1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Le Corbusier, Urbanisme (juin 1926)
1 ciment armé. « Notre monde comme un ossuaire est couvert des détritus d’époques mortes. Une tâche nous incombe, construire le
2 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
2ertaines atmosphères délavées et sourdes. « Temps couvert, calme, légères précipitations » annonce le bulletin. Tiens, me dis-j
3 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
3s, comme ils me jugent et leurs cris indignés qui couvrent une angoisse. Ça les dérange terriblement, sauf un ou deux qui s’imag
4 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
4s des villes fiévreuses où le fracas des machines couvre déjà la plainte humaine. Il y a ceux qui pleurent le passé et ceux qu
5 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
5 petit bar laqué de noir jusqu’à mi-hauteur, puis couvert de glaces qui, reflétant le plafond à caissons dorés, l’étendent indé
6 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
6nuée d’insectes affolés. Les maisons sont basses, couvertes du haut en bas d’affiches rouges et jaunes et d’inscriptions cascadan
7antes et finissent en chutes ivres sur des divans couverts de coussins Rothermere et Grande Hongrie… Ivresse dans le malheur, pa
7 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
8de petites roses cramoisies. On longe une galerie couverte, on tourne dans un escalier compliqué : c’est plein de colonnettes et
8 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Malraux, La Voie royale (février 1931)
9té en ne parlant jamais que par allusions et mots couverts. Il intimide un peu le lecteur qui ne se sent pas complice de ses sec
9 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
10 brutes qu’il recueille dans sa chambre, et qu’il couvre de ses propres habits, des prostituées qu’il soigne, des ivrognes qui
10 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
11 petit bar laqué de noir jusqu’à mi-hauteur, puis couvert de glaces qui, reflétant le plafond à caissons dorés, l’étendent indé
11 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
12ide, rongé de roses Crimson. On longe une galerie couverte, on tourne [p. 72] dans un escalier compliqué : c’est plein de colonn
12 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
13ous le même parapluie, jusqu’à leur petite maison couverte de roses Crimson. Le père est un colonel en retraite qui déteste les
13 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
14lane, la forêt s’ordonne. Échappée sur des étangs couverts de mousse jaune. (Tout à fait réveillé et attentif, maintenant.) Jard
15ntons une rampe pavée qui s’engage sous un porche couvert aux colonnes enguirlandées de roses. Toute une famille de géants, deb
14 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
16es clercs ont trahi, et les cris de M. Benda sont couverts par la rumeur de la place. Dans toute la jeune génération littéraire
15 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
17ôt perce l’interrogation que la réussite [p. 149] couvrait. Où va notre or, en réalité ? (Dans quelle direction principale.) Où
16 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
18ssage de la souffrance. L’excès verbal de Werther couvre d’abord la voix intérieure, la renie même bruyamment. C’est là le fai
17 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
19és. » Phrase mille fois entendue. Les journaux se couvrent de photos. La couverture photographique triomphe chez tous les éditeu
18 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
20: parce que le champ d’absorption est loin d’être couvert en Russie, parce qu’on peut mettre tout le monde aux machines, et rat
19 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
21 domaine, de grandes trahisons. Ce mot d’esprit a couvert de douteuses marchandises, et l’activité spirituelle a pu paraître le
20 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — a. L’engagement politique
22e, dans un temps où certain humanitarisme verbeux couvre plus d’exactions que jamais le cynisme d’un Talleyrand n’en jugea néc
21 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — c. Le vrai pouvoir des intellectuels et son usage
23non pas du tout ces faux dieux qu’on invoque pour couvrir des impuissances trop humaines. La plupart des « lois scientifiques »
22 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
24[p. 48] ignorés. Les voilà qui reviennent sous le couvert de ce cheval de Troie qui se nomme déterminisme historique. Il faut c
23 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
25sprits, détourner l’attention des faits réels, et couvrir ainsi la naissance et les premiers développements d’une intolérance «
26r aux yeux du peuple 43 . Cet unitarisme fasciste couvre des revendications politiques et culturelles assez contradictoires. I
24 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
27: parce que le champ d’absorption est loin d’être couvert en Russie, parce qu’on peut mettre tout le monde aux machines, et rat
25 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
28llement ignorés. Les voilà qui reviennent sous le couvert de ce cheval de Troie qui se nomme déterminisme historique. Il faut c
26 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
29ue le refuge d’un antidogmatisme cordial, sous le couvert duquel renaissent bien des hérésies, et celles-là même que les Réform
27 1935, Esprit, articles (1932–1962). Albert Soulillou, Nitro (février 1935)
30nformisme, dont on sait les raisons commerciales, couvre pas mal d’infidélités profondes. Certains sujets mériteraient à peine
28 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
31stiques, commentaires, Larousse même ! Je vous ai couverts de mes signes, cornés, grattés, glosés, aimés et truffés d’insolences
32ls sont là ; et la Coupole ignore tout ce qu’elle couvre. Dirait-on pas que la dignité de ces maîtres s’est même accrue depuis
29 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
33ourir lorsqu’on veut dénoncer les duperies qu’ils couvrent. Les mots abstraits sont nécessaires à une certaine circulation d’idé
30 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
34émocratie » dirions-nous volontiers, si le mot ne couvrait aujourd’hui les plus flagrantes trahisons de la chose. p. 21 s.
31 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
35ais s’il est vrai que l’on abuse de ce terme pour couvrir les plus vils marchandages, ou les plus lucratifs ; s’il est vrai que
32 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
36e but est la restauration de l’esclavage, sous le couvert des fameuses « valeurs spirituelles ». Nous ne dirons pas avec M. Ara
33 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Préambule
37éambule Une vague vient se jeter sur la bâche qui couvre l’avant du bateau, et de l’eau gicle sur nos visages glacés. « Tire l
34 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
38 avec une incroyable rapidité, il arrive qu’il se couvre et se nettoie tout entier dans l’espace d’une demi-heure. Les côtes,
39rnier, au petit matin, nous nous sommes réveillés couverts de puces. J’exagère à peine : pour mon compte, j’en ai pris sept sur
40èvre. Mais elle est toute changée. « Je l’ai fait couvrir deux fois : c’était comme si l’on n’avait rien fait. Mais je n’en veu
41ché de vieilles souches, dégagé les plates-bandes couvertes de feuilles mortes. Il me semble souvent que plus je travaille de mes
42la plupart de mes mouvements ordinaires, on les a couverts et revestus d’une aultre robe, pour l’usage de l’eschole : Dieu leur
35 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
43lé. Fascinant, ce lustre. Nous sommes éreintés et couverts de poussière. Mais on va pouvoir respirer. 25 septembre 1934 La tra
44vieillards en pantoufles. Devant le parc, un mail couvert d’une épaisse couche de poussière : là, de nouveau, des bandes de jou
45toire ne connaît pas d’arrêt. En réalité, sous le couvert d’un équilibre apparemment stabilisé, le désordre est toujours à sens
36 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
46core). Le Progrès, les Valeurs spirituelles, cela couvrait toute l’injustice concrète de l’ordre social. Aujourd’hui, on invoque
37 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
47rnier, au petit matin, nous nous sommes réveillés couverts de puces. J’exagère à peine : pour mon compte, j’en ai pris sept sur
38 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
48toire ne connaît pas d’arrêt. En réalité, sous le couvert d’un équilibre apparemment stabilisé, le désordre est toujours à sens
39 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
49s cette église baroque de Sainte-Catherine — murs couverts d’armoiries et de cimiers vieil or, galeries de bois peintes de scène
50l, le journal du Parti publie un photomontage qui couvre toute sa première feuille. Un marteau et une roue dentée se dressent,
40 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
51mocratie », dirions-nous volontiers, si le mot ne couvrait aujourd’hui les plus flagrantes trahisons de la chose. p. 80 20
41 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
52anscendance. La mort n’est plus qu’une métaphore, couvrant une lente consomption, une moindre-vie. À cette lumière que jette sur
42 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
53 couleur sombre de sa vie, et le ciel d’orage qui couvre la légende. Le roi Marc de Cornouailles, frère de Blanchefleur, prend
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
54sang barbare. Il était prêt à accueillir, sous le couvert de formes catholiques, toutes les reviviscences des mystiques païenne
55isants, indiscrets, espions) et que le troubadour couvre d’invectives. Nos savants commentateurs ne savent trop que faire de c
56bilité nouvelle d’admettre la femme, mais sous le couvert d’une idéalisation, voire d’une divinisation du principe féminin. Ce
44 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
57à travers les xiiie , xive et xve siècles. Elle couvre la même étendue que l’influence des troubadours : l’Europe entière. L
58a fille de Minos, et sa victime ! Racine, sous le couvert de son sujet antique, se punit doublement dans Phèdre. D’abord en fai
59 ; ici, c’est la coutume bourgeoise. Mais sous le couvert de l’une et de l’autre, c’est toujours le mythe qui agit. Dans la let
60 qui la composent se prêtent obscurément, sous le couvert d’un refus, aux passions qui tendent à sa perte.) En composant Trista
45 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
61ors aucun danger : « On combat toujours à cheval, couvert d’armes et assuré de la vie lorsqu’on se rend prisonnier… La vie des
62it perdu de son prestige romantique : le pavillon couvrait les intérêts de l’État, non les passions ou l’honneur des élites. Et
46 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Puisque je suis un militaire… (septembre 1939)
63ous du casque. L’homme tire la toile de tente qui couvre ses épaules et cherche à la caler sous son coude droit. Il sait que,
47 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). New York alpestre (14 février 1941)
64Autrefois les glaciers sont venus jusqu’ici ! Ils couvraient la moitié de l’île, et la moraine s’étendait bien plus avant. Voici l
48 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). La route américaine (18 février 1941)
65qui mordent le béton. En cinq heures, nous aurons couvert les 400 kilomètres qui séparent le centre de New York de Washington,
49 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
66une situation où l’émotion la plus compréhensible couvrait d’aussi étranges confusions. [p. 100] À dire le vrai, contre l’époqu
67es et de nos drames, il préfère gouverner sous le couvert de la correction des manières. Je ne plaide pas ici pour le manque de
50 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
68mour. C’est tout ce qui se glisse en nous sous le couvert du mot. Car le Diable est celui qui n’aime pas, et qui n’aime pas qu’
51 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
69 cette inflation verbale, les mots n’étant plus « couverts » par des actes, dont il espère, non sans raison, qu’elle [p. 208] ac
52 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
70ssage de la souffrance. L’excès verbal de Werther couvre d’abord la voix intérieure, la renie même bruyamment. C’est là le fai
53 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
71nce paysanne et tatillonne. Et la neige molle qui couvre le pays rend la moindre démarche épuisante… [p. 117] Ici le symbolis
54 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
72tion, des jugements de valeur implicites. Sous le couvert desquels pourront s’avouer des régions nouvelles de l’humain… À cette
55 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
73 : aussitôt perce l’interrogation que la réussite couvrait. Où va notre or, en réalité ? (dans quelle direction principale ?) Où
56 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Un climat tempéré (22 août 1945)
74jardins suspendus jusqu’au trentième étage qui se couvrent d’un peuple nu, quêtant un souffle de la mer, un courant d’air de l’E
75teppes, déserts, pampas, glaciers, et jungles qui couvrent neuf dixièmes des continents… Notre terre est à peine habitable, dans
57 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le dernier des Mohicans (11 octobre 1945)
76Les rives, les îles s’ornent de monuments souvent couverts de noms français : morts de Montcalm et morts des guerres d’Indépenda
58 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
77 les gratte-ciel et Broadway, les grandes plaines couvertes d’usines, les villages aux maisons de bois blanc sur des pelouses bie
59 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
78’apparaître une jeune femme au visage anguleux et couvert de taches de rousseur, la tête serrée dans un foulard de soie rose fe
60 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
79ous du casque. L’homme tire la toile de tente qui couvre ses épaules et cherche à la caler sous son coude droit. Il sait que d
61 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
80erre coulé à quai, coupé en deux par une bombe et couvert d’une rouille éclatante. Mon fils, âgé de cinq ans, me demande avec u
62 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
81Autrefois les glaciers sont venus jusqu’ici ! Ils couvraient la moitié de l’île, et la moraine s’étendait bien plus avant. Voici l
82de brique s’orne de quatre marches de bois blanc, couvertes de bébés luisants et d’enfants au crâne sphérique. [p. 104] Je n’aim
63 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
83e la pampa. Tout auprès, le vieux ranch de Rosas, couvert de chaume et, sans nul doute, hanté par les victimes du célèbre tyran
64 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
84jardins suspendus jusqu’au trentième étage qui se couvrent d’un peuple nu, quêtant un souffle de la mer, un courant d’air de l’E
85steppes, déserts, pampas, glaciers et jungles qui couvrent neuf dixièmes des continents… Notre terre est à peine habitable, dans
65 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
86analisée — ce sont ces trois îlots de granit noir couverts de mouettes, et signalés par deux petits phares dont clignotent irrég
66 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
87route de campagne, au creux des haies, le ciel se couvre. « C’est là-haut, me dit-on, à mi-pente des [p. 199] coteaux. » On ne
67 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
88Les rives, les îles s’ornent de monuments souvent couverts de noms français : morts de Montcalm et morts des guerres d’indépenda
89é chauffer l’appartement, une espèce de baignoire couverte et fort étroite se dresse sur quatre pieds de fonte : il faudrait mon
90’apparaître une jeune femme au visage anguleux et couvert de taches de rousseur, la tête serrée dans un foulard de soie rose fe
68 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
91utrefois, les glaciers sont venus jusqu’ici ! Ils couvraient la moitié de l’île, et la moraine s’étendait bien plus avant. Voici l
92analisée — ce sont ces trois îlots de granit noir couverts de mouettes, et signalés par deux petits phares dont clignotent irrég
93é chauffer l’appartement, une espèce de baignoire couverte et fort étroite se dresse sur quatre pieds de fonte : il faudrait mon
94route de campagne, au creux des haies, le ciel se couvre. « C’est là-haut, me dit-on, à mi-pente des coteaux. » On ne distingu
95qui mordent le béton. En cinq heures, nous aurons couvert les quatre cents kilomètres qui séparent le centre de New York de Was
69 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
96’épuiserait. Il n’y aurait plus qu’une table rase couverte de ruines pulvérisées. Le rôle de Churchill est de faire la guerre. M
70 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
97analisée — ce sont ces trois îlots de granit noir couverts de mouettes et signalés par deux petits phares dont clignotent irrégu
71 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
98route de campagne, au creux des haies, le ciel se couvre. « C’est là-haut, me dit-on, à mi-pente des coteaux. » On ne distingu
72 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Noël à New York (décembre 1946)
99’apparaître une jeune femme au visage anguleux et couvert de taches de rousseur, la tête serrée dans un foulard de soie rose fe
73 1946, Réforme, articles (1946–1980). Spiritualité américaine (19 octobre 1946)
100éal, il ne voit rien de chrétien que l’étiquette, couvrant d’ailleurs des marchandises de provenance nettement païenne : la mora
74 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
101ocratique, nous avons aussi pris quelques GI tout couverts de décorations. X. Bien entendu, ces portraits ont paru pendant la g
75 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
102mme quelque chose de sacré, et que les fds de Noé couvrirent la nudité de leur père ivre en marchant vers lui à reculons ? Mais ch
76 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
103ce rêve à son tour se trouble ; il faiblit, il ne couvre plus toute l’étendue de la conscience humaine… Car notre volonté n’es
77 1947, Doctrine fabuleuse. 15. Antée ou La terre
104taché de boue, les vêtements en loques, les mains couvertes d’éraflures et les ongles rognés ou cassés. Epuisé, semble-t-il, hale
105terre, je dors par terre, et quand je me réveille couvert de terre, le lendemain matin, je me sens propre ! La forêt, le fouill
78 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
106 les gratte-ciel et Broadway, les grandes plaines couvertes d’usines, les villages, aux maisons de bois blanc sur des pelouses bi
79 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
107la nuit, traversant le square presque déserté, et couvert de papiers, cette femme du peuple qui chantait à pleine voix le Star
80 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
108, de découvrir et d’imposer un génie neuf, que de couvrir ses frais généraux… Dans ces conditions, si quelque grand écrivain se
109éal, il ne voit rien de chrétien que l’étiquette, couvrant d’ailleurs des marchandises de provenance nettement païennes : la mor
81 1947, Vivre en Amérique. Épilogue. La route américaine
110 qui mordent le béton. En cinq heures nous aurons couvert les 400 kilomètres qui séparent le centre de New York de Washington,
82 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Slums (janvier 1947)
111é chauffer l’appartement, une espèce de baignoire couverte et fort étroite se dresse sur quatre pieds de fonte : il faudrait mon
83 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
112maladie romantique de l’Europe. Lui seul, sous le couvert de je ne sais quels prétextes parés du nom de tradition, en réalité v
84 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
113andardisée, gouvernée par les Asiatiques, sous le couvert d’une doctrine née en Europe dans le cerveau puissant d’un Allemand,
85 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
114récise les instituts de culture [p. 159] mondiaux couvrent un terrain trop vaste, tandis que les instituts nationaux se limitent
115ganisations de culture mondiales, comme l’UNESCO, couvrent un champ trop vaste, tandis que les instituts nationaux se limitent à
86 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
116sément, serait demeurée indifférente. Ce paradoxe couvre un sophisme. Car les journaux ne sauraient décrire l’opinion sans la
87 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
117 ? Restent les tarifs douaniers, les monnaies mal couvertes, et les calibres différents : tout le monde voudrait leur unification
88 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
118 la civilisation occidentale, la seule qui ait su couvrir toute la planète. Mais ce foyer fatalement s’éteindra si la puissance
89 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Quatrième lettre aux députés européens : En lisant le pamphlet du Labour Party (18 août 1950)
119 ? Restent les tarifs douaniers, les monnaies mal couvertes, et les calibres différents : tout le monde voudrait leur unification
90 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
120 le ventre ou sur le côté, recroquevillés, nus ou couverts d’un drap. Certains se font un lit d’une table à fruits, d’autres de
121c’est l’arbre sacré de Vishnu — dont le feuillage couvre la cour entière. Dans la torsade de racines grises formant le tronc,
91 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
122 le lendemain, j’y pénètre, bien sûr. Des housses couvrent les meubles, une sorte de vieux drap son grand bureau. Sur l’étoffe,
92 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
123e. Pour trouver de nouveaux débouchés, il a fallu couvrir la terre entière d’un réseau de représentation industrielle et de ser
93 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
124uves, et le soleil se jouait sur la jeune verdure couverte de rosée. Je voyais dans toute leur richesse les formes de ma patrie,
94 1953, Preuves, articles (1951–1968). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (juillet 1953)
125 faisaient au nom de leurs intérêts ou de valeurs couvrant ces intérêts ; jamais au nom de la justice et des libertés populaires
95 1953, Le Figaro, articles (1939–1953). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (25 juin 1953)
126 faisaient au nom de leurs intérêts ou de valeurs couvrant ces intérêts ; jamais au nom de la justice et des libertés populaires
96 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
127res (s’il en est, et qui restent telles). Mais il couvre trop d’équivoques. Ce qu’il a de bon, le désir d’ouverture de la cons
97 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
128rmule dont les sentimentaux ont abusé, et dont se couvrent les sceptiques pour mieux refuser toute action positive, mais qu’il s
98 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
129permanence le passage des voitures. Les trottoirs couverts de dormeurs pendant la nuit. Et j’ai vu cinq personnes sur une seule
99 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
130 bas sur les parades sacrées de la Place Rouge ne couvrira jamais ce murmure obsédant, échappé voici près de seize siècles des l
100 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
131évangélisée par des pèlerins nestoriens ; elle se couvre d’églises et d’évêchés, lointains précurseurs de ceux avec lesquels l