1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
1, nous sommes dangereux. Un orage de tendresse va crever sur le monde. Aigles d’amours, oiseaux doux et cruels, nous parlerons
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 6. La trahison de l’instruction publique
2erne dans ses collèges, l’y enferme et l’y laisse crever de faim. Par ce qu’elle enseigne à ignorer bien plus que par ce qu’el
3 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
3on s’y dévoue. Mais quoi ! cela peut vous mener à crever de faim, ce qui ne se porte plus, — voire même à paraître ennuyeux 13
4 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
4epte de me faire tuer, parce que ce ne serait pas crever bassement dans la haine, mais ce serait un acte enfin dans lequel je
5 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 6. Note sur un certain humour
5vent pas au bonheur moyen, tout sera perdu. Si je crève de faim, tout sera perdu. Le chrétien dit : tout est déjà perdu, et b
6e vous ne croyez, mais aussi tout est déjà sauvé. Crever de faim n’est pas le pire des risques que je cours. Le pire des risqu
6 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
7j’accepterais la mort, parce que ce ne serait pas crever bassement dans la haine, mais ce serait un acte enfin dans lequel je
7 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
8 dont une sagesse terrible dit justement qu’elles crèvent les yeux. Dans la bonne conscience de l’époque, et non dans ses débor
8 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
9rquoi bien peu l’ont vue jusqu’à présent : elle « crève les yeux ». Il faut organiser la liberté. Mais c’est encore là une el
9 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
10fe le mieux. Une des plaques de mica du Mirus est crevée, et toute la chambre est imprégnée d’une odeur de laurier et de fumée
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
11. [p. 276] (Le condottiere Paolo Vitelli fit même crever les yeux d’un de ses adversaires parce que le misérable avait osé sou
11 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
12tre, mais avec lui l’on se sent bien. Ses défauts crèvent les yeux, il vous a fait souffrir, on vous démontrera qu’il n’est pas
12 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
13amps. Pourtant, le nombre des prolétaires qui ont crevé de misère autour de leurs usines pendant tout le siècle dernier, dépa
13 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
14amps. Pourtant, le nombre des prolétaires qui ont crevé de misère autour de leurs usines pendant tout le siècle dernier, dépa
14 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
15 est « foutue », qu’elle est « en grand danger de crever », qu’elle « agonise », qu’elle « fait eau de toutes parts », qu’elle
15 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
16s, des affichettes jaunes clament : « La Bretagne crève ! Pas d’emplois nouveaux, fermeture d’usines, émigration des jeunes e
16 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
17vous l’applaudissez sans remarquer qu’il vient de crever votre alibi.   b) « Seul compte le combat de la gauche. » La corrosio
17 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
18vous l’applaudissez sans remarquer qu’il vient de crever votre alibi : eux savent très bien ce qu’est un Européen ! [p. 339]
18 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
19 est « foutue », qu’elle est « en grand danger de crever », qu’elle « agonise », qu’elle « fait eau de toutes parts », qu’elle