1 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
1s, me voici au bout de mon rouleau. Impécuniosité cyclique. Les dieux locaux me seraient-ils donc défavorables ? Je me vengerai
2 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
2s, me voici au bout de mon rouleau. Impécuniosité cyclique. Les dieux locaux me seraient-ils donc défavorables ? Je me vengerai
3 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
3et enseignaient que le monde évolue d’une manière cyclique, comme une roue qui tourne sur son axe et n’avance pas, la destructio
4 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
4se répète, il a lieu « chaque fois que… », il est cyclique, archétypal, et dans ce sens, an-historique, tandis que l’Incarnation
5 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
5es du temps, et presque toutes décrivent un temps cyclique. Elles croient aussi à la métempsycose, à l’astrologie et aux castes.
6la croyance unanime aux retours éternels du temps cyclique. Dans le prolongement du temps dramatique des Prophètes s’ouvre alors
7traditionnelles ont développé des mythes du temps cyclique et de l’éternel retour, c’est parce que l’homme a peur du temps. Voil
8à ceux de l’âme. Ainsi le rêve universel du Temps cyclique et du retour sans fin de toutes les situations dévalorise le temps vé
9e Moyen Âge résiste par un retour aux conceptions cycliques et par une nette limitation des dimensions du passé et de l’avenir :
10personnelle et le temps continu (au lieu du temps cyclique). Il est même intéressant de noter que l’existence de Dieu s’imposait
6 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
11ceptation du temps [p. 145] linéaire (et non plus cyclique) de l’Histoire se trouve liée, en Occident, à la découverte et à l’ac
7 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
12r inconscient (par angoisse) aux formes de pensée cycliques. Pourquoi la recherche ? La civilisation née en Europe a dominé le
8 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
13es du temps, et presque toutes décrivent un temps cyclique. Elles croient aussi à la métempsycose, à l’astrologie et aux castes.
14ce [p. 404] unanime aux retours éternels du temps cyclique. Dans le prolongement du temps dramatique des Prophètes s’ouvre alors
15traditionnelles ont développé des mythes du temps cyclique et de l’éternel retour, c’est parce que l’homme a peur du temps. Voil
16à ceux de l’âme. Ainsi le rêve universel du temps cyclique et du retour sans fin de toutes les situations dévalorise le temps vé
17e moyen âge résiste par un retour aux conceptions cycliques et par une nette limitation des dimensions du passé et de l’avenir :
9 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
18se sont fait ou se font encore du temps, une idée cyclique. Pour les hindous, par exemple, la durée du monde se calcule en jours
10 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la prétendue décadence de l’Occident (avril 1958)
19dans l’apaisante horreur d’un Sacré hiératique ou cyclique. Quelle est l’autre culture ou civilisation qui propose aujourd’hui p
11 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
20alraux. Par son recours à la comparaison des lois cycliques de formation, d’essor, d’apogée et de déclin des cultures et des civi
12 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
21tres civilisations se faisaient du temps une idée cyclique. Ainsi la civilisation hindoue : la durée du monde s’y calcule en jou
13 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
22Histoire, alors qu’au contraire l’idée d’un temps cyclique qui domine la pensée antique et les grandes religions de l’Asie, rend