1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Miguel de Unamuno, Trois nouvelles exemplaires et un prologue (septembre 1929)
1 Alexandro Gomez cynique et puissant de confiance en soi, qu’une volonté presque inhumaine torture et conduit au crime. Et s’i
2 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
2ncore refus de choisir, volonté de tout conserver en soi ? Ou bien une attitude en quelque sorte scientifique, à la fois curie
3 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
3orderai que le progrès matériel n’est pas mauvais en soi. Mais par l’importance qu’il a prise dans notre vie, il détourne la c
4 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sarah, par Jean Cassou (novembre 1931)
4re dans la littérature française, et qui comporte en soi quelque chose de déconcertant. Il semble bien que Jean Cassou trouve
5 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
5me. Car il reste sous-entendu et bien entendu, qu’en soi, la vérité est immuable, qu’elle n’est nullement atteinte par un mens
6 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Hic et nunc [éditorial] (novembre 1932)
6 peut s’accomplir dans une synthèse satisfaisante en soi, mais qui se manifeste au contraire comme un ordre, personnellement a
7 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
7e à celui que n’empêtre aucun respect du résultat en soi. Pessimisme rétablissant sur un plan supérieur une sorte de jeu, ou m
8 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
8que l’acte créateur se crée soi-même et se suffit en soi. Si l’on refusait de poser la question de l’Origine et de la Fin, on
9 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Pétrarque, par Charles-Albert Cingria (avril 1933)
9ce, l’érudition, les grands sentiments, la morale en soi (pas la morale en vertu d’un dogme), le nationalisme, l’ironie, le sc
10 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
10e à celui que n’empêtre aucun respect du résultat en soi. Pessimisme rétablissant sur un plan supérieur une sorte de jeu, ou m
11 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
11le chrétien un pur exercice. Il n’a pas de valeur en soi. Il n’est pas une vertu, comme voulurent nous le faire croire Benjami
12 le christianisme était une règle de vie, valable en soi et propre à maintenir l’ordre, la prospérité et les rapports les plus
12 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
13s. L’évolution de la notion d’individu, d’homme en soi, d’homme type, est trop connue pour que nous la reprenions ici. On sa
14r modèle le Citoyen-Respectable ou le Travailleur en soi. Mais une morale qui exige de chaque homme qu’il tienne sa place uniq
13 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
15orme. Calvin ni Luther n’ont parlé de la personne en soi. Ils n’ont pas fait une théorie personnaliste, ils ne paraissent même
16e morale, un certain culte de la « personnalité » en soi, un certain individualisme, risquent aussi de nous y conduire, cette
17es vives de la Réforme. Et puis, une personnalité en soi, sans vocation, ce n’est rien de plus, après tout, qu’un individu aux
14 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
18socialisme 10 , entités que l’on peut considérer en soi comme des systèmes, indépendamment du rapport actuel d’un je et d’un
15 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
19ns autorisées, de préjugés, que tout fidèle porte en soi. Nous essaierons de reconstituer l’« appareil » dogmatique dont une t
16 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Taille de l’homme, par C. F. Ramuz (avril 1934)
20eut attendre : son attente est présence, et porte en soi sa justification. À ceux qui croient aux fatalités de l’Histoire, il
17 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
21ts. L’évolution de la notion d’individu, d’homme en soi, d’homme type, est trop connue pour que nous la reprenions ici. On sa
22r modèle le Citoyen-Respectable ou le Travailleur en soi. Mais une morale qui exige de chaque homme qu’il tienne sa place uniq
18 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
23une manière « injuste » de dire des choses vraies en soi —, elles me laissent presque toujours plus perplexe sur son compte qu
19 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
24ts ? Mais alors, comment fera-t-on pour le voir « en soi », dans son temple ? Cela paraît une bien autre gageure. II. Pour u
25dans cette entreprise, soit mis à part, et honoré en soi. Un écrivain fameux, gloire du roman français à l’étranger, vient con
26e spiritualisme distingué. Le culte des principes en soi : voilà ce qu’il faut au régime des requins. La preuve en est adminis
27« réalistes » que la croyance commune à la valeur en soi de l’idéal. Cependant ces discours hypocrites ne font en somme que cé
20 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
28ctoires. Le Comité de vigilance défend la liberté en soi, la liberté dite démocratique, celle-là même que défendirent les inte
21 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
29Moi. — J’en reviens à notre problème de la guerre en soi. Quelle solution donnez-vous à cette question de l’utilisation des fo
22 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
30oir décadent. Mais cette critique n’a pas de sens en soi, elle n’a de sens et de réalité qu’en tant que lutte du pouvoir neuf
31tre qu’une pure critique ; elle veut être valable en soi, elle prétend ne rien préjuger de cet avenir qu’il faut pourtant form
32t nous guider dans l’examen du concept de culture en soi, — de ses apparitions les plus considérables dans l’histoire, — de sa
23 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
33 pouvoir, considérait le travail comme une valeur en soi, comme une valeur culturelle donnant le droit de gouverner aux travai
34le devient une distinction ; c’est-à-dire une fin en soi, non plus un instrument de lutte. Elle cesse d’être une production po
24 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
35ante est très loin de considérer la langue latine en soi, et telle que la fixèrent les classiques, comme la mesure actuelle au
36ngue de son action pratique. Elle devient une fin en soi, c’est-à-dire qu’elle devient une idole. La décadence est commencée.
25 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
37 complice de nos faiblesses. Elle n’est pas vraie en soi. Elle n’est pas plus vraie que nous, tels que nous sommes, dans le dé
26 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
38 nous avons vu qu’elle ne comporte pas de réponse en soi. Une mesure n’est en soi ni vraie ni fausse ; elle n’est que plus ou
39 comporte pas de réponse en soi. Une mesure n’est en soi ni vraie ni fausse ; elle n’est que plus ou moins fidèle à la fin qu’
27 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
40ts précis, pour la plupart [p. 162] très valables en soi, mais hétérogènes au possible, si l’on considère leur total — ce qu’o
41et de déterminismes figurant à ses yeux la vérité en soi, la mesure de toutes les mesures, et le correctif nécessaire à toute
42oncé assez tôt. Cent autres faits aussi médiocres en soi, et non moins graves en tant que signes, nous prouvent que l’élite ét
28 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
43a ne viendrait-il pas de ce que l’Éthique possède en soi une certitude ? Il existerait alors une chose au moins que le doute n
44. Je n’attaquerai pas d’ailleurs cette permanence en soi, ni la bêtise humaine en général : toutes les deux relèvent du péché,
45ut des doigts. (Et pourtant la brutalité n’a rien en soi de révolutionnaire. Elle appartient plutôt, sous sa forme actuelle, a
46t dont la mesure n’est jamais dans aucun résultat en soi, mais seulement dans l’acte rédempteur de l’humain. Appelons ascèse a
47, ou socialisme, entités que l’on peut considérer en soi comme des systèmes, indépendamment du rapport actuel d’un je et d’un
29 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
48e problématique culturelle. Mais une mesure n’est en soi ni vraie ni fausse ; elle n’est que plus ou moins fidèle à la fin qu’
30 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
49xcessivement « politique »… Le second terme, vrai en soi, et que nous croyons de toute notre foi 31 , devient faux et ne tradu
31 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
50est vrai. Car tout ce qui n’est pas vrai comporte en soi une division et divise la volonté qu’on met à le réaliser. [p. 975] T
32 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
51re. L’autorité n’est le fait ni d’une institution en soi, ni d’une charge, ni d’un grade, ni d’une tradition, ni de la force d
33 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
52tilisent la même méthode de discussion. Le livre, en soi, est assez décevant, malgré de réelles qualités ; mais très typique,
53ons donc que le progrès mécanique ne comporte pas en soi de fatalité inhumaine, et que « le machinisme permettant de faire une
34 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
54parce que c’était correct, parce que ça se tenait en soi, et qu’au surplus c’était bien dit. Il ne lui est pas venu à l’esprit
55ant tout, ou par un paradoxe assez étrange, utile en soi 7 , le « beau travail » du vivre goethéen n’ayant de fin que dans l’i
56ntérieur de chaque individu qui voulait se saisir en soi : ainsi Werther se jette dans le suicide à cause de sa rupture avec l
57ec le monde. Qu’est-ce à dire ? c’est qu’il tombe en soi. Il n’y trouve pas de quoi durer, ni rien de ferme où poser le pied.
58lus revêtir la forme d’œuvres closes, suffisantes en soi, objectives : car prétendant à servir de modèles, de telles œuvres au
35 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
59it sans ce projet. C’est surtout qu’en se pensant en soi, il se fausse, ou plus précisément, se suppose plus ressemblant à sa
60stants de lucidité extrême ; que rien n’a de sens en soi, dans le monde, ni le monde même, lancé vers le néant, et que c’est à
61erait pas très franc, d’ailleurs. L’indiscrétion, en soi, ne gêne pas beaucoup de gens, au contraire. Ce qui gêne, c’est plutô
62its semble-t-il, ne prouvent rien contre la chose en soi, mais contre ceux qui l’ont tentée. C’étaient des hommes qui ne suppo
36 1937, Esprit, articles (1932–1962). Brève introduction à quelques témoignages littéraires (septembre 1937)
63orme plus générale, la question de la littérature en soi et de la place qu’il conviendrait de lui donner dans la cité, se trou
37 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
64l’armée d’une fédération n’a pas de raison d’être en soi, si l’on ne croit pas à cette fédération et à la tâche qui lui incomb
38 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
65Moi. — J’en reviens à notre problème de la guerre en soi. Quelle solution donnez-vous à cette question de l’utilisation des fo
39 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
66i importe au dictateur, ce n’est pas telle mesure en soi, mais au contraire le sens qu’elle prend par rapport au mouvement tot
40 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
67 diverses de christianisme, mais le christianisme en soi… Tous les membres des diverses confessions sont plus ou moins des tra
68s, qui essayent de les persuader non de la vérité en soi de leur point de vue, mais bien de son orthodoxie nationale-socialist
41 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
69rine cathare ne prétendait pas légitimer la faute en soi, puisqu’au contraire elle ordonnait la chasteté. Mais nous avons mont
70e sera l’épanouissement de ce Tristan qu’il porte en soi comme son génie caché ! Et plus rien ne compte en regard de la révéla
71de nouveau le poursuivre et « ressentir » l’amour en soi… Tout cela signifie, une fois de plus, que le mythe des amants « ravi
72fidélité : c’est l’acceptation décisive d’un être en soi, limité et réel, que l’on choisit non comme prétexte à s’exalter, ou
42 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
73les je me suis vu conduit ne sont pas suffisantes en soi. Elles commandent certaines décisions. Elles introduisent à une probl
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
74ent livrer bataille qu’à l’adversaire qu’on porte en soi ? J’avoue que j’ai moi-même éprouvé du dépit à voir l’un des commenta
75ence claire soit utile d’une manière générale, et en soi. Ni que les vérités utiles soient avouables sur la place. Mais quelle
76 encore là que le masque d’un amour de l’obstacle en soi. Et l’obstacle suprême, c’est la mort, qui se révèle au terme de l’av
44 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
77ormes incarnées. Mais elle est belle et désirable en soi… Et pourtant sa nature est fuyante. « L’Éternel féminin nous entraîne
78d on démontrerait, à supposer que ce fût possible en soi, que tels d’entre les troubadours ignoraient les analogies de leur ly
79dessus du ciel », n’est-ce point déjà la Divinité en soi des grands mystiques hétérodoxes, le Dieu d’avant la Trinité dont nou
80ne fût toujours et partout observé ; ou qu’il fût en soi univoque. L’exaltation de la chasteté produit presque toujours des ex
45 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
81passion qu’il aime : celle qu’on goûte et savoure en soi, dans une sorte d’indifférence à son objet vivant et extérieur. Ainsi
46 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
82ment jusqu’à la mort. Mais Don Juan aime le crime en soi, et par là se rend tributaire de la morale dont il abuse. Il a grand
83moins aimable d’une sensation qui enferme l’homme en soi… Je distingue dans la contradiction de Don Juan et de Tristan, dans l
84on se trompe souvent, précise-t-il, mais elle est en soi une erreur… Le cas Stendhal n’est pas douteux : il s’agit d’un homme
47 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
85rine cathare ne prétendait pas légitimer la faute en soi, puisque au contraire elle ordonnait la chasteté. Mais nous avons mon
86e sera l’épanouissement de ce Tristan qu’il porte en soi comme son génie caché ! Et plus rien ne compte en regard de la révéla
87de nouveau le poursuivre et « ressentir » l’amour en soi… Tout cela signifie, une fois de plus, que le mythe des amants « ravi
88fidélité : c’est l’acceptation décisive d’un être en soi, limité et réel, que l’on choisit non comme prétexte à s’exalter, ou
48 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
89les je me suis vu conduit ne sont pas suffisantes en soi. Elles commandent certaines décisions. Elles introduisent à une probl
49 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
90ude renouvelée, à ce désir de retrouver confiance en soi, que je devais répondre en exaltant ici le protestantisme créateur de
91orme. Calvin ni Luther n’ont parlé de la personne en soi. Ils n’ont pas fait une théorie personnaliste, ils ne paraissent même
92e morale, un certain culte de la « personnalité » en soi, un [p. 50] certain individualisme, risquent aussi de nous y conduire
93es vives de la Réforme. Et puis, une personnalité en soi, sans vocation, ce n’est rien de plus, après tout, qu’un individu aux
50 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
94ent pas essentiellement de nous. Tout homme porte en soi les microbes de presque toutes les maladies imaginables. Et cet ennem
95nt le regard d’un génie, bien plus que la réalité en soi. De même pour l’histoire fataliste : elle nous décrit son propre espr
51 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
96eut qu’il révèle son sens. Aucun fait n’a de sens en soi. L’esprit seul donne un sens aux données dans lesquelles notre histoi
52 1940, La Vie protestante, articles (1938–1961). De Luther à Hitler (15 mars 1940)
97on persiste à prétendre que le luthéranisme porte en soi les germes indestructibles de la tyrannie politique (malgré la « rési
53 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
98ent la coutume d’un milieu. Tout à fait justifiée en soi, cette réaction gauchit parfois certains jugements de Gide sur la Réf
99ions du Pape de Rome non par dégoût de l’autorité en soi, mais au contraire par grande fidélité à l’autorité de l’Évangile, fo
100rtaine défiance d’artiste à l’égard des « idées » en soi, et de l’information méthodique. C’est par là que je sens le mieux la
54 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
101uit et en mangea. 6 Voyez : ce n’est pas le mal en soi qui tente, mais c’est toujours un bien qu’on imagine, et même un meil
102conditions physiques d’un pays. Le Bien et le Mal en soi ne sont réellement distincts qu’aux yeux de Dieu — pas même aux yeux
103roire que certains actes humains sont malfaisants en soi et constituent le mal. Celui-ci prend alors une valeur objective : il
104manière malfaisante, contre l’Ordre donné. Le mal en soi n’existe pas au titre où le Bien existe en soi. Le mal n’est [p. 40]
105al en soi n’existe pas au titre où le Bien existe en soi. Le mal n’est [p. 40] qu’un mauvais usage du bien, entendons de ce qu
106jectif dont il serait évidemment l’auteur. Ce mal en soi n’est pas décrit ni mentionné par la Genèse. Il n’est qu’un mirage du
55 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
107le. Non pas qu’aucun progrès réel soit diabolique en soi ! Mais si l’on s’abandonne au [p. 92] rêve du Progrès, laissant aller
108. Et donc de s’aveugler sur le mal que l’on porte en soi. Et donc de ne pas se soucier de la présence active du Démon. Et donc
109-t-on, c’est normal, car la démocratie n’est rien en soi. Elle n’est que le régime qui permet aux croyants comme aux incroyant
110ez autrui peut aveugler sur le mal que l’on porte en soi, et sur le sérieux du mal en général. La condamnation trop facile du
111fini ou dans l’inquestionnable : l’idée de succès en soi, de puissance ou de richesse en soi. L’Enfer est là. Mais je voudrais
112dée de succès en soi, de puissance ou de richesse en soi. L’Enfer est là. Mais je voudrais donner un autre exemple des méfaits
56 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
113er le change : optimisme et cordialité, confiance en soi, poignée de main franche et assurée, et ce large sourire invitant qui
114de l’échec. Succès ou insuccès ne signifient rien en soi, tout dépend du but que l’on vise. Mais il faut bien rappeler que le
115nos esprits. Car la divination n’est pas mauvaise en soi, bien au contraire. La Bible la condamne dans ses abus, comme elle co
116e qu’il a de plus beau, il donne ce qu’il n’a pas en soi mais qui naît de l’exaltation, il donne enfin ce qu’il est, sans rése
117» ; ou les deux ensemble. En vérité, la sexualité en soi n’est pas plus diabolique que la digestion ou la respiration. Si la m
118 était mauvais aux yeux de l’Éternel, ni la pomme en soi (au contraire), mais seulement la révolte d’Ève et son désir de se di
57 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable III : Diable et sexe (29 octobre 1943)
119» ; ou les deux ensemble. En vérité, la sexualité en soi n’est pas plus diabolique que la digestion ou la respiration. Si la m
120 était mauvais aux yeux de l’Éternel, ni la pomme en soi (au contraire), mais seulement la révolte d’Ève et son désir de se di
58 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable V : Le tentateur (12 novembre 1943)
121 mangea. » (Gen. 3:6) Voyez : ce n’est pas le mal en soi qui tente, mais c’est toujours un bien qu’on imagine, et même un meil
122échés dans une vie, que le mal finira par exister en soi, apparence encore, mais active, contre-nature devenue seconde nature.
59 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable VIII : Le Diable démocrate (3 décembre 1943)
123le. Non pas qu’aucun progrès réel soit diabolique en soi ! Mais si l’on s’abandonne au rêve du Progrès, laissant aller les cho
124. Et donc de s’aveugler sur le mal que l’on porte en soi. Et donc de ne pas se soucier de la présence active du Démon. Et donc
125ez autrui peut aveugler sur le mal que l’on porte en soi, et sur le sérieux du mal en général. La condamnation trop facile du
60 1944, Les Personnes du drame. Introduction
126 personne, pure ou impure, ne sera jamais visible en soi. Car des protagonistes de ce drame, l’un seulement tombe sous notre s
127vidu qui la subit ou qui l’accepte, [p. 15] mimer en soi certains de ses efforts, entrer en sympathie, de préférence peut-être
61 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
128es pour « faire comme si » leur vie se justifiait en soi. [p. 108] Joseph K., fondé de pouvoir dans une banque, se voit arrêt
129e contradiction dans les termes. La transcendance en soi, et par définition, échappe à tout sens naturel, raisonnable aussi bi
62 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
130e la personne n’est pas un attribut de l’individu en soi, mais elle lui est attribuée par un appel gratuit du libre Esprit. Si
63 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
131ent la coutume d’un milieu. Tout à fait justifiée en soi, cette réaction gauchit certains jugements de Gide sur la Réforme : i
132ions du Pape de Rome non par dégoût de l’autorité en soi, mais au contraire par grande fidélité à l’autorité [p. 156] de l’Éva
133ue par une défiance d’artiste à l’égard des idées en soi, de l’analyse méthodique, et de tout ce qui peut alourdir la démarche
64 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
134oses telles qu’elles sont, ni vulgaires ni belles en soi, mais les compose avec une liberté puissamment significative. Le sens
65 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
135veut mériter quelque maîtrise. Toute création est en soi monstrueuse, qu’il s’agisse de l’automobile, du sourire de la Joconde
66 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
136ntendu, ne [p. 240] signifie rien sur sa valeur « en soi » ni sur la vôtre, que personne ne peut mesurer. Mais dans cette rela
67 1946, Journal des deux Mondes. 17. Le mauvais temps qui vient
137 sans me concerner sur plus d’un point. Souffrir, en soi, n’est pas toujours l’honneur qu’on pense, mais souvent un simple acc
68 1946, Lettres sur la bombe atomique. 15. L’État-nation
138de coups. Je suis sérieux. Le socialisme, non pas en soi, mais construit dans le cadre national conduit nécessairement à l’Éta
69 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
139ces termes opposés deux à deux est également faux en soi, c’est-à-dire à la fois excessif et incomplet. Il s’ensuit que dans l
70 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
140ricains ne sait pas ce que c’est que la confiance en soi. Ceci dit, je me retourne vers mes compatriotes européens et je leur
71 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
141e monde rien qui soit « clair, simple et facile » en soi ? Le monde dans lequel nous vivons et parlons n’est-il pas, comme l’a
142 qui puissent, comme par une ironie, être compris en soi et dans leur lettre, mais dont le sens dernier ne puisse être aperçu
72 1947, Doctrine fabuleuse. 5. Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même
143 qu’à [p. 46] rentrer en lui-même. « Il se ramène en soi, n’ayant plus où se prendre ». Ainsi parle un de nos classiques. Repo
73 1947, Doctrine fabuleuse. 7. Angérone
144n comblé ne sait plus où se prendre. Il se ramène en soi, se divise en ses ombres. Ainsi passent les heures d’avant l’aube, da
145es amants sont le plus séparés, arrachés, retirés en soi. Le plaisir est la fin du dialogue et non pas cette fusion rêvée. Alo
74 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
146ut donc penser sa fin, ni rien. Elle ne peut être en soi pensée, et l’homme en elle reste à peu près dénué de réalité, jusqu’a
75 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
147 » ne veut pas dire : c’est contraire à l’honneur en soi, à la morale traditionnelle, aux préjugés de notre bourgeoisie, au rè
76 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
148jet d’un problème qui, semble-t-il, importe moins en soi que ce qu’en disent les partis. Ainsi l’on peut « causer » à l’infini
77 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
149icain ne demande pas d’abord qu’un livre soit bon en soi, mais qu’il soit efficace et opportun, selon les prévisions établies
150ricains ne sait pas ce que c’est que la confiance en soi. Ceci dit, je me retourne vers mes compatriotes européens et je leur
78 1947, Vivre en Amérique. Épilogue. La route américaine
151un seul infini véritable : celui que chacun porte en soi, celui de l’âme inépuisable. Ce jour-là, les glorieux highways abouti
79 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
152te un conseil de prudence. Certes, le conformisme en soi n’est pas nouveau, même chez les intellectuels. Ce qui est nouveau, c
153, dans son humanité rebelle aux chiffres, l’homme en soi — l’éternel Résistant ! Or, l’Europe, et c’est là sa grandeur, a just
80 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
154ans notre tentative de définir l’idée fédéraliste en soi, nous ferons bien de ne pas perdre de vue cette expérience-témoin, co
155rarement, et très vaguement, à l’idée fédéraliste en soi. C’est peut-être parce que cette idée, comme je le disais tout à l’he
81 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
156’hui que la culture y soit encore un but, une fin en soi et non pas un moyen. Ailleurs, comme vous le savez, elle est mise au
82 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
157ique ; c’est d’autre part une source de confiance en soi, quand les faits objectifs sont meilleurs que notre lassitude ne le p
83 1951, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Extrait du discours prononcé par Denis de Rougemont à l’inauguration du Centre (mai 1951)
158s dire qu’à certains égards, il est moins décisif en soi que l’existence même de ce Centre, par où j’entends que le principal,
84 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
159 supposerait que l’on traite la culture comme but en soi, non comme annexe d’une politique. Et nous venons de voir pourquoi c’
85 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
160préciser que la petitesse du territoire n’est pas en soi une garantie de liberté pour les peuples qui l’habitent : on a connu
86 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
161 Et voici que ces deux individus, pour qui la vie en soi est déjà un problème, reçoivent en outre une mission redoutable et qu
87 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
162 supposerait que l’on traite la culture comme but en soi, non comme annexe d’une politique. Et nous venons de voir pourquoi c’
88 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
163que de n’être pas atteinte si l’on en fait un but en soi. De même, l’union des Quinze n’est qu’une étape vers l’union de l’Eur
89 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Orienter les espoirs européens (décembre 1954-janvier 1955)
164nne. On dit : la propagande. Mais elle n’est rien en soi, pas plus que l’écriture ou la typographie, et sans idée personne n’e
90 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
165 À la première question, portant sur la recherche en soi, il paraît facile de répondre : un homme qui cherche, c’est qu’il n’e
91 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
166comme les autres, d’ailleurs, peu compréhensibles en soi, et souvent tout obscures pour le peuple chrétien. Tout cela serait a
92 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
167rogue. Tyrannie des passions, non de la technique en soi. Erreur sur la standardisation du travail. On nous répète à droite a
168. (Ce n’est pas l’invention de la roue qui compte en soi, mais bien l’usage qu’un peuple a décidé d’en faire : chars et wagons
93 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
169 de Genève ». Acceptons ce prétexte, indiscutable en soi. Au lieu de nous perdre en hypothèses invérifiables sur les motifs ta
94 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Prix européen de littérature n’a pas été donné en 1956 (juin-juillet 1956)
170e » de romans ou de récits souvent moins valables en soi que par rapport à tel prix spécialisé, ou telle « politique » à la mo
95 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
171mis, mais tout n’édifie pas. » « Rien n’est impur en soi », mais « tout est pur aux purs ». Semblablement, saint Augustin dira
172sion, inventée par les Grecs, est celle qui fonde en soi l’individu et son mode de relations, la Cité, — saint Paul a défini l
96 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
173comme les autres, d’ailleurs, peu compréhensibles en soi, et souvent tout obscures pour le peuple chrétien. Tout cela serait a
97 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
174rogue. Tyrannie des passions, non de la technique en soi. Erreur sur la standardisation du travail. On nous répète à droite a
175. (Ce n’est pas l’invention de la roue qui compte en soi, mais bien l’usage qu’un peuple a décidé d’en faire : chars et [p. 21
98 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
176ire que l’Occidental nie l’existence d’une vérité en soi : simplement, il se refuse à croire qu’un homme puisse vraiment y acc
177 s’il les nomme ainsi, c’est moins pour la valeur en soi de [p. 224] « leur vérité » que parce qu’ils semblent bien l’avoir ré
178t-garde équivaut au progrès. Différer nous paraît en soi supérieur à ressembler à quoi que ce soit, surtout lorsqu’il s’agit d
99 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
179 alors en une série de propositions aussi simples en soi que surprenantes dans leur succession : la politique soviétique est j
100 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle des festivals dans la vie culturelle de l’Europe [Commentaires] (mai 1957)
180ique se sont réduits à quatre en tout ! L’enquête en soi fut donc un franc succès ; elle montre à l’évidence que les problèmes
181inquiétude salutaire, chez d’autres une confiance en soi renforcée : qu’ils viennent juger, on verra bien ! Qu’il soit bien en