1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Otto Flake, Der Gute Weg (septembre 1929)
1ésolant à celui qui, revenu de l’étranger dans le désordre de son pays, suivra obstinément le « bon chemin » de la santé et de l
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
2 [p. 311] Adieu, beau désordre… (mars 1926) o L’époque s’en va très vite vers on ne sait quoi. On
3 l’amour), et, déchiré de contradictions, tire du désordre de ses certitudes fragmentaires la matière de quelques pamphlets par
4r son expansion. — Mais je trouve en moi ordre et désordre, raison et folie, etc. Si je les cultive simultanément il est clair q
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). René Crevel, Mon corps et moi (mai 1926)
5structif et créateur, voilà je pense le véritable désordre. Une intelligence parvenue au point où elle « ne semble avoir rien d’
4 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Avant-propos (décembre 1926)
6détourner de ce qu’on a coutume d’appeler notre « désordre ». Mais on est toujours le fils de quelqu’un… Et, peut-être, la consi
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
7. Voici quelques mots que j’écrivis à ma table en désordre où je venais de jeter mon col de smoking et un œillet, pauvre gentill
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
8lets d’optimisme, tyranniques évidences, ordre et désordre, principes de Descartes, mathématiques aux pinces de crabe, examens d
7 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
9, dans cette complaisance générale à proclamer le désordre du temps. On a peur de certaines évidences, on préfère affirmer que t
8 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 6. La trahison de l’instruction publique
10déaliste : car elle deviendrait un danger pour le désordre établi. L’idéalisme est forcément révolutionnaire dans un monde organ
9 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
11 tissaient d’incroyables araignées, partout où le désordre naturel des choses pouvait offrir asile à l’objet inconnu que je cher
10 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
12is ? Rejoindre ?… Derrière mes paupières, dans ce désordre lumineux, le verrai-je naître à mon désir ? Rejoindre ! Mais vous, de
13nes, de statues, de pylônes plantés dans un grand désordre de piétons et de chars à bœufs parmi les trams. Les habitants de Debr
14veille dans les faubourgs de Budapest, cheveux en désordre, pantalon plissé, et cet abruti de contrôleur qui rit et me dit je ne
15ns de sable noir, piqués de petits arbres et d’un désordre de maisons basses, les dernières de la ville de Debrecen, au bord de
11 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
16hambres où les curiosités et les enthousiasmes en désordre s’agitaient [p. 275] entre les murs d’où nous arrachions les moulures
12 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
17 lui semblait qu’il faisait une étude pratique de désordre mental dans une classe d’école, tant il était calme et loin d’être tr
13 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
18e [p. 18] impose un ordre arbitraire au prix d’un désordre. Mais à l’Allemand, cette sorte-là de mensonge n’est guère sensible :
14 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
19 tissaient d’incroyables araignées, partout où le désordre naturel des choses pouvait offrir asile à l’Objet inconnu que je cher
20is ? Rejoindre ?… Derrière mes paupières, dans ce désordre lumineux, le verrai-je naître à mon désir ? Rejoindre ! Mais vous, de
21nes, de statues, de pylônes plantés dans un grand désordre de piétons et de chars à bœufs parmi les trams. Les habitants de Debr
22veille dans les faubourgs de Budapest, cheveux en désordre, pantalon plissé, et cet abruti de contrôleur qui rit et me dit je ne
23ns de sable noir, piqués de petits arbres et d’un désordre de maisons basses, les dernières de la ville de Debrecen, au bord de
15 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
24ée vide devant moi. Merveille de penser au fil du désordre lent de la vie d’un jardin, dans l’odeur des feuilles vivantes, de la
16 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
25résistance interne, de cela justement que dans le désordre régnant, nous détestons de toute la force de notre âme : la primauté
26meilleure pour les hommes [p. 844] que le présent désordre. Je ne vois pas qu’ils connaissent l’homme mieux que nous. Je ne les
27hodes policières grâce auxquelles se maintient le désordre établi. Mais nous allons plus loin dans la critique de ce désordre :
28Mais nous allons plus loin dans la critique de ce désordre : jusqu’à ce point où le marxisme, révélant sa vraie nature, apparaît
17 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
29 souveraineté, désormais usurpée, de l’Église, le désordre se trouve « établi ». Notre jeunesse s’éveille au milieu des statuts
30ulé, tendant à désolidariser la « chrétienté » du désordre établi. Et pourquoi ? Parce que c’est tout à fait impossible, parce q
31théologiques, puisque précisément, à l’origine du désordre, et plus encore dans son établissement, nous trouvons ce désir trop h
32s peut-être avec ceux qu’il excite à l’attaque du désordre. « On voit maintenant, dit Kierkegaard 7 , toute l’extraordinaire sot
33à la fin plaider pour le sauver. » Rompre avec le désordre établi, c’est faire en sorte simplement, qu’il cesse d’être « établi 
18 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
34 l’esprit qui les confronte, il n’y a plus que du désordre et des souffrances pour le corps qui les subit. L’acte ordonnateur,
19 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Saint-Évremond ou L’humaniste impur, par Albert-Marie Schmidt (octobre 1933)
35 politesse. Cela pourrait bien être la formule du désordre intérieur maximum. Rien ne le dissimule mieux que le demi-sourire d’u
20 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
36 déterminations, en un mot, l’acte qui libère. Le désordre dont souffre le monde nous apparaît d’abord tout matériel. Il est dan
37 est dans « les apparences actuelles ». Contre ce désordre notre attitude est celle d’un refus total. Mais rompre avec ces appar
38 n’est pas encore s’attaquer aux racines vives du désordre. La seule rupture véritable, efficace, est celle que nous opérons au
39d’un ordre qui implique la rupture totale avec le désordre régnant. Nous nous engageons donc dans une lutte réelle dont l’objet
40 révolution en pleine période de transition, d’un désordre dont l’acte ordonnateur n’a pas encore détruit le principe agissant.
21 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
41 domaine dans l’autre, aboutissant, en un mot, au désordre. D’abord dans le domaine où il devrait agir, non seulement le Parleme
42gogie au patronat apeuré par des tribuns verbeux. Désordre ! Désordre ! Dans le domaine enfin où le Parlement devrait protéger e
43tronat apeuré par des tribuns verbeux. Désordre ! Désordre ! Dans le domaine enfin où le Parlement devrait protéger et défendre
22 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — a. L’engagement politique
44iétements dans son domaine de ce qu’on a nommé le désordre établi. Si « privée » que se veuille en effet la pensée, si petite qu
45ir les devoirs du clerc engagé malgré lui dans le désordre de l’époque. Ce sont là des motifs égoïstes, dira-t-on. J’en ai quelq
46t, et si l’on fait peu, ne rien dire. Voici notre désordre. On ne peut plus penser sans buter aussitôt contre un dilemme absurde
23 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — c. Le vrai pouvoir des intellectuels et son usage
47vrai pouvoir des intellectuels et son usage Si le désordre est tel que la pensée n’engrène plus à rien ; et si la pensée « débra
48à eux seuls qu’il appartient de l’exercer dans le désordre politique. Pratiquement et spirituellement, il n’y a pas pour nous de
24 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
49e obligation à quoi je me résous en maudissant le désordre du temps. L’occasion seule, sous la contrainte de la foi, légitime à
25 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
50ent contradictoires qui s’affrontent au milieu du désordre. Il n’est pas d’expression plus fausse, et même plus dangereuse, pour
51trer dans la bagarre universelle. Je vois bien le désordre et la contradiction. L’argent règne sur notre monde, comme une puissa
52lle a plus de chances qu’aucune autre. Le vieux « désordre » qui couvait sous des apparences paisibles est soudain devenu flagra
53plus facile de reconnaître les choix nécessaires. Désordre, oui, et plus grand que jamais. Désarroi ? Non. Les doctrines sont co
26 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
54eut très bien n’être que la fixation brutale d’un désordre réel. Cet ordre reste à la merci de la révolte suffisamment violente
27 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
55 spirituelle, qui est pour nous l’origine même du désordre actuel. ⁂ Mais ce mot de précédence évoque encore autre chose que la
28 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 4. Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
56 il n’existe guère, parmi nous, de théoriciens du désordre. Toute doctrine sociale, aujourd’hui, fût-elle même la plus subversiv
29 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
57 souveraineté, désormais usurpée, de l’Église, le désordre se trouve « établi ». Notre jeunesse s’éveille au milieu des statuts
58ulé, tendant à désolidariser la « chrétienté » du désordre établi. Et pourquoi ? Parce que c’est tout à fait impossible, parce q
59théologiques, puisque précisément, à l’origine du désordre, et plus encore dans son établissement, nous trouvons ce désir trop h
60s peut-être avec ceux qu’il excite à l’attaque du désordre. « On voit maintenant, [p. 108] dit Kierkegaard 30 , toute l’extraord
61 la fin plaider pour le sauver. » Rompre avec le désordre établi, c’est faire en sorte simplement qu’il cesse d’être « établi »
30 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
62sent pas un instant croire que c’est au profit du désordre établi. (Ceci soit dit une fois pour toutes.) On a coutume d’opposer
31 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
63ésistance interne, de cela justement que, dans le désordre régnant, nous détestons de toute la force de notre être : la primauté
64nent est meilleure pour les hommes que le présent désordre. Je ne vois pas qu’ils connaissent l’homme mieux que nous. Je ne les
65hodes policières grâce auxquelles se maintient le désordre établi. Mais nous allons plus loin dans la critique de ce désordre :
66Mais nous allons plus loin dans la critique de ce désordre : jusqu’à ce point où le marxisme, révélant sa vraie nature, apparaît
32 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
67chent les conflits de s’accumuler et d’éclater en désordres sanglants.   Si le dernier paragraphe de cette thèse peut paraître e
33 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
68par la force, et ce sont elles qui provoquent les désordres et peignent en rouge la révolution. La révolution est créatrice. Mais
34 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
69oute l’histoire des révolutions réussies. Dans le désordre préliminaire à toute révolution, dans le tourbillon qui s’empare des
70de la surprise. Dans la panique générale, dans le désordre inévitable, elle est la pierre de touche de l’événement imprévu. Ceux
71e sociale, que mille sympathisants prisonniers du désordre établi. (Car cet homme convaincu sera l’impondérable dont dépendra la
72al est dès maintenant inaugurée, à l’intérieur du désordre établi. (Condamnation des théories qui veulent qu’on s’empare d’abord
35 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
73 l’esprit qui les confronte, il n’y a plus que du désordre et des souffrances pour le corps qui les subit. L’acte ordonnateur,
36 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
74l intitulé : Rupture entre l’ordre chrétien et le désordre établi. Elle n’en reste pas moins le lieu de rencontre de jeunes écri
37 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
75idence, que la doctrine de Marx est un facteur de désordre et qu’elle entraîne la ruine de la famille. 79 [p. 251] Si la poli
38 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
76ent contradictoires qui s’affrontent au milieu du désordre. Il n’est pas d’expression plus fausse, et même plus dangereuse, pour
77trer dans la bagarre universelle. Je vois bien le désordre et la contradiction. L’argent règne sur notre monde, comme une puissa
78lle a plus de chances qu’aucune autre. Le vieux « désordre » qui couvait sous des apparences paisibles, est soudain devenu flagr
79plus facile de reconnaître les choix nécessaires. Désordre, oui, et plus grand que jamais. Désarroi ? [p. 145] Non. Les doctrine
39 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
80uit à un complexe de fonctions ; ses allusions au désordre social ; la corrélation qu’il indique entre l’optimisme du progrès te
40 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
81voulons n’était rien d’autre que la subversion du désordre où nous sommes nés, d’où viendrait donc l’ordre vivant ? On ne crée p
82oir qui nous désigne en même temps les méfaits du désordre établi et le principe vivant du nouvel ordre. Ce pouvoir, nous le con
83us faut apprendre le bien par la considération du désordre. Mais cet examen misérable ne mènera-t-il qu’à des révoltes trop prév
84 et pas seulement le non-bourgeois — qui pâtit du désordre établi. Notre littérature déshumanise l’homme, soit qu’elle refuse de
85voir d’autre, dans le monde où nous sommes, qu’un désordre impensable, appel aux dictateurs ? Mais ceux qui connaissent la mesur
41 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
86e l’ordre de l’État, s’il se maintient au prix du désordre privé ? Qu’importe, en fin de compte, l’humanité, s’il n’y a pas d’ab
42 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
87 qu’il sait avoir perdu ? La Nature se révolte en désordre. Elle veut la mort de l’homme parce qu’il ne sait plus la faire vivre
88prière et prophétie, où l’homme, environné par le désordre ardent des choses, des plantes éphémères et des animaux rugissants, s
43 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
89chent les conflits de s’accumuler et d’éclater en désordres sanglants. Si le troisième paragraphe de cette thèse peut paraître e
44 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
90i-chemin de sa course, et par là même renforce le désordre établi. C’est très bien de critiquer le marxisme, mais il ne faudrait
91ls appartiennent moralement et spirituellement au désordre ancien qu’ils condamnent. Ils sont bien trop pressés de réussir, et s
92e beaucoup plus, et attaquer plus franchement nos désordres dans leurs racines spirituelles, il faudrait surtout être, et ils ne
45 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
93 ni comme allant de soi, mais qu’à la faveur d’un désordre dont on découvre alors la profondeur, il devient à son tour un problè
94rudents ne posent jamais, celles que nous pose le désordre établi. On imagine difficilement nos commissaires inaugurant ces assi
46 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Ni gauche ni droite (août 1935)
95ts l’indiqueraient, non les faits : voilà bien le désordre où nous vivons. C’est une anarchie sémantique. On me fait observer qu
47 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
96n dans leur vie, qui souffrent à cause de cela du désordre établi autour d’eux, et qui ne peuvent [faire] autrement que de comba
97faire] autrement que de combattre à chaque pas ce désordre, pour instaurer, dès maintenant, les bases concrètes de l’Ordre nouve
48 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
98 sorte un conflit, c’est fixer et cristalliser un désordre. C’est croire que l’absence de guerre suffit à établir une paix vivan
99ri IV lorsqu’il édicte une paix qui n’est qu’un « désordre » concret. Et c’est elle, avant tout, qui ourdit (pour reprendre la c
49 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). À propos du 14 juillet (juillet-août 1935)
100auche et cette droite travaillent en fait pour le désordre, et que les seuls bénéficiaires de luttes civiles aussi mal orientées
50 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
101meuse dictature de transition, masque étatiste du désordre social. Le génie de la confusion qui détient la présidence effective
51 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
102onfus de l’être encore, habiles dans l’analyse du désordre, fascinés par les subversions prochaines, mais incapables de concevoi
103émentaire : il est dangereux de confondre goût du désordre avec révolution ; goût du suicide avec libération ; pénitence avec ob
52 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
104a selon les cas : émeute, prise de pouvoir légal, désordre et anarchie, établissement d’une dictature militaire, plan quinquenna
53 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
105tique s’effectua à la faveur d’une misère et d’un désordre insupportables. Il en résulta tout d’abord, pour le parti régnant, l’
54 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
106as une image flatteuse conçue comme un négatif du désordre, qui pourra nous sauver de ce désordre. Car, ou bien elle nous reste
107négatif du désordre, qui pourra nous sauver de ce désordre. Car, ou bien elle nous reste extérieure, ou bien elle est complice d
108lus vraie que nous, tels que nous sommes, dans le désordre établi. Par acte de foi, j’entends précisément l’acte qui obéit non p
55 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
109s, du côté de l’esprit, à cette phase du [p. 169] désordre que l’on pourrait appeler la révolte des esclaves, encore que ces esc
110ts, cette pitoyable mythologie est à l’origine du désordre proclamé aujourd’hui dans toute l’économie de la planète. Mais quelle
111 de fuite devant les responsabilités. Comme si le désordre régnant, ce désordre dont prétendent souffrir ceux qui réclament un É
112responsabilités. Comme si le désordre régnant, ce désordre dont prétendent souffrir ceux qui réclament un État fort, n’était pas
113 concrètes du choix dangereux, personnel, tout ce désordre confortable n’allait pas sans système, ne se justifiait pas, dès l’or
114e de cette brève analyse de la logique interne du désordre régnant, il sera bon d’insister quelque peu sur les suites politiques
56 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
115ner une critique radicale des causes profondes du désordre. Eux seuls peuvent concevoir des solutions nouvelles et en amorcer l’
116 fois cette évidence monumentale : que tout notre désordre vient de ce que les centres auxquels se rapportaient jusqu’à présent
117d’une analyse impatiente de la logique interne du désordre régnant, — la pensée prolétarisée, — nous 104 avons entrepris la des
118rti d’une considération très générale de l’actuel désordre universel. J’en ai cherché les causes historiques lointaines, j’ai cr
119erne pratiquement, j’ai cherché la formule de nos désordres en décrivant notre élite libérale. J’ai fait un pas de plus vers le c
57 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
120nous vaut les tyrannies actuelles. Considérant le désordre où nous sommes, ils prétendent nous en tirer en parant, comme ils dis
58 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
121idence, que la doctrine de Marx est un facteur de désordre et qu’elle entraîne la ruine de la famille 42 . Si la politique, c’es
59 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
122i l’empêchent d’atteindre rien de sérieux dans le désordre. “Où fuirai-je devant ta face ?” Cette parole peut être dite en vérit
123t tangibles paraissaient solidement organisés. Le désordre en revanche régnait comme un vertige fascinant à l’intérieur de chaqu
124es établissements ne sont pour nous que signes du désordre. C’est à son anarchie, non à la nôtre, que nous déclarons cette guerr
125les prennent l’allure de revendications contre le désordre établi. De ce simple changement de signe dont l’importance nous est e
126rop près de lui pour n’en pas reproduire certains désordres ou discontinuités, par là très infidèle aux préceptes de « l’Art », m
127 pour faire mes adieux au jardin. Pauvre terre en désordre et dépouillée. Les salades ont monté, le carré de pommes de terre est
60 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
128e et n’attend, le pittoresque du décor devient un désordre sordide, les singularités curieuses des hommes et des choses, autant
129e stable et sclérosé produirait immédiatement des désordres sans nombre. Une telle stabilité prouverait en effet que les deux pui
130ait alors ne serait en fait que la limite du pire désordre, et c’est la mort. Cas purement idéal bien entendu puisque l’histoire
131 couvert d’un équilibre apparemment stabilisé, le désordre est toujours à sens unique : c’est la personne qui cesse de se défend
132t qui [p. 196] doivent justement la combattre, le désordre s’installe et grandit. Dans notre cas, l’État devient totalitaire. « 
61 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
133 à gauche, des ruelles s’en [p. 239] vont dans le désordre des baraquements de carton goudronné. Petites allées de campagne, en
62 1937, Esprit, articles (1932–1962). Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours (mars 1937)
134 mourir). Dès lors tout ce qu’on lui a reproché : désordre, omissions littéraires, chapitre bâclé sur l’après-guerre, etc., m’ap
63 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
135e stable et sclérosé produirait immédiatement des désordres sans nombre. Une telle stabilité prouverait en effet que les deux pui
136 ne serait en fait que la limite [p. 374] du pire désordre, et c’est la mort. Cas purement idéal bien entendu puisque l’histoire
137 couvert d’un équilibre apparemment stabilisé, le désordre est toujours à sens unique : c’est la personne qui cesse de se défend
138nes d’État qui doivent justement la combattre, le désordre s’installe et grandit. Dans notre cas, l’État devient totalitaire. « 
64 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
139le suivante : confondent-ils le spirituel avec le désordre et l’anarchie ? Si oui, il est évidemment inutile d’aller plus avant.
65 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
140ère : le Roman de Tristan et Iseut. Au travers du désordre extrême de nos mœurs, dans la confusion des morales et des immoralism
141première est que nous sommes parvenus au point de désordre social où l’immoralisme se révèle plus exténuant que les morales anci
66 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
142nt présentées aux yeux que pour démontrer tout le désordre dont elles sont cause… » On est loin du dessein d’« exciter les passi
67 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
143 où l’Européen voit surtout une rupture créant un désordre social, et la perte d’un patrimoine de souvenirs et d’expériences com
68 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
144vois condamnée à glisser, comme la nôtre, dans un désordre dont la guerre sera toujours le seul aboutissement. L’esprit de Pon
145ppression physique de tous ceux qui critiquent le désordre établi, tantôt le fait qu’on n’assassine plus dans la rue mais seulem
146pales de la mésentente des peuples réside dans ce désordre du langage, et dans l’absence de toute autorité morale capable d’y po
147se à la fois frappante et concrète. « Tout est en désordre ? ont-ils dit. C’est bien simple. Nous allons proclamer que l’intérêt
148 aux pouvoirs de son esprit. Et de là vient notre désordre mais aussi, notre impuissance à en sortir, malgré toutes nos bonnes i
69 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
149r est pour l’ordre, les bolchévistes sont pour le désordre. Sans se demander un seul instant de quelle espèce d’ordre il s’agiss
70 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
150litaires que par un certain manque de rigueur, un désordre plus apparent, une phraséologie moins entraînante. La démocratie sain
71 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
151mposé par l’extérieur est en réalité le souverain désordre. [p. 202] Il n’y a d’ordre vrai que dans la liberté. Il n’y a de lib
152ants contre les dictatures de l’extérieur ; notre désordre intime nous livre donc nécessairement et infailliblement au « nouvel
72 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
153utant de principes de grandeur et de réduction du désordre ; mais ce sont des principes humains, et par là même soumis au jugeme
154et c’est connaître aussi toutes nos puissances de désordre. Il n’y a de grandeur que dans une vie simple, oui, mais une vie n’a
155 peut advenir, de l’extérieur, et menacer tout le désordre et l’ordre humains avec un sérieux décisif. Une seule réalité pour no
73 1946, Journal des deux Mondes. Avertissement
156ble sujet non plus une nation, un régime, mais le désordre de l’époque, vu de près. Pas plus que les deux précédents, ce journal
74 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
157e si rien de pire n’était imaginable. Comme si le désordre était sans précédent [p. 24] et sans lendemain prévisible. Et pourtan
158 24] et sans lendemain prévisible. Et pourtant le désordre dure. Il se confond avec notre vie même, avec la Vie ! Certes, l’anar
159ion trouve, au contraire, dans la connaissance du désordre et des périls inhérents au [p. 26] progrès, la chance d’une grandeur
75 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
160 bois aux « duvets » écrasants. Pour le reste, un désordre exemplaire, courroies, bandes molletières, cigarettes, boîtes de cons
161d’Alexandre Vinet (« La tyrannie est le souverain désordre » par exemple), la brochure de Benjamin Constant sur l’Esprit de Conq
76 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
162 Vivant un cauchemar qui est vrai, nous allons en désordre au réveil. La mort, le désespoir en plein midi, — ou la reconnaissanc
77 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
163iétique décrète une justice plus inhumaine que le désordre, et il supprime les droits de recours et de révolte qui nous sont enc
78 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
164es, dissimulées à l’ombrage des pins cascadant en désordre des hauteurs, jusqu’aux bouleaux enchevêtrés des rives, parcourus d’é
79 1946, Journal des deux Mondes. 17. Le mauvais temps qui vient
165 est mince et partout déchirée qui nous sépare du désordre profond. Mais ce n’est pas en Suisse qu’on voit ces déchirures. J’ai
80 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
166cheveux au vent — deux belles touffes blanches en désordre « génial » — et c’était l’un de mes voisins, Albert Einstein, le patr
81 1946, Lettres sur la bombe atomique. 14. Problème curieux que pose le gouvernement mondial
167t coutume de dénoncer sous le nom d’« éléments de désordre » les partisans de la paix en général ? Ces gens-là leur paraissent,
168e. J’ai cru longtemps que la guerre était le pire désordre imaginable à notre époque ; et que ceux qui la tenaient encore pour u
169our une vertu, étaient les véritables éléments de désordre ; et que l’utopie la plus dangereuse était la théorie de la souverain
170onneur en 40 » ; bref que je suis un « élément de désordre ». (Je joins ses lignes aux miennes, pour vous prouver que je n’inven
82 1946, Lettres sur la bombe atomique. 16. Le goût de la guerre
171 crie au loup ! le colonel me traite d’élément de désordre, et pense que l’argument suffit. Pourtant mon raisonnement se tient :
83 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
172s rentrent en disant que la France est sale et en désordre, que tout y est cher pour eux, et que les w.-c. sont au milieu des pl
173de salaire et de rang. Et c’est ainsi que dans le désordre éperdument organisé, la bureaucratie la plus coûteuse du monde finit
174xemple qui me vienne à l’idée. [p. 44] ⁂ J’ai dit désordre, parce que c’est de ce nom que l’on désigne ordinairement une situati
175t infiniment intelligent, il n’y aurait jamais de désordre, mais seulement des complexités.) Le fait est que je n’imagine pas un
84 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
176e plaignait de l’absence toute « protestante » du désordre gentil, de la distraction ou des marques de ferveur théâtrale qu’il s
85 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
177urante, il apparaît bien moins sous l’aspect d’un désordre social que [p. 126] sous l’aspect d’une mise en ordre de deux vies in
86 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
178connaissable, le visage tuméfié, les vêtements en désordre. Physiquement la brute a perdu, mais la brutalité a triomphé. La brut
179tique. Ce ne sont pas seulement les ruines et les désordres matériels qui marquent le passage du Führer. La lutte contre les forc
180nt s’enquérir auprès de nous des secrets de notre désordre et de nos ordres — sinon eux du moins leurs enfants. Un dernier trait
87 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
181ue tendant vers l’anarchie, et débouchant dans le désordre, lequel prépare toujours la tyrannie. À l’homme considéré comme solda
88 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
182s de la liberté, progressant entre les écueils du désordre et de l’ordre absolu. Les lois de ce progrès sont assez simples. Pour
89 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
183s de la liberté, progressant entre les écueils du désordre et de la tyrannie. Pour peu que l’individu, abusant de ses droits et
90 1948, Esprit, articles (1932–1962). Thèses du fédéralisme (novembre 1948)
184ue tendant vers l’anarchie, et débouchant dans le désordre, lequel prépare toujours la tyrannie. À l’homme considéré comme solda
91 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
185sion exceptionnelle. Zwingli avait grandi dans le désordre de cette période de guerres, de corruption générale, de fièvres ambit
92 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
186traditions locales, contribuent à neutraliser les désordres que pourraient provoquer tant de divorces. La Suisse, divisée en cant
93 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
187 l’individu la personne au lieu de la masse ; aux désordres de la démocratie, la démocratie saine et non la dictature ; à l’anarc
94 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
188 certaine incertitude ou inquiétude, d’un certain désordre permanent. Les Chinois anciens et les Égyptiens, les Sumériens et les
189où vient cette inquiétude fondamentale ? D’où, ce désordre permanent que les meilleurs esprits déplorent depuis des siècles ? Je
190cles ? Je ne pense pas que cette inquiétude et ce désordre soient accidentels. Je pense même qu’ils remontent aux sources vives
191le gage d’un progrès vers le vrai. Ainsi donc, du désordre vers un certain ordre, puis vers un nouveau désordre, puis vers une n
192ordre vers un certain ordre, puis vers un nouveau désordre, puis vers une nouvelle façon plus large de l’interpréter, la Science
193isfaction sans fin, d’une inquiétude créatrice de désordres, et de révolutions bien sûr, mais créatrice aussi de liberté, — donc
194e. Incertitude et insatisfaction, contradictions, désordre, désarroi : autant de causes de faiblesse et de ruine, semble-t-il. E
95 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
195le pour les Grecs, cette folie pour les Juifs, ce désordre aux yeux des Romains, cet avatar de plus aux yeux des Orientaux, alla
96 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
196veux parler d’une inquiétude fondamentale et d’un désordre permanent. Les Chinois et les Égyptiens, les Sumériens et les Romains
197D’où viennent cette inquiétude fondamentale et ce désordre permanent, que les meilleurs esprits déplorent depuis des siècles ? I
198le gage d’un progrès vers le vrai. Ainsi donc, du désordre vers un certain ordre, puis vers un nouveau désordre, puis vers une n
199ordre vers un certain ordre, puis vers un nouveau désordre, puis vers une nouvelle façon plus large de l’interpréter, la Science
200e même d’insuffisance, d’inquiétude et parfois de désordre que suppose la recherche jamais finie, qui a permis, en même temps qu
201er un principe d’harmonie ont causé le maximum de désordre sanglant et aggravé le chaos mondial. Pourtant, les différents fascis
97 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (II) (avril 1957)
202sses. De plus, elle serait condamnée au permanent désordre économique entretenu par ses divisions. Le peu de progrès dû à « l’id
98 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — h. Pour une mythanalyse de la culture
203ences encore désordonnées. Et je vois bien que du désordre inévitable résultant d’une évolution aussi rapide, on ne pourra sorti
99 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
204 et disparaître entièrement ces guerres, rapines, désordres (etc…), nous nous sommes décidés, en toute connaissance de cause, apr
100 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
205s héroïnes, les poètes nationaux… Et dans le même désordre mental, à l’appel de la même angoisse, l’Europe cultivée a subi la re
206rs ne cessent de menacer le monde : l’ordre et le désordre. S’il saisit un crâne, c’est un crâne illustre. — Whose was it ? Celu