1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
1e freudienne et proustienne a porté à un point si dangereux, il nous propose l’expérience d’un Newman, les exemples d’un Meredith
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
2 de joies ; n’allez pas nous toucher, nous sommes dangereux. Un orage de tendresse va crever sur le monde. Aigles d’amours, oisea
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
3 cette réalité de la littérature qui est en nous (dangereuse tant que vous voudrez). Mais ce refus n’est pas seulement comme vous
4 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
4’alerte, quelque chose de très sympathique et pas dangereux du tout. On n’en fait pas une philosophie. Mais, sans qu’on s’en dout
5e d’on ne sait quelles forces occultes sans doute dangereuses, puisqu’elles les rendent inutilisables dans les rouages de la vie mo
5 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, Les Conquérants (décembre 1928)
6te sensibilité ont quelque chose de trop aigu, de dangereux. Mais qu’elles s’appliquent à distinguer les forces déterminantes de
6 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
7atrice des idées, m’accuser de faire une critique dangereuse ; 3° que néanmoins je crois à l’efficace de certaines utopies. (Les r
7 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
8dis que Sylvie appartient manifestement à la race dangereuse de ceux qui voient avec leurs yeux d’élèves. Le bon élève est aussi l
8 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
9 l’enfant tout court. Or il paraît que c’est très dangereux. Néanmoins, je soupçonne dans tous ces mouvements des possibilités lo
9 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
10 de l’esprit. Je sais que ces deux mots sont bien dangereux et impopulaires. Tout comme ce qu’ils désignent d’ailleurs. Tant mieu
10 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Cassou, La Clef des songes (août 1929)
11re et capable de n’importe quoi, cet [p. 249] air dangereux et tendre que prennent les hommes en liberté. Mais ils ne sont jamais
11 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Pierre-Quint, Le Comte de Lautréamont et Dieu (septembre 1930)
12d moins sympathique, certes, mais plus réellement dangereuse. On sent bien ici que le critique a dominé son sujet. Mais pourquoi s
12 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
13lable : il y trouvait tous les symboles de la vie dangereuse, du risque, du triomphe conquis par la dureté. Mais l’a-t-il épuisé ?
13 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
14très longtemps… Et pas de lune ce soir, il serait dangereux de s’endormir. » Se penchant vers moi il prononça : « La nuit sera no
14 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
15s eux, constituent la fraction d’humanité la plus dangereuse pour la paix du monde. Quoi ! cette centaine de familles écartées du
15 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
16tes vulgaires, qui conduiraient à des conclusions dangereuses pour l’ordre établi. « Nous vivons dans un temps où les philosophes s
17anière des philosophes, mais à témoigner. Épreuve dangereuse et salutaire, germe de cette « révolution permanente » qui doit être
18et contre Dieu — seul l’Évangile est radicalement dangereux, — salutaire. p. 478 o. « Penser dangereusement », Foi et Vie, P
16 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Hic et nunc [éditorial] (novembre 1932)
19es imposent, des vérités actuelles, personnelles, dangereuses. Dites à nous-mêmes, d’abord ; à tous ceux qui voudront les entendre 
17 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
20t assourdie. Le silence de Goethe n’est pas moins dangereux, pour qui sait l’entendre, que l’imprécation de Rimbaud : et tous deu
18 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
21çons. Puis vous avez pensé que c’étaient des gens dangereux et avides. Et maintenant, c’est vous qui glissez dans l’angoisse. Vou
22ue notre volonté de sacrifice, de pauvreté. C’est dangereux, c’est grave de penser juste. La vérité ne peut exister parmi nous qu
19 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
23cte créateur par où la personne accède à une plus dangereuse réalité. Ceci peut rappeler le jeune Hegel, mais s’oppose nettement a
24ort. Si, par un souci peut-être vain, en tous cas dangereux, de simplification formelle, nous revenions au schéma hégélien, il fa
20 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
25 n’est pas d’expression plus fausse, et même plus dangereuse, pour qui veut prendre position et pénétrer dans la bagarre universel
21 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
26çons. Puis vous avez pensé que c’étaient des gens dangereux et avides. Et maintenant, c’est vous qui glissez dans l’angoisse. Vou
27ue notre volonté de sacrifice, de pauvreté. C’est dangereux, c’est grave de penser juste. La vérité ne peut exister parmi nous qu
22 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
28ermes soutiens de la personnalité, tantôt pour de dangereux individualistes. C’est donc vraiment de nos affaires qu’il s’agit dan
23 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
29 n’est pas d’expression plus fausse, et même plus dangereuse, pour qui veut prendre position et pénétrer dans la bagarre universel
24 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
30pelons le « règne de l’esprit », c’est bien moins dangereux ; tous en seront… « Deux questions — dit encore Kierkegaard — témoign
25 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
31 sa grandeur, mais n’en témoigne pas. Il est plus dangereux que le matérialisme : il ne nie pas grossièrement notre puissance — c
26 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
32rossière de la mutilation cosmique n’est pas plus dangereuse que la perversion spiritualiste qu’on lui oppose depuis le xviiie si
27 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
33ns le domaine pédagogique. Les cyniques sont plus dangereux. Ils croient pouvoir nous traiter de révolutionnaires en peau de lapi
28 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
34 a-t-il pas ici trop de choses ? Et peut-être une dangereuse confusion, que nous avions [p. 19] pris soin d’éviter 16 , entre l’éc
29 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
35grand, dans l’ordre humain, ne peut être vraiment dangereux pour un chrétien qui sait en qui il croit. Et pour les autres, qu’imp
30 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
36 reste l’enjeu et le but ; il serait donc vain et dangereux qu’au lieu de combattre la société actuelle, tout en préparant la cul
31 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
37ose entre la pensée « pure » et le réel confus et dangereux qui échappe à ses prises prudentes. Et ces lois confirment le penseur
32 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
38ogie tout un monde spirituel et poétique plein de dangereuses merveilles. Le choix des textes me paraît des plus heureux, la traduc
33 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
39conséquences de son action, qui rend cette action dangereuse. Car tout ce qu’il écrit dans ce livre — je ne sais pas ce qu’il dit
40sont mal préparées ». Service public est un livre dangereux, parce que c’est un livre vague derrière lequel marchent des troupes
41e dire, je vous laisse à juger lequel est le plus dangereux ; ou encore le moins efficace. 4. — Pronostic [p. 6] En présence
34 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
42ite guerre dans les bois de Meudon. Et c’est plus dangereux aussi. Lui. — Bien sûr. Mais n’oubliez pas que nous avons fait notre
43soin de sentir devant nous un adversaire vraiment dangereux, il nous faut cela pour provoquer le déploiement de toutes nos forces
35 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
44 encore, adressons ce rappel élémentaire : il est dangereux de confondre goût du désordre avec révolution ; goût du suicide avec
36 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
45érales à l’adresse des grandes dictatures ne sont dangereuses que pour ceux qui s’y livrent. Ils n’arrêteront pas la tempête à l’ai
37 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
46 la pensée redevienne ce qu’elle est en réalité : dangereuse pour le penseur, et transformatrice du réel. « Là où je crée, là je s
47 jalousie contre les atteintes concrètes du choix dangereux, personnel, tout ce désordre confortable n’allait pas sans système, n
38 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
48isque Pédagogie du risque : tout ce qui n’est pas dangereux est inutile ; tout ce qui est inutile se décompose et empoisonne ! Qu
49nt, et même le parfait, serait de rendre les mots dangereux, je dirai même insupportables, joyeusement, activement insupportables
39 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
50érales à l’adresse des grandes dictatures ne sont dangereuses que pour ceux qui s’y livrent. Ils n’arrêteront pas la tempête à l’ai
40 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
51 un an.) C’est dire que le remède sera tout aussi dangereux que le mal. Et que la révolution ne pourra plus être faite que par ce
41 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
52 bien certaines découvertes scientifiques comme « dangereuses », puisque Staline a condamné Einstein, tout de même qu’un pape conda
42 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
53orains. D’autant plus que des partis politiques « dangereux » prennent soin de vous le rappeler avec une insistance impitoyable.
43 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
54re à estimer que chômeur est synonyme de vagabond dangereux. Elles font partie des « travailleurs », et pourtant elles sont propr
44 1937, Esprit, articles (1932–1962). Défense de la culture (janvier 1937)
55e allemand, dont le régime me paraît spécialement dangereux pour la culture, achète des livres, fréquente les théâtres et les con
45 1937, Esprit, articles (1932–1962). M. Benda nous « cherche », mais ne nous trouve pas (juillet 1937)
56t pratiquent la religion de la lutte et de la vie dangereuse : en conclusion, M. Benda fit observer que les anciens étaient « inte
46 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une idée de Law (janvier 1937)
57Au lieu de cet attirail dispendieux, incommode et dangereux, d’une armée permanente, ne vaudrait-il pas mieux en épargner les fra
47 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
58ite guerre dans les bois de Meudon. Et c’est plus dangereux aussi. Lui. — Bien sûr. Mais n’oubliez pas que nous avons fait notre
59soin de sentir devant nous un adversaire vraiment dangereux, il nous faut cela pour provoquer le déploiement de toutes nos forces
48 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
60 en fait, et que c’était fatal, et que c’est très dangereux. Reste à savoir pourquoi cela s’est réalisé. Car on ne nous parle jam
49 1938, La Vie protestante, articles (1938–1961). Le temps des fanatiques (25 novembre 1938)
61e, à nous chrétiens, le privilège de plus en plus dangereux de reconnaître les péchés du parti que nous adoptons. Car je vois que
50 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
62r à l’idéal antisocial de « bonheur » et de « vie dangereuse » un idéal collectiviste. Gemeinnutz geht vor Eigennutz ! Le bien com
51 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
63’Éros : c’était son pouvoir le plus fort, le plus dangereux et le plus mystérieux, le plus profondément lié au fait de vivre. Tou
52 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
64e. Au contraire, le mythe paraît lorsqu’il serait dangereux ou impossible d’avouer clairement un certain nombre de faits sociaux
65 n’en subsiste pas moins. Elle est toujours aussi dangereuse pour la vie de la société. Elle tend toujours à provoquer, de la part
66rme primitive voilà précisément ce qui le rend si dangereux. Les mythes [p. 24] déchus deviennent vénéneux comme les vérités mort
53 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
67ous la forme la plus ambiguë et peut-être la plus dangereuse. Traquée, refoulée et désorganisée, l’hérésie ne devait pas tarder à
54 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
68Au lieu de cet attirail dispendieux, incommode et dangereux, d’une armée permanente, ne vaudrait-il pas mieux en épargner les fra
55 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
69r à l’idéal antisocial de « bonheur » et de « vie dangereuse » un idéal collectiviste. Gemeinnutz geht vor Eigennutz ! (Le bien co
56 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
70’Éros : c’était son pouvoir le plus fort, le plus dangereux et le plus mystérieux, le plus profondément lié au fait de vivre. Tou
57 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
71ait pas le domaine où Don Juan se révèle le moins dangereux. (Appelons ici danger ce qui peut compromettre un certain équilibre s
72s la clé.) Mais une tricherie constante est moins dangereuse que les faiblesses subites d’un honnête homme. On est en garde, et l’
58 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
73ermes soutiens de la personnalité, tantôt pour de dangereux individualistes. C’est donc vraiment de nos affaires qu’il s’agit dan
59 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
74re incomplète. Or, en pareil domaine, il est très dangereux de se tromper si peu que ce soit, et de donner une réponse qui ne soi
60 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
75, celui qui pense différemment, doit être un type dangereux, méchant, machiavélique. Ceci pour le plan des idées. Sur le plan de
61 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
76e ces paraboles pour nous rappeler combien il est dangereux de dire la vérité en général, et la vérité chrétienne en particulier.
77 général, et la vérité chrétienne en particulier. Dangereux pour celui qui la dit ! Si nous voulons être chrétiens, soit, mais sa
78aire son ivresse. Je n’aime écrire que des livres dangereux. ⁂ Cependant, publier pose un autre problème. L’époque n’est-elle pas
62 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
79econnaître. Plus il est effectif, moins il paraît dangereux. Sa propre action le dissimule aux yeux de celui qu’elle domine. Il s
80e dans nos vertus. En vérité, le Diable n’est pas dangereux là où il se montre et nous fait peur, mais là seulement où nous ne sa
63 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
81 et à la longue, alors le Progrès devient le plus dangereux des soporifiques, une véritable drogue du Démon, l’un de ses nouveaux
64 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
82iables. Toutefois, le Diable est sans doute moins dangereux lorsqu’il nous tue que lorsqu’il prétend nous [p. 123] faire vivre. I
83l prétend nous [p. 123] faire vivre. Il est moins dangereux dans nos vices que dans nos vertus satisfaites. Il est moins dangereu
84ces que dans nos vertus satisfaites. Il est moins dangereux dans les antres des dictateurs évidemment méchants, que dans les sanc
85t peut-être vrai. Mais je doute que ce soit moins dangereux pour vos âmes. Ah, j’aimerais tant votre assurance, si seulement ses
86sément reconnaissable, et dans cette mesure moins dangereux. La sexualité ne devient proprement démoniaque que lorsque l’esprit s
87D’autres ne savent le voir nulle part. C’est plus dangereux. N’auraient-ils pas regardé l’époque ? Or ce livre est l’époque, je l
65 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
88qui s’en prévalent. Ce serait insuffisant et même dangereux. Car cette hypocrisie est encore un hommage que la faiblesse des foul
66 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable III : Diable et sexe (29 octobre 1943)
89sément reconnaissable, et dans cette mesure moins dangereux. La sexualité ne devient proprement démoniaque que lorsque l’esprit s
67 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable VIII : Le Diable démocrate (3 décembre 1943)
90 et à la longue, alors le Progrès devient le plus dangereux des soporifiques, une véritable drogue du Démon, l’un de ses nouveaux
68 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable XI : Le Diable dans nos dieux (24 décembre 1943)
91diables. Toutefois le Diable est sans doute moins dangereux lorsqu’il nous tue, que lorsqu’il prétend nous faire vivre. Il est mo
92 lorsqu’il prétend nous faire vivre. Il est moins dangereux dans nos vices que dans nos vertus satisfaites… Voyez plutôt. Un jour
69 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
93t assourdie. Le silence de Goethe n’est pas moins dangereux, pour qui sait l’entendre, que l’imprécation de Rimbaud ; et tous deu
70 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
94pelons « le règne de l’esprit », c’est bien moins dangereux ; tous en seront… Deux questions — dit encore Kierkegaard — témoigne
71 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
95 pays. » Fort bien. Mais il y a des silences plus dangereux pour l’âme d’un peuple que les paroles imprudentes… Il y a des cas où
72 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
96cident vous serait arrivé sur un autre plan, plus dangereux. Vous l’avez pris sur vous physiquement, et après tout c’est le moins
73 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
97thènes : le « bon Allemand », dit-il, est le plus dangereux. Nous avons en commun, par ailleurs, quelques très bons amis allemand
74 1946, Lettres sur la bombe atomique. 9. Paralysie des hommes d’État
98 ne voient rien. Cette absence de pensée est plus dangereuse que n’importe quelle pensée fausse. Mais comment pourraient-ils pense
75 1946, Lettres sur la bombe atomique. 14. Problème curieux que pose le gouvernement mondial
99e comble de l’ennui, si ce n’est pas une « utopie dangereuse »… À propos de cette dernière expression, [p. 88] avez-vous remarqué
100r des projets de paix ? Pour qui sont-ils donc si dangereux ? Avez-vous également remarqué que les militaires qui prennent la plu
101es éléments de désordre ; et que l’utopie la plus dangereuse était la théorie de la souveraineté sans limite des nations. C’était
76 1946, Lettres sur la bombe atomique. 18. La paix ou la mort
102ous me direz : « Que fait Dieu dans tout cela ? » Dangereuse question : imaginez qu’il vous réponde ? S’il permet que nous fassion
103dire que j’allais l’oublier ! La Bombe, n’est pas dangereuse du tout. C’est un objet. Ce qui est horriblement dangereux, c’est l’h
104 du tout. C’est un objet. Ce qui est horriblement dangereux, c’est l’homme. C’est lui qui a fait la Bombe et qui se prépare à l’e
77 1946, Lettres sur la bombe atomique. iv. La vérité n’est plus du côté des canons
105 direction de Moscou qui sait fort bien qu’il est dangereux de l’avoir et de n’en point faire usage. Cette « vérité » n’est donc
78 1947, Doctrine fabuleuse. 2. Deuxième dialogue sur la carte postale. La beauté physique
106s être obligé de vous considérer à mon tour comme dangereux, insensé et sans pudeur. Car vous n’êtes pas de ceux qui renoncent. V
107ers une réalité plus profonde et plus libre, plus dangereuse aussi, plus simple et plus urgente, plus réelle. Cette beauté n’est p
79 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
108homme une dignité. C’est un bourgeois, de la plus dangereuse espèce : le bourgeois pauvre qui envie les bourgeois riches. D’où vie
80 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
109ait pas le domaine où Don Juan se révèle le moins dangereux. (Appelons ici danger ce qui peut compromettre un certain équilibre s
110s la clé.) Mais une tricherie constante est moins dangereuse que les faiblesses subites d’un honnête homme. On est en garde, et l’
81 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
111 sur les hauteurs et découvre que Dieu y est plus dangereux encore, d’une autre sorte, fulgurante. Péripétie La scène du monde
82 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
112raser les voisins pour s’affirmer. Les puissances dangereuses dans le monde moderne sont celles qui, comme le Reich d’Hitler, souff
113garde quelle qu’elle soit, assurent une paix plus dangereuse pour les âmes, que ne sont pour les corps nos luttes exagérées, donc
114e la politique américaine me paraît beaucoup plus dangereuse, pour l’Europe, que cet impérialisme qu’on redoute pour de mauvaises
83 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
115rique seraient sans doute Adolphe et Les Liaisons dangereuses. Ajoutons-y la poésie d’un Baudelaire, sa spiritualité sensuelle. Les
84 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
116’est-à-dire d’une manière moins avouée, non moins dangereuse. La guerre n’a pas arrêté, loin de là, les progrès de la déchristiani
117galement avides de nous coloniser, donc également dangereux pour nous. Avons-nous bien regardé les faits ? Existe-t-il vraiment d
85 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
118ssion spirituelle. L’esprit totalitaire n’est pas dangereux seulement parce qu’il triomphe aujourd’hui dans une dizaine de pays e
86 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
119 dans l’organisation du continent n’est pas moins dangereuse, n’est pas moins utopique, que ne serait l’impérialisme d’une seule n
120ais c’est le climat européen seul qui rend la vie dangereuse, aventureuse, magnifique et tragique — et, par là, digne d’être vécue
121olues, mais en deçà d’une « unité » totale, aussi dangereuse que toutes nos divisions. On pouvait donc prévoir, avant le congrès,
87 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
122 dans l’organisation du continent n’est pas moins dangereuse et utopique, que ne serait « l’impérialisme » d’une seule nation. Il
88 1948, Suite neuchâteloise. III
123t condamnée » (II. 242). « Il jugeait ridicule et dangereux l’esprit de caste et de famille qui régnait à Neuchâtel. Dieu nous pr
89 1950, Lettres aux députés européens. Deuxième lettre
124e qui peut vous faire peur, ce qui peut être plus dangereux que l’inaction totale où vous glissez, plus utopique que le maintien
90 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
125oivent être considérés comme les ennemis les plus dangereux de l’unité européenne », — d’où le refus de toute Autorité politique
91 1951, Preuves, articles (1951–1968). Neutralité et neutralisme (mai 1951)
126il se trouve qu’en fait, le totalitarisme le plus dangereux de nos jours est le stalinisme, variété la plus puissante d’une malad
92 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
127en fédéral, disait-il, créait « une illusion plus dangereuse que l’isolement » par la fausse sécurité qu’elle inspirait. Il en rés
93 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
128c la très jeune Ophélia et le fait passer pour un dangereux exalté. Finalement, il se voit contraint, par des circonstances fortu
94 1954, Preuves, articles (1951–1968). Politique de la peur proclamée (novembre 1954)
129deux cents divisions russes existantes sont moins dangereuses que douze divisions allemandes [p. 68] virtuelles, et que la présence
95 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
130vilisation. Rien ne serait donc plus faux ni plus dangereux pour nous que de maintenir des cloisons étanches entre la culture en
96 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
131s au lendemain d’Hiroshima : « La Bombe n’est pas dangereuse du tout. C’est un objet. Ce qui est horriblement dangereux, c’est l’h
132 du tout. C’est un objet. Ce qui est horriblement dangereux, c’est l’homme. C’est lui qui a fait la Bombe et qui se prépare à l’e
97 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
133voirs de l’intelligentsia. Nous jugeons ces idées dangereuses et fausses, au nom de nos principes, c’est entendu. Mais eux-mêmes, c
98 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
134er deux questions : ce culte était-il vraiment si dangereux ? est-il réellement condamné ? Les réponses vont de soi. Le culte, en
99 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
135on premier chapitre. Certains penseront qu’il est dangereux de souligner ce qui nous distingue, au lieu de mettre en valeur ce qu
100 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
136s au lendemain d’Hiroshima : « La Bombe n’est pas dangereuse du tout. C’est un objet. Ce qui est horriblement dangereux, c’est l’h
137 du tout. C’est un objet. Ce qui est horriblement dangereux, c’est l’homme. C’est lui qui a fait la Bombe et qui se prépare à l’e