1 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
1uchée par les mains outrageusement baguées de ces courtiers alourdis de “Knödl”. En Orient on en ferait une chose extrêmement pré
2 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
2roire bien près d’être comblé dans ce pays où les courtiers ne donnent pas encore le ton. La littérature hongroise n’est guère co
3 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
3uchée par les mains outrageusement baguées de ces courtiers alourdis de « Knödl ». En Orient on en ferait une chose extrêmement p
4 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
4roire bien près d’être comblé dans ce pays où les courtiers ne donnent pas encore le ton. [p. 89] La littérature hongroise n’est
5 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
5t à l’aise dans le monde moyen que fabriquent les courtiers d’assurances et leurs hérauts publicitaires, les dictateurs. Ironie,