dieu ? Mais qu’il soit foule, il aura ce « courage », — il l’a eu. Il faut aller plus loin. La foule n’est pas dans la r
26 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
32ision réaliste de son sort terrestre, et le sobre courage d’avouer sa dégradation. Un vrai roman chrétien est d’abord réaliste.
27 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
33qu’on m’y aide. Pourquoi n’avez-vous jamais eu le courage, vous Français — ou la bonté — ou la générosité de soi — de dire oui
34 poursuit : Mais ne vante-t-on pas partout votre courage ? N’aurez-vous jamais que le plus bas ? Ne penserez-vous jamais à ceu
28 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
35ssentir, ils ont méconnu leur angoisse ; faute du courage de la considérer en face — ce courage que donne seule la foi — ils se
36 ; faute du courage de la considérer en face — ce courage que donne seule la foi — ils se sont mis à déclamer un désespoir déco
29 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
37ision réaliste de son sort terrestre, et le sobre courage d’avouer sa dégradation. Un vrai roman chrétien est d’abord réaliste.
30 1935, Esprit, articles (1932–1962). André Rouveyre, Singulier (janvier 1935)
38gie exploratrice et le repliement amer. Enfin, un courage sérieux, nietzschéen sans exaltation. La lecture d’un tel livre, lent
31 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
39eux communs dont le livre de M. de la Rocque a le courage de rappeler la vertu, rions à notre tour du reproche de fascisme dont
32 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
40, c’est la promesse de celui qui a dit : « Prenez courage, j’ai vaincu le monde. » — Christ est ressuscité. Il est vivant ! Par
41dernière, métaphysique et religieuse. Qui aura ce courage, si les chrétiens ne l’ont pas ? Où voulez-vous aller si vous refusez
33 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
42ils qualifiés de réactionnaires qu’il avait eu le courage de donner. Ainsi se termina, en principe du moins, l’épisode du Prole
34 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
43rents excès, il y a toujours un certain manque de courage, une certaine politique de l’autruche, une certaine intempérance du d
44magination créatrice suppose moins de ruse que de courage, moins de souplesse que de fanatisme intime. Oui, c’est un fanatisme
35 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
45qualifiés de « réactionnaires » qu’il avait eu le courage de donner. Ainsi se termina, en principe du moins, l’épisode du Prole
36 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
46ns à voir Gide, en dépit de tout, et avec tant de courage malgré tant de prudences, persévérer dans une volonté révolutionnaire
37 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
47aïves du débutant, cela suppose beaucoup moins de courage que bien des jeunes bourgeois ne l’imaginent : ceux qui voudraient « 
48rès cela (dans un autre ordre). Si l’on trouve le courage de se mettre en route, c’est bien souvent à cause d’une seule image q
49porte pas d’autres réponses que celles qu’on a le courage de lui donner. Qu’il n’y a rien à en attendre, sinon ce qu’on peut y
38 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
50 clichés du journal. On n’aura pas le temps ni le courage, ni même l’idée de pousser plus loin, d’aborder des réalités. Donc, p
39 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
51ns une exaltation croissante, priant et reprenant courage. Soudain une femme sort du jardin juste en face de lui ; une jeune Da
40 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
52aïves du débutant, cela suppose beaucoup moins de courage que bien des jeunes bourgeois ne l’imaginent : ceux qui voudraient « 
41 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
53n. Comme je sortais, vivement impressionné par le courage sérieux (sans nul défi) que suppose hic et nunc une telle prédication
42 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
54û se sentir atteint. Et comment ne pas admirer le courage de cette Française 4 qui, du fond de son Romorantin, se dresse, seul
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
55obation ? À défaut d’ennemis déclarés, où sera le courage que l’on réclame des écrivains ? Faudra-t-il qu’ils l’exercent contre
44 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
56’ici-bas. Seule une telle vocation peut donner le courage de s’avouer en toute lucidité, de s’exprimer sans réticences et d’ass
45 1940, Mission ou démission de la Suisse. Avertissement
57 mais nous courons déjà l’épreuve des âmes. Or le courage qu’il y faut n’est pas seulement celui de résister : il est d’abord c
46 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
58 si c’en est encore un ! — mais qui n’ont plus de courage civique. Militarisation d’un peuple ! C’est le contraire, le mot l’in
47 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
59une des marques de notre liberté est justement le courage d’admettre les critiques les plus amères, et d’en tirer profit s’il y
60ter à tout jamais : nous sommes libres ! Ayons le courage de le reconnaître en toute franchise : la Suisse actuelle n’est pas,
61le. Une seule idée… Mais si nous l’acceptons avec courage et avec joie, je suis certain que la plupart des critiques auxquelles
48 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
62notre foi, comme le canon lointain ranimerait nos courages ? Nos Églises trouveraient-elles le moyen de subsister et de s’organi
63ible. Inspectons avec soin nos défenses, ayons le courage de dire franchement : ici ou là, nous sommes encore faibles. C’est ic
64ire, à l’intérieur du pays ; 3° qu’elles aient le courage d’être franchement des Églises visibles, organisées, douées d’une dis
65t à l’heure comme suit : que nos Églises aient le courage d’être franchement des Églises visibles — solidement organisées, — do
49 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
66puisse renaître la confiance qui donnera seule le courage de rebâtir. Celui qui doute du pardon ne peut pas confesser son crime
50 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
67eur amour de la liberté les pousse aux sommets du courage. Et ainsi de suite : ce jeu de coquetterie profonde conditionne en pa
51 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
68u qui avait commencé, celles-là l’auraient eu, ce courage ! Ô mensonge !… Car une foule est une abstraction qui n’a pas de main
52 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
69ains, notre désir. Il nous suffit de retrouver le courage d’être vertueux. Il nous suffit de rendre à la vertu sa gloire. Cert
70 demi-mal de petites perversions. Il nous rend le courage d’opposer à cet orgueil prôné par les totalitaires, l’humilité et non
71ît mieux le pécheur, puisqu’il réveille en lui le courage de l’amour. [p. 214] Je pense que le malheur nous rendra sobres, et
53 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable IV : L’accusateur (5 novembre 1943)
72puisse renaître la confiance qui donnera seule le courage de rebâtir. Celui qui doute du pardon ne peut pas confesser son crime
54 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
73ou qui avait commencé, celles-là l’auraient eu ce courage ! Ô mensonge !… Car une foule est une abstraction qui n’a pas de main
55 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
74s, cette histoire de l’éternité ! Il suffit d’un courage purement humain pour renoncer le temps afin de gagner l’éternité : ca
75renoncer ; et c’est le paradoxe ; mais il faut un courage paradoxal et humble pour embrasser le temps en vertu de l’absurde 37
76brasser le temps en vertu de l’absurde 37 . Et ce courage est celui de la foi. Par la foi, Abraham ne perdit point Isaac ; c’es
77it [p. 98] commencé, celles-là l’auraient eu, ce courage ! Ô mensonge ! » La foule n’est rien que la fuite de chaque homme dev
78ils de Dieu ? Mais qu’il soit foule, il aura ce « courage », — il l’a eu. Il faut aller plus loin. La foule n’est pas dans la r
56 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
79’ici-bas. Seule une telle vocation peut donner le courage de s’avouer en toute lucidité, de s’exprimer sans réticences, et d’as
57 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Le rêve américain (9 novembre 1945)
80 seuls devant leur chance. Tout dépendait de leur courage, de leur esprit d’entreprise et de leur foi. Cette situation, dépassé
58 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
81deux mots : voilà le domaine que Disney seul a le courage d’explorer aujourd’hui. Mickey et Donald le Canard font partie de la
59 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
82sûr… La guerre qui vient n’augmente en nous ni le courage ni la peur, mais plutôt un certain cynisme. Peut-être aussi une certa
60 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
83e avec une fougue adolescente, une peur naïve, un courage chrétien. Mort des martyrs et mort bourgeoise, mort soldatesque et mo
61 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
84 la campagne antifasciste qu’il mène avec un beau courage. — Non, monsieur, je ne crois pas, je regrette… Nous parlerons encore
62 1946, Lettres sur la bombe atomique. 12. Les Quatre Libertés
85e libres, uniquement et tout simplement, c’est du courage. Car nous sommes libres, si nous sommes prêts à payer le prix de la l
86experts. Il la tient de sa vision seule et de son courage à lutter pour la joindre. Lénine sous le tzarisme était plus libre qu
63 1946, Lettres sur la bombe atomique. ii. Point de vue d’un général
87a lettre II : « La stratégie, le commandement, le courage, la discipline, le ravitaillement des troupes, l’organisation et tout
64 1946, Lettres sur la bombe atomique. iii. La guerre des gaz n’a pas eu lieu
88leue, et que personne, même pas Hitler, n’a eu le courage de commencer. À plus forte raison pour la Bombe… » Je ne trouve pas l
65 1946, Combat, articles (1946–1950). Post-scriptum (24 mai 1946)
89leue, et que personne, même pas Hitler, n’a eu le courage de commencer. À plus forte raison pour la Bombe… — Je ne trouve pas l
66 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Une bureaucratie sans ronds-de-cuir (23 mai 1946)
90 comme vous ou moi, se demandera dans un accès de courage intellectuel ou de désespoir balayant tout scrupule, si l’on ne pourr
67 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
91nnes ont retrouvé, depuis une ou deux décades, le courage de réaffirmer leurs positions parfois les plus extrêmes, avec une bel
68 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
92sse véritable relève de l’invention et surtout du courage, dont le premier degré est la maîtrise de soi. C’est en somme le débu
93 contradiction. Car le héros est l’homme du grand courage, mais le plus grand courage cesse aussitôt de l’être s’il est officie
94 est l’homme du grand courage, mais le plus grand courage cesse aussitôt de l’être s’il est officiellement prescrit. J’ajoute q
95s au salut. Il ne croyait pas à la masse, mais au courage personnel, et il ne croyait pas non plus que ce courage personnel pût
96e personnel, et il ne croyait pas non plus que ce courage personnel pût être enseigné à une masse par la presse, la radio et la
97icité, tant et si bien qu’on obtienne à la fin du courage personnel en masse, et qu’il devienne possible en général de mélanger
69 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
98oi pour se voir en entier ? Qu’il y faut enfin du courage, et non pas cette complaisance, ce désir impatient et pourtant vague
70 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
99 seuls devant leur chance. Tout dépendait de leur courage, de leur esprit d’entreprise et de leur foi. Cette situation, dépassé
100ous ou [p. 48] moi, se demandera dans un accès de courage intellectuel ou de désespoir balayant tout scrupule, si l’on ne pourr
71 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
101deux mots : voilà le domaine que Disney seul a le courage d’explorer aujourd’hui. Mickey et Donald le Canard font partie de la
102ulkner. Je ne vois pas un seul penseur qui ait le courage de bouleverser votre manière de poser les problèmes, votre vocabulair
72 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (décembre 1947)
103ies, parce que je suis pour la liberté qui est du courage mais contre la licence qui est du fanatisme, ou de la lâcheté, ou sim
73 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
104moindre fléchissement de notre vitalité, de notre courage, du sens de notre vocation. Nous n’arriverons à rien de bon, dans ce
74 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
105ertu plus que l’absence de foi pour une preuve de courage. Des vertus et des vices, dans un milieu donné, tout le monde reste e
75 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
106 l’existence et de la religion. Elle minerait son courage, déprimerait sa résolution et deviendrait le pire obstacle intime à l
76 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
107éenne. Ce n’est pas une question de lâcheté ou de courage, mais de simple sens politique, qui est le sens de la hiérarchie des
77 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
108, physiques et mécaniques, que certains eurent le courage de risquer à la même époque. Et voici, à partir de ces pionniers, tou
78 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
109 inquiète et sûre d’elle-même », et d’où vient le courage qu’elle suppose ? De la foi, qui est confiance en Dieu. Car « si Dieu
79 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
110 fondamentales dont il se croyait sûr, telles que courage et fidélité, obéissance, sacrifice, ordre et discipline, sont ici arr
80 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
111vré des « religions » par la foi, trouve alors le courage exceptionnel d’accepter le temps et l’Histoire. Si toutes les religio
81 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
112is inquiète et sûre d’elle-même, et d’où vient le courage qu’elle suppose ? De la foi, qui est confiance en Dieu. Car « Si Dieu
82 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (mars 1957)
113la poignée d’intellectuels indiens qui avaient le courage de dénoncer ce parti ; donc neutre entre une armée et un point de vue
83 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
114vré des « religions » par la foi, trouve alors le courage exceptionnel d’accepter le temps et l’Histoire. Si toutes les religio
84 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
115 fois, il semble que les Européens aient conçu le courage d’affronter le temps, et de ne pas fuir devant lui dans le refuge des
85 1958, Journal de Genève, articles (1926–1982). Hommage à Pasternak (31 octobre 1958)
116oins qu’il ne juge un régime qui ôte à l’homme le courage d’être lui-même, et le rabat au mutisme sans espoir, seule communion
86 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
117 conscience d’une bourgeoisie qui n’avait plus le courage de ses partis pris, la vulgarisation de la psychanalyse a beaucoup fa
87 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
118 l’existence et de la religion. Elle minerait son courage, déprimerait sa résolution et deviendrait le pire obstacle intime à l
88 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
119 La décision n’est pas pouvoir de l’homme, de son courage, ni de son habileté… mais elle est un point de départ religieux ; si
89 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
120ertu plus que l’absence de foi pour une preuve de courage. Des vertus et des vices, dans un milieu donné, tout le monde reste e
90 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
121s les mœurs et naturel des Européens. Il est d’un courage un peu élevé, insolent, embelli par ses cornes, de couleur blanche, d
91 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
1221. Si donc les Asiatiques sont pusillanimes, sans courage, moins belliqueux et d’un caractère plus doux que les Européens, c’es
123 s’ajouter à la répugnance de donner essor à leur courage. § 23… Ce qu’on vient d’observer à l’égard du caractère du physique,
124sont plus disposés à l’action, ce qui fortifie le courage et le génie, comme l’uniformité dispose à la lâcheté. Telles sont don
125 contrées de l’Europe sont généralement pleins de courage, mais ils sont inférieurs sous le rapport de l’intelligence et de l’i
126ts et propres à l’industrie, mais ils manquent de courage, et c’est pour cela qu’ils ne sortent pas de leur assujettissement et
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
127s n’excellent dans un art ou ne font briller leur courage, que lorsque l’État les emploie ou les tire de leur obscurité, qu’ils
128e même dans les Gaules et dans l’Espagne. Mais ce courage que les historiens n’ont pas célébré chez de simples citoyens, ils l’
129e l’Asie, Rome resta la seule carrière ouverte au courage. Et les grands hommes se firent aussi rares en Europe qu’en Asie. La
130 des centaines de milliers d’hommes. Tel fut leur courage tant vanté, ainsi que les chroniques le font voir clairement. Et de m
131rra que c’est une grossière brutalité, non pas le courage, qui l’anime. 86 p. 74 75. Dans son Abrégé de cosmographie
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.4. « Têtes de Turcs »
132seulement des hommes supérieurs aux autres par le courage et la force, mais il en va de même de ses bêtes sauvages. Les lions n
133tes sauvages. Les lions nés en Europe ont plus de courage que les lions puniques ; cela vaut également pour les chiens, les lou
134Turcs ne furent pas forts de leur propre force et courage, mais de vos erreurs. … Les Chrétiens possèdent encore la part la plu
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
135 disait Socrate : Que l’on va loin lorsqu’on a le courage de marcher longtemps et sur la même ligne. Voyons maintenant les che
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
136es peuples d’Europe, par leur adresse et par leur courage, se sont soumis ceux des autres parties du Monde. Leur esprit paraît
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
137t ; celles qui se touchent ont à peu près le même courage. C’est la grande raison de la faiblesse de l’Asie et de la force de l
138ison pour voir ce qui leur est utile, et assez de courage pour faire leur propre bonheur. Si, malgré tout cela, ce projet demeu
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
139s et de la fatigue entretiennent les forces et le courage des peuples barbares. Dans tous les siècles, ils ont fait la loi aux
140dats, exerçaient leurs corps, disciplinaient leur courage, multipliaient leurs forces par des évolutions régulières, et convert
98 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.4. Pendant ce temps, l’Amérique du Nord…
141nt qu’elle nous aura accordé aussi la force et le courage nécessaires pour la remplir et qu’elle couronnera nos efforts de succ
99 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
142ais la leur ; et qu’ils redoublent de volonté, de courage et de force pour trouver enfin la voie du salut ou, du moins, une lim
100 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
143en recommander la lecture à tous ceux qui perdent courage en considérant la récente situation politique ; car on découvre réell
144De cette application résulte l’industrie, puis le courage de la liberté, parmi les bourgeois, enfin le développement de l’espri