1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hugh Walpole, La Cité secrète (décembre 1929)
1, la vertueuse Véra avec un des Anglais) : Ils s’embrassaient comme des gens qui auraient eu faim toute leur vie… Markovitch, derri
2est un enfant : va-t-il rire, va-t-il pleurer ? m’embrasser ou me tuer ? Il sent autour de lui quelque chose qui le gêne. C’est l
2 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
3 Il faut pourtant rentrer chez moi, et ma femme m’embrasse et me regarde avec inquiétude, parce que je ne suis plus tout à fait
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
4ît à cause de moi. Un soir qu’elle pleurait, je l’embrassai si fort… En un quart d’heure, je connaissais l’amour dans ce qu’il a
4 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
5ues et donner l’air bête aux acteurs. Puis Gérard embrassa paternellement la belle effarée, et nous sortîmes, après avoir délivr
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
6découvrir la Liberté  9 , parce que celui qui l’a embrassée une fois, une seule fois, sait bien que tout le reste est absurde. [
6 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
7d je le rejoignis dans l’obscurité tombante, il m’embrassa. Les premières gouttes tombaient et le tonnerre roulait au loin mais
7 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
8ues, et donne l’air bête aux acteurs. Puis Gérard embrassa paternellement la belle effarée, et nous sortîmes, non sans avoir dél
8 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
9s sont parfois trop émouvantes pour qu’on ose les embrasser. — Je tenais [p. 63] sa main, — ho ! qui l’a retirée des miennes ? …
9 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
10les tenaient bon, qu’elles tenaient trop de terre embrassée et par elle tout un pays et son peuple ; car « c’est ici le pays de l
10 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
11pose l’époque. Vous avez pressenti le parti que j’embrasse. Il me reste à le définir en termes positifs, cette fois. Les dieux,
11 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
12pose l’époque. Vous avez pressenti le parti que j’embrasse. Il me reste à le définir en termes positifs, cette fois. Les dieux,
12 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
13le destitue de ses privilèges aristocratiques. Il embrasse la pauvreté, s’enfonce dans les slums de Kobé, décide qu’il n’aura pa
13 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
14nse qui dépasse sa question et qui atteint et qui embrasse l’être anxieux de la créature. En cet amour, enfin, l’homme et les ch
14 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
15 discipline du contenu concret qu’elle menaçait d’embrasser. L’invraisemblable irréalisme de l’étude des « facultés » ayant été d
16que la pensée doit entrer en action, c’est-à-dire embrasser les « choses humaines » — oui, celles-là justement et non pas d’autre
15 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
17à ce que vous êtes, — et maintenant, je veux vous embrasser. Nicodème se leva, au milieu d’un silence ému, et donna l’accolade à
16 1935, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). René Guisan : un clerc (1935)
18n magnifique ne se limitait pas aux livres : elle embrassait aussi les incidents de la moindre paroisse « libriste » du canton de
17 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
19étique, qui est le monde intégralement socialisé, embrasse-t-il réellement le tout de l’homme ? Le rappel permanent, et la conscie
18 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
20le monde si l’on y perd son âme. Toute fin qui n’embrasse pas le tout de l’homme, et qui pourtant veut que tout l’homme s’y sub
19 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
21oit non seulement être vue, mais touchée, et puis embrassée, puis finalement soulevée, ayant un poids à elle et une densité » écr
20 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
22étique, qui est le monde intégralement socialisé, embrasse-t-il réellement le tout de l’homme ? Le rappel permanent et la conscien
21 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
23que dont le plus étrange, sans doute, est qu’elle embrasse avec une familiarité poignante les problèmes de la vie banale. Il y a
22 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
24smique du chrétien (identiquement), c’est alors d’embrasser d’un seul geste, de réunir, de relancer vers sa vraie fin tout ce qu’
23 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
25 dunes, dix mètres au plus, mais c’est assez pour embrasser du regard une bonne partie de l’île, notre village, les marais et deu
24 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
26it par les trois syllabes de ce mot qui décrit et embrasse les trois dimensions de la joie, est dit aussi par le vallon des oliv
25 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
27it par les trois syllabes de ce mot qui décrit et embrasse les trois dimensions de la joie, est dit aussi par le vallon des oliv
26 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
28 vrai, comme serait, par exemple, une grande idée embrassée avec force au mépris de soi-même et de l’utilité. Car elle peut deven
27 1938, La Vie protestante, articles (1938–1978). Le temps des fanatiques (25 novembre 1938)
29les Églises chrétiennes. Lutter contre eux, c’est embrasser le parti du Bien. » Et nous voici embrigadés dans la « Croisade » — m
28 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
30 blonde débarque à cet instant, monte au château, embrasse le corps de son amant, et meurt. [p. 31] 5. Énigmes Résumé de la so
29 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
31s’accomplir dans notre monde, parce qu’il ne veut embrasser que le Tout. C’est le dépassement infini, l’ascension de l’homme vers
32l’arrière-plan des hérésies du moyen âge. Si nous embrassons le domaine géographique et historique qui va de l’Inde à la Bretagne,
30 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
33 fond comme la glace au feu lorsque étroitement j’embrasse mon Seigneur, criant : l’amour de l’Amour me consume, je m’unis à l’A
31 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
34ement qu’il ne l’a voulu.) [p. 211] Avant même d’embrasser la cause puritaine, Milton cherchant un sujet d’épopée avait envisagé
32 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
35 Mère de Dieu, le principe féminin de l’amour. En embrassant le catharisme, le néophyte s’engageait, s’il était marié, à s’absteni
33 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La Poésie scientifique en France au xviᵉ siècle, par Albert-Marie Schmidt (septembre 1939)
36t de tant d’autres, cet inventaire de la Création embrassant tous les arts et les métiers humains, de la magie cérémonielle à l’an
34 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
37gir ; et le seul horizon qu’il nous soit permis d’embrasser, c’est celui de l’Europe entière, non tel groupe de puissances voisin
38ance autant que de la paix occidentale. Si nous n’embrassons pas cette mission-là, l’Histoire aura tôt fait, n’en doutons pas, d’a
35 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
39 suppression méthodique de toute morale poétique, embrassant à la fois le risque et la confiance, la menace et la riposte, l’abîme
36 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
40uffrir, ne m’en veux pas si je gémis parfois en t’embrassant. — Ah ! fit-elle, j’ai peut-être été sotte, mais les épreuves nous gr
41e le prit dans ses bras, le caressa et [p. 179] l’embrassa. Et comme il s’endormait heureux, elle lui donna un coup de poing sur
42vue d’ensemble. (Tôt et tard confondus, ou plutôt embrassés d’un seul regard.) Que faudra-t-il encore pour que nous comprenions l
37 1944, Les Personnes du drame. Introduction
43ndu appartient à la nature même du sujet que j’ai embrassé : la tension créatrice des personnes. Je n’offre au lecteur qu’un eff
38 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
44 mais il faut un courage paradoxal et humble pour embrasser le temps en vertu de l’absurde 37 . Et ce courage est celui de la foi
39 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
45doit non seulement être vue, mais touchée et puis embrassée, puis finalement soulevée, ayant un poids à elle et une densité ». Le
46les tenaient bon, qu’elles tenaient trop de terre embrassée, et par elle un pays et son peuple. Car « c’est ici le pays de la sol
40 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — III.3. L’Art poétique de Claudel
47 personne chrétienne identiquement, c’est alors d’embrasser d’un seul geste, de réunir, de relancer vers sa vraie fin tout ce qu’
41 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
48pas cette direction ferme et vraiment catholique (embrassant tous les aspects de la vie), l’abîme s’élargira entre le monde religi
42 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
49aquer les pans du peignoir sur mes jambes nues, m’embrasse tout entier, m’apaise. Je me sens absolument libre, détaché du passé,
43 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
50s’est-il donc passé entre le moment où le fugitif embrassait la fille dans sa mansarde et le moment où il va s’embarquer ? — Rien.
44 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
51t le feu rouge — six ou sept secondes. Tout ce qu’embrasse mon regard, tout est fait de main d’homme sauf les mouettes. Qu’on ne
45 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
52t le feu rouge — six ou sept secondes. Tout ce qu’embrasse mon regard, tout est fait de main d’homme, sauf les mouettes. Qu’on n
46 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
53thodoxies que j’appellerai ouvertes. Elle ne peut embrasser une orthodoxie qui céderait consciemment à la tentation unitaire, c’e
47 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
54coup moins de naïveté que nous ne le pensons, ils embrassent mieux que nous la confusion du siècle, ils y sont installés carrément
48 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
55t le feu rouge — six ou sept secondes. Tout ce qu’embrasse mon regard, tout est fait de main d’homme, sauf les mouettes. Qu’on n
49 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Une bureaucratie sans ronds-de-cuir (23 mai 1946)
56s un seul de mes contemporains qui soit capable d’embrasser dans une seule vue les rouages du gouvernement des États-Unis d’Améri
50 1947, Doctrine fabuleuse. 2. Deuxième dialogue sur la carte postale. La beauté physique
57nt ensemble : ma Léda est bien plus « morale » en embrassant son cygne que beaucoup de femmes en embrassant leur légitime et monst
58en embrassant son cygne que beaucoup de femmes en embrassant leur légitime et monstrueux époux ! Question de convenance comme nous
51 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
59e. Mais il est des visions moins illustres, qui n’embrassent pas le monde de haut en bas, dans un fulgurant inventaire. Je parle d
52 1947, Doctrine fabuleuse. 15. Antée ou La terre
60u, je mords les feuilles, je griffe les arbres, j’embrasse la terre, je dors par terre, et quand je me réveille couvert de terre
53 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
61s un seul de mes contemporains qui soit capable d’embrasser dans une seule vue les rouages du gouvernement des États-Unis d’Améri
54 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
62coup moins de naïveté que nous ne le pensons, ils embrassent mieux que nous la confusion du siècle, ils y sont installés carrément
55 1948, Suite neuchâteloise. V
63la vie [p. 51] sans se lasser, celle qu’un regard embrasse et détaille à loisir. Au-delà de ses paysages et de sa proche histoir
56 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Présentation du Centre européen de la culture (mars 1952)
64istré des réalisations. Nous ne voulions pas tout embrasser sur le papier, vivre de plans et de manifestes. (Bien d’autres le fon
57 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
65 descendit de sa voiture, se jeta sur le sol pour embrasser la « terre de la liberté ». Par rapport à l’Europe des monarchies jés
58 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
66t que les [p. 71] puissances voisines pouvaient « embrasser dans leurs plans stratégiques la Suisse, comme si la grande forteress
59 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
67vient de voir que leurs préoccupations véritables embrassent des domaines beaucoup plus larges, l’éducation, l’instruction, l’hygi
60 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
68ne. Il avait esquissé des plans et des programmes embrassant les trois grands domaines de la politique, de l’économie et de la cul
61 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
69but tout proche : il le touche de ses mains, il l’embrasse, et il croit embrasser l’Absolu, parce que sa soif n’attendait rien d
70e touche de ses mains, il l’embrasse, et il croit embrasser l’Absolu, parce que sa soif n’attendait rien de [p. 14] moins. Mais s
71u’un obstacle réel ou non entre elle et moi, même embrassés, empêchera l’Absolu d’échouer dans la durée. Devant l’impossible défi
62 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
72but tout proche : il le touche de ses mains, il l’embrasse, et il croit embrasser l’Absolu, parce que sa soif n’attendait rien d
73e touche de ses mains, il l’embrasse, et il croit embrasser l’Absolu, parce que sa soif n’attendait rien de moins. Mais semblable
74u’un obstacle réel ou non entre elle et moi, même embrassés, empêchera l’Absolu d’échouer dans la durée. Devant l’impossible défi
63 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Heinz Gollwitzer, Europabild und Europagedanke (septembre 1959)
75aitant de la « problématique » européenne. Curcio embrasse plus de siècles, Diez del Corral plus d’actualité, Reynold et Friedri
64 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Note liminaire
76ers un point de perspective d’où le regard puisse embrasser un champ mieux unifié du phénomène humain : corps-âme-esprit. On va d
65 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — h. Pour une mythanalyse de la culture
77mythanalyse de la culture La littérature érotique embrasse plus de réalités psychologiques que la morale bourgeoise ne voulait e
66 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
78mps le point de perspective d’où le regard puisse embrasser à la fois ces deux vies dénuées et ces deux œuvres d’une richesse iné
79ur-là, « à Fredensborg où souvenir et nostalgie s’embrassent. C’est ce moment que j’aime tant. » Et il ajoute que lorsqu’il peut l
67 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
80Elle implique l’équation plus générale encore qui embrasserait à la fois le phénomène humain, les lois cosmiques, et l’amour créateu
68 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
81sant que Pierre Du Bois naquit vers 1250. Du Bois embrassa la carrière des lois au moment même où s’opérait dans la judicature f
69 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
82 ne devons pas persécuter ceux qui ne veulent pas embrasser les nostres… La pieté est un trop bel arbre pour produire de si mauva
83leries, desquelles ayant fermé les portes il vous embrassa par deux fois, puis loua les vertus du Roi et votre franchise, et vou
84s vois goûter à bon escient mes ouvertures, et en embrasser l’exécution, que j’y porte le Roi mon maître, avec des conditions tan
70 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
85énemens qu’ils racontoient. Mais une histoire qui embrasse les révolutions de tant de pays divers, serait extrêmement imparfaite
71 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.1. La Révolution Française et l’Europe
86la terre sera un jardin. L’Orient et l’Occident s’embrasseront au champ de la Fédération. [p. 165] Et il ajoute, dans le même sens
72 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.4. Napoléon et l’Europe
87erain qui, au milieu de la première grande mêlée, embrassera de bonne foi la cause des peuples, se trouvera à la tête de toute l’E
73 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
88 fut imposé par des souverains qui, très loin d’« embrasser de bonne foi la cause des peuples », ne purent nouer au nom de la sta
74 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
89e un toit protecteur, comme une voûte céleste qui embrassait tout, et sous l’abri hospitalier de laquelle ces peuples guerriers [d
75 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
90re étape de ce processus d’unification qui tend à embrasser tout le genre humain, n’eut pas d’autre origine. Et il ajoutait dans
91ns républicaines, tendant à une fin identique qui embrasse l’Humanité, et sous l’empire d’une même foi de Liberté, d’Égalité et
76 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
92tait d’un nouvel humanisme que l’on avait besoin, embrassant le tout de l’homme, non seulement la pensée et le sentiment, mais l’a
77 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
93e dans le temps, avec la culture européenne. Elle embrasse donc une période de vingt-six siècles (d’Homère à Goethe)… Elle const
78 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
94mps le point de perspective d’où le regard puisse embrasser à la fois ces deux vies dénuées et ces deux œuvres d’une richesse iné
95ur-là, « à Fredensborg où souvenir et nostalgie s’embrassent. C’est ce moment que j’aime tant ». Et il ajoute que lorsqu’il peut l
79 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
96erre pour qu’avec l’aide d’un télescope le regard embrasse tout l’hémisphère privilégié, on pourrait observer pratiquement les 1
80 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
97e fis arrêter ; je descendis, je me prosternai, j’embrassai, je baisai la terre, et m’écriai dans mon transport : « Ciel, protect
81 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vingt langues, une littérature (mai 1967)
98e dans le temps, avec la culture européenne. Elle embrasse donc une période de vingt-six siècles (d’Homère à Goethe)… Elle const
82 1968, Preuves, articles (1951–1968). Marcel Duchamp mine de rien (février 1968)
99s pins, nus jusqu’à la hauteur du toit, le regard embrasse et caresse la perspective lointaine des montagnes environnant le lac,
83 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
100urope » en 1948, et c’est l’habileté politicienne embrassant notre cause comme pour mieux l’étouffer qui a ramené toutes choses au
84 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
101 pour objet l’Europe comme unité. Les uns veulent embrasser le monde entier, tandis que les autres se limitent à une nation, à un
85 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
102ignation et l’autre le cynisme. Un second regard, embrassant le vieux continent dans une perspective mondiale, révèle un changemen
86 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.9. L’Europe, l’été…
103dentale, ne fût-ce que par les antinomies qu’elle embrasse, les paradoxes et les ambiguïtés dont elle se nourrit. Elle se prête
87 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
104e dans le temps, avec la culture européenne. Elle embrasse donc une période de vingt-six siècles (d’Homère à Gœthe)… Elle consti
105 Enfin, dans un effort tout à fait admirable pour embrasser l’ensemble des cultures connues, Toynbee croit pouvoir établir empiri
88 1970, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les prophètes de la décadence (24 septembre 1970)
106 Enfin, dans un effort tout à fait admirable pour embrasser l’ensemble des cultures connues, Toynbee croit pouvoir établir empiri
89 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
107es exclusives qu’elles posent, et pas une seule n’embrasse le phénomène dans son ensemble. Or de quoi s’agit-il finalement ? Je
90 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Madame de Staël et « l’esprit européen » (été 1980)
108ie slave, et le sens chrétien de l’amour qui tout embrasse, — pour cet homme elle eût proposé l’union fédérale de nos peuples, d
91 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
109r de ses données de base, celles qui permettent d’embrasser l’unité millénaire des 21 pays de l’Ouest et des 8 pays de l’Est, non