1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1pulsions et contemplant avec une lucidité parfois douloureuse ses propres actes dont il s’étonne mais qu’il se garde de juger 5 .
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Alfred Colling, L’Iroquois (décembre 1926)
2son mauvais cœur, dans une aventure incertaine et douloureuse ; enfin Orpha, sa maîtresse, le fuit, parce que son silence devient i
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, La Tentation de l’Occident (décembre 1926)
3e l’Occident.) Et notre vertu suprême, aussi, est douloureuse : le sacrifice. Sans doute, cette « absurdité essentielle » que le Ch
4 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
4l’en empêche, le préserve des états d’incertitude douloureux, où ces problèmes viennent se poser à l’esprit, profitant de son désa
5 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
5 avouables, — la sincérité, masque fier et un peu douloureux des défaitismes les plus subtils comme des plus pures et loyales inqu
6eu crispé, signe d’une ironie secrète et pour moi douloureuse encore. Pitoyable, trop visiblement, tu prêtais bien quelques voiles
6 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Guy de Pourtalès, Montclar (février 1927)
7e résonance si humaine, est mieux que charmant, — douloureux et désinvolte, glacé, passionné. p. 257 ad. « Guy de Pourtalès
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
8r vos traits seulement ; l’écho n’en fut que plus douloureux dans mon cœur. Puis je vous ai oubliée. Puis je vous ai revue, aux co
9es gens pressés et songeurs respectaient la folie douloureuse qui devait contracter mon visage. Je promenais sur tous des regards a
8 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
10une [p. 236] réalité dont la connaissance devient douloureuse et troublante. Ainsi la conscience tue la connaissance. (« Connaissan
11vez ce qu’elle nous vaut : les mépris, les haines douloureuses ou grossières de tous ceux qui ne peuvent ou ne veulent y voir que ré
9 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
12ert de souvenirs, n’est qu’une [p. 14] dissonance douloureuse.  3 Deux angoisses dominent mon enfance : les séances chez le dentis
10 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
13es ? La veilleuse fleurit soudain d’un éclat bleu douloureux, le train ralentit. Hegyeshalom, petite gare frontière arrêtée au mil
11 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
14s notre vie — dans la durée — sont nécessairement douloureuses. Certains, peut-être, verront-là une condamnation des passions humain
12 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
15es ? La veilleuse fleurit soudain d’un éclat bleu douloureux, le train ralentit. Hegyeshalom, petite gare frontière arrêtée au mil
13 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
16 intérieur. Période de repliement et de refus, si douloureuse que le signe en devient visible sur ses traits. Je ne me lasse pas de
14 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Quelques œuvres et une biographie de Kierkegaard (26 mai 1934)
17 un homme aux prises avec un problème sentimental douloureux, et qui cherche à le résoudre, d’abord par le plaisir, dans ses forme
15 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
18imer. Et sur ce monde tel qu’il est, sur ces vies douloureuses, banales ou touchantes, mal engagées ou menacées, harmonieuses ou dur
16 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
19t aimer. Et sur ce monde, qu’il est, sur ces vies douloureuses, banales ou touchantes, mal engagées ou menacées, harmonieuses ou dur
17 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
20hrase : un tel compromis n’est possible, comme un douloureux pis-aller, que s’il est par ailleurs dénoncé, ouvertement, et au nom
18 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
21demnes de nos fièvres. Ils ne connaîtront pas nos douloureuses confusions, nos inadaptations et nos désirs discordants. Ils se sont
19 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
22dre dialogue avec perplexité complaisante ou même douloureuse. Il y a dialogue, jusque dans ma solitude, ou dans ces pages, dès qu’
23oposent ces visages attentifs, éclairés ou butés, douloureux, tendus ou épanouis dans une compréhension amicale et directe. Je voi
20 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
24ésence d’un bruit universel ; c’est une lassitude douloureuse et bousculée au long d’un tunnel qui ressemble à la caverne de Platon
21 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
25oposent ces visages attentifs, éclairés ou butés, douloureux, tendus ou épanouis dans une compréhension amicale et directe. Je voi
22 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
26’éternité sans retour où s’évanouit la conscience douloureuse — pour le moderne, ce n’est plus que le retour sempiternel d’une arde
23 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
27 dans le dieu. L’individu distinct — cette erreur douloureuse — doit s’élever jusqu’à se perdre dans la divine perfection. Que l’ho
28pté physique. Et la passion — au sens tragique et douloureux — non seulement y est rare, mais encore et surtout y est méprisée par
29). Amour du prochain. (Mariage heureux.) Conflits douloureux, passion exaltée. [p. 75] Le principe d’explication de ce tableau
24 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
30 ne vise plus à la libération des sens, mais à la douloureuse intensité du sentiment. Intoxication par l’esprit. L’histoire de la p
25 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
31t affleurement du mythe au jour. Il fallait cette douloureuse poussée de la volonté de mort cherchant à se délivrer d’elle-même par
32reçu dans cette lutte avec l’ange mauvais la plus douloureuse blessure. Et Don Juan bondit sur la scène ; de Molière à Mozart, c’es
33émouvant des contraires. Expression d’un dualisme douloureux, permanent au niveau de la vie, mais qui s’évanouit dans la grâce lum
34ns l’âme qui se guérit de vivre. Seule la lumière douloureuse du troisième acte — l’obsession jaune des fiévreux — peut traduire à
26 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
35’éternité sans retour où s’évanouit la conscience douloureuse — pour le moderne, ce n’est [p. 308] plus que le retour sempiternel d
27 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
36mme lui donc, cette réalité apparaîtra blessée et douloureuse. Se détester revient à détester le monde. L’incapacité d’accepter le
37ice ». C’est qu’il est un souvenir interdit, trop douloureux pour être revécu. Le moi malade échoue à se ressaisir dans la mémoire
38ssible ici-bas, dans la prison du moi coupable et douloureux. Il faudra donc chercher au-delà. Et nous avons vu que le rêve, ou la
28 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
39 intérieur. Période de repliement et de refus, si douloureuse que le signe en devient visible sur ses traits. Je ne me lasse pas de
29 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
40e lui donc, cette réalité lui paraîtra blessée et douloureuse. Se détester revient à détester le monde. L’incapacité d’accepter le
41ice. » C’est qu’il est un souvenir interdit, trop douloureux pour être revécu. Le moi malade échoue à se ressaisir dans la mémoire
42ssible ici-bas, dans la prison du moi coupable et douloureux. Il faudra donc chercher au-delà. Et nous avons vu que le rêve, ou la
30 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
43guerre. Tout y est laid, désaccordé, géométrique, douloureux pour la vue et pour l’ouïe, faussement riche et trop [p. 22] éclairé
31 1947, Doctrine fabuleuse. 12. Le supplice de Tantale
44e qui, dans chacun de nous, préfère le désir même douloureux, d’avoir été mille et mille fois déçu — mais c’est encore son désir,
32 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
45urnaient vers ce qui n’est rien, vers une Absence douloureuse, alors que c’est la seule Présence qui est terrible en sa splendeur e
33 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
46ce américain ne saurait être, comme chez nous, la douloureuse rupture d’une longue intimité, celle-ci n’existant pas en règle génér
34 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
47 nos vies privées, cette lutte est si violente et douloureuse, si concrète qu’on se voit dispensé de toute autre considération phil
35 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
48semble que cette conduite, dans sa duplicité plus douloureuse que scandaleuse, ne manque pas d’analogies précises avec la conduite
36 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
49and dialogue européen la seule issue aux conflits douloureux qui déchirent l’Italie croyante et libérale, et qui ne peuvent être r
37 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
50ies : certes moins dure matériellement, mais plus douloureuse moralement, du seul fait que les idéaux et les croyances en vigueur (
38 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
51on, ni une manière de parler, ce qui fut même une douloureuse tragédie depuis plus d’un siècle et demi, pour une partie de nos popu
39 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
52rti, tout de suite, sans réflexion, sans scrupule douloureux, cela jaillit et puis, parfois, cela touche le noir. De là mon « Tire
40 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
53semble que cette conduite, dans sa duplicité plus douloureuse que scandaleuse, ne manque pas d’analogies précises avec la conduite
41 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
54 à chasser, si ce n’est ce qu’il y a d’absolument douloureux dans la connaissance, comme l’ivrogne qui finit par boire de l’absint
42 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.4. « Têtes de Turcs »
55utre obstacle serait un château de cartes. Il est douloureux d’avoir à dire que seule la faiblesse pourrait être opposée au souver
43 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
56la fatalité : De toutes les souffrances, les plus douloureuses sont celles dont nous sommes les auteurs. Créatrice par excellence, l
44 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
57 à chasser, si ce n’est ce qu’il y a d’absolument douloureux dans la connaissance, comme l’ivrogne qui finit par boire de l’absint
45 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
58ain les mette en crise, et nous force à des choix douloureux entre nos intérêts et nos principes. À moins que la grande révolution
46 1967, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). J. Robert Oppenheimer (25 février 1967)
59 avait une aura, il le savait, un prestige un peu douloureux qu’il portait avec juste assez de gaucherie pour une impeccable éléga
47 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
60ion médicale, même s’il s’agit d’une intervention douloureuse comme peut l’être une extraction dentaire, ou d’une privation pénible
48 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
61autrement dit : ce n’est jamais qu’une concession douloureuse à la nécessité, quand on se sent trop faible soit pour subsister seul
49 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
62 une illusion, ni une manière de parler, mais une douloureuse tragédie pour une partie de nos populations occidentales, ce fut le s
50 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
63autrement dit : ce n’est jamais qu’une concession douloureuse à la nécessité, quand on se sent trop faible soit pour subsister seul
51 1972, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut dénationaliser l’enseignement [Entretien] (8 décembre 1972)
64ie aujourd’hui l’idée de conflit à celle de lutte douloureuse, voire meurtrière. Parfois, effectivement, la tension peut devenir co
52 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
65[p. 358] entre riches et pauvres 202 , écart plus douloureux, dirait-on, que la faim. Ou bien proposera-t-on de distribuer aux dir