1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Gravitations (décembre 1929)
1st créé. Jamais banal, il est parfois facile : la description du monde qu’il invente nous lasse quand elle ne l’étonne plus assez l
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Alix de Watteville, La Folie de l’espace (avril 1926)
2e Mme de Watteville paraît mieux à l’aise dans la description du milieu patricien que dans la création d’un caractère de grand pein
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Les Bestiaires (septembre 1926)
3de cet « homme de la Renaissance », pour quelques descriptions des prairies espagnoles pleines de simple grandeur, j’ai supporté mil
4 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
4quel point Montherlant reste poète jusque dans la description la plus réaliste de la vie animale. Et n’est-ce pas justement parce q
5roche de l’inconnu. Nulle part mieux que dans la description des taureaux ne se manifeste ce passage du réalisme le plus hardi à u
5 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Louis Aragon, Le Paysan de Paris (janvier 1927)
6hie au lyrisme le plus échevelé en passant par la description réaliste ou imaginée d’une boîte de nuit, d’une devanture, d’un parc
6 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Lecache, Jacob (mai 1927)
7ur Loi. » Le récit grassement pittoresque dans la description du milieu juif, prend une âpre rapidité avec l’ascension de Jacob et
7 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, Les Conquérants (décembre 1928)
8 faits, une discussion d’idées. Il est surtout la description d’une angoisse que le nihilisme de M. Malraux veut sans issues : l’an
8 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 2. Description du monstre
9 [p. 18] 2. Description du monstre Le service militaire me permit de retrouver quelques-unes
9 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
10nc, clame son horreur de tant de démesure, et ses descriptions des Alpes constituent « le plus violent réquisitoire qu’on ait jamais
10 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
11mode rarement d’une réflexion impartiale et d’une description, plume en main, des mobiles personnels, affectifs, voire religieux, q
12peu commune de petits faits, de personnages et de descriptions des lieux où ils vivent. C’est dire que l’œuvre mérite l’effort d’att
13ar hasard, à une réunion d’évangélisation dont la description serait toute entière à citer, dans son inénarrable et cruelle vérité,
11 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
14Kierkegaard, sa pensée paraît réfractaire à toute description, car elle opère sur des mythes concrets plutôt que sur des formules e
15réside à son analyse de l’indiscret nous vaut une description inégalable du mal du siècle. Ici le mépris ne porte aucune atteinte à
12 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
161932. Est-ce à dire qu’il faille entreprendre une description méthodique des circonstances de notre vie concrète, à seule fin d’en
13 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
17t de poursuivre, dissiper un malentendu que cette description a pu faire naître dans l’esprit de quelques-uns. Je sais que le bon t
18travail — et mourant de solitude. J’ai terminé ma description du siècle. Est-elle pessimiste à l’excès ? Ce n’est pas cela qu’il no
14 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
19actériser par quelques traits qui rappelleront ma description de la Grèce individualiste. L’individu de la Renaissance est d’abord
20nte. Je ne fais pas ici, vous le sentez bien, une description désintéressée et académique de divers régimes également soutenables d
15 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
21t de poursuivre, dissiper un malentendu que cette description a pu faire naître dans l’esprit de quelques-uns. Je sais que le bon t
22ravail, — et mourant de solitude. J’ai terminé ma description du siècle. Est-elle pessimiste à l’excès ? Ce n’est pas cela qu’il no
16 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
23ssage de ce genre. Mais si l’on donne raison à sa description du ressentiment — ce que je fais pour ma part sans réserve —, il rest
24haque page le souci des références à l’actuel. La description qu’il fait de l’homme moderne réduit à un complexe de fonctions ; ses
17 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
25idéalistes ou immoralistes, s’ils ne sont pas les descriptions désenchantées d’une société en voie de dissolution atomique. Les civi
18 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
26 la personne en elle-même n’est passible d’aucune description objective. Par rapport à l’ensemble humain, la personne est par excel
19 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
27 de sa recherche, en insistant sur le fait que la description qu’il va donner ne saurait être prise pour une explication. Je crains
20 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
28ce. Fr. H. Jacobi Nietzsche restera la meilleure description de l’anarchie spirituelle du xixe siècle. Il en a souffert si viveme
21 1935, Esprit, articles (1932–1962). Kasimir Edschmid, Destin allemand (mai 1935)
29un roman d’aventures, et un roman d’idées, et une description étonnante de l’Amérique qu’il nous reste à découvrir : celle du Sud.
30uel, moins impressionniste et complaisant dans la description des douleurs physiques. Au total, Edschmid est plus fort. Attendrons-
22 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
31et peut-être inconsciente : l’esprit est une pure description 32 . On assure ainsi à bon compte la rigueur des constructions intel
32Cette obsession de la science, c’est-à-dire de la description, est tellement opposée au véritable esprit philosophique qu’elle cond
23 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
33té avec la Parole de Dieu. Essayons de résumer sa description extrêmement précise et vigoureuse des trois temps de la Parole de Die
24 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
34sormais, la philosophie cessera d’être une simple description : elle va devenir action transformatrice, et productrice. L’esprit pu
25 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
35ue et [p. 597] du pittoresque. Mais où trouver la description des journées, des occupations, des manières de réagir d’un homme réel
36chances ? — Voici alors, entre cent autres, cette description d’une journée de Lawrence dans son ranch mexicain (c’est à Lawrence q
26 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
37mes ne savent que faire. Il faut lire l’effarante description de sa vie telle qu’il l’a racontée dans une espèce d’autobiographie r
27 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
38lle mais initiale, et de l’ordre du spirituel. La description historique de de Man se fonde en dernière analyse sur une thèse d’ori
28 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
39e intéresse Proust, Joyce 65 … Et c’est encore la description sans fin, le procès même de la conscience : se voir sentir ou penser,
40mer les hommes mais préfère les réciter, c’est la description « pure et simple ». Pure, marque ici la volonté de ne pas juger, c’es
41le savant s’en voudrait de poser, au terme de ses descriptions, autre chose que de prudentes hypothèses. (Je néglige quelques sectai
42t-ce dans le meilleur cas, que par le style de sa description. Tout portrait porte plus ou moins la ressemblance de son auteur. S’i
43ar un Rembrandt sont bien davantage pour nous une description du regard de Rembrandt, et par là-même de son visage, qu’une reproduc
44cle au [p. 183] cours de leur vaste entreprise de description impartiale de l’homme, et des moyens de décrire l’homme. On est alors
29 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
45u la fin quand on parle de la situation. Sinon la description est insensée. J’ai décrit ce que je refuse, au nom d’une attitude fi
46ose la maxime : penser avec les mains, ce sera la description des attitudes morales qui favorisent l’actualité de la pensée, qui en
47 tout cela resterait fort abstrait, resterait une description abstraite du [p. 230] concret, si nous n’arrivions pas à situer, à ba
48nsée prolétarisée, — nous 104 avons entrepris la description d’un nouvel ordre de valeurs éthiques, suspendu tout entier et relié
49ous voyons plongés, nous ne pouvons donner qu’une description tout empirique, par là même insuffisante. La cause première nous écha
30 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
50 sur la Nature, des élévations romantiques, telle description poignante de réalisme, d’un ensevelissement dans la fosse commune. Le
31 1936, Esprit, articles (1932–1962). Henri Petit, Un homme veut rester vivant (novembre 1936)
51ier ; de cette patience, de cette justice dans la description du médiocre, de cette mesure constamment observée — voilà sa ruse— et
32 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
52r paragraphe, il paraîtrait qu’il s’agit là d’une description un peu plus qu’amicale du régime de l’URSS, d’une fervente autocritiq
33 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
53râce à l’élan acquis. (Si le lecteur trouve notre description un peu abstraite, qu’il essaye de l’illustrer en remplaçant « esprit
34 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
54e crise. En gros, nous ne pouvons qu’approuver la description donnée par l’auteur. Il est bien vrai que le progrès technique a été
55ion… » ! !) Mais dès que M. Friedmann passe de la description au diagnostic, et d’autre part dès qu’il essaye de préciser les persp
35 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
56t une bonne [p. 16] discipline de l’esprit que la description objective. Me voici engagé dans une expérience forcée de vie pauvre,
57et cela nous sera des plus utiles, une minutieuse description de la faune et de la flore de l’île, du régime des marées, des couran
58explications vérifiables, des modes d’emploi, des descriptions objectives et utilisables ; et ceci à tous les degrés de la réalité,
59 leçon de sagesse intérieure qui se dégage de ses descriptions et les affecte encore d’un sens certain : « À part l’église Saint-Mar
36 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
60explications vérifiables, des modes d’emploi, des descriptions objectives et utilisables ; et ceci à tous les degrés de la réalité,
37 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
61 et c’est une bonne discipline de l’esprit que la description objective. Me voici pris dans une expérience forcée de vie pauvre, li
62et cela nous sera des plus utiles, une minutieuse description de la faune et de la flore de l’île, du régime des marées, des couran
38 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Introduction au Journal d’un intellectuel en chômage (août 1937)
63me posait. Je m’exerçais à cette discipline de la description objective, qui est devenue tellement étrangère aux romantiques, aux p
39 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
64quoi dans l’atmosphère qui faisait que toutes les descriptions « objectives » de nos journalistes paraissaient, vues d’ici, décrire
40 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
65ente des phénomènes apparents, c’est-à-dire à une description. Et dès lors qu’il s’agit de phénomènes aussi complexes, on n’a pas d
66lexes, on n’a pas de mal à faire « coller » cette description avec telle doctrine qu’on voudra : il suffit de choisir ses exemples.
41 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
67re un livre entier sur la passion sans achever ma description par ce trait qui enfin la situe, non dans l’abstrait où la passion ne
42 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Monastère noir, par Aladár Kuncz (janvier 1938)
68 point songer au Procès de Kafka, la plus géniale description du mythe de l’arrestation aj . On se rappelle que c’était l’histoire
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Avertissement
69ne diamétralement opposée, et par là il achève la description de la passion, car on ne connaît que les choses dépassées, ou du moin
44 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
70renier l’intime évidence. Que la sécheresse d’une description réduite à suivre en ses détours la logique interne du Roman puisse pa
45 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
71urs comportent des notations « réalistes » et des descriptions précises de la Dame aimée, alors qu’ailleurs on leur reproche de ne r
72 parviendront à l’initiation. Il est clair que la description de ces errements et de leurs punitions exigeait la forme du récit, et
46 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
73as amusant comme un roman. C’est tout uniment une description exacte et scientifique d’une sorte de folie très rare en France… » St
74ie tourne au vaudeville. Une chose me frappe ; sa description est admirable de vivacité, d’exactitude, parfois de profondeur ; mais
47 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
75 l’atmosphère de rêve du Roman de Tristan que les descriptions de tournois qu’on peut lire dans les œuvres de Chastellain et les Mém
48 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
76ienne n’a qu’à moitié réussi si l’on en croit les descriptions de l’état présent des mœurs de la jeunesse en URSS. Le nazisme appart
49 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
77re un livre entier sur la passion sans achever ma description par ce trait qui enfin la situe, non dans l’abstrait où la passion ne
50 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
78rse : celui d’avoir donné de l’amour courtois une description si enthousiaste qu’à la fin, la conception chrétienne que je lui oppo
51 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
79actériser par quelques traits qui rappelleront ma description de la Grèce individualiste. L’individu de la Renaissance est d’abord
80nte. Je ne fais pas ici, vous le sentez bien, une description désintéressée et académique de divers régimes également soutenables d
52 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
81e de s’avouer ses parti-pris. Il oublie que toute description ressemble autant à son auteur qu’à l’objet qu’il voulait décrire. Ain
53 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
82ns notre chair, il nous appartient de laisser une description valable de ce phénomène, pour les générations à venir. Je dis qu’avan
83erpent ! Dans Mein Kampf, il donnait dès 1924 des descriptions d’une surprenante précision du réveil des puissances souterraines qu’
54 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
84être vrai ! nous disions en présence de certaines descriptions du mal : trop affreux pour être vrai 16  ! Cependant, c’était vrai,
85nte ; mais il agit partout, il est dans tout… Vos descriptions, me dira-t-on, ne sont pas bien claires. Pourquoi ne pas nous peindre
55 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
86onduite et les décisions morales d’un tout par la description du fonctionnement de quelques-unes de ses parties, les dernières anal
87nte ici à André Gide une pénétrante et minutieuse description de ce glissement du vrai vers le « vital » au secret d’une conscience
56 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VII : La cinquième colonne (26 novembre 1943)
88e se compenser, finissent par se neutraliser. Vos descriptions, me dira-t-on, ne sont pas bien claires. Pourquoi ne pas nous donner
57 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VIII : Le Diable démocrate (3 décembre 1943)
89être vrai ! nous disions en présence de certaines descriptions du mal : trop affreux pour être vrai ! Cependant c’était vrai, mais c
58 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
90s analyses kierkegaardiennes. Esquissons donc une description du phénomène national-socialiste en partant des catégories que nous v
59 1946, Journal des deux Mondes. Avertissement
91 le sujet qui décrit par rapport aux objets de sa description, ne fût-ce que pour donner une clé de correction. Car selon que ce su
92 à ne jamais parler de lui se voit déjoué par les descriptions mêmes qu’il nous propose, et qui ne sont que les rébus de ce qu’il s’
60 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
93du sourire des étoiles : c’est leur Au-Delà ! Les descriptions du Paradis chez Dante, Milton ou Swedenborg, c’est le music-hall des
61 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
94urpres. Escale à Rio de Janeiro, qui décourage la description, plutôt coller ici des cartes postales. Escale à Santos, et de là, mo
62 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
95de fortune ou d’infortune d’un auteur d’après ses descriptions du monde. 17 avril 1942 Quand on vient de terminer un livre et que
63 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
96 à la géographie, ces entités ne souffrent pas la description. Il faudrait en savoir tant de choses qu’on n’oserait plus jamais en
64 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
97 ? Ceci dit, la psychanalyse peut nous donner des descriptions utiles. Je retiens donc de Freud cette constatation : « Celui qui, da
98apparaît maintenant une émouvante et très précise description de l’individu romantique, dans ce qu’il a de démissionnaire, d’impuis
65 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
99à nous y enfoncer, et peut-être à s’y perdre. Une description, une énumération, un bombardement de faits et de sensations, ou bien
66 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
100 du monde entier. ⁂ Mesdames et messieurs, si les descriptions pessimistes de l’Europe auxquelles je me suis livré en débutant sont
67 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
101 promouvoir, nous pouvons passer maintenant à une description plus concrète de l’attitude et des méthodes fédéralistes. ⁂ L’an dern
68 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
102 : « des [p. 100] programmes d’action déguisés en descriptions sociologiques imaginaires ». Mais l’action qu’elles proposent n’est r
103re pas trop précise, pas trop continentale… Cette description paraîtra dure ou même injuste à beaucoup de mes amis britanniques. Je
69 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
104t division des nations et des idéologies 6. Cette description succincte de l’homme européen nous met en mesure de clarifier mainten
70 1948, Le Figaro, articles (1939–1953). Sagesse et folie de la Suisse (13 octobre 1948)
105 Influencé, pourrait-on croire, par l’objet de sa description, M Siegfried, à propos de la Suisse et de sa réussite fédéraliste, mo
71 1948, Réforme, articles (1946–1980). L’Europe, aventure du xxe siècle (1er mai 1948)
106e le cite : « des programmes d’action déguisés en descriptions sociologiques imaginaires ». Mais l’action qu’elles proposent n’est r
72 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
107s deux grands pays semblent appeler ce procédé de description : leurs traits les plus frappants, et qu’ils croient spécifiques, ne
73 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
108ubstance ceci : « Monsieur, je crois exacte votre description du stalinisme. En conséquence, je m’inscris au Parti communiste. Car
74 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
109ent qu’il sera un citoyen suisse » 8 . Dans notre description des institutions suisses, nous ferons bien de suivre le même ordre, c
110sgemeinde de Glaris en 1947, en donne une [p. 65] description qu’il vaut la peine de citer ici, parce qu’elle souligne certains tra
75 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
111 plus haut. Nous ne connaissons pas de meilleure description de ce que l’on peut appeler le « patriotisme suisse », mêlant le sent
76 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
112mmer progressiste. Ajoutons un dernier trait à la description formelle de l’anticommuniste authentique, donc systématique. On lui r
77 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
113que je vis, je vis dans la contradiction… » Cette description de l’existence occidentale tendrait à la représenter comme « impossib
78 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
114, mais normale. Le refus moderne du temps Cette description rapide d’une attitude nouvelle et d’un état de conscience profondémen
79 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
115 honte que nous éprouvions tous ait empêché toute description du phénomène. Ce qui vient de se produire dans la conscience européen
80 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
116ais normale. 5. Le refus moderne du temps Cette description rapide d’une attitude nouvelle et d’un état de conscience profondémen
81 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Promesses du Marché commun [Avant-propos] (décembre 1957)
117e en novembre 1957. Cet opuscule se bornait à une description succincte du contenu des traités et des étapes qu’ils prévoient dans
82 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
118un microscope ? Il n’est jamais venu à bout de sa description de l’éléphant, dont il n’a pu connaître ni la forme, ni la couleur, n
83 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
119 en réalité « des programmes d’action déguisés en descriptions sociologiques imaginaires ». Ces programmes, toujours polémiques, che
84 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
120non sans raison, qu’elle était « en réalité » une description sociale, morale ou politique de l’Autriche impériale, ou des États-Un
121de la scène des aveux dans Tristan, mais toute la description du lieu vise précisément à le désenchanter. L’épisode du philtre est
122 partie de ce vaste roman. La réserve savante des descriptions, l’humour impitoyable des réflexions échangées par le frère et la sœu
123our du prochain ne sont vrais qu’en acte, et leur description ennuie vite. La passion de l’Éros est vraie d’abord en rêve, et n’exi
85 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
124Kierkegaard, sa pensée paraît réfractaire à toute description, car elle opère sur des mythes concrets plutôt que sur des formules e
125réside à son analyse de l’indiscret nous vaut une description inégalable du mal du siècle. Ici, le mépris ne porte aucune atteinte
86 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
126non sans raison, qu’elle était « en réalité » une description sociale, morale ou politique de l’Autriche impériale, ou des États-Un
127de la scène des aveux dans Tristan, mais toute la description du lieu vise précisément à le désenchanter. L’épisode du philtre est
128 partie de ce vaste roman. La réserve savante des descriptions, l’humour impitoyable des réflexions échangées par le frère et la sœu
129our du prochain ne sont vrais qu’en acte, et leur description ennuie vite. La passion de l’Éros est vraie d’abord en rêve, et n’exi
87 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
130ce du monde n’en ayant eu raison. [p. 116] Cette description du mythe par Kierkegaard n’est pas seulement inspirée de Mozart : ell
88 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
131Kierkegaard, sa pensée paraît réfractaire à toute description, car elle opère sur des mythes concrets plutôt que sur des formules e
132réside à son analyse de l’indiscret nous vaut une description inégalable du mal du siècle. Ici, le mépris ne porte aucune [p. 191]
89 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
133outes parts, et retrouvent par le détour de leurs descriptions « objectives » l’opposition paulinienne des « deux hommes en moi » :
90 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
134ier, Victor Hugo, en font une sorte d’exercice de description, dans le style de l’Idylle antique. Citons Hugo : Un ouvrier d’Égine
91 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
135 de Milet, né vers 540 av. J.-C., avait écrit une Description de la Terre en deux livres, dont l’un consacré à l’Europe, l’autre à
136ous. 34 Reprenons maintenant la généalogie des descriptions géographiques de l’Europe, d’Hérodote à saint Augustin. Hérodote, éc
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
137 conscience des meilleurs jusqu’à nous — voici la description étonnamment précise pour l’époque, d’une Europe qui n’est pas seuleme
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
138orique de Louis Moreri, publié en 1674, donne une description sommaire de l’Europe où déjà se retrouvent tous les clichés sur la ps
139ale, la Scienza Nuova que nous empruntons cette « Description du Monde Moderne », très caractéristique de la vision de l’Europe et
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
140e with the regicide Directory of France (1796) sa description classique de l’unité européenne : La conformité et l’analogie dont j
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.4. Napoléon et l’Europe
141i dans ce passage qui rappelle si curieusement la description de l’Europe en un seul corps par Guillaume Postel et par les graveurs
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
142ns du communisme russe (cité plus haut) donne une description de l’Intelligentzia russe que toute l’histoire récente de la vie sovi
143gruité profond s’empare de l’esprit : ou bien les descriptions des Russes sont délirantes et ne reflètent que leur propre esprit, ou
144olonté d’objectivité, de sobriété spirituelle, de description contrôlée de « ce qui s’est vraiment passé », et par son refus de tou
97 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
145le puissance du monde n’en ayant eu raison. Cette description du mythe par Kierkegaard n’est pas seulement inspirée de Mozart : ell
98 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
146outes parts, et retrouvent par le détour de leurs descriptions « objectives » l’opposition paulinienne des « deux hommes en moi » :
99 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
147ignement qu’on leur offre. Ces jugements et cette description, je les extrais du livre qu’une institutrice écœurée publiait il y a
100 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Guide européen de l’enseignement civique [introduction] (1960-1961)
148enseignement civique est pratiquement limité à la description formelle des institutions politiques nationales et de leur fonctionne