1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Le Corbusier, Urbanisme (juin 1926)
1comme sous les autres, il nous faut mieux que des dictateurs : des Architectes, de l’esprit et de la matière. Si Le Corbusier réal
2 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 6. Note sur un certain humour
2e le mâle qui la viole, la bourgeoisie attend son dictateur. Qu’il s’agisse de la masse, des prolétaires ou des bourgeois, la seu
3 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
3e sérieux le plus pesant. On ne rit pas devant le dictateur, ni dans les [p. 610] rangs des troupes d’assaut. Ah ! si le rire est
4 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
4ionnaires qui préparent un coup de main contre le dictateur du Vénézuela ; un autre ira chercher fortune en Argentine, dans une p
5 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
5ui ne soit plus fondé que sur la seule volonté du dictateur. Déjà ce mot de Mazarin paraît donner comme une formule anticipée du
6 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
6nous sommes, qu’un désordre impensable, appel aux dictateurs ? Mais ceux qui connaissent la mesure connaîtront bientôt l’ordre et
7 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
7s choses sous d’autres noms, des mystiques et des dictateurs. Les lieux communs sont morts et embaumés : déjà, on leur fait des mu
8 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
8e phase se résume donc en un effort intéressé des dictateurs pour imposer à l’esprit créateur aussi bien qu’à l’esprit des usagers
9 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
9ar le stalinisme prouve que tout est possible aux dictateurs opportunistes. Le vague même des dernières déclarations de Rosenberg
10 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
10idé, et même à demi satisfait, que triomphent les dictateurs. Ils ont agi au nom de doctrines différentes, dans des circonstances
11 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — Préambule
11rement entendu que l’essentiel n’est pas ce qu’un dictateur pense, n’est pas l’urgence matérielle, mais la plus haute vérité. Qui
12 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
12 d’assurances et leurs hérauts publicitaires, les dictateurs. Ironie, disions-nous : communistes, bourgeois, libéraux et fascistes
13 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
13che de l’Alliance, l’Église, le César, le Roi, le Dictateur, l’État : voilà des signes matériels de la mesure. Est-il possible de
14 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
14nt et les bienfaits qui en découlent.) Si j’étais dictateur, je nommerais Ramuz président de ce tribunal. Et nous aurions enfin u
15 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
15idé, et même à demi satisfait, que triomphent les dictateurs. Ils ont agi au nom de doctrines différentes, dans des circonstances
16 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
16re l’ange — l’Homme Nouveau — appelle la bête, le dictateur. Gide voudrait ne pas croire au péché. Mais moi, je ne crois pas aux
17 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
17re confiance. Je ne suis pas un usurpateur, ni un dictateur, mais je suis le porte-parole d’une volonté nationale à laquelle j’ob
18 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
18e solennel d’on ne sait quelle révolution future… Dictateur, prophète des masses, je ferais chanter cet hymne par les troupes déf
19rs non point des écrivains mais des Don Juan, des dictateurs, des milliardaires ou des saints. Croyez-moi, ce que nous vous donnon
19 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
20’anarchie. D’autre part, sauront-ils s’opposer au dictateur qui se présentera un jour ou l’autre comme l’homme de gauche à poigne
21s d’isolés qui font nos foules et qui saluent les dictateurs, tout cela en vérité n’est qu’une prière obscure : vienne l’Église un
20 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
22s non point des écrivains, mais des Don Juan, des dictateurs, des milliardaires ou des saints. Croyez-moi, ce que nous vous donnon
21 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (II) : La grande misère de l’édition (22 février 1937)
23er indifférente notre conscience de citoyens. Les dictateurs actuels l’ont bien compris. Nous les voyons donner des soins jaloux a
22 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
24nent le sens de leur fonction sociale avant qu’un dictateur ne les y invite avec une insistance déplaisante. Il s’agit, pour eux,
23 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
25en dire que Ford apparaît sain si on l’oppose aux dictateurs fascistes ! Enfin la résultante de ces contradictions — (replis écono
24 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
26principe d’union, donc vers une religion, que les dictateurs ont su répondre. Tout le reste est littérature, bavardage de théorici
27térêts » du monde ? Et qu’enfin ce qui importe au dictateur, ce n’est pas telle mesure en soi, mais au contraire le sens qu’elle
28ue social), qu’ont résolu, vaille que vaille, les dictateurs. Refaire une commune mesure vivante. Restaurer le sens civique décade
25 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
29re confiance. Je ne suis pas un usurpateur, ni un dictateur, mais je suis [p. 82] le porte-parole d’une volonté nationale à laque
26 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
30ossales qu’on nous vante. Quand je vois les trois dictateurs [p. 424] qui font les gros yeux à l’Europe, se proclament tous les tr
27 1938, La Vie protestante, articles (1938–1978). Le temps des fanatiques (25 novembre 1938)
31 vraiment qu’au nom du Christ ? Pourquoi donc ces dictateurs iraient-ils protéger en Espagne une Église qu’ils attaquent chez eux 
32d’un autre côté cette fois : Vous voyez bien, les dictateurs sont les ennemis du christianisme ! — je ne dis pas non, je les ai vu
28 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une révolution refoulée (juillet 1938)
33les, la livre à 600, le chômage ; — et le premier dictateur venu tirera les conclusions logiques. Sera-t-il Français ? Je voudrai
29 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
34 basaient les revendications hitlériennes ? — Les dictateurs du Centre européen furent les premiers à s’apercevoir du paradoxe pol
35 dès lors ouverte aux ambitions totalitaires, les dictateurs ne trouvant plus devant eux que des États demeurés centralistes et ma
30 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
36sez frappant : c’est que les foules réagissent au dictateur, dans un pays donné, de la même manière que la femme, dans ce pays, r
31 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Une simple question de mots (24 avril 1939)
37de Roosevelt le sens du droit et le pacifisme des dictateurs. Ce n’était donc pas plus malin que cela ? Il suffit de poser à la cl
32 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
38commune mesure restaurée et vivante. L’appel au dictateur Et c’est à cet appel qu’ont répondu les chefs des grands mouvements c
33 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
39 exemple un Suisse croyait avoir la vocation d’un dictateur ou d’un conquérant, d’un Hitler ou d’un Napoléon, on serait en droit
34 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
40z nous, font profession d’admirer la méthode d’un dictateur qui a pu écrire : « L’État, c’est l’âme de l’âme », voilà des drôles
35 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
41, mais dont les signes sont partout. L’appel au dictateur Or maintenant, de cette angoisse monte un appel, le formidable et inc
36 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
42sse aux moralistes, prédicateurs, législateurs ou dictateurs chargés de nous rappeler les règlements. Je compte me livrer désormai
37 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
43’oublions pas que Satan est Légion ! Supprimer un dictateur ne suffirait nullement à débarrasser notre époque des maux profonds q
38 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
44optimistes, nous croyons qu’en rôtissant quelques dictateurs, profanateurs du droit, ou sorciers, nous rétablirons la paix et la p
39 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
45aites. Il est moins dangereux dans les antres des dictateurs évidemment méchants, que dans les sanctuaires de la foi qui devait me
46ctuaires de la foi qui devait mettre à genoux les dictateurs avant que les armées stériles n’entrent en ligne. 39. Le Diable dan
40 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
47 tout sera perdu. Si les démocraties opposent aux dictateurs des [p. 190] tanks, des avions, de la propagande démagogique et une d
48us elles cherchent à être fortes à la manière des dictateurs, plus elles leur donnent raison en principe. Mais si elles ne le font
49e démocrates, ils ne méritent rien de mieux qu’un dictateur. Ceux qui n’ont pas encore compris que liberté égale responsabilité,
50our le seul démocrate « véritable ». Mais l’autre dictateur s’est dressé contre lui au nom de la « vraie » démocratie, celle des
41 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable IX : « Nous sommes tous coupables » (10 décembre 1943)
51optimistes, nous croyons qu’en rôtissant quelques dictateurs, profanateurs du droit, ou « sorciers », nous rétablirons la paix et
42 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
52nneurs, les grands chefs d’entreprise et quelques dictateurs, tous ces « hommes d’une seule idée », tous ces profonds maniaques, —
53e sérieux le plus pesant. On ne rit pas devant le dictateur, ni dans les rangs des troupes d’assaut. Ah ! si le rire est le propr
43 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
54 [p. 167] bienfaits qui en découlent.) Si j’étais dictateur, je nommerais Ramuz président de ce tribunal. Et nous aurions enfin u
44 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Le rêve américain (9 novembre 1945)
55icultés et les injustices économiques donnent aux dictateurs leurs prétextes les plus frappants. Et voilà pourquoi l’Amérique, mal
45 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
56 que leur foi seule pouvait ensemencer. Alors les dictateurs y lancent leurs machines de culture en série… De même, sous l’influen
57 — c’est probable — un nouveau serpent de mer des dictateurs, je mets ici un point final à ce journal de petite attente. Il faut j
46 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
58ai — me, prends garde à toi !” » ⁂ Supposez qu’un dictateur devienne fou et descende tout nu dans la rue. Combien de temps faudra
47 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
59s pays où les difficultés économiques donnent aux dictateurs leurs prétextes les plus frappants. Et voilà pourquoi l’Amérique, mal
48 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
60 des individus civiquement irresponsables que les dictateurs font leur ciment. Et nous avons pu voir, pendant la dernière guerre,
61, que les résistances que rencontrent [p. 63] les dictateurs sont au contraire le fait des groupes de citoyens responsables, c’est
49 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
62ommissions siégeait dans le cabinet de travail du dictateur, et les séances plénières eurent lieu dans la salle même du Grand Con
50 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
63a culture organisée Il y eut jadis des princes et dictateurs mécènes. Il y eut Laurent le Magnifique. Temps bien passés. Un gouver
51 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
64a culture organisée Il y eut jadis des princes et dictateurs mécènes. Il y eut Laurent le Magnifique. Temps bien passés. Un gouver
52 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
65 à l’Empire autrichien. On a souvent noté que les dictateurs, de Napoléon à Staline, en passant par Hitler, viennent des confins d
66 humour très direct, celui de son honnêteté. (Les dictateurs sont sans humour, et ne connaissent que le sarcasme.) Je me souviens
53 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
67et définitif décrétés par le Roi-Prêtre ou par le Dictateur, l’Europe oppose l’idée et la pratique d’une remise en question perma
54 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
68vrai, ce n’est pas tel ou tel trait de folie d’un dictateur qui doit retenir l’attention, mais le fait de la dictature. Ce n’est
69e la dictature. Ce n’est point par accident qu’un dictateur est fou, car il faut être fou pour se faire dictateur, la dictature é
70ateur est fou, car il faut être fou pour se faire dictateur, la dictature étant la forme politique de la démence paranoïaque. « T
55 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur Suez et ses environs historiques (octobre 1956)
71 les intérêts d’une compagnie capitaliste et d’un dictateur acculé. L’URSS entre deux politiques Quand la Russie veut se rappro
56 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
72arrange rien : le Kremlin a parlé ; Nasser est un dictateur de gauche ; la souveraineté nationale est un principe progressiste ;
73l’avènement du code imbécile des gangsters et des dictateurs. En un mot, c’est le fascisme essentiel. Le polythéisme est défendabl
57 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
74ma place, de toute façon je n’y puis rien. Que le dictateur ou le Parti décrètent le vrai sens de ma vie, de toute façon je ne po
75révu rien de tel ; elles permettent simplement au Dictateur d’accréditer son utopie. Si le sang de ses propres martyrs fut la sem
58 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le pouvoir des intellectuels (juillet 1957)
76pe, et Napoléon avant lui. Où prend-on cela ? Ces dictateurs rêvaient sans doute d’annexer l’Europe à leurs fiefs. Les Soviets le
59 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le crépuscule d’un régime (octobre 1957)
77oir du même coup défendre sans réserve ce que ces dictateurs prétendaient attaquer. Mais une erreur ne se trouve pas justifiée par
60 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
78ma place, de toute façon je n’y puis rien. Que le dictateur ou le Parti décrètent le vrai [p. 413] sens de ma vie, de toute façon
79révu rien de tel ; elles permettent simplement au Dictateur d’accréditer son utopie. Si le sang de ses propres martyrs fut la sem
61 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Au seuil d’une année décisive (février 1957)
80 neutres ou les « agresseurs ». Il dépend du seul dictateur d’un petit pays « sous-développé » que nos voitures tombent en panne,
62 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le vocabulaire politique des Français (novembre 1958)
81 qui le juge et limite son pouvoir : il sera donc dictateur absolu. Tout pouvoir, dans un monde sans Dieu, devient fatalement abu
82ait, de Gaulle étant chrétien, ne saurait être un dictateur à la Staline, seul porteur du Sens de l’Histoire, maître des âmes et
63 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur une phrase du « Bloc-notes » (mars 1959)
83mmuniste. Il en déduit que de Gaulle n’est pas un dictateur et je l’encourage dans cette idée, tout en le poussant à étudier la b
64 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
84ée ni possibilité de « lutte idéologique ».   Le dictateur et l’homme. — Telles étant donc les attitudes affichées ou confessées
85ouchtchev est une créature intermédiaire entre le dictateur et l’homme. Plus près de l’homme qu’on ne le croyait.   Le grand cha
65 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
86urope, redouté par Cavour qui soupçonne en lui un dictateur doublé d’un démagogue, admiré par le jeune Nietzsche qu’un hasard le
66 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Universités américaines (12-13 janvier 1963)
87 internes du régime soviétique, ou le pouvoir des dictateurs. Les économistes appliquent les dernières théories mathématiques à l’
67 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
88as en question en 1914, et deuxièmement contre un dictateur qui s’en moquait en 1939, ils vous répondent que le statut de neutral
68 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
89ayant jamais été personnifiée par un monarque, un dictateur, ou le chef d’un parti fédérateur ; sans aura de prestige ou de majes
69 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
90nt plus exemplaire pour l’humanité à venir que le dictateur « prestigieux »… (Mais j’allais oublier de dire que « CJB » est aussi
70 1965, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Un écrivain suisse (20-21 mars 1965)
91 plus exemplaire pour l’humanité à venir que le « dictateur… ». (Mais j’allais oublier de dire que « C. J. B. », l’homme dont la
71 1969, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La région n’est pas un mini-État-nation (hiver 1969-1970)
92mps constitué la force principale d’un chef, roi, dictateur ou État républicain. Or ce pouvoir paraît mieux assuré, de nos jours,
93qu’entre les ambitions de Napoléon et celles d’un dictateur du xxe siècle il y ait d’autres différences que celles dues aux moye
72 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
94ommissions siégeait dans le cabinet de travail du dictateur, et les séances plénières eurent lieu dans la salle même du Grand Con
73 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
95le et spirituelle des hommes une autre chose. Les dictateurs totalitaires ont prétendu confondre ces deux rôles en leur personne.
74 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.5. Le rôle de la recherche en Europe
96t définitif décrétés par le Roi-Prêtre, ou par le Dictateur, l’Europe oppose l’idée et la pratique d’une remise en question perma
75 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
97orte de divinité ou Devenir fatal, dont seuls les dictateurs (ou les chefs du parti au pouvoir) ont scruté les intentions lointain
98ns disent. Elle ne sera pas non plus l’œuvre d’un dictateur : Napoléon, Hitler ont échoué pour longtemps. Ni spontanée, ni fatale
76 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
99mps constitué la force principale d’un chef, roi, dictateur ou État républicain. Or, ce pouvoir paraît mieux assuré, de nos jours
100qu’entre les ambitions de Napoléon et celles d’un dictateur du xxe siècle, il y ait d’autres différences que celles dues aux moy
77 1972, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Suite des Méfaits (1972)
101ir doit y être concentré. À la limite, il faut un dictateur. Et ceci nous ramène aux Régions, fondées sur les Communes, seuls gro
78 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
102 de la cité) et non du sommet (des idéologies, du dictateur). Partir d’en bas, c’est-à-dire des problèmes dans leur réalité huma
79 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
103urcils du président américain et un grognement du dictateur russe ont contraint les gouvernements de la France et de la Grande-Br
80 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
104épendance trop exclusive de quelques potentats et dictateurs arabes, nos hommes d’État répondaient nerveusement : « Ne nous laisso
81 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
105émique composé après coup par le même Chaplin, Le Dictateur. Non pas un monstre pittoresque comme Attila ou Gengis Khan, mais un
106ertains affirment que de Gaulle fut la réponse au dictateur allemand. Il est vrai qu’il a suscité la résistance française à l’occ
82 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
107’un seul mythe collectif — Classe, Race, Parti ou Dictateur — contre les hommes différents, les hommes réels. L’État qui se préte
83 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
108t être concentré. (À la limite, il faudra donc un dictateur.) De là le conseil de Rousseau aux patriotes polonais : « Si vous vou
84 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
109tion. Quand, en décembre 1970, le pape demande au dictateur de l’hypercatholique Espagne la grâce des autonomistes basques jugés
110dans la rue, un roi débile dans son palais, ou un dictateur (aussitôt remplacé par un autre) mais non pas un régime, quand on par
111q ou six émirs de droit divin, un roi madré et un dictateur fou pouvaient nous jeter d’un jour à l’autre, si cela leur chantait o
85 1977, Foi et Vie, articles (1928–1977). Pédagogie des catastrophes (avril 1977)
112q ou six émirs de droit divin, un roi madré et un dictateur fou pouvaient nous jeter d’un jour à l’autre, si cela leur chantait o
86 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
113 une dépendance des Américains, des Russes et des dictateurs africains, mais qui surtout permettrait d’accéder à un système d’appr