1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
1lassement parmi les réponses d’une extraordinaire diversité — peut-être trop nombreuses — qui composent ce gros volume. Les point
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
2la valeur fort inégale de ces disciplines ; de la diversité des besoins ; enfin des rythmes naturels de l’esprit humain, qu’il se
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
3p ; car sur ce plan elles ne font que traduire la diversité des besoins individuels. Méditez un peu ces truismes : On apprend plu
4 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
4 la campagne ; du même coup, un centre spirituel. Diversités, naissant, vivant les unes des autres, contrastes qui jamais ne s’équ
5 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
5ment constitutif de notre être, l’extension et la diversité de ses aspects le prouvent. C’est l’opposition du savoir et du pouvoi
6 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Cahier de revendications [Présentation] (décembre 1932)
6ions constructives, révèlent peut-être, dans leur diversité, les premières lignes de force d’une nouvelle révolution française. L
7 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
7e tel qu’il est, dans son effarante et magnifique diversité. Sort menacé, comme il le fut de tout temps, certes, mais de nos jour
8 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Pétrarque, par Charles-Albert Cingria (avril 1933)
8i est plutôt de l’enthousiasme dominé, l’opulente diversité du monde. La qualité des traductions du latin, du bas latin et de l’i
9 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
9sont obligées de tenir compte en premier lieu des diversités personnelles, puis locales, puis régionales… On pourrait dire, d’une
10 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
10dépens des unités concrètes et de leur nécessaire diversité. Elle veut que l’État soit une émanation de l’homme, et non l’inverse
11 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
11ions constructives, révèlent peut-être, dans leur diversité, les premières lignes de force d’une nouvelle révolution française. L
12 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
12 l’obtint. On perdit de vue les hommes, dans leur diversité. L’État devint une réalité indépendante, l’expression de la collectiv
13 les hommes. Elles veulent l’union par et dans la diversité créatrice. Fortes de leur souplesse, elles empêchent les conflits de
14rêts et d’idéaux, des conflits qui naissent de la diversité des régions et des races, — pour les utiliser. Telle est la formule f
13 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
15le début, la Réforme considère comme normales les diversités organiques. Par exemple, Calvin n’a jamais prétendu unifier les const
16raît, selon les propres termes de Calvin, dans la diversité « des Églises et des personnes particulières ». Car non seulement il
17ais à l’intérieur de chaque Église locale, il y a diversité des personnes particulières, c’est-à-dire des vocations. Avec ce ter
18de personnaliste, au sens précis où je l’entends. Diversité des Églises, fédération de ces diversités, multiplicité des vocations
19entends. Diversité des Églises, fédération de ces diversités, multiplicité des vocations personnelles : tout cela, Calvin l’a voul
20stème politique souple et vivant, respectueux des diversités, c’est-à-dire fédéraliste. Les synodes réformés de France, vers la fi
21at d’esprit qui explique à la fois le respect des diversités en politique, et le respect des personnes dans la vie privée. L’un en
22 vivant des tons complémentaires, l’union dans la diversité. Maintenant que voici définies, ou plutôt illustrées d’exemples histo
14 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
23re au-delà de la question. ⁂ L’homme jeté dans la diversité de l’univers, aux aguets des tentations et des menaces qui surgissent
15 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
24 l’obtint. On perdit de vue les hommes, dans leur diversité. L’État devint une réalité indépendante, l’expression de la collectiv
25 les hommes. Elles veulent l’union par et dans la diversité créatrice. Fortes de leur souplesse, elles empêchent les conflits de
26rêts et d’idéaux, des conflits qui naissent de la diversité des régions et des races, — pour les utiliser. Telle est la formule f
16 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
27donc être entrepris dans le respect de toutes les diversités d’opinions, de mœurs, de traditions régionales. Il ne s’agit pas d’un
17 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
28 apte à décrire les passions, et la nature, et la diversité des êtres. Il fallait désormais recourir à une mesure qualitative que
18 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
29, apte à décrire les passions, et la nature et la diversité des êtres. Il fallait désormais recourir à une mesure qualitative que
19 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
30 qu’il a de spécifique et de commun au sein de sa diversité ? L’on verrait mieux alors, que l’opposition réelle n’est pas, ainsi
20 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
31t effort entre nos belles séries de pensées et la diversité désordonnée des êtres et des choses, où nous vivons ? « Je pense, don
21 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
32 à quoi ? À force de négliger et de déprécier les diversités humaines données ou créées, spirituelles ou sentimentales, non-mesura
33 qui l’on écrivait sans le savoir. Découverte des diversités merveilleuses que proposent ces visages attentifs, éclairés ou butés,
22 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
34 qui l’on écrivait sans le savoir. Découverte des diversités merveilleuses que proposent ces visages attentifs, éclairés ou butés,
23 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
35édéraliste et de ce qu’elle implique à la fois de diversités reconnues, totalement exprimées comme telles, et d’échanges multiplié
36té originelle, et peut-être future et finale, des diversités de l’Europe, symbolisées par nos trois langues, nos deux religions, n
24 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
37t effort entre nos belles séries de pensées et la diversité désordonnée des êtres et des choses, où nous vivons ? « Je pense, don
25 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
38ie même suppose la libre et pleine expression des diversités. ⁂ Ajoutons, pour terminer, que, pas plus qu’on ne saurait sans les t
26 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
39 volonté d’exclure et de nier la création dans sa diversité, d’empêcher le monde d’envahir l’âme, la fidélité des époux est l’acc
40consiste alors à retrouver en profondeur toute la diversité du monde créé ; et c’est ainsi que la Renaissance définit l’homme : u
27 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
41n appauvrissement de la conscience vidée de toute diversité, une obsession de l’imagination concentrée sur une seule image, — et
28 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
42 volonté d’exclure et de nier la création dans sa diversité, d’empêcher le monde d’envahir l’âme, la fidélité des époux est l’acc
43consiste alors à retrouver en profondeur toute la diversité du monde créé ; et c’est ainsi que la Renaissance définit l’homme : u
29 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
44le début, la Réforme considère comme normales les diversités organiques. Par exemple, [p. 31] Calvin n’a jamais prétendu unifier l
45raît, selon les propres termes de Calvin, dans la diversité « des Églises et ses personnes particulières ». Car non seulement il
46ais à l’intérieur de chaque Église locale, il y a diversité des personnes particulières, c’est-à-dire des vocations. Avec ce term
47de personnaliste, au sens précis où je l’entends. Diversité des Églises, fédération de ces diversités, multiplicité des vocations
48entends. Diversité des Églises, fédération de ces diversités, multiplicité des vocations personnelles : tout cela, Calvin l’a voul
49stème politique souple et vivant, respectueux des diversités, c’est-à-dire fédéraliste. Les synodes réformés de France, vers la fi
50at d’esprit qui explique à la fois le respect des diversités en politique, et le respect des personnes dans la vie privée. L’un en
51 vivant des tons complémentaires, l’union dans la diversité. Maintenant que voici définies, ou plutôt illustrées d’exemples histo
30 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
52Refaire un monde et une culture sur la base de la diversité des personnes et des vocations, c’est aujourd’hui le seul moyen de pr
31 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
53édéraliste et de ce qu’elle implique à la fois de diversités reconnues, totalement exprimées comme telles, et d’échanges multiplié
54té originelle, et peut-être future et finale, des diversités de l’Europe, symbolisées par nos quatre langues, nos deux religions,
32 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
55berté quotidienne, celle qui se manifeste dans la diversité infinie des manières de penser et de vivre, nos libertés politiques n
56e et plus facile que de tenir compte des vivantes diversités, des vocations infiniment diverses. Là encore, si nous étions plus ch
57 dangers en cas de guerre, enfin, parce que notre diversité raciale et religieuse [p. 150] risquerait d’entraîner la dislocation
33 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
58 définition. Fédération veut dire : union dans la diversité. Le mot fédéralisme, en Suisse romande surtout, [p. 178] a pris le se
59 d’une connaissance aussi intime que possible des diversités nationales, et de leurs aspects les plus originaux. On ne fédère pas
60est justement sur la base des distinctions et des diversités reconnues et légitimées que se nouent les unions fécondes. L’union fé
34 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
61s ; rien ne l’empêche de respecter nos précieuses diversités, et de se mettre à leur service, comme il se doit. Prévoir des except
35 1942, La Vie protestante, articles (1938–1961). Perspectives d’avenir du protestantisme (2 janvier 1942)
62nique des Églises, leur union spirituelle dans la diversité admise des formes de culte et d’organisation. Ce n’est point par hasa
36 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
63ment constitutif de notre être, l’extension et la diversité de ses aspects le suggèrent. C’est l’opposition du savoir et du pouvo
37 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
64art, il y a l’éternelle vérité, et de l’autre, la diversité de l’existence, que l’homme en tant que tel, ne peut pas pénétrer, — 
38 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
65e à chaque individu qu’elle permet la plus grande diversité dans les formes qui la manifestent. Quand je songe à l’ennui, au dése
39 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
66osité, un accueil plus ferme et plus souple de la diversité des êtres et des coutumes. Aimez votre terre et quittez-la. Quittez-l
40 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
67ns un seul et même ciel, ou encore doctrine de la diversité des membres d’un seul et même corps : quel que soit le nom qu’on lui
68l établit avec le plus de force la légitimité des diversités. Ce qui me paraît d’une excellente méthode.) Est-il permis d’en appel
69t : la théologie de l’œcuménisme considère que la diversité des vocations divines n’est pas une imperfection de l’union, mais sa
70té d’unité s’oppose à l’union. Elle transforme la diversité en division. Alors il y a scandale, et c’est alors que le corps souff
71on spirituelle centrale qui fonde l’union dans la diversité, nous avons à chercher la position philosophique centrale qui fonde l
72tion centrale définissant à la fois l’union et la diversité, l’engagement et la liberté, les droits du tout et les droits des par
73édéralisme, comme l’œcuménisme, reconnaît que les diversités régionales sont la vie même de l’Union. Mais par l’organe central qui
74paraît ici-bas, selon ses propres termes, dans la diversité « des Églises et des personnes particulières ». Elle doit donc s’orga
75-dire tenant compte des données empiriques et des diversités spirituelles sur la connaissance desquelles se fonde nécessairement t
41 1947, Doctrine fabuleuse. 2. Deuxième dialogue sur la carte postale. La beauté physique
76pe est unique. Mais il porte en lui-même toute la diversité du monde. Car la morale concerne la façon d’exister de chaque être, e
42 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
77lication des sectes, elle n’a rien à voir avec la diversité des confessions d’origine nationale. C’est au xixe siècle qu’elle a
78» comme disent les étrangers (scandalisés par une diversité dont ils ignorent les origines valables, pour la plupart européennes)
43 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
79 américains ont infiniment plus d’originalité, de diversité et d’élégance, que les maisons bourgeoises en France. Quant aux gratt
44 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
80eraient un four, ou un flop, comme ils disent. La diversité de nos points de vue inquiéterait l’auditeur plus qu’elle ne l’intére
81us haut point, comme entité spirituelle, dans les diversités qui s’expriment ici, à Genève, dans notre rencontre. Ainsi donc, la c
82ossède Bonaparte d’unifier l’Europe au mépris des diversités nationales provoquera, sous Napoléon, la naissance des nationalismes.
83 D’une part, en effet, le nationalisme écrase les diversités vivantes, sous prétexte d’unification, et alors on ne saurait plus pa
84u’il respecte à l’intérieur d’une nation la riche diversité des groupes, il est prêt à s’ouvrir à des unions plus vastes. Il les
85le est seule en mesure de le faire à cause de ses diversités ; et de le faire non seulement pour son salut, mais pour celui de la
45 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
86éel, vexants pour les minorités, destructeurs des diversités qui sont la condition de toute vie organique. Rappelons-nous toujours
87e. — La fédération n’a pas pour but d’effacer les diversités et de fondre toutes les nations en un seul bloc, mais, au contraire,
88chesse de la Suisse, par exemple, réside dans ses diversités jalousement défendues et maintenues. De même, la richesse de l’Europe
89uisqu’elles consistent simplement à supprimer les diversités, par incapacité de les composer en un tout organique et vivant.   si
90 et des oppositions, sur l’unification forcée des diversités, sur la haine des complexités [p. 81] vivantes, sur la destruction de
91entielles à la vie, qui s’appellent l’unité et la diversité, la sécurité et le risque, la vie privée et le service public, la cen
92moyens d’articuler, d’arranger sans les tuer, les diversités de tous ordres (politiques aussi bien qu’économiques) dans un corps,
46 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
93un vaste espace économique ; — la fédérer dans sa diversité, en vue de maintenir et d’illustrer une certaine notion de l’homme et
94attitude vis-à-vis de la culture, se nourrisse de diversités. En effet, élargir et approfondir la conception de l’homme et de sa l
95sser, avec une passion renouvelée, le génie de la diversité, c’est-à-dire de la liberté. Si nous cherchons maintenant dans quelle
96est urgent que nous apprenions à distinguer entre diversité et division ; il est urgent que nous apprenions à voir et à sentir qu
97pposition véritable n’est pas entre l’union et la diversité, bien au contraire ; mais que nos divisions signifient pratiquement l
98 signifient pratiquement la mort prochaine de nos diversités. Voyons d’abord le cas de la nation : La diversité des nations, corre
99versités. Voyons d’abord le cas de la nation : La diversité des nations, correspondant au cloisonnement géographique du continent
100’ont aucune raison de se recouvrir en fait, cette diversité naturelle est devenue division arbitraire. Elle appauvrit nos échange
101surmontant nos divisions que nous sauverons notre diversité. Cette règle vaut aussi pour nos doctrines, partis et idéologies. Au
102tions à la vie de la culture et à la liberté, ces diversités à leur tour tendent à devenir des divisions mortelles. Tandis que les
103ur lequel je me bats est celui de l’union dans la diversité. Dans la Quête où nous sommes quelques-uns à nous être engagés à tout
47 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
104sser, avec une passion renouvelée, le génie de la diversité, c’est-à-dire de la liberté. Si nous cherchons maintenant dans quelle
105r à tous d’une manière uniforme, donc tyrannique. Diversité et division des nations et des idéologies 6. Cette description succin
106n européenne. Tout d’abord, celui des nations. La diversité des nations, correspondant au cloisonnement géographique du continent
107’ont aucune raison de se recouvrir en fait, cette diversité naturelle est devenue division arbitraire. Elle appauvrit nos échange
108surmontant nos divisions que nous sauverons notre diversité. [p. 155] 7. Cette règle vaut aussi pour nos doctrines, partis et id
109tions à la vie de la culture et à la liberté, ces diversités à leur tour tendent à devenir des divisions mortelles. Tandis que les
110i encore, une unité foncière transparaît dans nos diversités. Au-delà de toutes les controverses de doctrines, qu’il nous suffise
111ité profonde de l’Europe et de la richesse de ses diversités. 13. Pour développer parmi nos diverses nations le sens de leur commu
112ant que cette unité profonde, au sein même de nos diversités nationales, doctrinales et religieuses, est celle d’un commun héritag
113euples selon leur vrai génie, qui est celui de la diversité, et dans les conditions du vingtième siècle, qui sont celles de la co
48 1948, Esprit, articles (1932–1962). Thèses du fédéralisme (novembre 1948)
114moyens d’articuler, d’arranger sans les tuer, les diversités de tous ordres (politiques aussi bien qu’économiques) dans un corps,
49 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
115r d’inventions dans tous les ordres, un trésor de diversités souvent irréductibles mais sans prix, de libertés, de foi, et de form
50 1950, Lettres aux députés européens. Cinquième lettre
116là pour qu’elle soit, pour qu’elle dure, dans ses diversités de tous les ordres, que l’on ne peut préserver que par l’union. Mais
51 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
117e questions, de contradictions. Cette prodigieuse diversité peut angoisser. Mais elle est d’autre part la condition de nos libert
52 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
118s de culture, tandis que l’Europe insiste sur ses diversités enracinées. Il n’y aurait pas de problème ou plutôt pas de malaise, o
53 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Contre la culture organisée (avril 1952)
119es siècles de se reformer, de s’enrichir de mille diversités. Il ne s’agit pas de la créer ou de l’organiser par décrets, mais sim
54 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
120s de culture, tandis que l’Europe insiste sur ses diversités enracinées. Le malaise Il n’y aurait pas de problème ou plutôt pas
55 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
121ité que dans une volonté commune d’entretenir ses diversités. Il n’y a guère plus de ressemblance entre les paysans de la Suisse c
122isses comme d’un seul peuple, malgré toutes leurs diversités. p. 24 1. Les Habsbourg, comme on sait, devinrent empereurs. Ils
56 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
123 pratiques de l’époque, mais en tenant compte des diversités traditionnelles et des conditions locales. Son fonctionnement complex
57 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
124cial, si difficilement obtenu en dépit de tant de diversités ; la volonté d’élever lentement les moyennes plutôt que de pousser qu
125« helvétisme » très sensible. Cette unité dans la diversité résulte peut-être moins d’une histoire commune que d’un enseignement
58 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
126 de sa force et de sa cohésion civique dans cette diversité, précisément, qui a fait la faiblesse ou la ruine de tant de grands É
127t en chef, le général Guisan, loin de déplorer la diversité des troupes suisses, soulignait sa nécessité : Si le fédéralisme est
128ncier de Zurich 44 , voyait déjà, dans cette même diversité la véritable « école de l’amitié » : Qu’il est donc réjouissant que
129 d’un organisme vivant qui, par son énergie et sa diversité, faisait oublier la petitesse du pays… Je confiai mes bagages à l’off
130 symbolique — est antérieure, soulignons-le, à la diversité des langues et des religions, diversité qui contraignit la Suisse mod
131-le, à la diversité des langues et des religions, diversité qui contraignit la Suisse moderne à une neutralité seconde, pour la s
59 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
132s points de vue sont bien trop divers. Mais cette diversité représente justement notre vrai titre à l’attention des responsables
133tat unifié et centralisé, car son génie s’appelle diversité. Elle ne sera pas non plus une Sainte-Alliance, ni une simple coaliti
60 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
134ence d’unir nos pays, et celle de sauvegarder les diversités qui ont fait la richesse de l’Europe, elle a posé la nécessité de str
61 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
135ence d’unir nos pays, et celle de sauvegarder les diversités qui ont fait la richesse de l’Europe, elle a posé la nécessité de str
136 sens des tensions fécondes et de l’union dans la diversité. Or ce génie fédéraliste n’exclut rien, sauf justement l’impérialisme
137rs en politique ; de comprendre à la fois que les diversités sont légitimes, que l’union est nécessaire, que les premières ne peuv
138qui combine un minimum d’unité avec un maximum de diversité. 3. Le fédéralisme n’oppose que le bon sens aux sophistes qui abusent
62 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
139doctrine totalitaire des Russes. L’étalage de nos diversités d’écoles et de jugements fait partie de la démonstration de notre goû
63 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour les grands festivals de musique l’Europe est faite ! (octobre 1955)
140musique européenne, dans toute la richesse de ses diversités régionales et historiques, mais aussi dans toute la grandeur de son u
64 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À pied d’œuvre (avril-mai 1956)
141ité profonde de l’Europe et de la richesse de ses diversités. Et la résolution culturelle, adoptée par le Congrès, précisait que
65 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
142e sera jamais acquise au prix du sacrifice de nos diversités vivantes ; elle suppose bien plutôt la connaissance des raisons d’êtr
143 plutôt la connaissance des raisons d’être de ces diversités. Vouloir les ignorer par gain de paix, les passer sous silence ou les
66 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
144mment concilier l’unité de l’essence divine et la diversité des « aspects » du Dieu révélé (Père, Fils, et Saint-Esprit) ? Ensuit
145mme occidental pense ou fait. Notre passion de la diversité et [p. 90] notre passion de l’unité multiplient les couples antinomiq
67 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
146 provoqué des tensions créatrices, renforçant les diversités et favorisant pratiquement les libres [p. 264] choix de la personne.
147nt et inclusif, l’autre unitaire mais créateur de diversités dynamiques. En regard de ces difficultés, dont je n’ai donné que deux
68 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle des festivals dans la vie culturelle de l’Europe [Commentaires] (mai 1957)
148ccident — notre unité fondamentale. Unité dans la diversité, — est-il besoin de le répéter ? Saisir ensemble ces deux termes que
69 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
149n mal en soi, bien au contraire. Elle traduit les diversités réelles et organiques qui sont l’une des sources de la vitalité de no
150our unir nos élites que la confrontation de leurs diversités avec d’autres cultures ou civilisations : vue de l’extérieur, l’Europ
70 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
151érimées. Il s’agit donc d’une part de libérer ses diversités créatrices, en [p. 4] favorisant leurs échanges et leurs opérations c
152n mal en soi, bien au contraire. Elle traduit les diversités réelles et organiques qui sont l’une des sources de la vitalité de no
153our unir nos élites que la confrontation de leurs diversités avec d’autres cultures ou civilisations : vue de l’extérieur, l’Europ
71 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
154entrale et l’autonomie des régions, l’union et la diversité. Le fédéralisme figure la santé du corps politique, ou son bonheur ;
72 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Avant-propos
155 même coup ce qui reste valable dans nos fécondes diversités. 2. L’Europe a exercé dès sa naissance une fonction non seulement uni
73 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
156héisme chrétien, qui, selon Celse, détruirait les diversités politiques des peuples de la Terre, voulues et garanties par les dieu
74 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
157le » comme dirait notre siècle. Son unité dans la diversité est illustrée par l’exemple des langues. Citons le traité De vulgari
158 multitude des nations, de l’éloignement et de la diversité des lieux, et de la disposition naturelle des hommes au désaccord ; i
75 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
159ec le Français. Ô cruelle perversité humaine ! La diversité des noms qu’ils portent suffit à elle seule à les diviser à ce point
76 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
160sque tout le monde en deux parties, à cause de la diversité de leur religion, tellement que s’ils se pouvoient accorder, ce serai
161: Qu’est-il besoin de se faire la guerre pour la diversité des cérémonies ? Je ne dirai pas de religion, vu que leur fin princip
77 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
162dissensions, il veut l’union de l’Europe dans ses diversités, en fait un plan et le propose à Louis XIV : fédéralisme. Il a étudié
163ulement les élites qui apprennent à connaître les diversités européennes ; c’est l’Europe comme un tout qui se découvre elle-même,
78 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
164comment il entend mener sa propre enquête sur les diversités européennes 123  : Je m’instruis des secrets du commerce, des intérê
165es états, qui, jointe aux besoins du luxe et à la diversité des climats, rend les uns toujours nécessaires aux autres. Toutes ces
79 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
166s et inévitables… Cependant, la connaissance des diversités de l’Europe n’en est pas moins essentielle à l’historien que celle de
167’autres circonstances qui produisirent une grande diversité dans leurs établissemens politiques, et donnèrent naissance à ces for
80 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
168le genre humain. Le processus de nivellement des diversités régionales, préconisé par cette déclaration, doit nécessairement supp
169le pas la lui disputer ? Faut-il mêler toutes nos diversités en un seul État continental ? Gentz ne peut y croire. Mais il ne croi
170, ayant les mêmes bases de droit, malgré quelques diversités de coutumes régionales et d’ordonnances locales. Les nations de l’Eur
81 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
171euples les plus distants les uns des autres : La diversité des constitutions, des lois, des langues, des mœurs, des caractères n
82 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
172es modernes, partisans d’une Europe unie dans ses diversités et opposant au nationalisme abstrait, niveleur et fermé, d’une part l
173: L’univers s’est partagé en deux systèmes d’une diversité tranchante. La race audacieuse de Japhet n’a cessé, s’il est permis
174que toutes les autres, [p. 208] contribuent à ces diversités, et nul homme, quelque supérieur qu’il soit, ne peut deviner ce qui s
83 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.6. Goethe
175es mêmes termes, qu’exprimait Mme de Staël : Les diversités innées de conceptions et de sentiments… propres à des peuples entiers
176un tour plus ou moins harmonieux les innombrables diversités individuelles. 172 Il est très agréable qu’actuellement, en raison
177é de culture qui ne saurait prospérer que dans la diversité : tout ce qu’il dit de l’Allemagne, ici, s’applique identiquement à l
84 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
178té ; après celui de l’Unité, voici l’éloge de nos diversités : Si les invasions barbares n’avaient pas eu lieu, si les peuplades
179t cependant c’est justement cette richesse, cette diversité qui fait de l’Europe ce qu’elle est, qui lui donne l’avantage d’être
180ticulières et différentes l’une de l’autre. Cette diversité est devenue, tout au long des siècles, le caractère distinctif de la
181fin de cette synthèse vivante entre l’unité et la diversité, que l’Empereur avait rêvé de faire revivre : … Ainsi se retira à no
85 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
182e la même manière, alors que bien au contraire la diversité est l’un des biens suprêmes de la nature humaine… En dépit de cela, l
183est donc pour préserver les libertés locales, les diversités, contre les « terribles niveleurs de l’Europe » (« die furchtbarsten
184s » politiques et spirituelles, sauvegardant leur diversité, entreraient dans un rapport d’union « dialectique » : « La dictature
185s, Cattaneo n’envisage pas une unification de nos diversités de tous ordres. La variété, la multiplicité, l’individualité, la nati
186artager sa volonté, couper sa masse, créer en lui diversité, pluralité, divergence. Le système fédératif coupe court à l’efferves
187vec l’homme, selon ce monde dont l’essence est la diversité ; oui, même si toute circulation en Europe était interrompue, si l’on
188gner l’ordre et la loi parmi les hommes malgré la diversité de leurs passions. Cet esprit, nous le voyons accomplir des progrès é
189atégiques ; voilà ce que l’on comprend malgré les diversités de race et de langue. … Par leurs facultés diverses, souvent opposées
190ol, un autre climat (celui de la liberté et de la diversité), tout un monde déchiqueté d’îles et de caps les attendaient. Car, vo
191à l’époque où il écrit Humain, trop humain) : La diversité des langues, surtout, empêche de voir ce qui se passe au fond : la di
86 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
192l’Europe existe en nous, dans la plénitude de ses diversités contradictoires et de sa mission infinie, l’Europe est là dès mainten
193lerinage sur la terre, chemine en compagnie de la diversité humaine qu’elle accepte, qu’elle protège et qu’elle suit. L’idéal pol
194 mais unies dans la même foi et le même amour. La diversité devient alors la condition première de l’unité. C’est le fédéralisme
195yants : Le fait incontestable que, par suite des diversités individuelles, [p. 352] nationales et liées au temps, la foi unique s
87 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
196ividu produit la qualité, par une accumulation de diversités. La diversité, la qualité, la distinction, sont dès lors les aspects
197a qualité, par une accumulation de diversités. La diversité, la qualité, la distinction, sont dès lors les aspects essentiels de
88 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
198 4. L’Unité dans la diversité Fondement de l’Union fédérale Si telle est bien la vocation particuli
199ité de culture, la conçoivent comme unité dans la diversité. Mais qu’entendent-ils par cette fameuse diversité ? S’agirait-il d’a
200iversité. Mais qu’entendent-ils par cette fameuse diversité ? S’agirait-il d’abord et surtout de la multiplicité de nos nations a
201lles, comme on le croit trop facilement ? Non, la diversité européenne est plus organique et profonde, comme nous le rappelle Ort
202« essence permanente », ne traduit pas nos vraies diversités régionales, religieuses, idéologiques, linguistiques, et ne les rend
203un sentiment plus fort de complémentarité dans la diversité des styles : L’Européen, et avec lui l’Europe, se constitue, nous l’
20414 [p. 393] Nous observions plus haut que les diversités fécondes de l’Europe existent sur un plan plus profond et plus organi
205pe, ne mentionne même pas la nation au nombre des diversités qui, selon lui, constituent le « système » nommé Europe : Cette Euro
206pe est une espèce de système formé d’une certaine diversité humaine et d’une localité particulièrement favorable ; façonnée enfin
2071946. Approfondissant le thème de l’unité dans la diversité, Jünger imagine qu’une future Constitution européenne devrait soigneu
208e, etc., tandis que la liberté serait assurée aux diversités naturelles et culturelles. Ce que la machine à vapeur, le chemin de
209it sa structure. Ces principes sont l’Unité et la Diversité. Le nouvel empire doit être uni dans tous ses membres, tout en respec
210r un espace politique unifié en tenant compte des diversités historiques. Ce qui implique également que soient délimités le domain
211enés à un état d’uniformité. Nous avons besoin de diversité dans l’unité ; non pas dans l’unité d’organisation mais dans l’unité
212ant à cette unité de culture toute nourrie de nos diversités, [p. 397] T. S. Eliot en donne un exemple d’autant plus frappant qu’i
213en 1949 320 , les conditions d’une défense de nos diversités culturelles : il les voyait, lui aussi, dans une intégration à l’unit
214litique de l’Europe. Au thème de l’unité dans la diversité, Arthur Koestler lie étroitement celui de la continuité dans le chang
215que. Continuité dans le changement, unité dans la diversité, semblent bien être (comme les quatre éléments d’Aristote : la terre
216rraines. Reste l’autre polarité : l’unité dans la diversité. Que l’Europe évolue vers des formes d’union plus étroite et d’intégr
89 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
217euples selon leur vrai génie, qui est celui de la diversité, et dans les conditions du vingtième siècle, qui sont celles de la co
90 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
218entrale et l’autonomie des régions, l’unité et la diversité. Le fédéralisme figure la santé du corps politique, ou son bonheur ;
91 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
219normative, de notre politique est l’unité dans la diversité (que nous appelons en Suisse fédéralisme) ; et enfin l’éducation comp
220l’autorité et le risque individuel, l’unité et la diversité, la vocation unique et le service communautaire, et d’abord l’amour d
221esure beaucoup plus large d’inégalité — disons de diversité — dans la préparation des élèves. Mais elle ne doit pas perdre de vue
92 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
222a-t-elle pas rapidement effacer nos plus fécondes diversités, et imposer au continent et à ses peuples un visage uniforme et anony
93 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
223le consiste a transformer nos vivantes et vitales diversités en divisions rigides et morbides — divisions politiques, puis économi
224t par s’attaquer même à cette base commune de nos diversités : l’unité de notre culture traditionnelle et créatrice. En bref, cett
225 libérer par là même le jeu normal et sain de nos diversités. La volonté d’union sera le signe d’une santé renouvelée du corps eur
226ximaliste. La première insiste avant tout sur les diversités, et la seconde sur l’unité. Je crois que la seule union conforme au g
227mme à sa vocation présente, c’est l’union dans la diversité, l’union solide et souple dont la Suisse a mis au point le prototype 
94 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
228tre innovation et continuité dans la cité ; entre diversité et unité dans l’organisation politique ; et tout d’abord mais aussi f
229tude et la pratique fédéraliste : l’union dans la diversité, l’équilibre vivant des libertés locales et des obligations communaut
95 1963, Preuves, articles (1951–1968). Une journée des dupes et un nouveau départ (mars 1963)
2304. Reste la solution fédéraliste, l’union dans la diversité. Appuyée sur les Communautés, elle seule pourra faire face aux tâches
96 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
231 patries, j’entends la volonté de sauvegarder les diversités de l’Europe, voilà qui ne saurait être réalisé que par l’union de typ
232t dire pour bien peu de temps. Broyant toutes nos diversités traditionnelles, elle causerait à court terme une chute de potentiel,
233verainetés ne peut durer, mais qu’en revanche les diversités réelles ne peuvent être nivelées par décrets, on cherche en vain quel
234tons selon la maxime impériale de l’union dans la diversité. Proudhon s’est peut-être souvenu de son passage à Neuchâtel (où il f
235vanche qu’une Europe fédérée, respectueuse de ses diversités comme nous des nôtres, s’accorderait avec la vocation traditionnelle
236cles d’histoire commune à tous nos peuples et les diversités que l’on sait, le District fédéral ne saurait être, lui non plus, une
97 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Campagne pour l’Europe des citoyens (septembre 1964)
237 — c’est-à-dire solidement unie dans ses fécondes diversités — ont décidé de commencer par l’École et d’attaquer le problème concr
98 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stage d’Oosterbeek (septembre 1964)
238e européen dira qu’il les unit en respectant leur diversité. Pas question de soumettre l’histoire, la culture, la nature physique
99 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
239ournant en dérision. Ainsi donc, l’origine de la diversité des langues ne serait autre que la spécialisation des métiers et par
240radoxe européen par excellence de l’union dans la diversité n’est pas seulement celui de l’Université, mais celui de notre politi
241u’elle aurait pour fin de recréer l’union dans la diversité, qui est la formule de notre grand passé, et de notre avenir, intégré
100 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Introduction
242strialisée, démocrate à l’extrême, jalouse de ses diversités, unie par le refus de les uniformiser, libérale et disciplinée, tradi
243complexité s’est révélée pratique, en servant les diversités au lieu de prétendre à les réduire. Et je crois bien qu’il est le seu