1 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
1e grandes trahisons. Ce mot d’esprit a couvert de douteuses marchandises, et l’activité spirituelle a pu paraître le privilège d’
2 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
2s franc, à cette caricature du spirituel, à cette douteuse distinction entre l’action et la vie spirituelle, qui est pour nous l
3 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
3létarise l’élite. Car s’il est vrai que seule une douteuse délicatesse dénonce le danger présent dans le développement magnifiqu
4 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
4l’idée. Acceptons provisoirement cette expression douteuse, si elle peut attirer l’attention sur le rapport de vie ou de mort qu
5 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
5iculières ? Elles sont souvent d’une lecture très douteuse [p. 84] pour ceux mêmes qui devraient les exercer ! Il faudrait donc,
6 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
6en leur temps, trouvent leur explication la moins douteuse. p. 866 an. « Page d’histoire », La Nouvelle Revue française, Pa
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Avertissement
7incant, lorsqu’il s’agit d’un volume aussi dense. Douteux avantage d’ailleurs : on rougirait de le partager avec tant d’auteurs
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
8eaucoup de troubadours —  [p. 126] cela n’est pas douteux — étaient cathares ou, du moins, très au courant des idées qui étaien
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
9troubadours. Les Siciliens étaient tombés dans un douteux allégorisme : ils parlaient de la dame comme [p. 196] d’une femme rée
10 est en soi une erreur… Le cas Stendhal n’est pas douteux : il s’agit d’un homme qui n’aimait pas réellement, et qui surtout ne
10 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
11ir la résoudre. Pour moi, l’explication n’est pas douteuse. L’amour courtois est directement issu du catharisme. Vous savez que
11 1940, La Vie protestante, articles (1938–1978). De Luther à Hitler (15 mars 1940)
12e Luther à l’action pure d’Hitler. Mais c’est une douteuse méthode entre les mains des défenseurs de la « Raison » et de la « cl
12 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
13 n’y croyons plus. Mais à l’inverse, il n’est pas douteux que ce Dissimulé ne perde sa puissance à mesure qu’on le « révèle » c
13 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
14médiocrité quotidienne m’attend comme une chemise douteuse sur le dossier de ma chaise. Tout me dégoûte. Pour guérir cette nausé
14 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
15ponsable, qu’il n’y a pas de Juge, que la Loi est douteuse, qu’on ne saura pas, et que d’ailleurs, une fois le coup réussi, on s
15 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
16ponsable, qu’il n’y a pas de Juge, que la Loi est douteuse, qu’on ne saura pas, et que d’ailleurs, une fois le coup réussi, on s
16 1946, Lettres sur la bombe atomique. 14. Problème curieux que pose le gouvernement mondial
17ns-là leur paraissent, évidemment, d’une moralité douteuse. Quant aux lance-flammes et aux bombardiers lourds, et quant à ceux q
17 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
18sa « propriété » symbolique. (Ce qui est honteux, douteux, non propre, c’est ce qui en moi m’est étranger.) Revenons alors à no
18 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
19de l’homme, et finalement son efficacité la moins douteuse lorsqu’il écrit. Tandis que le Français, parfois, jugera d’autant plu
19 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
20situation. Une Europe démoralisée par sa victoire douteuse sur Hitler, rétrécie et coincée entre deux grands empires, dépossédée
20 1950, Lettres aux députés européens. Première lettre
21ysant un corps consultatif aux compétences [p. 8] douteuses et jalousement restreintes ; les barrières douanières multipliées à l
21 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Lettre aux députés européens (15 août 1950)
22o paralysant un corps consultatif aux compétences douteuses et jalousement restreintes ; les barrières douanières multipliées à l
22 1950, Combat, articles (1946–1950). Messieurs, n’oubliez pas l’exemple de la Suisse (3 octobre 1950)
23» paralysant un corps consultatif aux compétences douteuses et jalousement restreintes, les barrières douanières multipliées à l’
23 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (octobre-novembre 1954)
24re intacte après leur vote. — En revanche, il est douteux que les accords de Londres représentent « un premier pas vers l’intég
24 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
25ocial, ne semble pas aller de soi. Il paraît même douteux que les premiers chrétiens se soient conduits en « révolutionnaires »
25 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
26social ne semble pas aller de soi. Il paraît même douteux que les premiers chrétiens se soient conduits en « révolutionnaires »
26 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le crépuscule d’un régime (octobre 1957)
27draient alors les libertés humaines ? R. — Il est douteux que l’homme soit libre. Luther le nie énergiquement, et la cybernétiq
27 1960, Preuves, articles (1951–1968). Sur la détente et les intellectuels (mars 1960)
28refusions le mensonge en service commandé pour le douteux profit de n’importe quel système, fût-il celui de nos États, c’est da
28 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
29e, à l’histrionisme, au germanisme, à la chasteté douteuse, à la religiosité décadente et aux « Sursum ! Bouboum ! » de Wagner ?
29 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
30uronne vouée aux nymphes, maintenant, à la clarté douteuse de la nuit, elle ne voit rien que les astres et les flots. Mais dès q
30 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.8. « Europa vel regnum Caroli »
31hique ; tout cela, le plus souvent, dans un latin douteux. Après le règne agité d’Othon III, « imperator » d’imitation, l’idée
31 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
32de l’adhésion interne des cœurs, d’une efficacité douteuse. La question est de savoir si les peuples des pays encore libres sont
32 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
33e, à l’histrionisme, au germanisme, à la chasteté douteuse, à la religiosité décadente et aux « Sursum ! Bouboum ! » de Wagner ?
33 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
34ts peut-être atroces, mais dont l’issue n’est pas douteuse. Les cultures entrent en dialogue, sur un pied théorique d’égalité, a
34 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
35ts peut-être atroces, mais dont l’issue n’est pas douteuse. Les cultures entrent en dialogue, sur un pied théorique d’égalité, a
35 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
36pas de raison majeure d’intervenir dans le combat douteux des nationalismes en délire. Il serait donc excessif d’affirmer qu’el
36 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
37oint de vue politique restait une entité vague ou douteuse, elle n’en était pas moins une idée exaltante. Rousseau fuyant la Fra
37 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. V. Appendice. Bref historique de la légende de Tell
38 j’entends celle de 1848, mais il paraît plus que douteux qu’un Guillaume Tell ait existé, historiquement, lors de la formation
38 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
39e en plusieurs confessions). L’histoire, ses lois douteuses et ses accidents trop certains ; les réalités ethniques sous-jacentes
40ence même des régions, que beaucoup tiennent pour douteuse, ou difficile à promouvoir sinon tout à fait impossible dans certains
39 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.5. Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC
41e dès ses débuts, reste sa justification la moins douteuse. Il est devenu banal de constater que les thèmes nouveaux d’activité
40 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
42ts peut-être atroces, mais dont l’issue n’est pas douteuse. Les cultures entrent en dialogue, sur un pied théorique d’égalité, a
41 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
43 en composition. Il choisit nos produits les plus douteux — le nationalisme, par exemple — et les retourne contre nous. Il s’oc
42 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
44e en plusieurs confessions). L’histoire, ses lois douteuses et ses accidents trop certains ; les réalités ethniques sous-jacentes