1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
1illez ne voir dans la confusion où je parais être engagé, du plan moral avec l’économique, qu’une expression nouvelle, et non
2 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
2prendre tôt ou tard. Il est préférable qu’ils s’y engagent dès aujourd’hui résolument, pendant qu’il reste quelques chances enco
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
3, paraît-il. À ce propos : que les journalistes s’engagent désormais à ne publier plus un seul article de fond où ne perce leur
4 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
4minent des baraques éparses dans une brousse où s’engage délibérément notre fantôme. Il avance sans bouger les jambes. Nous su
5 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
5e de mettre le feu à sa maison. Il s’enfuit, et s’engage comme manœuvre dans les docks. La mort de son père l’oblige à en sort
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
6 de cette classe ne devrait pas supporter qu’on l’engage. Mais qu’est-ce à dire lorsqu’on comprend que, non satisfait de s’y c
7rait autrement ». Que rien de ce qu’il écrit ne l’engage [p. 728] tout entier. Qu’il n’est que spectateur de ses antagonismes.
7 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
8pirituelle sera plus vive, son âme plus fortement engagée dans le tragique essentiel. Calcul faux, comme tous les calculs de l’
8 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
9contreforts de l’Église du Chapitre : je vois s’y engager chaque jour le fou au profil de vieille femme qui promène doucement d
9 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
10s la longeons, nous montons une rampe pavée qui s’engage sous un porche couvert aux colonnes enguirlandées de roses. Toute une
10 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
11minent des baraques éparses dans une brousse où s’engage délibérément notre fantôme. Il avance sans bouger les jambes. Nous su
11 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
12 ont tous épousé une cause, une de ces causes qui engagent bien plus que l’adhésion des idées, une de ces causes qui doivent êtr
12 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
13nes ou prochaines de la crise sans précédent où s’engage l’humanité tout entière. ⁂ [p. 136] En France, plus longtemps qu’aill
13 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
14eule de me dire : Tu dois ! En son nom je ne puis engager que moi-même, hic et nunc. La politique est affaire de systèmes ; mai
14 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
15ose et pose la personne, définie comme l’individu engagé dans le conflit créateur 6 . À cet engagement personnel, nos révoltés
15 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
16donc que pour nous : la personne c’est l’individu engagé dans le conflit créateur. Conflit qui se résout par l’acte, — cet act
17upture totale avec le désordre régnant. Nous nous engageons donc dans une lutte réelle dont l’objet n’est autre que de soumettre
18arfois tragiques, de la véritable révolution où s’engage l’essentiel. Le rôle de l’homme sur la terre ne s’identifie pas pour
16 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — a. L’engagement politique
19 le monde que pour accomplir les devoirs du clerc engagé malgré lui dans le désordre de l’époque. Ce sont là des motifs égoïst
20 qu’on laisse aux prisonniers 3 — ou bien elle s’engage dans un conflit concret, — et découvre bientôt qu’il est social ou po
17 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — b. Ridicule et impuissance du clerc qui s’engage
21 2. Ridicule et impuissance du clerc qui s’engage Le risque est la santé de la pensée, à condition toutefois qu’elle l’
22ion ni romantisme. L’enjeu d’une partie aussi mal engagée que celle que doit jouer notre génération, n’est pas de ceux dont on
23mprendra sans peine qu’un intellectuel hésite à s’engager. En ce temps de partis, de faisceaux et de fronts, opposer des doctri
24de signer quelques appels à l’Opinion publique, n’engagent à rien, personnellement. Il se peut que cela tranquillise des conscie
18 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
25eule de me dire : Tu dois ! En son nom je ne puis engager que moi-même, hic et nunc. La politique est affaire de systèmes ; mai
19 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
26oire à cette doctrine. Y croire, c’est-à-dire s’y engager personnellement tout entier et sans retour. Y croire, c’est-à-dire en
20 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
27est-à-dire l’homme consciemment et volontairement engagé [p. 160] dans le conflit vital qui l’unit et l’oppose à son prochain.
21 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
28ères. Ils se voient donc libérés, et du même coup engagés dans un corps social nouveau. Prenons le cas de l’esclave qui devient
29 communauté d’hommes qui sont à la fois libres et engagés. Libérés par Celui qui les engage à son service, et engagés au servic
30fois libres et engagés. Libérés par Celui qui les engage à son service, et engagés au service du prochain dans la mesure préci
31ibérés par Celui qui les engage à son service, et engagés au service du prochain dans la mesure précisément où ils se sentent l
32personnes, d’hommes nouveaux, à la fois libres et engagés, constituant une multitude de communautés locales. Telles seront à no
33oxe essentiel de la personne : à la fois libre et engagée, distincte et reliée à nouveau. Car le rôle que Dieu attribue à un ho
34cause de sa vocation qu’il est à la fois libre et engagé, autonome et pourtant responsable au sein de la communauté. Ainsi le
35 de l’engagement social. L’homme étant totalement engagé, corps et esprit, dans les rouages de l’État, et cet État ne reconnai
36ion chrétienne de la personne, à la fois libre et engagée. Il en résulte que la Réforme, et spécialement sa tendance calviniste
22 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
37ions à l’acte constituant la personne (l’individu engagé dans un conflit concret). Sur cette notion de l’homme actif et créate
23 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
38, et tous les raisonnements qui voudraient nous y engager sont de misérables sophismes. Mais si la politique devient ce que nou
39s la mesure où il agit personnellement, se trouve engagé par là-même dans la vraie politique. Car d’une part, il a besoin de l
24 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
40 [p. 259] 5 Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) Chose étrange, le 6 février 19
41nde abuse aujourd’hui 81 . ⁂ Pour qu’une pensée s’engage dans le réel, il ne faut pas ni ne saurait suffire qu’elle se soumett
42 le transformer, donc finalement de le dominer. S’engager, ce n’est pas se mettre en location. Ce n’est pas « prêter » son nom
43d, un Baudelaire 82 , ont été les plus violemment engagés dans la réalité. Et cela suffirait bien à définir le sens que nous do
44 d’un parti ne devient pas pour si peu un penseur engagé. Et il ne faudrait pas que ces trahisons insignes ridiculisent toute
25 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
45aard se limite à l’instant du choix, où l’homme s’engage, « en vertu de l’absurde », sur le chemin que Dieu lui montre, seul.
26 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
46re, s’embarquent pour l’Amérique du Sud. On les a engagés pour instruire l’armée bolivienne, mais sans contrat, car le Traité d
47ifférents que notre sort à tous, Européens, y est engagé. À vrai dire, il est malaisé de faire la part, dans ce drame, de ce q
27 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
48 avec les mains, ou encore à ne rien penser qui n’engage en puissance notre être tout entier, corps et âme sans distinction. A
28 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
49 qui fait loi, de celui qui regarde à celui qui s’engage. Nous pouvons voir ensuite un premier caractère de la personne immédi
50eilleux de sa force, il refuse de l’exercer, de l’engager dans des limites objectives. Il veut se garder pur, et reste virtuel.
29 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
51onne, c’est l’homme concret, c’est-à-dire l’homme engagé dans le conflit vital qui l’unit et l’oppose à son prochain. La perso
30 1935, Esprit, articles (1932–1962). Kasimir Edschmid, Destin allemand (mai 1935)
52e la dernière guerre que le chômage contraint à s’engager comme instructeurs de l’armée bolivienne. (On sait que ce fut le sort
31 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
53arce qu’il est homme, simplement, est bel et bien engagé dans le monde. Supposer un clerc pur, c’est encore une fois supposer
54us leurs refus de conclure 37 , c’est-à-dire de s’engager, où ils voient [p. 40] le sublime de l’esprit ? Ne vient-il pas de di
32 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
55 se tourna vers moi en souriant, et le dialogue s’engagea sans aucune gêne. Nicodème. — Nous voici donc d’emblée ramenés à not
56e Dieu ! Il me semble que c’est assez !   — Ici s’engagea un débat extrêmement confus sur la distinction délicate que voulait é
33 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
57de « réaliser » la philosophie. Réaliser, c’est s’engager dans l’aventure politique ou religieuse. Au grand Hegel qui philosoph
34 1935, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). René Guisan : un clerc (1935)
58e pensée rigoureuse ; il n’est de pensée saine qu’engagée dans une œuvre efficace, au sein de contingences quotidiennes. Ces li
35 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
59une perspective ouverte ; celle des décisions qui engagent les développements futurs et le télos, ou but dernier, de l’homme. C’
36 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
60t plus le don qu’un homme fait à un homme, et qui engage quelque chose de son être, c’est l’amitié humaine qui se détruit. ⁂ T
61ut où l’amitié humaine n’a jamais rien noué, rien engagé, rien sacrifié, là où elle n’a pas même laissé les traces d’une coutu
37 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
62me puisse mettre sa foi, certain [p. 123] qu’il y engage tout ? Où trouver ce « fondement final » de toute communauté réelle e
63hoisir « en connaissance de fin », c’est-à-dire s’engager pour ou contre, en vertu d’un acte de foi. J’illustrerai ceci d’un s
38 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
64plique pourquoi la jeunesse bourgeoise hésite à s’engager dans une révolution spirituelle dont elle redoute l’impuissance prati
39 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
65mas d’Aquin.) Cette raison raisonne mal si elle n’engage pas la main. Cette main travaille en vain si la raison ne s’engage pa
66n. Cette main travaille en vain si la raison ne s’engage pas dans son travail. La main n’est ici qu’un symbole de l’action pro
67lus rare qu’on ne suppose, et très peu d’hommes s’engagent volontairement dans une carrière qu’ils savent malfaisante. D’où vien
68volonté de ne pas juger, c’est-à-dire de ne pas s’engager ; simple, traduit le ressentiment anti-poétique, la volonté de tout r
69lité que je décris, ont ceci de commun qu’elles n’engagent à rien : elles sont purement descriptives. Mais n’allez pas les croir
40 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
70if, et que c’est elle qui guide la main, et qui s’engage à sa suite, à moins qu’il ne s’agisse de simples gestes mécaniques 87
7115] n’est pas la peine ! Tel écrivain refuse de s’engager dans l’action politique sous prétexte que cela ne lui apprendrait rie
72 les résidus de créations anciennes. L’esprit s’y engage à sa suite, persuadé qu’il pense le réel, alors qu’il suit tout simpl
73e l’on sait. Un style né de la seule passion de s’engager. Que chaque phrase indique la volonté d’atteindre un but, dont la nat
74e joyeuse de la personne en acte. Que celui qui s’engage dans leur lecture éprouve de tout son être la présence d’une réalité
41 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
75plique pourquoi la jeunesse bourgeoise hésite à s’engager dans une révolution spirituelle dont elle redoute l’impuissance prati
42 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
76 », je ne vois pour ma part qu’un seul moyen de s’engager de toute sa personne à la suite de Kierkegaard… Tout le reste est lit
43 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
77ser 1000 ou 10 000 exemplaires d’un livre, doit s’engager à payer une somme forfaitaire 37 par kilo de livres transportés (all
44 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
78, et tous les raisonnements qui voudraient nous y engager sont de misérables sophismes. Mais si la politique devient ce que nou
79s la mesure où il agit personnellement, se trouve engagé par là même dans la vraie politique. Car d’une part il a besoin de la
45 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Manifeste au service du personnalisme par Emmanuel Mounier (octobre 1936)
80tonnantes, et au seuil d’une action plus vivement engagée, que tout nous porte à souhaiter commune. Quelle que soit notre méfia
46 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
81ns jeunes, faute d’un autre modèle, se laisseront engager dans des imitations monstrueuses du jacobinisme. C’est à la France d’
47 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
82e l’esprit que la description objective. Me voici engagé dans une expérience forcée de vie pauvre, libre et solitaire — trois
83rcs », ils estiment également que la « vérité » n’engage à rien. Ils bornent le rôle de l’esprit à la constatation de l’exacti
84t impérieuse raison d’abandonner cette partie mal engagée, ma vie, et de se retrouver neuf, enfantin, ou tout simplement jeune
85 des conflits où sa personne n’est pas totalement engagée, parce qu’elle ne les a pas créés. Le but concret de la révolution éc
48 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
86gne à peu près 1 000 francs par mois — nous avons engagé la mère Calixte pour donner un coup de main le matin et faire les les
87ents à A… ?… La mère, vivement : — Jamais je n’ai engagé de chômeurs, monsieur, c’est un principe. Nous ne voulons que des ouv
88éal et les réalités stupides qui nous blessent. S’engager au lieu de s’indigner : voilà bien le principe de la guérison que j’a
49 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
89liquement les pôles : pensée « pure » et pensée « engagée », ou encore attitude du « spectateur » et attitude du « témoin ». Op
90n trop vivant pour faire de la psychologie ; trop engagé dans le réel pour prendre au sérieux ses reflets dans la conscience d
50 1937, Esprit, articles (1932–1962). Brève introduction à quelques témoignages littéraires (septembre 1937)
91nt pas embrigadés mais qui savent que toute œuvre engage, et qui acceptent cette nécessité comme une des conditions de leur cr
51 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). De la propriété capitaliste à la propriété humaine et Manifeste au service du personnalisme, par Emmanuel Mounier (février 1937)
92ession — presque trop brillante par endroits —, s’engage dans un exposé synthétique des doctrines thomistes, et rejoint avec u
52 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
93t impérieuse raison d’abandonner cette partie mal engagée, ma vie, et de se retrouver neuf, enfantin, ou tout simplement jeune
53 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au dossier d’une vieille querelle (novembre 1937)
94n clerc écrivait récemment qu’il faut se garder d’engager la raison dans une aventure — la vie — « où elle ne peut qu’être outr
95en offensant Dieu ». J’en conclus qu’il est bon d’engager la raison dans la vie : non point pour qu’elle y reçoive des outrages
54 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
96isme romain. Comme il arrive toujours lorsqu’on s’engage dans de tels mécanismes, le remède (ici les sportules) aggrava le mal
55 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Chançay (mars 1937)
97ture » ? À un « donné » inorganique ? Là-dessus s’engage une discussion sur [p. 61] le réel. S’il est « donné » ou s’il est se
56 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Ballet de la non-intervention (avril 1937)
98 français constate que le chiffre des volontaires engagés par les bureaux parisiens diminue très rapidement d’une semaine à l’a
99eut être encore de notre part qu’un vœu. Mais qui engage toute notre doctrine et ses réalisations à venir. p. 41 ab. « Ba
57 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
100putsch de Kapp et la révolution en Rhénanie. Il s’engage et combat contre les rouges dans un corps franc. Survient l’inflation
101hez les écrivains en question le sens de ce qu’on engage en publiant. « Que l’esprit redevienne passible de prison : cela rend
58 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
102orce pour « gagner » la guerre : car toute guerre engagée avec les États totalitaires est une guerre perdue, quelle que soit so
59 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
103d’assaut pour Rosenberg, en vue de la lutte qui s’engagera sans doute l’hiver prochain, lutte pour l’âme allemande dans l’esprit
60 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
104ns jeunes, faute d’un autre modèle, se laisseront engager dans des imitations monstrueuses du jacobinisme. C’est à la France d’
61 1938, La Vie protestante, articles (1938–1961). Le temps des fanatiques (25 novembre 1938)
105 pis pour moi ! Je demande à voir. Si l’on veut m’engager au nom du Christ, mon seul salut, j’ai même le devoir d’y regarder à
62 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
106la force de la décision en vertu de laquelle on s’engage pour toute la vie, « advienne que pourra ». Mais justement cette déci
107ève toujours d’une sorte d’arbitraire, dont ils s’engagent à assumer les suites, heureuses ou non. Ce n’est pas là un éloge du «
108servée en vertu de l’absurde, parce qu’on s’y est engagé, simplement, et que c’est un fait absolu, sur quoi se fonde la person
109t n’importe où, l’amour est lent et difficile, il engage vraiment toute une vie, et il n’exige pas moins que cet engagement po
110les écarts de Don Juan. Toute la littérature nous engage à y voir la preuve d’une très puissante nature sensuelle. Don Juan, l
63 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Alice au pays des merveilles, par Lewis Carroll (août 1938)
111nent problématiques. D’où les discussions qu’elle engage avec les animaux parlants, créatures curieusement acharnées à [p. 329
64 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
112 [p. 19] Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938) ad Chose étrange,
113e monde abuse aujourd’hui. ⁂ Pour qu’une pensée s’engage dans le réel, il ne faut pas et il ne suffit pas qu’elle se soumette
114 le transformer, donc finalement de le dominer. S’engager, ce n’est pas se mettre en location. Ce n’est pas « prêter » son nom
115d, un Baudelaire 78 , ont été les plus violemment engagés dans la réalité. Et cela suffirait bien à définir le sens que nous do
116 d’un parti ne devient pas pour si peu un penseur engagé. Et il ne faudrait pas que ces trahisons insignes ridiculisent toute
65 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
117 naturel. Supposons le cas du converti par force. Engagé malgré lui dans un cadre chrétien, mais privé des secours d’une foi r
118frères qui acceptaient de renoncer le monde, et s’engageaient solennellement à se consacrer à Dieu seul, à ne jamais mentir ni prêt
119 qu’elle mérite un traitement particulier et nous engage dans un nouveau chapitre. 9. Les mystiques arabes Comment de la con
120vec son corps — cette part du Diable — ne saurait engager le salut de son âme : « Point de péché au-dessous du nombril ! » préc
121entre le chemin de gauche et celui de droite Il s’engage dans celui de gauche, malgré l’avertissement gravé sur une croix qui
66 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
122Voie décidément trop étroite pour qu’un homme s’y engage tout entier : aussi déléguera-t-il à l’aventure quelques facultés dét
123esprit (même si l’esprit, comme je le crois, nous engageait dans les voies irréelles), ce n’est pas revenir au réel, mais s’égare
67 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
124 du romantisme occidental ; et nous y sommes tous engagés pour autant que nous sommes tributaires — inconsciemment bien entendu
125rte trois écus. Tout chevalier qui touche l’écu s’engage à un combat dans les conditions décrites par les « chapitres » du pas
126tout au début de la campagne, sur les 3000 hommes engagés, plus de 100 furent tués : « Nombre considérable par rapport à la [p.
68 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
127la force de la décision en vertu de laquelle on s’engage pour toute la vie « advienne que pourra ». Mais justement cette décis
128ève toujours d’une sorte d’arbitraire, dont ils s’engagent à assumer les suites, heureuses ou non. Ce n’est pas là un éloge du «
129servée en vertu de l’absurde, parce qu’on s’y est engagé, simplement, et que c’est un fait absolu, sur quoi se fonde la person
130t n’importe où, l’amour est lent et difficile, il engage vraiment toute une vie, et il n’exige pas moins que cet engagement po
131les écarts de Don Juan. Toute la littérature nous engage à y voir la preuve d’une très puissante nature sensuelle. Don Juan, l
69 1939, Esprit, articles (1932–1962). Autour de L’Amour et l’Occident (septembre 1939)
132ême d’apostrophe amicale et ironique, provoque et engage un dialogue. J’ai d’autant moins envie de m’y soustraire que les chap
70 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
133ères. Ils se voient donc libérés, et du même coup engagés dans un corps social nouveau. Prenons le cas de l’esclave qui devient
134 communauté d’hommes qui sont à la fois libres et engagés. Libérés par Celui qui les engage à son service, et engagés au servic
135fois libres et engagés. Libérés par Celui qui les engage à son service, et engagés au service du prochain dans la mesure préci
136ibérés par Celui qui les engage à son service, et engagés au service du prochain dans la mesure précisément où ils se sentent l
137personnes, d’hommes nouveaux, à la fois libres et engagés, constituant une multitude de communautés locales. Telles seront à no
138oxe essentiel de la personne : à la fois libre et engagée, distincte et reliée à nouveau. Car le rôle que Dieu attribue à un ho
139cause de sa vocation qu’il est à la fois libre et engagé, autonome et pourtant responsable au sein de la communauté. Ainsi le
140ous, la personne : l’homme qui sait ce qu’il doit engager tout en gardant sa liberté, l’homme autonome mais aussi solidaire. Ce
141 de l’engagement social. L’homme étant totalement engagé, corps et esprit, dans les rouages de l’État, et cet État ne reconnai
142ion chrétienne de la personne, à la fois libre et engagée. Il en résulte que la Réforme, et spécialement sa tendance calviniste
71 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
143visage et les soucis, et devant lequel je m’étais engagé à disserter de la culture… Un sentiment d’absurdité et d’impuissance
144 brutalités de cette guerre étrange, si lentement engagée, comme si personne n’y croyait tout à fait, comme si personne n’avait
145t plus le don qu’un homme fait à un homme, et qui engage quelque chose de son être, c’est l’amitié humaine qui se détruit, le
146’appelle une personne : il est à la fois libre et engagé, et il est libéré par cela même qui l’engage envers son prochain, je
147e et engagé, et il est libéré par cela même qui l’engage envers son prochain, je veux dire par sa vocation. Eh bien, je dis qu
148libre d’être soi-même vis-à-vis de l’ensemble, et engagé vis-à-vis de cet ensemble, [p. 89] par l’exercice d’une vocation qui
149mesure de notre histoire, la mesure de l’individu engagé dans la communauté. Cette œuvre n’est pas utopique : car je me refuse
150st à nous de gagner la vraie paix, c’est à nous d’engager sans illusion le vrai combat qui nous maintienne humains. Tout cela,
72 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
151rnit pas des raisons de vivre. Notre serment nous engage donc AUSSI à prendre conscience des raisons de vivre de la Suisse, et
152gnés jusqu’ici par les bombardements, nous sommes engagés comme les autres dans le conflit spirituel. Chose étrange, sur ce pla
73 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
153inis la personne comme l’homme à la fois libre et engagé, à la fois autonome et solidaire, à la fois conscient de sa vocation
74 1940, La Vie protestante, articles (1938–1961). De Luther à Hitler (15 mars 1940)
154n me fait l’honneur de répondre franchement, je m’engage à reconnaître que Luther est coupable de n’avoir pas su, dans l’espac
75 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
155n commun. Les examens vont se multiplier. On vous engagera sur des chiffres résumant vos capacités, vos opinions et vos réflexes
76 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
156le seul à parler et que ce dialogue spécieux je l’engageais avec moi-même. J’avais entendu parler du Malin, mais je n’avais pas f
157ion comme on entrerait en religion, ou comme on s’engagerait dans une voie mystique. On renonce au monde, on s’enclot avec l’image
77 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
158hoses, à certains sentiments, c’est le fait qu’il engage nécessairement des actes. Or cette correspondance ne cesse d’être arb
159otre langage. Il sait que les hommes ne peuvent s’engager que par des paroles claires et nettes, et qu’en tordant et déprimant
78 1942, La Vie protestante, articles (1938–1961). Perspectives d’avenir du protestantisme (2 janvier 1942)
160notion chrétienne de personne, à la fois libre et engagée. Par l’organisation même de ses Églises et de ses paroisses, elle off
79 1944, Les Personnes du drame. Introduction
161il guère isolable de cette œuvre où l’« autre » l’engage. Finalement nous ne voyons que l’œuvre, c’est-à-dire le champ clos de
80 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
162ue le chemin est invisible tant qu’on n’y est pas engagé. Parce que c’est un blasphème de l’homme pieux, du moraliste, que de
163limite à l’instant du choix, où l’homme [p. 89] s’engage « en vertu de l’absurde », sur le chemin que Dieu lui montre, — seul.
81 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
164e ce chemin, et c’est pourquoi il refusait de s’y engager. Il exigeait une certitude préalable, que son regard étrangement préc
82 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
165liquement les pôles : pensée « pure » et pensée « engagée », ou encore attitude du spectateur et attitude du témoin. Opposition
166en trop vivant pour faire de la psychologie, trop engagé dans le réel pour prendre au sérieux ses reflets dans la conscience d
83 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
167s son œuvre l’élargissement de la maturité, Ramuz engagea le dialogue avec son public et l’époque. Quel que soit l’agacement qu
168t bien au-delà de l’ère machiniste où la Russie s’engage. Un trait profond de son art m’en convainc : le sens de la vénération
84 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
169dividu, plutôt qu’elle ne veut les détruire. Elle engage dans le monde actif, au lieu que le romantique voulait s’en évader. E
85 1946, Journal des deux Mondes. Avertissement
170 Car selon que ce sujet se trouvera plus ou moins engagé dans la vie d’une nation, plus ou moins compromis ou façonné par une
86 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
171mps à autre. Le combat que nous devrons peut-être engager militairement contre l’un de ces petits personnages, ce combat, si “t
87 1946, Journal des deux Mondes. 6. Intermède
172isait les deux tiers de ses effectifs. La Ligue s’engageait dans une phase où j’étais loin de me sentir indispensable. Je me voya
88 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
173mes du monde éplorées, voici qu’à mon tour je m’y engage, inclassable une fois de plus, ni fuyard, ni riche, ni juif, ni busin
89 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
174ouvelle mode : une jolie femme, jeune et riche, s’engage dans une usine d’armements. On en a tant parlé que celles qui le font
90 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
175e celles où l’être se consume et se consomme en s’engageant, nous donne les Hauts de Hurlevent. Mais nous qui avons connu par la
91 1946, Lettres sur la bombe atomique. 15. L’État-nation
176t d’en sortir un peu, car nous y sommes déjà bien engagés. Ce sont les guerres qui le produisent. Et ce sont les nations qui pr
92 1946, Politique de la Personne (1946). Préface pour l’édition de 1946
177tion de la personne comme être à la fois libre et engagé, contrebattues de tous côtés et peu comprises avant la guerre, sont d
178p. (Je ne vois pas cette école, il est vrai, bien engagée dans le drame politique du siècle : mais elle ne pourra pas s’y refus
93 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
179 résurrection individuelle. Il est donc à la fois engagé et libéré, et ceci en vertu d’un seul et même fait : la vocation qu’i
94 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
180et d’une manière plus générale tous les écrivains engagés soit au service de l’opinion soit à celui d’un parti ou d’une secte,
181prière, pouvaient s’y joindre. Une spiritualité engagée dans le siècle À l’origine et au premier rang de la lutte contre l’es
95 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
182 ses yeux autant de preuves que l’affaire est mal engagée et qu’il ferait bien d’y renoncer. Si quelque drame se noue dans sa v
183enir qu’offre l’interruption d’une expérience mal engagée ou négative. Nous pensons, comme toujours, à conserver 4 , eux à ouvr
184es ; l’échange sexuel, par consentement commun, n’engage à rien, ni à l’amour ni au mariage ; affirmation du droit au bonheur
96 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
185hysiologiques. Trouvez donc deux Américains qui s’engagent à vous entretenir en cas de besoin. Rassemblez vos actes de naissance
97 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
186t dans un parti et c’est là ce qu’ils appellent s’engager. Mais c’est, en fait, pour la plupart d’entre eux, une démission de l
98 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
187ne peut se réaliser intégralement sans se trouver engagé du même coup dans le complexe social. Et aux collectivistes, nous rap
188 sa vocation. L’homme est donc à la fois libre et engagé, à la fois autonome et solidaire. Il vit dans la tension entre ces de
189omme considéré comme pur individu, libre mais non engagé, correspond un régime démocratique tendant vers l’anarchie, et débouc
190omme considéré comme soldat politique, totalement engagé mais non libre, correspond le régime totalitaire. Enfin, à l’homme co
191omme considéré comme personne, à la fois libre et engagé, et vivant dans la tension [p. 62] entre l’autonomie et la solidarité
192 sans droits, mais la personne à la fois libre et engagée, l’homme qui sait ce qu’il se doit et ce qu’il doit aux autres. Voilà
99 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
193nture où nous sommes, dès maintenant, bel et bien engagés : la fédération de l’Europe. Il y a l’utopie de l’Europe, et il y a l
194n — c’est la tâche dans laquelle nous nous sommes engagés, c’est l’aventure du xxe siècle, et c’est la vocation de cette génér
195a fois autonome et solidaire ; à la fois libre et engagé, et non pas seulement libre comme l’individualiste, ou seulement enga
196lement libre comme l’individualiste, ou seulement engagé comme le totalitaire ; lieu d’une synthèse vivante mais aussi d’un co
197isions ; [p. 117] nos expériences économiques mal engagées et mal soutenues, étriquées dans leurs cadres nationaux ; un sceptici
198i de Fédération — dans des vœux généraux et qui n’engagent à rien, mais qui du moins laissent les portes ouvertes. À la faveur d
199 la Quête où nous sommes quelques-uns à nous être engagés à tout risque, il nous arrivera plus d’une fois de rompre une lance c
100 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
200 la fois autonome et solidaire à la fois libre et engagé — et non pas seulement libre ou seulement engagé ; lieu d’une synthès
201 engagé — et non pas seulement libre ou seulement engagé ; lieu d’une synthèse vivante, mais aussi d’un conflit, entre des exi
202nsidérant que l’article II du Traité de Bruxelles engage les gouvernements intéressés à promouvoir les échanges culturels par