1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1i silence : déjà je leur échappe — je t’échappe ô douceur de vivre ! Tout redevient autour de moi insuffisant, transitoire, all
2 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
2moureusement, des chiens « qui vous faufilent des douceurs au bas des jambes », jusqu’à ces chats qui griffent et lèchent altern
3 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Girard, Connaissez mieux le cœur des femmes (juillet 1927)
3que Pierre Girard est un peu responsable de cette douceur de vivre. Déjà vous ne niez plus sa drôlerie, son aisance. Vous accor
4 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
4ù pourtant les hivers les plus durs réservent des douceurs secrètes. p. 123 j. « Jeunes artistes neuchâtelois », Das Werk
5 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Saisir (juin 1929)
5ation au silence. Il faut s’en approcher avec une douceur patiente, et le laisser créer en nous son silence particulier avant d
6 1930, Articles divers (1924–1930). Le prisonnier de la nuit (avril 1930)
6es étoiles les eaux profondes qui échangent leurs douceurs. Tiens moi bien nous allons partir l’air s’entrouvre un feu rose éc
7u es toujours plus sereine infiniment nue dans la douceur du feu et de la joie. V Oh qui a retiré tes mains des miennes quan
7 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
8i le respecte, l’exploite et subit l’empire de sa douceur. Cette deuxième partie de l’ouvrage est extraordinaire de vie et de p
8 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
9i silence : déjà je leur échappe — je t’échappe ô douceur de vivre ! Tout redevient autour de moi insuffisant, transitoire, all
9 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
10lancs qui s’en vont. Un vent froid, mais quelques douceurs aux abris, près d’une de ces maisons isolées où je ne l’amènerai jama
10 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
11exigence éthique comme la garantie d’une certaine douceur de vivre. Penser devint l’art de ne rien affirmer de décisif. Admirab
11 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
12e rétablir une situation désespérée qui fut notre douceur de vivre, mais qui sera la honte de notre mort si nous n’y portons de
13peut garantir pour quelques lustres une espèce de douceur de vivre, à l’usage d’une classe restreinte. Mais le temps vient où l
14exigence éthique comme la garantie d’une certaine douceur de vivre. Penser devint ainsi l’art de ne rien affirmer de décisif. A
15glige quelques sectaires, dont Péguy a parlé sans douceur : j’ai dit que je me bornerais à l’examen des bonnes raisons, non des
12 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
16ds — avec des gestes de prêtre, avec une sorte de douceur… Pendant six minutes. Et quand ce [p. 19] hurlement d’amour s’apaisa,
13 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
17 le nom secret, encore un temps, et je goûtais la douceur de ces rues, sinueuses et mal éclairées, lorsqu’un groupe de jeunes g
14 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
18 n’y a plus d’excès possible, c’en est fait de la douceur de vivre. Mais le tout est de savoir pour quels excès l’on se réserve
15 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
19 Au fanatisme, il convient d’opposer une certaine douceur amusée. Voltaire nous conte là-dessus une anecdote dont j’aime assez
16 1938, Esprit, articles (1932–1962). Revue des revues (septembre 1938)
20 connu les années d’après-guerre n’a pas connu la douceur de vivre ». Illustration : « Il y avait de charmantes fêtes à Versail
21pé de ce xviiie siècle artificiel, et de cette « douceur de vivre », en a gardé — tout au moins dans son style — la sécheresse
17 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
22térielle) de Jésus, et semble-t-il, Juge plein de douceur des esprits délivrés. Les manichéens connaissaient depuis des siècles
18 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
23ligence s’égare. Son langage résonne avec tant de douceur que l’âme qui l’écoute et l’entend s’écrie : — Malheureuse que je sui
24e trop longtemps mis son espoir en « cette fausse douceur fugitive » qu’est l’amour idéalisé. Et je me sens au cœur venir, heu
25affectueux et de plus de différentes espèces… Les douceurs de l’amitié tempèrent les emportements de l’amour… » Le Tristan qui s
26faute » de la possession se passerait bien de ces douceurs paisibles… Lui aussi désirait brûler, et non pas rassasier son désir.
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
27entelles, libertins et bien décidés à sauver « la douceur de vivre ». Les légendes épiques et les Romans de la Table Ronde mult
20 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Le bon vieux temps présent (20 mars 1939)
28rolongeons une existence que nos fils appelleront douceur de vivre ? Déjà nous éprouvons que le monde a glissé dans une ère étr
21 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Souvenir de la paix française (15 mars 1941)
29des tons et des lignes humaines, humilité sous la douceur du ciel, retrait des âmes dans leur destin. Je longeais cette rue sil
22 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
30s accepter le risque ? répondit-il avec sa grande douceur. La porte de l’ascenseur s’ouvrait, nous entrâmes. — Ce serait enfin
23 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
31les justifications qu’il en donna, et l’espèce de douceur médiumnique dont il la revêtit aux yeux de son peuple. De l’aventure
24 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
32’ai aimés. Le bleu du ciel de l’Île-de-France, la douceur de l’art et des âges, et le sourire d’une femme à l’amour fidèle et g
25 1946, Journal des deux Mondes. 1. Le bon vieux temps présent
33rolongeons une existence que nos fils appelleront douceur de vivre ? Déjà nous éprouvons que le monde a glissé dans une ère étr
26 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
34aix française, qui nous émeut comme un adieu à la douceur de vivre, à la confiance. Cela se passait dans l’autre monde, au débu
35des tons et des lignes humaines, humilité sous la douceur du ciel, retrait des âmes dans leur destin. Nous longions cette rue s
27 1946, Journal des deux Mondes. 14. Intermède. Mémoire de l’Europe
36. Elle était ce vieil arbre tenace. Elle était la douceur et la sagesse amère des adieux, ou la gaîté d’un mot dit en passant.
28 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
37re un gangster qui sommeille. Voyez leur goût des douceurs, des ice-creams, du lait, des nourritures d’enfants ; voyez leur corr
29 1948, Suite neuchâteloise. III
38t des lois pénales, Coxe l’estime « d’une extrême douceur », et les peines sont appliquées aux différents délits avec une telle
30 1948, Suite neuchâteloise. VII
39france au bord d’un lac n’est jamais sans quelque douceur ?   Cherchant d’où vient cet agrément, et pourquoi dans le monde lacu
40urnes. Souffrir auprès d’un lac n’est jamais sans douceur. Je suis sur la jetée, près du hangar des trams, et l’eau n’est pas p
31 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
41france au bord d’un lac n’est jamais sans quelque douceur ? Cherchant d’où vient cet agrément, et pourquoi dans le monde lacust
42urnes. Souffrir auprès d’un lac n’est jamais sans douceur. Je suis sur la jetée, près du hangar des trams, et l’eau n’est pas p
32 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
43qui leur ont succédé, fut maintes fois baptisée « douceur de vivre » non seulement par ses survivants mais par les fils de ses
33 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
44 ont [p. 109] succédé, fut mainte fois baptisée « douceur de vivre » non seulement par ses survivants mais par les fils de ses
34 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
45stesse du désir, mais le subir avait déjà tant de douceur que les images de l’accomplissement étaient bien près de se détacher
35 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
46stesse du désir, mais le subir avait déjà tant de douceur que les images de l’accomplissement étaient bien près de se détacher
36 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
47dent l’homme agreste, et dépouillent ses mœurs de douceur et d’aménité. Par la même raison, je les regarde donc comme plus cour
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
48rieur par l’expérience ; ni la sensibilité par la douceur de l’appel divin, lorsque les trompettes divines, au nom du Saint-Esp
38 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
49mescontentemens, et les apoiseroit par la voye de douceur, si faire se pouvoit, ou en cas de nécessité par la force. Que si que
39 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
50é chez les Chinois car leur religion est faite de douceur et de mansuétude et les lettres y sont fort cultivées ; il en est de
40 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
51e lieutenant. « Vous tirez mal », dit-il avec une douceur froide, au moment même où je me félicitais d’avoir encore marqué un p
41 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
52contrejour Qui s’oublie et se laisse choir Par la douceur qu’au cœur lui va… 228 (Simone Weil : « Quand ce pays eut été détr
53-être, mais de l’âme soudain qui s’éveille « à la douceur du temps nouveau ». ⁂ C’est par l’étude des formes prosodiques que Th
54là (exprimé par les formes liturgiques) dans la « douceur » de l’élan amoureux vers l’ici-bas. Origine de la poésie occidentale
55emblant : Ab la dolchor del temps novel… Par la douceur du temps nouveau Les bois verdissent, les oiseaux Chantent chacun en
42 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. VII. Programme pour les Européens
56Regardez-les faire sans inquiétude, toujours avec douceur, quelquefois avec un sourire. Le suprême avenir est en vous… Vous ête
43 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
57rieur par l’expérience ; ni la sensibilité par la douceur de l’appel divin, lorsque les trompettes divines, au nom du Saint-Esp