1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1s théologiens aux yeux voilés, aux pantalons trop courts, qui se promènent tout seuls… Et puis, il lui est arrivé quelque chos
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
2s principes ? Ils se laissent hélas résumer en un court article de dictionnaire : « Surréalisme, n.m. Automatisme psychique p
3 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Paul Colin, Van Gogh (août 1925)
3s de cette vie : les reproductions qui suivent sa courte biographie fournissent un meilleur motif à l’admiration que tout le l
4 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
4r devant soi, dans un progrès mal défini, et l’on court après sans fin. Même ceux qui ont perdu la croyance en un bonheur pos
5 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
5lleuse situation que la sienne, en effet, où l’on court le double risque de paraître trop littéraire aux philosophes, et trop
6 1926, Articles divers (1924–1930). Conférences d’Aubonne (7 avril 1926)
6suit hors du village une discussion toujours trop courte. Et les repas réunissent tout le monde dans la gaieté la plus charman
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
7 sur la poitrine ; et une crise intérieure par un court accès de danse de Saint-Guy. Art classique : la mort d’Hyppolite se p
8 par exemple, l’éclosion d’une rose, un homme qui court au ralenti, certaines coïncidences de mouvements… C’est une réalité q
8 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Daniel-Rops, Le Prince Menteur (décembre 1928)
9tte seulement que Daniel-Rops se soit borné à une courte nouvelle, d’ailleurs assez dense, et dont le mérite est d’être simple
9 1928, Articles divers (1924–1930). Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même » (décembre 1928
10ons éléates. Le sommeil l’en délivre. Au matin il court se voir : il est laid. Lâchement il se prend en pitié. Ces séances lu
10 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
11 l’enfant-citoyen. Moi, je voudrais l’enfant tout court. Or il paraît que c’est très dangereux. Néanmoins, je soupçonne dans
11 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Julien Benda, La Fin de l’Éternel (novembre 1929)
12à M. Benda, c’est son dur amour de la vérité tout court. Celle-là même qui paraît anarchique dans un monde où tout est bon à
12 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henri Michaux, Mes propriétés (mars 1930)
13aux qui circulent. Un auteur qui n’imite personne court bientôt le risque de s’imiter soi-même : il semble au contraire qu’He
14 poussée. Il invente aussi des mots et en fait de courts poèmes d’une divertissante et parfois émouvante bizarrerie (Mort d’un
13 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
15ssous le store, je voyais la lune faire des bonds courts sur la plaine inondée de nuit. J’essayais de penser par-dessous le ry
14 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
16t soudain. Ainsi de la rumeur en nous du sang qui court ; ainsi de la respiration. Il n’y a sensation que du discontinu. Il n
15 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
17ssous le store, je voyais la lune faire des bonds courts sur la plaine inondée de nuit. J’essayais de penser par-dessous le ry
16 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
18s théologiens aux yeux voilés, aux pantalons trop courts, qui se promènent tout seuls… Et puis, il lui est arrivé quelque chos
17 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
19lent des bêtes nées du rêve. Et l’Archer Vierge y court en vain sur la trace des figures de son désir. (« Oh ! qu’il garde se
18 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
20ie le nom d’un des enfants et celui-ci récite une courte prière, durant laquelle il n’est plus question de bouger. La table im
19 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
21p gênantes. Le livre est mal composé. Ses phrases courtes se pressent en paragraphes hachés, sur un ton uniformément péremptoir
20 1932, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La pluie et le beau temps (Dialogue dans une tête) (1932)
22ence.)   Sans doute, Sonnette, portez-vous de ces courtes bottes vernies, quand il pleut? Sonnette. — Quand j’étais petite fil
21 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
23inés, était une sorte d’atteinte au « goût » tout court, c’est-à-dire à la mode. Il fallut la petite équipe des fondateurs de
22 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — a. L’engagement politique
24 le combat [p. 16] tel qu’il lui est offert, elle court le risque de s’y dégrader. J’ai préféré ce risque à la politique de l
23 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — b. Ridicule et impuissance du clerc qui s’engage
25ous avec un sérieux [p. 19] décisif, et qui coupe court aux dernières pirouettes. Il y a un sentiment très juste dans le goût
24 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 6. Note sur un certain humour
26es » ! Un chrétien n’entre pas dans ces astuces à courte vue. Il a une raison intraitable, et qui juge toutes ces petites rais
25 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
27st une pure hypocrisie en dehors de Dieu. Le plus court chemin vers autrui passe par Dieu. Et il n’y en a pas d’autre. Il n’y
26 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
28Les revendications de la majorité des hommes sont courtes, et trop souvent mal exprimées. C’est la doctrine de la révolution qu
27 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
29écue en avant. 60  » Semble-t-il pas que le temps court plus vite depuis un siècle ? C’est que la fuite des hommes devant l’i
28 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
30ieu d’autres corps, et que c’est un orgueil assez court que de prétendre l’ignorer ; il a compris le fait — sinon l’acte — de
31 mort du temps lui-même au Jugement. Ni la foi ne court sur son erre, ni l’homme n’est rien devant sa vocation, qu’un doute ;
29 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
32ds sujets, force nous est de condenser, de couper court à des développements qui parfois mettraient de l’aise dans nos pages.
30 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
33remière vue aussi exorbitante : je n’ai lu que de courts fragments des posthuma nietzschéens 66 . Ce qui est certain, c’est q
31 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
34’accommode des plus savoureux contrastes, coupant court aux élans de pure rhétorique, cet accent dont un romantisme tour à to
32 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
35résistances et ses aspérités, ses rencontres, ses courtes habitudes (louées par Nietzsche), ses brusques changements de décor s
33 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
36tre avons-nous passé l’âge des rationalismes trop courts, de la mythologie féroce des ismes, de Marx et des capitalistes, des
34 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
37, par ces raisons si bonnes, par exemple, mais si courtes, de l’opportunisme sceptique. Si nous croyons à cette justice, nous n
38ait-il m’opposer les objections d’un praticisme à courte vue, quand notre vocation chrétienne braque nos regards sur le miracl
35 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
39anément une culture populaire. C’était viser trop court, et sous-estimer l’ennemi : j’entends la part de l’homme qui résiste,
36 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
40ures politiques que s’imposent les dictatures. Du court destin de la culture soviétique, depuis vingt ans, ou de la culture n
37 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
41anément une culture populaire. C’était viser trop court, et sous-estimer l’ennemi, j’entends la part de l’homme qui résiste,
38 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
42 d’autorité spirituelle, ou mieux d’autorité tout court, il s’agit bien d’autorité concrète : celle du génie créateur, certes
39 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
43’intelligence, mais bien des passions égoïstes et courtes, ou des sentiments [p. 6] incontrôlés, — c’est-à-dire qu’elle est dev
40 1936, Le Semeur, articles (1933–1949). Notre foi, par Emil Brunner (janvier 1936)
44 Sous le titre Notre Foi, Emil Brunner a réuni 35 courtes études, des « méditations sur le message de Jésus-Christ ». Dès l’abo
41 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Préambule
45de novembre qui crible et bat les flots durant la courte traversée, puis s’apaise non moins subitement à [p. 8] l’instant où n
46, je revis si bien cette traversée, cette tempête courte, brusquement dramatique, cette étrange coupure qu’elle a faite dans m
42 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
47ilisent guère que des « bouelles » au manche très court, recourbé à l’extrémité, de telle sorte que la lame fait avec le manc
48la-Purée [p. 79] sort de sa porte, appuyée sur un court bâton. C’est donc la jambe qui ne va plus. D’où cela vient-il ? — C’e
49 train « normal » que lui impose sa vocation), il court un risque qui n’est pas son vrai risque. Il se voit entraîné hors de
50tes ses pattes dans le vide, remonte, retombe, et court sur la table verte. L’après-midi, la chaleur est trop forte. Je trava
43 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
51limites. Déjà les relations se stabilisent, les « courtes habitudes » épuisent leur vertu. C’est le moment de lever son camp. P
44 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
52ards qui se dérobent… Un ouvrier au pantalon trop court traverse sans assurance l’avenue où cinglent violemment de belles aut
45 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
53ilisent guère que des « bouelles » au manche très court, recourbé à l’extrémité, de telle sorte que la lame fait avec le manc
46 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
54aisir se perd. Et peut-être, avec lui, l’art tout court. Dans la littérature du xxe siècle, il n’y a plus de grands mythes,
47 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
55lle, et la juste contrepartie des risques qu’on y court, du travail qu’on y donne. Si le propriétaire laisse ses terres en fr
56 voisin, avec d’autant plus de violence qu’elle y court moins de risques immédiats 76 . Rien n’est plus agaçant pour l’étrang
48 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (II) : La grande misère de l’édition (22 février 1937)
57olumes ! Et l’Adolphe de Constant, ce serait bien court… Et Nietzsche ? Qui voudrait de ce Zarathoustra dont on vendit, lorsq
49 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au dossier d’une vieille querelle (novembre 1937)
58t même, à faire le petit rentier du rationnel, on court le risque le plus onéreux : celui de laisser perdre le peu qui fut ga
50 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
59approché, attiré par nos éclats de voix. Il coupe court : Nie mehr Krieg. Erledigt ! (Plus jamais de guerre ! C’est en ordre 
60l’honneur de nos études romanes, Sieg heil ! » Un court silence, puis il se reprend : — « Et aussi en l’honneur de l’Allemagn
61 familiale de Goethe 14 . » C’était au terme d’un court séjour en cette ville où je reviens aujourd’hui, après trois ans, con
51 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
62 et celui du roi Marc pour Iseut. Ici se place le court dialogue si dramatique entre l’ermite et les deux repentants : Amors
63u au contraire de rhétorique. Il ne sera jamais à court de bonnes raisons pour démontrer qu’il n’est responsable de rien… Ima
52 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
64 passions, je ressens des assauts fréquents, mais courts, momentanés. Ce mal-là au contraire me saisit quelquefois avec une té
65fut assez d’un décret de l’officieux Boileau — le court Dialogue sur les Héros de Roman — pour réduire au silence et à l’oubl
53 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
66mariages se concluaient sans drame, après de très courtes fiançailles, et que le droit du mari à la fidélité de l’épouse ne rev
54 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
67s Les Pas perdus d’André Breton la relation de sa courte et décevante visite à Freud (Vienne, 1921), puis dans le Manifeste du
55 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
68ote Albert Béguin, Moritz à cet endroit, « tourne court, incapable une fois de plus de saisir la pensée salvatrice ». C’est q
56 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
69ne jamais laisser vides. J’écris des phrases très courtes, un peu comme des slogans. Le chœur jouera un rôle important dans l’a
57 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Directeurs d’inconscience (11 avril 1939)
70ont. Et toutes ces « directions » désorientées, à courte vue, se neutralisent en velléités, petites oscillations nerveuses aux
58 1940, Mission ou démission de la Suisse. Avertissement
71ement le petit réalisme ; des heures où toute vue courte est une vue fausse ; où la prudence est la pire imprudence. Que cette
59 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
72lle, et la juste contrepartie des risques qu’on y court, du travail qu’on y donne. Si le propriétaire laisse ses terres en fr
73 voisin, avec d’autant plus de violence qu’elle y court moins de risques immédiats. Rien n’est plus agaçant [p. 113] pour l’é
60 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
74e… Elle se cristallise, et encore est-ce dans les courtes périodes d’élection, d’une manière d’ailleurs imprévisible. Cette div
61 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
75casion entrevue d’aller à la divinité par un plus court chemin que celui du réel ; par un chemin que l’on inventerait soi-mêm
76pies, trois moyens de gagner le monde par un plus court chemin que le sentier du Golgotha. À [p. 38] l’origine donc, le « méc
77ine nos dérogations égoïstes, fautes de calcul et courtes vues intéressées. Pécher, c’est fausser quelque chose dans [p. 42] l’
62 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
78e Histoire. Le Diable, admettons-le, n’est pas si court de vue. Il n’oublie pas que l’homme a toujours su produire les ingréd
63 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
79lespont, à grands coups de discours sur les ondes courtes. Nous oublions ce fait fondamental : c’est qu’en réalité nos adversai
80ient des hommes comme nous ». Voilà le danger que court la démocratie américaine, après toutes les autres. Elle aussi a cru q
64 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
81s ce qui parle à travers nous, tandis que le sang court plus vite, et que les yeux brillent et deviennent fixes, et que les p
82 s’en donne à cœur joie ? Mais il existe un moyen court de le dépister, ici encore. La part du Diable dans « l’amour », c’est
65 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
83n’est pas le seul moyen, c’est assurément le plus court.) Chaque homme vivant une vie plus responsable est une défaite pour l
84 nations libres n’osèrent opposer que des vanités courtes et des prudences lâches, et cela s’appelait du réalisme. À l’esprit d
66 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable II : Le menteur (22 octobre 1943)
85ine nos dérogations égoïstes, fautes de calcul et courtes vues intéressées. Pécher c’est fausser quelque chose dans l’ordonnanc
67 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable V : Le tentateur (12 novembre 1943)
86casion entrevue d’aller à la divinité par un plus court chemin que celui du réel ; par un chemin que l’on inventerait soi-mêm
87pies, trois moyens de gagner le monde par un plus court chemin que le sentier de Golgotha. À l’origine, le « méchant » n’est
68 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
88s ce qui parle à travers vous, tandis que le sang court plus vite, que les yeux brillent et deviennent fixes, et que les pass
69 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable IX : « Nous sommes tous coupables » (10 décembre 1943)
89lespont, à grands coups de discours sur les ondes courtes. Nous oublions ce fait fondamental : c’est qu’en réalité nos adversai
70 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
90 55] de nos compromis spirituels, de nos passions courtes et agitées. Sur une pierre de cimetière danois, l’on peut lire cette
71 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
91x-mêmes si peu de questions, ou de si minimes. Un court essai de Ramuz (sur le Travail), débute ainsi : « Pourquoi est-ce qu’
72 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
92note Albert Béguin, Moritz à cet endroit « tourne court, incapable une fois de plus de saisir la pensée salvatrice. » C’est q
73 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). La guerre est morte (5 septembre 1945)
93 Sous sa forme militaire — c’était la guerre tout court — elle a moins de chances de renaître et moins d’avenir que les ordre
74 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Les résultats de la guerre (21 décembre 1945)
94uellement. Voici comment. Un gouvernement mondial court deux risques principaux : celui d’être trop faible pour gouverner eff
75 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Le rêve américain (9 novembre 1945)
95, où des centaines de jeunes filles en jupes très courtes se livrent à la danse appelée jitterbugs autour de petits marins, de
76 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
96 les spectateurs, sont unanimes : Hollywood est à court d’inventions. Hollywood achète n’importe quoi, un roman non terminé,
97pide dans l’escalier : c’est elle encore, en robe courte de soie grise, et déjà nous choquons nos petits verres de vodka. On l
98ux des principales victimes de son film. Il coupe court d’un ton neutre : « Mrs Walt Disney n’aime pas la musique classique. 
77 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
99-ils sans cesse de leur voisin : il boit trop, il court trop, il parle trop, il en fait trop, il est trop passionné, — mais j
78 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
100exécutée avec une politesse exaspérante. Le bruit court, parmi les voyageurs, que nous risquons d’être refoulés à Perpignan l
79 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
101re à nu, et plus une ligne indécise, ni d’eau qui court, ni de feuillage. Tout est pans de brique peinte et de ciment armé, d
102 novembre 1940 Conférences. — Elles doivent être courtes — cinquante minutes — et garder autant que possible le ton de l’impro
103la vie… Non, j’ai surtout senti le désespoir tout court, dans cette promenade de plusieurs heures, et c’est ici seulement, su
80 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
104ce stupide accident — au genou de nouveau, sur un court de tennis — qui va me paralyser pendant quinze jours encore. Notons i
105ores, un Mexicain aux grandes bottes noires, à la courte veste brodée, brutal et beau. Le Suisse voudrait épouser l’Irlandaise
81 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
106t des commentaires politiques, diffusés par ondes courtes vers la France et retransmis de Londres par la BBC. [p. 163] Fin ma
82 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
107i stérilisent le langage des hommes d’État sont à court terme, quand les risques sont séculaires. Ces prudences sont locales,
108particuliers aux façades étroites, cette rue très courte est l’une des rares — j’en connais trois dans Manhattan — qui à la fo
83 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
109series. Le lustre enfin s’allume par degrés. Elle court aux fenêtres et ferme avec fracas des volets intérieurs, en chêne cla
84 1946, Lettres sur la bombe atomique. 2. La guerre est morte
110la population. Rien de plus malsain que de couper court à un élan de soulagement collectif, après des années [p. 15] de disci
111 forme militaire — c’était la [p. 16] guerre tout court — elle a moins de chances de renaître et moins d’avenir que les ordre
85 1946, Lettres sur la bombe atomique. 7. Tout est changé, personne ne bouge
112interlocuteur fictif. En fait, le dialogue tourne court sur une allusion aux experts ou aux complexités de la politique, je n
86 1946, Lettres sur la bombe atomique. 10. La tâche politique du siècle
113uellement. Voici comment. Un gouvernement mondial court deux risques [p. 64] principaux : celui d’être trop faible pour gouve
87 1946, Lettres sur la bombe atomique. 12. Les Quatre Libertés
114cupé d’autre chose. Et l’Amérique a la mémoire si courte : cela produit parfois les mêmes effets… Les Quatre Libertés n’en fur
88 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
115re à nu, et plus une ligne indécise, ni d’eau qui court, ni de feuillages. Tout est pans de brique peinte et de ciment armé d
116la vie… Non, j’ai surtout senti le désespoir tout court dans cette promenade de plusieurs heures, et c’est ici seulement, sur
117hôtels particuliers à cinq étages, cette rue très courte est l’une des rares — j’en connais trois dans Manhattan — qui, à la f
118ries. Le lustre, enfin, s’allume par degrés. Elle court aux fenêtres et ferme avec fracas des volets intérieurs, en chêne cla
89 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
119l doit se soumettre ou sortir. S’il se soumet, il court le risque d’obéir aux hommes plutôt qu’à Dieu. S’il sort, c’est avec
90 1946, Esprit, articles (1932–1962). « Un divorce entre le christianisme et le monde ? » (août-septembre 1946)
120n, sans s’en apercevoir, et c’est le risque qu’il court dans les périodes où les choses ont l’air de bien marcher. Voilà pour
91 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
121hôtels particuliers à cinq étages, cette rue très courte est l’une des rares — j’en connais trois dans Manhattan — qui à la fo
92 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
122series. Le lustre enfin s’allume par degrés. Elle court aux fenêtres et ferme avec fracas des volets intérieurs, en chêne cla
93 1947, Doctrine fabuleuse. 1. Premier dialogue sur la carte postale. La pluie et le beau temps
123ilence.) Sans doute, Sonnette, portez-vous de ces courtes bottes vernies, quand il pleut ? Sonnette. Quand j’étais petite fill
94 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
124es hommes de peu de foi, visions de la fin de nos courtes passions : la possession, la beauté, la puissance ; il n’en faut pour
95 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
125ons éléates. Le sommeil l’en délivre. Au matin il court se voir : il est laid. Lâchement il se prend en pitié. Ces séances lu
96 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
126 mythe. Serait-ce pudeur d’artistes ? Pudeur tout court ? Ou faut-il croire qu’ils ont écrit leurs contes sans jamais se pose
97 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
127fin. Mais c’est une mauvaise raison. Depuis qu’il court ainsi, mesuré par les saisons régulières, le temps nous endort bien p
98 1947, Doctrine fabuleuse. 15. Antée ou La terre
128s toujours par m’échapper. Harry veut me tuer. Il court dans tous les bars. Je me défile en vitesse vers la campagne. Et là,
99 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
129roadway, où des centaines de filles en jupes très courtes se livrent à la danse appelée jitterbugs autour de petits marins, de
130lle ne se cristallise, et encore, que pendant les courtes périodes d’élection, d’une manière d’ailleurs imprévisible. Cette div
100 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
131 les spectateurs, sont unanimes : Hollywood est à court d’inventions. Hollywood achète n’importe quoi, un roman non terminé,
132pide dans l’escalier : c’est elle encore, en robe courte de soie grise, et déjà nous choquons nos petits verres de vodka. On l
133ux des principales victimes de son film. Il coupe court d’un ton neutre : « Mrs. Walt Disney n’aime pas la musique classique.
134x de son âme. À l’inverse, qu’il se garde pur, il court le risque de rester inefficace, de n’être point compris, peu lu, ou r