1 1934, Présence, articles (1932–1946). L’œuvre et la mort d’Arnaud Dandieu (1934)
1ariés de la recherche humaine. Jamais Dandieu n’y dispersa ses puissances d’évaluation novatrice. On en trouvera des marques dan
2 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
2jours. C’est qu’il est d’une classe particulière, dispersée comme les Juifs le sont chez les Gentils. Pourquoi ne l’ai-je compris
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
3ciale. Ses fidèles furent massacrés, leurs écrits dispersés et brûlés. Si bien que les témoignages sur lesquels elle a été jugée
4 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
4a saccagé la civilisation courtoise du Languedoc, dispersant les derniers troubadours. Que va devenir la tradition d’Amour ? Il se
5 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
5ous savons qu’en réunissant des efforts jusqu’ici dispersés et des groupements naguère hostiles, nous créons le visage de la nouv
6 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
6nt d’un de nos cultes, je regarde les gens qui se dispersent, et je me pose cette question : sont-ils prêts à mettre en commun aut
7 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
7 faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de toute la terre. » Vous reconnaissez Satan à ce doute q
8gage » ; c’est à partir de là que « l’Éternel les dispersa sur la face de toute la terre ». Cette déconvenue mémorable est attr
8 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
9e langue parlée seulement par une petite peuplade dispersée ? Or une partie de la littérature française moderne, la meilleure jus
9 1946, Lettres sur la bombe atomique. 1. La nouvelle
10docteur tandis qu’une vague submergeait la jetée, dispersant les assiettes et les œufs sur le plat. — Si vous me payez un nickel à
10 1946, Politique de la Personne (1946). Préface pour l’édition de 1946
11t en Suisse, principalement), il s’est dissout et dispersé pendant la guerre. En tant que doctrine, je serais tenté de dire qu’i
11 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
12s écrivains » que vous connaissez en Europe, sont dispersés aux quatre coins du continent, ne se connaissent guère entre eux, ne
12 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
13t cela n’est inutile. Et tout cela, qui paraît si dispersé, si peu efficace souvent, forme peu à peu des structures complexes, d
13 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
14mposait, c’était de fédérer tous ces fédéralistes dispersés. Dès 1946, ce fut chose faite : l’Union européenne des fédéralistes s
14 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
15 tous les éléments sont pourtant parmi nous, mais dispersés. La division de l’Europe paralyse notre culture aussi, puisqu’il n’es
16 nous avons besoin d’une coordination des efforts dispersés entre nos vingt nations. Partout, l’on voit surgir des instituts 13
15 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
17 actuellement — sept pour ces 4 millions d’hommes dispersés sur des 40 000 kilomètres carrés de collines et de montagnes ; sept a
16 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Relance européenne ? (février 1956)
18e vital : s’unir immédiatement, ou périr en ordre dispersé. Quant à la méthode proprement fédéraliste, elle semble s’apparenter
17 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Ce n’est pas au pied du mur… (juin-juillet 1956)
19s de préparation ; chacun nous a laissé, aussitôt dispersé, son programme « pour exécution immédiate ». Réunir par exemple, à de
18 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Un essai de synthèse (mai 1958)
20et le Kremlin n’agissent pas contre nous en ordre dispersé, même si leurs intérêts divergent par ailleurs. C’est notre désunion
19 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
21t une idée martyrisante ou de honte, dissocier et disperser ses forces, enfin s’affaiblir et se déprimer physiquement et psychiqu
20 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
22nser qu’alors pour la première fois les hommes se dispersèrent pour habiter tous les pays du monde, toutes les régions et tous les r
21 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
23 après les avoir dépouillés de leurs biens on les dispersait dans tout l’univers. Les vaincus supportaient les infortunes les plus
22 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
24antage citer le Grand Dessein : ses éléments sont dispersés dans les milliers de pages des Mémoires de Sully, dont au surplus nou
23 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
25nt ils n’ont entre eux aucune relation ; ils sont dispersés souvent à des grandes distances l’un de l’autre ; mais quand ils se r
24 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
26rnes », grâce à cette confusion. Nos instincts se dispersent maintenant de tous côtés, nous sommes nous-mêmes une sorte de chaos ;
27jusqu’alors, avaient [p. 307] empêché les peuples dispersés de participer à une communauté culturelle. Mais ces avantages pèsent
25 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.2. Crépuscule ou nouvelle aurore ?
28e vois les quelques rares individus qui comptent, dispersés parmi les nations, s’unir dans une grande pensée : celle de la restau
26 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
29 ne vaille la peine d’être connu ; elle paraît se disperser dans l’infini. Mais quel que soit son objet, elle le fait entrer dans
27 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
30t une idée martyrisante ou de honte, dissocier et disperser ses forces, enfin s’affaiblir et se déprimer physiquement et psychiqu
28 1962, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Fédéralisme et culture (3-4 mars 1962)
31sé et ce qui marcherait mieux en restant libre et dispersé, voire anarchique. Il est clair que nos villes sont trop petites pour
29 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Universités américaines (12-13 janvier 1963)
32000 étudiants en additionnant les divers campuses dispersés sur tout l’État. Ici, à Berkeley, ils sont plus de 25 000. Je vais y
30 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
33écisions, hiérarchisés. Séparer les pouvoirs, les disperser, les répartir selon le bon sens, voilà le programme proudhonien de di
31 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
34mposait, c’était de fédérer tous ces fédéralistes dispersés. Dès 1946, ce fut chose faite : l’Union Européenne des Fédéralistes s
32 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
35n Europe, — coordination des efforts actuellement dispersés, — initiatives tendant à développer le sentiment européen, à l’exprim
33 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
36écisions, hiérarchisés. Séparer les pouvoirs, les disperser, les répartir selon le bon sens, voilà le programme proudhonien de di
34 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
37écisions, hiérarchisés. Séparer les pouvoirs, les disperser, les répartir selon le bon sens, voilà le programme proudhonien de di
35 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
38se et en France à la fois, les efforts tardifs et dispersés d’une Commission internationale qui ne peut que transmettre ses vœux
36 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
39 milliers d’emplois pendant six ans, puis tout se disperse. Restent des ingénieurs, des techniciens, les pompiers de service et
37 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 4. Un « Essai sur l’Avenir » en 1948
40our établir un ordre social acceptable, tantôt se disperse entre vingt sectes politiques contradictoires, tantôt se crispe en ty
38 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
41es ou bâtissent des moutiers au fond d’un val, se dispersent en missionnaires allant par deux, plus rarement en solitaires édifian
42ut serait en commun — couvent, « commune » — mais dispersée sur toute la Terre, aussi longtemps que ses motivations, ses valeurs,
43les occasions quotidiennes de rencontres, s’il se disperse dans les pavillons et les villas d’une banlieue dénuée de structures,
39 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. III. L’environnement
44 à 5 tonnes de plutonium transformées en aérosols dispersés tout autour de la planète par les courants stratosphériques serait pi
40 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Université par l’Europe et vice-versa (hiver 1979)
45pensée successivement parues dans des foyers très dispersés, d’où elles ont propagé à toutes les nations du continent des styles,
41 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Madame de Staël et « l’esprit européen » (été 1980)
46nt ils n’ont entre eux aucune relation ; ils sont dispersés souvent à de grandes distances l’un de l’autre ; mais quand ils se re