1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Cocteau, Rappel à l’ordre (mai 1926)
1ts sont ceux de la lumière. « Le mystère se passe en plein jour et à toute vitesse. » Telle est bien la nouveauté de son théâtre et d
2 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
2 d’être très malade. [p. 587] Si dans ta chambre, en plein jour, tu t’endors, et que, vers le soir, tu t’éveilles dans une lueur jaun
3 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
3 [p. 110] d’être très malade. Si dans ta chambre, en plein jour, tu t’endors, et que, vers le soir, tu t’éveilles dans une lueur jaun
4 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
4s, clochers, usines plates et réclames lumineuses en plein jour. Le seul vestige de nature — car l’eau même est canalisée — ce sont c
5 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
5s, clochers, usines basses et réclames lumineuses en plein jour. Le seul vestige de nature — car l’eau même est canalisée — ce sont c
6 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
6rs, usines plates, basses, et réclames lumineuses en plein jour. Le seul vestige de nature — car l’eau même est canalisée — ce sont c