1 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
1 mortuaires et à toute autre marque extérieure de deuil ; par contre je voudrais que l’on joue sur ma tombe : Schon die Abend
2 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
2 cette nuit. Il ne faut pas se moquer des gens en deuil ! — Mais Monsieur Simard… — Il est parti. Le bassin est à 50 mètres d
3x ? — Il faut que je vous explique. Une visite de deuil, chez nous, ça doit se faire dans la cuisine. Aussi, je lui ai dit, à
3 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
4 cette nuit. Il ne faut pas se moquer des gens en deuil ! » — Mais, monsieur Simard… — Il est parti. Le bassin est à 50 mètre
5x ? — Il faut que je vous explique. Une visite de deuil, chez nous, ça doit se faire dans la cuisine. Aussi, je lui ai dit, à
4 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). « À cette heure où Paris… » (17 juin 1940)
6gue voile sa face d’un nuage, et se tait, que son deuil soit le deuil du monde ! Nous sentons bien que nous sommes tous attei
7ace d’un nuage, et se tait, que son deuil soit le deuil du monde ! Nous sentons bien que nous sommes tous atteints. Quelqu’un
5 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
8gue voile sa face d’un nuage, et se tait, que son deuil soit le deuil du monde ! Nous sentons bien que nous sommes tous attei
9ace d’un nuage, et se tait, que son deuil soit le deuil du monde ! Nous sentons bien que nous sommes tous atteints. Quelqu’un
6 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
10ngue voile sa face d’un nuage et se tait, que son deuil soit le deuil du monde ! Nous sentons bien que nous sommes tous attei
11face d’un nuage et se tait, que son deuil soit le deuil du monde ! Nous sentons bien que nous sommes tous atteints. Quelqu’un
7 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
12s à Genève, à temps pour me joindre au cortège de deuil et de muette protestation annoncé pour six heures du soir. Des dizain
8 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
13un air de fête, assombri il est vrai par le grand deuil de la France, mais aussi un moment de méditation comme en ont les mon
9 1978, Cadmos, articles (1978–1986). Conditions d’un renouveau (automne 1978)
14gie du savoir. Vous l’avouerai-je ? Je ferais mon deuil des « sciences humaines » telles qu’on essaie de les pratiquer aujour