1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1» — Mais plus que le corps en mouvement, c’est la domination de la raison sur ce corps qui est exaltante, et c’est cette dominatio
2on sur ce corps qui est exaltante, et c’est cette domination qui est le but véritable du sport. On accepte une règle ; on l’assimi
2 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Louis Aragon, Le Paysan de Paris (janvier 1927)
3oin dans notre littérature pour trouver semblable domination de la langue. Et parmi les modernes, il bat tous les records de l’ima
3 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, Les Conquérants (décembre 1928)
4rgent, races — et ses rares passions, qui sont la domination et la démolition, l’organisation et le sabotage. On y découvre le jeu
4 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
5serait sauvé du désastre, mais il recouvrerait la domination du monde  16 et non plus en barbare cette fois-ci. Ce qui l’empêche
5 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
6ucune interrogation, aucune volonté supérieure de domination et de puissance… On ne se pose plus, en France, de questions qui dépa
6 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
7ticinent, ayant été moins loin que Goethe dans la domination des mystères. Ainsi se réclament-ils de Rimbaud. Peut-être la confron
7 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
8, possédant leurs lois propres, échappant à notre domination et poursuivant, en dehors de nos prises personnelles, leur évolution
8 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
9 si le monde entier d’ici vingt ans tombe sous la domination des compagnies d’assurances étatisées, notre chance « personnaliste »
9 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
10, possédant leurs lois propres, échappant à notre domination et poursuivant, en dehors de nos vies personnelles, leur évolution fa
10 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
11l. Le grand Pan n’est pas mort pour si peu, et sa domination terrifie les provinces autour de la cité. ⁂ Comment répondre sans que
11 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
12aison n’est pas seulement cet instrument de notre domination sur les choses. Elle est aussi une défense nécessaire contre la tyran
12 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
13, le dogme du péché originel (né de la volonté de domination mondiale des juifs) ; le dualisme de l’âme [p. 79] et du corps, d’ori
13 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
14 riche, bien peuplée et ne reconnaissant point de domination étrangère, elle tirait encore un nouveau lustre de la magnificence de
14 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
15on d’horreur sacrée, qu’il était le siège d’une « domination », d’un « trône » ou d’une « puissance », ainsi que saint Paul désign
15 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
16ticinent, ayant été moins loin que Goethe dans la domination des mystères. Ainsi se réclament-ils de Rimbaud. Peut-être la confron
16 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
17i se hâte d’obtempérer pour éviter le pire. Cette domination de la femme ne s’observe pas seulement dans la vie quotidienne d’un m
18tonomie, comme elle dira ; entendons bien : de la domination. Ainsi la femme se virilise à la mesure de ce que l’homme attend d’el
17 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
19 la Bourgogne, la Lombardie et la Souabe, sous la domination des Confédérés. La puissance militaire des Suisses, à ce moment, para
18 1953, Journal de Genève, articles (1926–1982). Aller et retour (21 mai 1953)
20e, l’Amérique sont successivement tombées sous sa domination. La supériorité que l’Europe a depuis si longtemps conservée l’a disp
19 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aller et retour (avril 1953)
21, l’Amérique, sont successivement tombées sous sa domination. La supériorité que l’Europe a depuis si longtemps conservée l’a disp
20 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
22 ; les moyens matériels et intellectuels de notre domination retournés contre nous. Nous avons vu clairement que nos pays n’avaien
21 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
23 ; les moyens matériels et intellectuels de notre domination retournés contre nous. Nous avons vu clairement que nos pays n’avaien
22 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
24tard de l’équipement technique de maints pays, la domination des valeurs matérielles, symbolisée par le règne de quelques trusts.
23 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.3. Le Mythe de Japhet
25et dans les tentes de Sem ne peut pas signifier « domination » de l’Europe sur le monde arabe… Mais Voltaire croit pouvoir réfuter
24 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.8. « Europa vel regnum Caroli »
26 donc un seul empire chrétien, né hors de Rome, à domination franque incontestée — nous dirions franco-germanique. Ce n’est donc p
25 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
27 époque dans le monde entier qui osât attaquer la domination des chrétiens. Maintenant, en revanche, nous voyons tous combien elle
26 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
28roître sa puissance et son autorité, amplifier sa domination, féliciter son règne, exalter son honneur et sa gloire, et perpétuer
27 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
29ugubre squelette ! Voilà ce qui reste d’une vaste domination, un souvenir obscur et vain ! Au concours bruyant qui se pressait sou
28 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.4. Pendant ce temps, l’Amérique du Nord…
30e, l’Amérique sont successivement tombées sous sa domination. La supériorité que l’Europe a depuis si longtemps conservée l’a disp
29 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
31ommes accoutumés. Avant que cette propension à la domination du monde ait passé d’Asie en Grèce pour se transmettre ensuite aux Ro
32ndes quantités d’États et de nations ainsi qu’une domination universelle. En Europe tout était originellement particularisé, par c
33la voie de la religion. Il ne s’agit pas là de la domination de l’Église par l’État ou vice versa, mais de la nécessité ou se trou
30 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
34mposent va s’éloignant, comme s’éteignit, sous la domination d’Alexandre, la rivalité des cités grecques… et de même, l’Europe com
35 vrai Souverain, le Législateur, la Puissance, la Domination, la Patrie, l’État, il a ses Convocations, ses Scrutins, ses Assises,
36ique et personnelle, l’esclave, à genoux, rêve la domination du monde. … La Russie voit dans l’Europe une proie qui lui sera livré
37a politique russe, son « étoile polaire », est la domination du monde : Il ne manque pas de naïfs qui s’imaginent que tout cela (
38arier, mais l’étoile polaire de sa politique — la domination mondiale — est une étoile fixe. Cependant, Marx prévoyait la chute f
39l’Europe est trop grande pour qu’une tentative de domination universelle ne provoque pas très vite une coalition qui fasse rentrer
31 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
40dissement mortel de la Terre, ou air contraire la domination par la technique du mécanisme terrestre et la conquête de l’espace co
32 1961, La Vie protestante, articles (1938–1978). Bilan simple (29 décembre 1961)
41 le parallélisme, si frappant, entre la fin de la domination mondiale par nos nations, et les débuts de leur union ? Tandis que le
33 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vingt langues, une littérature (mai 1967)
42u troisième millénaire avant notre ère jusqu’à la domination anglaise, tout ce qui s’écrit en Inde est poésie ou prose sacrée, rel
34 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.4. À la Table Ronde du Conseil de l’Europe
43 ; les moyens matériels et intellectuels de notre domination retournés contre nous. Nous avons vu clairement que nos pays n’avaien
35 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
44u troisième millénaire avant notre ère jusqu’à la domination anglaise, tout ce qui s’écrit en Inde est poésie ou prose sacrée, rel
36 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
45semble des pays sur lesquels elle avait étendu sa domination ». (On doit inclure au nombre de ces « ressources » les provinces col
37 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 4. Un « Essai sur l’Avenir » en 1948
46que le bon sens matérialiste leur assignait.   La domination complète du milieu naturel par nos techniques est déjà mieux qu’imagi
38 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
47on d’horreur sacrée, qu’il était le siège d’une « domination », d’un « trône » ou d’une « puissance », comme saint Paul désigne le
39 1978, Cadmos, articles (1978–1986). L’Intellectuel contre l’Europe (été 1978)
48ques par lesquels se justifiaient les volontés de domination. » Voilà qui est clair, mais voici qui est mieux encore : « Terre de
40 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
49ux vautours », toujours nées pour la guerre et la domination, et non pour le bonheur du peuple. Le lien originel entre guerre et n